Mesures de confinement : le gouvernement annonce l'interdiction des marchés ouverts

 |   |  370  mots
Edouard Philippe.
Edouard Philippe. (Crédits : Reuters/Charles Platiau)
Le Premier ministre Edouard Philippe a précisé certaines mesures déjà mises en place, et d'autres visant à durcir le confinement instauré depuis sept jours dans l'Hexagone pour ralentir la propagation du coronavirus.

"Le temps normal n'est pas pour demain. (...) Ce temps du confinement peut encore durer quelques semaines", a affirmé en guise d'introduction le Premier ministre Edouard Philippe au journal télévisé de TF1 lundi soir, évoquant de nouvelles mesures de restriction des déplacements pour ralentir la propagation du Covid-19 sur le territoire. L'une d'entre elles était particulièrement redoutée par de nombreux commerçants. Après sept jours de confinement, le gouvernement a finalement tranché et a annoncé la fermeture des marchés alimentaires à ciel ouvert en France, sauf rares exceptions en milieu rural. Cette nouvelle mesure prendra effet dès mardi matin.

Pour maintenir un marché local, le maire de la commune pourra néanmoins en faire la demande auprès du préfet et ainsi obtenir une dérogation, a expliqué le Premier ministre. «Il sera permis aux préfets sur avis des maires de déroger cette interdiction" lorsque le marché, dans certains villages, est "le seul (moyen) parfois" d'avoir "accès à des produits frais», a-t-il justifié.

Concernant les déplacement des habitants, Edouard Philippe a précisé les règles. "Sortir pour promener ses enfants ou faire du sport c'est dans un rayon de 1 km de chez soi, maximum pour une heure, tout seul et une fois par jour", a indiqué le chef du gouvernement alors que les sanctions ont été durcies pour ceux ne respectant pas les mesures restrictives.

Des amendes pour piétons pouvant aller jusqu'à 3.700 euros

Les 135 euros d'amende forfaitaire doivent passer à 1.500 euros en cas de récidive "dans les 15 jours", et "quatre violations dans les trente jours" pourront valoir "3.700 euros d'amende et six mois de prison au maximum".

Au sujet de l'utilisation de tests, réservés actuellement à certaines catégories de personnes (personnes fragiles, âgées, femmes enceintes, etc.), le gouvernement envisage pouvoir les "multiplier", mais seulement à la fin du confinement.

En France, le coronavirus a tué 860 personnes depuis le début de l'épidémie et 2.082 patients étaient lundi soir en réanimation, a indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran qui promet des tests de dépistage rapide dans les prochaines semaines. En 24 heures, ce sont ainsi 1.435 personnes de plus qui ont été hospitalisées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2020 à 9:25 :
Bah voyons, faites vos courses en supermarché, parfaitement clos où microbes, bactéries et virus peuvent proliférer en toute quiétude ! Quel choix stupide en matière de santé publique et choix stupide en matière économique !!! Catastrophique pour tous ces petits commerçants, artisans, maraichers etc... pas de chomage technique pour ces petits ! Mais aidons les gros distributeurs, ces pauvres.
On marche sur la tête...
Réponse de le 25/03/2020 à 10:15 :
Le petit avantage e cette maladie reste que lorsque vous êtes dans un magasin et qu'on vous colle trop vous toussez un coup et miracle plus personne autour... Maintenant interdire les marchés ouvert peut être une bonne chose à condition d'autoriser les vendeurs a passer dans les villages et quariers pour ravitailler les habitants en direct... Au moins les artisants ne seraient pas sur la paille et nous on pourrait manger frais sans avoir a aller en magasin... Un passage une fois par semaine serait suffisant. Mais bon pour penser à une chose si simple n'est pas accessible à un Enarque faut pas assez penser pour y penser !!!
a écrit le 24/03/2020 à 9:20 :
Nous retrouvons le Philippe que l'on connait bien et dans ce qu'il est de meilleur: LA REPRESSION. Comme pour les 80km/h, les gilets, les retraites... c'est sa marque de fabrique, droit dans ses bottes, j'ai raison et répression. Mais quid des mots ANTICIPATION, PREVENTION, ACTIONS PREVENTIVES, RETOUR D'EXPERIENCE, ANALYSE DE RISQUE des mots inconnus. Ils ne sont pas au programme de l'ENA et encore moins dans les ministères où il a fait toute sa carrière. Au final nous allons doubler le nombre de mort des italiens et nous aurons les masques après l'épidémie. Pour info, une société italienne transforme des équipements de plongée en respirateur (masque tuyau...). En France, REPRESSION.
a écrit le 24/03/2020 à 9:13 :
plus d'une heure pour entretenir son jardin (moins de 1000 m2) autour de sa maison: permis ou pas ? Attestation nécessaire ?
a écrit le 24/03/2020 à 9:11 :
L'objectif pour l'instant est de lisser et baisser le pic de la vague qui arrive; pourrait-on savoir région par région, où nous en sommes dans nos structures hospitalières (% d'occupation des capacités de réanimation par exemple) plutôt que nous asséner un discours larmoyant sur le sacrifice des soignants (nul ne saurait leur demander de se sacrifier, mais d'exiger qu'ils se protègent au mieux! Etre malades dans leurs situations est une faute! -je sais, c'est dur de dire cela!-)? Je gage que dans nombre d'hôpitaux, on se prépare mais que la situation, pour l'instant, n'est pas (encore) alarmante dans nombre de structures hospitalières (la situation est connue difficile dans l'est, peut-être à Paris?). Ensuite, le pic passé, il va falloir laisser passer le virus car il est illusoire de penser éradiquer un virus toujours diffus dans la population, et surtout dans un système mondial ouvert (nombre de pays voisins n'appliquent pas un confinement total): il va falloir l'expliquer à la population qui aura du mal pour comprendre que leurs efforts lors du confinement n'auront pas réglé le problème. Pour résumer, encore 15 jours de confinement pour atteindre, espérons-le, le pic, et on pourra relâcher la pression sans bine sûr que ce fléau soit réglé!
Réponse de le 25/03/2020 à 10:18 :
Pas possible de savoir, déjà nous on sais pas si on l'a eu, si on l'a ou si on l'aura... On a énormément de porteur sain qui restent hors stats...
a écrit le 24/03/2020 à 9:00 :
T'inquiète, ils n'auront pas besoin de ta voix pour être réélus...
a écrit le 24/03/2020 à 8:46 :
Deux remarques:
Alors que nous somme en confinement et qu'ils y a un menque flagrant de masque de protection, pourquoi les marchés et certaine zone de regroupement sont encore autoriser -?
Ensuites, le ministre du travail insiste pour pour que les gents soit àu travaille , îls n'y a pas de masque , et beaucoups devrons se deplacer ... Ses quoi ce discours contradictoire...
a écrit le 24/03/2020 à 8:43 :
j'ai l'impression qu'on écrase une mouche avec un bulldozer. plus trouillard tu meurs.
a écrit le 24/03/2020 à 8:42 :
Comme avant le Virus, ceux qui ne sont pas solvables ne seront pas plus dissuadés par ces contraventions ...
a écrit le 24/03/2020 à 8:41 :
Où a t'on vu ailleurs qu'en France une mesure de restriction d'accès aux soins en pleine crise sanitaire?

Je suis aussi assez sceptique également sur le dispositif de couvre feu, qui est totalement irrationnel.
C'est comme si en restreignant la vitesse à 80 km/h on espérait stopper ceux qui ne respectaient déjà pas le 90 km/h.
a écrit le 24/03/2020 à 8:25 :
Bande d'incapables le risque est encore plus élevé en milieu fermé! Vous pouvez vous brosser pour que je vienne voter pour vous
a écrit le 24/03/2020 à 8:16 :
Comme il n'y a pas de dépistage à grande échelle , il y aura confinement...à grande échelle.
Et pour sortir d'un confinement , il faudra dépister tout le monde au moins deux fois avec un intervalle de temps.
Conclusion : DEPISTAGE !!!!
a écrit le 24/03/2020 à 6:28 :
Et les petits producteurs ils crèvent????? Quel gouvernement!!!! c'est sur continuez à favoriser les Gros!!!!
a écrit le 24/03/2020 à 4:06 :
Ici a Seoul, les marches sont libres. Idem pour l'achat en boutique et grands magasins. La seule chose "exigee" est de porter un masque.
Quant a verbaliser, il n'y a qu'en France ou on fait payer ou a defaut on embastille.
votez micron.
Réponse de le 24/03/2020 à 8:51 :
Vous oubliez - sciemment?-dé préciser les mesures mises en place par le gouvernement et la population obéissante et disciplinée ... mesures que les français n ´ acceptera raient ou N’appliqueraient Pas .... trop individualistes et égoïstes.....et animés de polémiques puériles et non constructives !
a écrit le 24/03/2020 à 0:38 :
C'est dément, on continue dans l'irrationalité, la schizophrénie pour un résultat nul... tout juste bon à masquer l'incompétence crasse de nos "gouvernants".
Des masques, du gel, et un dépistage massif tout ce qui manque et qui n'a pas été anticipé, alors qu'on sait que régulièrement nous serons "attaqués" par les virus.
Alors, restent les méthodes moyenâgeuses: le confinement et ses effets désastreux sur la vie économique et sociale.
Accessoirement les polémiques et attaques en règles contre la chloroquine et son promoteur ! Égo de carabin, espoirs de milliards envolés pour les majors du médicament, désespoir de "Nobelisation" pour d'autres, principe de précaution obsolète en cas d'urgence. Désastre.Desastre.Desastre.Desastre.Desastre.Desastre.DESASTRE.
a écrit le 24/03/2020 à 0:27 :
N'oublions pas qu'en temps normal, ce sont 1700 personnes par jour qui meurent en France, toutes causes confondues (610.000 décès par an). Ce n'est pas le covid-19 qui fait peur, ce sont maintenant les amendes qui servent à renflouer l'etat et payer les fonctionnaires qui sont confinés chez eux. C'est la terreur jacobine!
a écrit le 23/03/2020 à 22:41 :
Le traitement à base de CHLOROQUINE fait baisser la quantité de covid-19 dans l'organisme ; il est EFFICACE !!! La Chloroquine est un anti-paludique CONNU, aux effets secondaires CONNUS !!!

QU'ATTEND LE GOUVERNEMENT POUR GÉNÉRALISER CE TRAITEMENT ???

Les africains en ont dans leurs pharmacies, ET NOUS NON !!!
Réponse de le 23/03/2020 à 23:43 :
Le Plaquenil est n'est plus disponible que sur prescription médicale, depuis le 15 janvier 2020. Cela fait bien coup monté pour priver le public du traitement.
Réponse de le 24/03/2020 à 1:19 :
Lobbying impératif de l'industrie pharmaceutique évidemment,
molécule trop bon marché pour elle.

Ses intérets : le fric, au dessus de la vie, dont elle s'en fout.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :