Avec le confinement, le boom des plateformes éducatives

 |   |  352  mots
Photo d'illustration. La startup française Lalilo propose, par exemple, une plateforme à l'attention des professeurs.
Photo d'illustration. La startup française Lalilo propose, par exemple, une plateforme à l'attention des professeurs. (Crédits : DR)
Parallèlement à la plateforme Ma Classe à la maison destinée aux écoliers, collégiens et lycéens français, des plateformes d'accompagnement scolaires sont proposées. Parmi lesquelles l'application développée par le Français Lalilo.

Ce ne sont pas vraiment des vacances... Avec la fermeture des 62.000 écoles, collèges et lycées décidée jeudi 12 mars par le président de la République, les 12 millions d'enfants concernés sont appelés à poursuivre leurs cours sur la plateforme Ma classe à la maison. Opérée par le Centre national d'enseignement à distance (CNED), celle-ci rassemble l'intégralité des programmes scolaires. Avec leurs professeurs, les élèves peuvent y suivre des cours virtuels mais aussi recevoir via leur messagerie les exercices à faire. Pour prendre en main la plateforme, des documents ont été envoyés aux parents d'élèves ainsi qu'aux professeurs. Cependant, certaines familles éprouvent des difficultés à se connecter en raison de surcharges sur le réseau.

Les EdTech, ces startups spécialisées dans l'éducation


Parallèlement à Ma Classe à la maison, des programmes d'accompagnement scolaires en ligne sont proposés par des EdTech. Parmi lesquelles Kartable et Lalilo, une startup française qui propose une plateforme à l'attention des professeurs. L'enjeu est d'accompagner leurs élèves à l'apprentissage de la lecture avec une application délivrée gratuitement en France. Point fort, les exercices pédagogiques sont basés sur de l'intelligence artificielle et des sciences cognitives. Ce qui permet de créer des programmes personnalisés adaptés aux besoins de chaque élève.

Renforcer les liens entre enseignants et familles

En cette période de coronavirus, Lalilo veut contribuer à renforcer les liens entre enseignants et familles. « Nous proposons aux parents de prendre en main l'outil grâce à des webinaires hebdomadaires », nous indique l'entreprise qui a levé 5,9 millions d'euros l'an dernier en plus des fonds obtenus en 2017 (1,6 million d'euros). De quoi développer son offre qui est déjà utilisé par 90.000 élèves en France mais aussi aux États-Unis où elle est commercialisée.

Pour assurer la continuité pédagogique des étudiants, d'autres plateformes se sont mobilisées. Ainsi, OpenClassrooms, fondé par Pierre Dubuc, a lancé une solution qui a conduit en deux jours 17.000 étudiants venus de 50 écoles différentes à s'inscrire sur la plateforme. Un signe que malgré le confinement, l'école n'est pas finie...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :