Nicolas Hulot quitte le gouvernement sans prévenir Emmanuel Macron

 |   |  735  mots
Je ne veux plus me mentir. Je ne veux pas donner l'illusion que ma présence au gouvernement signifie qu'on est à la hauteur sur ces enjeux-là (les enjeux environnementaux, NDLR), a-t-il expliqué.
"Je ne veux plus me mentir. Je ne veux pas donner l'illusion que ma présence au gouvernement signifie qu'on est à la hauteur sur ces enjeux-là" (les enjeux environnementaux, NDLR), a-t-il expliqué. (Crédits : Charles Platiau)
Le ministre de la Transition écologique et solidaire a annoncé sa décision ce matin sur France Inter, en déplorant le peu d'avancées en matière environnementale depuis l'élection d'Emmanuel Macron. Le désormais ex-ministre a précisé qu'il n'avait prévenu ni le président ni le Premier ministre de cette décision.

[Articles publié le mardi 28 août 2018, à 8h58, mis à jour à 15h avec réactions]

"Je vais prendre, pour la première fois, la décision la plus difficile de ma vie".

C'est par cette brève entrée en matière que Nicolas Hulot a annoncé sa démission du gouvernement, ce matin sur France Inter:

"Je prends la décision de quitter le gouvernement."

Cette annonce est à la fois spectaculaire et, en même temps, complètement attendue : de l'aveu même du désormais ex-ministre français de la Transition écologique et solidaire, la situation était intolérable depuis longtemps.

--

--

"Je ne veux plus mentir"

"Je ne veux plus me mentir. Je ne veux pas donner l'illusion que ma présence au gouvernement signifie qu'on est à la hauteur sur ces enjeux-là [les enjeux environnementaux, Ndlr]. (...) "C'est une décision d'honnêteté et de responsabilité", a-t-il déclaré.

La vraie surprise était autre part ce matin, quand on apprenait de sa bouche que l'ex-ministre n'avait pas encore prévenu ni le président ni le Premier ministre de cette décision - par "crainte qu'ils ne le convainquent de changer d'avis", a-t-il expliqué au micro de France Inter.

Le gouvernement pas à la hauteur des enjeux environnementaux

"Le Premier ministre, le président de la République ont été pendant ces 14 mois à mon égard d'une affection, d'une loyauté et d'une fidélité à toute épreuve", a confié le Nicolas Hulot.

Malgré cela, le gouvernement n'a pas su donner la priorité aux enjeux environnementaux, a plaidé Nicolas Hulot, estimant n'avoir pu obtenir que des "petits pas" et confiant se sentir "tout seul à la manœuvre" sur les enjeux environnementaux.

"Est-ce que nous avons commencé à réduire l'utilisation de pesticides ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à enrayer l'érosion de la biodiversité ? La réponse est non. Est-ce que nous avons commencé à nous mettre en situation d'arrêter l'artificialisation des sols ? La réponse est non", a-t-il déploré, quelques mois après avoir néanmoins réussi à imposer "son" plan biodiversité .

La baisse du prix du permis de chasse, le camouflet de trop

Nommé pour la première fois ministre en mai 2017, après avoir renoncé à une candidature à la présidentielle un an plus tôt, Nicolas Hulot avait dû avaler bien couleuvres en avalisant des décisions contraires à ses convictions, malgré certaines victoires symboliques comme l'abandon du projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il avait notamment dû endosser le report de l'objectif de ramener la part du nucléaire dans la production d'électricité à 50% en 2025.

Et lundi, l'Elysée a annoncé la baisse du prix du permis de chasse de 400 à 200 euros par an, à l'issue d'une réunion à haut niveau qui a joué un rôle dans sa décision.

La présence du conseiller politique de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) Thierry Coste, un "lobbyiste" qui "n'avait rien à faire là", a "achevé de me convaincre que ça ne fonctionne pas comme ça devrait fonctionner", a lancé le ministre démissionnaire, y voyant le symptôme "de la présence des lobbies dans les cercles du pouvoir". Des déclarations rejetées comme "un beau prétexte" par M. Coste.

Bougrain-Dubourg se sent "orphelin", Greepeace dénonce un "gâchis"

Chez les défenseurs de l'environnement qui s'interrogent sur la capacité d'un autre à faire mieux que Nicolas Hulot, l'humeur était morose.

Greenpeace a dénoncé un "gâchis", tandis que le président de la Ligue de Protection des oiseaux (LPO) Allain Bougrain-Dubourg se sentait "orphelin". "L'écologie perd son seul allié au gouvernement", pour la Fondation pour Nature et l'Homme créée par Hulot.

___

+ Lire aussi : La démission de Nicolas Hulot suscite un déluge de réactions

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/08/2018 à 16:36 :
Hulot tête de liste aux Européennes...quatre ou cinq députés EELV de plus ?Résultat dérisoire devant la montée des extrémistes de droite .(car ceux de gauche tout aussi nuisibles ne sont pas crédibles ).Comme aux deux dernières élections il faudra choisir le plus européen des candidats...! Macron...
a écrit le 30/08/2018 à 8:02 :
Prevenir les citoyens et non pas le gouvernement est un jugement de valeur non équivoque sur cette équipe , plus préoccupée de com que d'efficacité !
a écrit le 29/08/2018 à 23:13 :
Hulot n'est pas irremplaçable et manque cruellement de pragmatisme . Il aurait voulu tout transformer â son image utopique .
De tout façon, nous serons bien obligés dans les années à venir de modifier nos comportements ...pour préserver notre planète.
a écrit le 29/08/2018 à 12:31 :
Les Verts n' ont jamais réussi en politique , peut être par ce qu'ils en font de trop !
Dans sa catégorie la France est plus vertueuse et cela se voit à notre porte monnaie,
pendant ce temps les Allemands,Polonais,Chinois,Américains se chauffent au charbon...
Chercher l' erreur ? On ne peut pas demander aux Français de laver plus blanc que blanc .
a écrit le 29/08/2018 à 7:52 :
Quand je pense que Hollande avait réussi a imposer la COP21 au monde entier!15 jours d'ateliers,de tractations et de compromis pour arriver a un texte d'avant garde.Les français l'ont bien sous estimé quand on voit Macron.Macron fournit l'exploit de faire exploser la taxe carbone ET la pollution (en meme temps)
Réponse de le 29/08/2018 à 20:46 :
N'importe quoi, mais s'agissant de votre champion mou, vous vous faites des illusions !! Présentez Leonarda, ou Trierweiller, elles au moins, elles ressemblent à quelque chose !!
a écrit le 29/08/2018 à 0:07 :
Les tribulations de Monsieur Hulot ! Il n’a jamais tenu ferme nulle part sauf dans l’eau quand il faisait ses émissions télévisées ! Par contre je salue son courage et me fait penser à Rocard qui disait : un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne ! Sa participation à ce gouvernement était incongrue et devait le conduire inéluctablement à la démission. Il n’était pas fait pour tenir un poste ministériel : technicien écolo oui mais fonctionnaire non !
a écrit le 29/08/2018 à 0:07 :
Les tribulations de Monsieur Hulot ! Il n’a jamais tenu ferme nulle part sauf dans l’eau quand il faisait ses émissions télévisées ! Par contre je salue son courage et me fait penser à Rocard qui disait : un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne ! Sa participation à ce gouvernement était incongrue et devait le conduire inéluctablement à la démission. Il n’était pas fait pour tenir un poste ministériel : technicien écolo oui mais fonctionnaire non !
a écrit le 28/08/2018 à 21:21 :
EM liberalise la chasse,il fait comme Trump.Trump a diminué les impôts pour les entreprises et les plus riches,EM a fait la même chose.Trump a bombardé la Syrie secondé par EM. Macron a signé le traité CETA avec la Canada , qui aggrave le réchauffement climatique.Trump annule les mesures prises par Obama pour lutter contre les émissions de CO2.Ces deux-là ont beaucoup de points de convergence.
a écrit le 28/08/2018 à 20:37 :
Chasseurs de France nous dit que N. Hulot "avait validé toutes les réformes". On peut se poser la question de savoir pourquoi il a validé ces réformes si c'est pour les dénoncer ensuite ? Pourquoi ne pas taper du poing sur la table ? De plus lorsqu'on accepte d'être ministre de la France on se doit d'être respectueux de la fonction et de ne pas s'enfuir de cette manière.
a écrit le 28/08/2018 à 18:09 :
C 'est le nombre de bulletins de vote EELV qui comptera ,sinon bien sûr ,nous sommes tous plus ou moins sensibles à la défense de l'environnement ...A condition de ne pas payer des taxes exorbitantes sur le gazole ,l'électricité des éoliennes en mer six fois plus cher que le courant des centrales nucléaires et surtout de ne pas nous supprimer le foie gras comme à la foire de Cologne. !
Réponse de le 29/08/2018 à 20:49 :
@filou : vous n'êtes pas loin... Elections 2019, démission en 2018... On peut être écologiste, mais aussi politicien !!! Hulot, tête de liste EELV, je prends le pari !!
a écrit le 28/08/2018 à 17:43 :
Belle manoeuvre !
...... un peu de mépris pour Macron et Philippe : ils le valent bien !
a écrit le 28/08/2018 à 17:23 :
"Et lundi, l'Elysée a annoncé la baisse du prix du permis de chasse de 400 à 200 euros par an".

Et le permis de pêche c'est pour quand ?
Réponse de le 28/08/2018 à 17:41 :
...et le permis de conduire ???
a écrit le 28/08/2018 à 17:18 :
Moi je crois que Nicolas Hulot ne voulait pas assumer la baisse du budget faramineux (35 milliards) du Ministère de l'Ecologie.. pour la chasse (je ne suis pas chasseur), j'en comprends la nécessité à la vue de l'explosion des populations de gros gibiers (sangliers, cervidés et chevreuils).. pour trouver les données, il suffit d'avoir une connection internet..
a écrit le 28/08/2018 à 17:04 :
Ce n'est pas la première personne de la société civile devenue ministre a se faire "découper"... Libéré de son carcan de ministre, espérons que comme B.B. il dise des vérités qui fâchent! Sa crédibilité est en jeu.
a écrit le 28/08/2018 à 15:38 :
Je dirai tout simplement que cette réunion avec les lobbies a été très déterminante..... il y a vraiment matière à réflexion
a écrit le 28/08/2018 à 14:35 :
Hulot servait d'alibi au gouvernement de Philippe(celui là appartient au lobby nucléaire)mais aucune mesure sérieuse contre le réchauffement climatique ou en faveur de l'écologie n'a été prise par ce gouvernement.La seule chose positive c'est l'arrêt de NDDL. Tout ceci n'est pas étonnant,le tandem Macron-Philippe est complètement sous la coupe des lobbies divers et variés(nucléaire,Bayer-Monsanto,FNSEA,banque-assurances, etc.,etc.)
Réponse de le 28/08/2018 à 17:57 :
@ Faux naïf
« aucune mesure sérieuse contre le réchauffement climatique » soit. Ce qui n’empêche pas de taxer à tout va sur le carbone et les carburants.
Les présuppositions sur le rôle essentiel du CO2 anthropique dans le réchauffement climatique sont des hypothèses, des postulats .Elles sont devenues des vérités par la grâce performative des spécialistes du GIEC.
Au sujet du climat une seule observation factuelle, le réchauffement est bien réel. Quant aux causes, je suis désolé de constater que, quoiqu’on veuille nous le faire croire, il n’y a ni unanimité, ni consensus de la communauté scientifique sur ce sujet. La simple lecture des blogs spécialisés contradictoires, sur lesquels la communauté scientifique s’exprime, en est la meilleure illustration.
Je n’ai pas trouvé à ce jour après 20 ans de suivi, et des kilomètres de lectures, de démonstration non orientée, (ne provenant, ni du GIEC, ni d’associations ou d’ONG) donnant une valeur sure du taux de CO2 anthropique dans l’atmosphère.
A savoir quand même que les océans représentent la majeure partie de la surface du globe et constituent un immense réservoir de CO2 contenant 60 fois sa quantité dans l'atmosphère.
a écrit le 28/08/2018 à 14:28 :
Ce que l'on peut retenir de son passage , c'est les taxes sur les carburants impactant massivement le petit peuple laborieux qui trime et a du mal à gagner son pain , qui lui sera revaloriser . Vive l'inflation elle fait des heureux à ceux qui n'en avaient pas besoin .
Réponse de le 28/08/2018 à 15:31 :
Hors taxe carbone qui augmentera chaque année jusqu'à 150€/tonne (on est à 60, c'était 40 en 2017) la fiscalité augmentée début 2018 sur les carburants, c'est fait pour compenser les baisses de charges sur les salaires (les gens qui travaillent, redressent le pays (?? :-) ), créent de la richesse, etc etc). Ce qui n'est pas encaissé doit provenir d'une autre 'source'.
L'avenir est au zéro pétrole, à nous de "changer nos habitudes" comme ils disent, avec justesse. Mais ça sera long et coûteux (c'est cher le vélo, fibre carbone, ... :-) ).
a écrit le 28/08/2018 à 13:43 :
Dans les jours qui viennent, Hulot va en prendre plein la tête. Ces détracteurs de toujours vont se régaler, ses soi-disant amis écolos vont le disperser façon puzzle (mais cela faisait un moment qu'ils ne se gênaient pas)... sans parler du vulgum pecus qui poste à longueur de journée sa haine et/ou son mépris pour ceux qui essaient de faire, et si possible, qui échouent...
Hulot, ce n'est pas ma tasse de thé, mais il a essayé de faire bouger les lignes. Et c'est parce qu'il a compris que c'était mission qu'il abandonne. De toutes façons, aucun de ses projets n'auraient été validés par l'Assemblée Nationale (les députés n'oublient pas à qui ils doivent leur poste).
Je respecte sa décision, comme je respecte toute personne qui s'investit dans une mission, aussi petite soit-elle. Non mais vous avez vu sa tête, depuis son entrée au gouvernement ? A l'inverse de Macron et des autres, je n'ai pas l'impression qu'il s'est éclaté dans son poste !
Je ne sais pas si l'écologie y a perdu quelque chose. Je ne sais pas si nous avons perdu quelque chose. Mais je sais que Macron et son gouvernement on perdu la dernière caution un peu humaniste qu'il lui restait.
A présent, il ne reste plus que l'argent et le chacun pour soi.
Réponse de le 28/08/2018 à 17:20 :
Moi, je comprends que l'on puisse être écologique, j'ai des panneaux, je me chauffe au bois que je fends moi-même au merlin.., mais je déteste les négationnistes scientifiques, et tous ceux qui mentent devant les données.
a écrit le 28/08/2018 à 13:27 :
On attend d'un ministre qu'il mette en œuvre des solutions bien étudiées, pour faire progresser efficacement son sujet sans trop détériorer le reste. On attend de lui qu'il bosse en équipe.

Nicolas HULOT était sur le registre de la politique-spectacle, menée avec de grands coups médiatiques et des mesures symboliques.

La mise en scène dans la presse de ses états d'âme était insupportable. On se demandait si on avait affaire à un ministre d’État ou à un grand adolescent romantique.

Il a passé un an à menacer son gouvernement de démissionner (la classe), et finit par le faire sans prévenir personne (charge aux autres de nettoyer sa m**** et de lui trouver en catastrophe un successeur au milieu du tintouin médiatique).

La goutte qui aura fait déborder le vase pour lui était la baisse du prix des permis de chasse, une mesure franchement électoraliste mais qui n'aura en fait des conséquences que sur l'humeur des chasseurs et (à la marge) sur le budget de l’État.

Bref, il se sera concentré durant tout son mandat que sur des mesurettes insignifiantes ou bien des politiques franchement contreproductives (fermeture de Fessenheim).

L'homme n'est fondamentalement pas mauvais, il n'était juste pas prêt à assumer la complexité et les compromis de la gestion publique.
a écrit le 28/08/2018 à 13:07 :
Les lecteurs les plus curieurx auront remarquer la suppression de la mention du traité de Maastricht dans sa déclaration :)
a écrit le 28/08/2018 à 13:03 :
Voilà une bonne nouvelle peut être que maintenant il y aura un coup d’arrêt sur l’augmentation des taxes sur l’énergie dont l'écologie n'est qu'un alibi. Nous qui vivons en province dans des petites villes nous avons besoin de nos véhicules pour se déplacer et travailler à inverse des Parisiens.
a écrit le 28/08/2018 à 13:02 :
Bon débarras, il avait déjà assez fait de dégâts :
-abandon de NDDL qui va coûter une blinde (probablement plus que la construction du nouvel aéroport), payée sur fonds publics et qui ne résoudra aucun des problèmes auxquels NDDL apportait une réponse (absorption de l'augmentation du trafic aérien, nuisances et risques liés au survol à basse altitude au décollage et à l'atterrissage de zones densément peuplées
-hausses faramineuses sous prétextes écologiques des taxes sur les carburants et le gaz qui ont largement contribué à étouffer la croissance
-sans même parler du haro complètement irrationnel sur le glyphosate dont rien de tangible à ce jour ne prouve la nocivité.
a écrit le 28/08/2018 à 12:40 :
Sans avertir le président???? , c'est du confirmé ou alors c est du #google????je sais que n'aurai pas de réponse du journaliste et que je me suis trompé de métier???
a écrit le 28/08/2018 à 11:54 :
DÈS LA NOMINATION DE HULOT COMME MINISTRE D’ÉTAT, FRANÇOIS ASSELINEAU AVAIT EXACTEMENT ANTICIPÉ CE QUI ALLAIT ARRIVER, DANS L'ENTRETIEN D’ACTUALITÉ DU 17 MAI 2017. Vérifiez-le vous-même ..


https://www.youtube.com/watch?v=V5tgaiTWbGI&list=PLKVgrNogVYWKMzAxhvQyyeXnBFn0wh4yo&index=31&t=1817s
a écrit le 28/08/2018 à 11:45 :
Ont se demande pourquoi ? après avoir avalé toutes ces couleuvres , il pouvait continuer , personne ne faisait plus attention à lui , franchement il perd des années de ministres .
a écrit le 28/08/2018 à 11:43 :
Le courage, la lucidité et l'intégrité de Hulot sont remarquables ;

Edouard PHILIPPE DARMANIN et les MODEM peuvent "en prendre de la graine" !!! qu'ils partent et s'ELOIGNENT tous tout de suite du lisier nauséabond LaREM,
a écrit le 28/08/2018 à 11:30 :
La démission de Hulot est une anecdote pour les citoyens de ce pays. La quasi totalité des français se contrefichent de la qualité de leur environnement. L'essentiel pour eux est que le marché des SUV leur propose chaque année de nouveaux modèles toujours plus polluants mais au combien marqueur de leur "statut social", et que les canons à neige assurent un enneigement minimal pour la semaine de ski en famille...
Le reste n'est que bavardage...
a écrit le 28/08/2018 à 11:25 :
Il va pouvoir avoir son propre ministère avec ses propres serviteurs.
Car après avoir fait collaborateur, concierge, bagagiste...il connaît par cœur les plans des bâtiments du ministère de la transition écologique universelle et interplanétaire.
a écrit le 28/08/2018 à 11:23 :
Un homme intègre, qui a des principes et qui ne demandait qu’à œuvrer pour le bien commun. Quel dommage et quel gâchis, dans ce contexte où des hommes comme lui sont indispensables pour sauver ce qui peut l’être.
Les forces en présence ne lui étaient pas favorables et il semblait bien seul face à des lobbies, du conservatisme primaire, tournant pour certains jusqu’à une forme de dogme et aux stériles postures politiques. Des doctrines et des pratiques dont on aura du mal à sortir, puisque les rapports de force semblent toujours prédominer, en lieu et place du bon sens.
Certes, il aurait pu profiter du poste et faire des mesurettes pour maintenir une illusion et se donner bonne conscience, mais il n’a probablement pas besoin de ce genre de subterfuge intellectuel ou moral.
C’eût été une forme de lâcheté ou de lent déclin que ces compromissions perdant/perdant. Je crois au contraire qu’il a pris une décision courageuse et on peut le remercier d'avoir essayé.
Le problème grave, c’est que ce n’est pas la première victime collatérale de valeur et que la récurrence devrait interroger tout le monde sur les décisions prises et sur les contradictions des uns et des autres. D’autant qu’il semblerait que l’on n’a plus droit à l’erreur et c’est bien ce qui parait choquant. Que certains sans scrupules s’amusent à les enchainer, pendant que d’autres en subissent les effets.
Je ne sais pas si tout le monde a cette impression ? que ce n'est pas la planète qui devient « insalubre », mais que ce sont aussi les esprits. Ce n’est rassurant ni pour l’avenir du pays, ni pour la planète.
Alors mieux vaut garder un esprit libre et bien-pensant, plutôt qu’un ministère.
Chacun ses responsabilités et il faut espérer que cette décision réveille les consciences. Mais ne rêvons pas trop.
a écrit le 28/08/2018 à 11:22 :
En fait, depuis le début du gouvernement, tout le mode se demandait combien de temps Hulot allait rester. Ce n'est pas la première fois qu'il participe à un gouvernement et c'est tout le temps le même scénario. On lui fait avaler tellement de couleuvres qu'à un moment, il n'en peut plus et démissionne. Pour moi, Hulot est vraiment sincère. Il cherche à faire changer les choses et mettre en avant l'écologie, mais il a affaire à des gouvernements qui se moquent de l'écologie comme de leur premières chemises. Macron n'a jamais montré la moindre sensibilité à l'écologie. Il devrait plutôt avoir le rôle de conseiller auprès des gouvernements, ce serait plus honnête que de lui confier un ministère où il n' aucun pouvoir.
Quant au fait qu'il n'avait prévenu ni Macron, ni Philippe, je n'y crois pas vraiment. Et puis de toute façon, il doit les menacer de démissionner tous les 15 jours. Cette fois-ci, il s'est exécuté.
a écrit le 28/08/2018 à 11:13 :
La démission de Hulot est une chance HISTORIQUE:Cosse est sans emploi,Placé est en pleine dérive,de nombreux militants écologistes dans l'attente.Le gouvernement doit faire un geste.
a écrit le 28/08/2018 à 11:10 :
La magie écologique n’a pas opéré. Il a fait ses comptes Hulot et non seulement son image est abîmée et il perd de l’argent mais en plus, il ment à lui même, à ses proches et à nous sans dents.
Il a décidé ce matin d’arrêter les frais et probablement il choisira de se faire aider comme Vincent Placé.

Il n’etait pas de taille dans ce banc de requins.

Sinon, parlons fiscalité, c’est quoi la petite taxe de la semaine ? Son assiette ? Elle est écologique et vivre ensemble compatible ?
Réponse de le 28/08/2018 à 19:53 :
J.V Placé a effectivement besoin d'aide pour sa reconnaissance des couleurs. Quand on est Jaune et qu'on se prétend Vert, il ne faut pas pousser sur le Rouge, sinon on se retrouve complètement...Noir !
a écrit le 28/08/2018 à 11:10 :
ça sent le roussi ,
le Gouvernement actuel ne va plus durer longtemps ; la bronca populaire qui se renforce va obliger Jupiter junior à changer de politique .
Hulot l'intuitif comprend que le séisme est imminent .
a écrit le 28/08/2018 à 10:48 :
Sur 40 millions d'électeurs les écologistes ,dans les urnes ,sont au maximum 1ou2 .Les chasseurs avec leur famille et leurs amis 7ou 8......Les prochaines élections auront l'avantage de clarifier la répartition des opinions.
Réponse de le 28/08/2018 à 11:10 :
Je crois que vous vous trompez, il y a beaucoup de personnes « ecolos » qui vivent en ville et en campagne votant dans tous les horizons politiques sans forcément voter « les verts ».
Bien plus que de chasseurs .
a écrit le 28/08/2018 à 10:33 :
Les chasseurs ont été probablement la goutte qui a fait déborder le vase. Il faut dire que Macron ne fait que des erreurs d'analyse depuis quelques mois. L'écologie, il s'en tape, Hulot veut sauver les espèces protégées et que fait Macron, il va permettre le développement de la chasse. On va canarder partout dans nos campagnes et nos forêts
tuant un peu n'importe quoi comme avec les pêcheurs. Et dire que Monsieur Hulot voulait réintroduire les ours dans les Pyrénées. Il a raison de partir, Jupiter a haute dose, ça doit déprimer le moral.
Réponse de le 28/08/2018 à 19:56 :
Il n'y a pas besoin des chasseurs pour tuer les oiseaux migrateurs !
Les éoliennes, qui ne tournent que 18 % du temps sont très efficaces pour massacrer tout ce qui vole, oiseaux, chauve-souris et insectes utiles !
a écrit le 28/08/2018 à 10:32 :
Ce type ne cesse de pleurnicher et de butiner ici ou là depuis vingt ans! En réalité rien de nouveau.
a écrit le 28/08/2018 à 10:32 :
Quand on voit la position de Trump qui nie la realite sur le rechauffement produit par les activites humaines, et le peu d'urgence qu'il y a a changer nos modes de consommation, on peut difficilement etre optimiste. L'impact des activites humaines sur le rechauffement climatique est connue depuis 50 ans (65 scientifiques avaient a l'epoque remis un rapport au president Johnson sur les risques associes a l'augmentation des emissions de carbonnes). Je pense qu'Hulot avait l'espoir de pouvoir influer sur certaines choses, mais on voit bien que c'est lent et que la plupart du gouvernement (et des hommes politiques) ne sont pas convaincus par l'urgence. Tous les rapports scientifiques tirent la sonnette d'alarme (effondrement de la biodiversite, deforestation, emissions de CO2, fonte inhabituelle de la banquise, records de temperatures globales, risque d'embalement...). Le probleme c'est qu'on a des hommes politiques qui se concentrent sur les feu de brindilles sans voir qu'un peu plus loin la foret commence a bruler.
Réponse de le 28/08/2018 à 14:18 :
C'est pas fini :

Dans l'Alaska, les ours polaires, les loups et leurs petits vont pouvoir être traqués jusque dans leur tanière grâce à un décret signé par le président américain Donald Trump. Le décret autorise la chasse sur plus de 300.000 km² de réserves naturelles protégées en Alaska. Voté en amont au Congrès à 52 voix contre 47, le texte était demandé par les Républicains depuis la promulgation de l'Alaska National Wildlife Refuges Rule instauré en 2016. Avril 2017
a écrit le 28/08/2018 à 9:58 :
N. Hulot chassé par les chasseurs !
a écrit le 28/08/2018 à 9:45 :
Il a raison, car personne ne va le regretter.. on peut même se demander s'il convient d'avoir un Ministère de l'Ecologie, car la notion d'environnement durable doit être évidemment présente dans tous les Ministères. Dans ces temps où les économies doivent être enfin trouvées, les compétences(?) et énergies (?) des personnes qui ont en charge que Rien ne se passe peuvent être utilisées de façon plus efficace. Notons que sa faconde guerrière aura fait pschiiitt..
Réponse de le 28/08/2018 à 11:15 :
@bh
"La notion d'environnement durable doit être évidemment présente dans tous les Ministères. "
.... VOEU PIEU!
a écrit le 28/08/2018 à 9:44 :
Et cela tombe étonnement quand les ministres et le président croulent sous les casseroles et les opinions défavorables...

Espérons que tout le monde aura bien vu l'imposture du gars au moins. Il doit avoir peur que cela lui fasse perdre des parts de marchés pour ses sociétés tout ça... -_-
a écrit le 28/08/2018 à 9:39 :
Ben voyons xD

Vous y croyez franchement à vos mensonges ? Qu'un ministre qui s'est vendu à Macron va démissionner sur un cas de conscience après un an et sans prévenir ?

Haha. C'est sans doute la palme de l'année cette nouvelle journalistique.
a écrit le 28/08/2018 à 9:36 :
Il n'a pas tord mais c'est dommage, il faut des hommes de conviction sur l'écologie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :