Non, la presse ne doit pas être un bouc émissaire !

 |   |  459  mots
(Crédits : La Tribune)
Communiqué de la Société des Journalistes de La Tribune, en association avec 43 associations de journalistes de la presse française.

Depuis quelques semaines, un peu partout en France, lors des manifestations des « gilets jaunes », des journalistes sont empêchés d'exercer, insultés, malmenés physiquement, voire blessés, par des manifestants et/ou des policiers. Des journaux font face à des intimidations et à des blocages de parution. Sur les réseaux sociaux, les invectives sont légion à l'encontre des médias.

Et la liste des atteintes à la liberté de la presse s'allonge inexorablement. Le simple constat qu'il faille désormais à des journalistes des agents de protection pour espérer rentrer sains et saufs à leur rédaction est inadmissible.

Dans un climat de défiance vis-à-vis des médias, la critique est nécessaire. La presse n'est pas exempte de reproches. Et les journalistes sur le terrain sont les premiers à s'interroger au quotidien sur la manière la plus juste et la plus honnête de couvrir l'actualité. Mais aucune défiance vis-à-vis de la profession, quelle qu'elle soit, ni désaccord avec une ligne éditoriale, un titre ou un reportage ne peuvent justifier les violences de ces dernières semaines.

Empêcher les journalistes de faire leur travail, c'est empêcher les citoyens d'être informés, c'est tout simplement menacer la démocratie.

Les Sociétés de journalistes (SDJ) et Sociétés de rédacteurs (SDR) de nombreuses rédactions, des associations de journalistes, des syndicats, ainsi que le collectif Informer n'est pas un délit et Reporters sans Frontières (RSF) condamnent de la manière la plus ferme les violences. Ils rappellent avec force que la liberté d'informer est fondamentale et indispensable à une démocratie saine. Les journalistes sont là pour rapporter les informations, y compris dans les pays où la liberté de la presse n'existe pas.

Ils apportent leur soutien à l'ensemble des journalistes et accompagnants qui, ces dernières semaines, ont été agressés ou blessés en couvrant des mobilisations de « gilets jaunes ».

Les signataires:

Les Sociétés de journalistes (SDJ)Sociétés de rédacteurs (SDR) ou Société civile des journalistes  de : l'AFP, Challenges, La Tribune, Le Figaro, Le JDD, Le Monde, Le Parisien - Aujourd'hui en France, Le Point, Les Echos, L'Express, Libération, L'Obs, Paris Match, Premières lignes, Télérama, Sud-Ouest, 20 Minutes, M6, France Info, Franceinfo.fr, France Inter, Europe 1, Radio France, RFI, RTL, BFMTV, Cnews, Franceinfo TV, France 2, France 3, France 24, LCP, TF1

Reporters sans frontières (RSF)

L'Association des journalistes de l'information sociale (Ajis), l'Association des journalistes parlementaires (AJP), l'Association des journalistes médias (AJM), l'Association de la presse judiciaire (APJ), l'Association de la presse présidentielle (APP), le collectif Informer n'est pas un délit,

Le Syndicat national des journalistes (SNJ), le Syndicat national des journalistes CGT (SNJ-CGT), la CFDT-journalistes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2019 à 21:48 :
"Informer n'est pas un délit" et "La liberté d'informer est fondamentale et indispensable à une démocratie saine". "Les journalistes sont là pour rapporter les informations".

Et si on parlait de l'affaire Battisti? Combien de journalistes ont pris le parti du criminel Battisti? Où sont-ils maintenant ces donneurs de leçons?

Les journalistes sont là pour rapporter les informations? C'est nouveau?
a écrit le 16/01/2019 à 19:54 :
Dans la pratique «  malheureusement «  quand il existe des enjeux et des jeux interdits ou des manipulations cachées ( camouflées)qui dépassent bien des cadres ordinaires et publiques «  nous sommes tous des boucs émissaires « 

Non «  aux manipulations des consciences collectives & universelle et dans le monde entier et non aux violences qu’elle que soit la forme et qui que ça soit.
a écrit le 16/01/2019 à 11:07 :
Je relève dans le texte une référence aux violences policières..Mais qui ouvre les hostilités? Les casseurs ou les policiers. Je paie des impôts pour que la force publique me protège moi et mes biens. Ied policiers ne font que leur boulot.
a écrit le 16/01/2019 à 10:15 :
Même Télérama dénonce la connivence de BFMTV à nous faire aimer la famille du vrai faux opposant Le Pen.
La promotion des extrêmes, irréconciliables et divisant l'intérêt général du peuple, saute aux yeux..
https://www.telerama.fr/television/bfmtv-reussit-la-rentree-politique-de-marine-le-pen,n6090334.php?fbclid=IwAR2QMsuS2HrBkuvQ4sFTmVG7lRDLLdChNRbHZXarP6KnLJ1AuJkoEI5AFgc#09LHvmW6wE68XBYV.01
a écrit le 16/01/2019 à 10:13 :
43 associations de journalistes ! Wah ! c'est impressionnant.
Et quel beau métier ! : le dernier donnant encore droit à un abattement fiscal.
Même si on ne se prive pas de critiquer le gouvernement, voire de tout faire pour le déconsidérer aux yeux du public.
Ce qui aide bien pour freiner les réformes, il est vrai.
a écrit le 16/01/2019 à 10:13 :
On est d'accord, mais pourquoi on en est arrivé là ?
Quel journal est indépendant ?
Comment faire confiance à une information diffusée par des journaux, médias, groupes de médias en général, propriété de patrons proches des pouvoirs pour lesquels ils ont oeuvrés à leur mise en place. Des journaux qui vivent de la publicité et qui nécessairement sont obligés de prendre en compte la "philosophie" de leurs annonceurs.
Les journalistes font tous leur travail et il est utile s'il le fasse bien, mais ont ils les moyens de le faire valoir dans de bonnes conditions ? Je ne pense pas et c'est regrettable, parceque "l'information" semble plus crédible sur les réseaux, ou la manipulation, les fakes news sont un autre problème.
La démocratie repose sur une presse qui diffuse une information
dont le lecteur doit être certain de son impartialité. Vu la pléthore et donc la concurrence entre les médias, les limites, l'urgence, le sentationnel me semble prendre le pas sur l'éthique, la réflexion, l'analyse. Bref, l'information de masse suit la consommation de masse. Il y en a de plus en plus, d'une qualité industrielle, mondialisée, insipide, nocive à l'image de la Junk Food.
a écrit le 16/01/2019 à 9:20 :
Étant un soutien de RSF et de la presse dans son ensemble, Indignation justifiée et partagée. Je regrette seulement que votre indignation soit sélective. Quand des politiques (de tous bords) fustigent la presse, Je ne vois pas de tribune ! Votre titre me fait penser à "responsable mais pas coupable". Un exemple parmi des centaines, il a fallu 9 semaines et l'agression de journalistes pour que la presse commence à parler des bavures policières., un hasard .. Il n'y a pas d'effet sans cause... bonne réflexion :)
Réponse de le 16/01/2019 à 11:36 :
c est exat, moi non journal de departement apres 9semaine a fais Un article endissant d d ou partirasla nouvelles manifestations de samedie prochain, , je dirais que la presse et les radios et les chaines invite trop souvent les menes personnes proches des positions du pouvoir,,? beaucoup d inteclectuel sont priver d entenes en France j en citerais un grand philosophe qui vient d ecrire sont 100 livres sur les travers de la societe/// michel onfray: :///vous pouvez le trouver sur youtub ecoute le vous verrais que notre societe est bien malade ???
a écrit le 16/01/2019 à 8:31 :
"Utilisation de la petite malhonnêteté. — La puissance de la presse consiste en ce que chaque individu qui est à son service ne se sent que très peu obligé et lié. Il dit ordinairement son opinion, mais quelquefois aussi il ne la dit pas, pour servir son parti ou la politique de son pays ou enfin soi-même. Ces petits délits de malhonnêteté ou peut-être seulement de silence malhonnête ne sont pas lourds à porter pour l’individu, mais les conséquences en sont extraordinaires, parce que ces petits délits sont commis par beaucoup de geris en même temps. Chacun d’eux se dit : « Au prix d’un si petit service, je vivrai mieux, je pourrai trouver ma subsistance ; par l’absence de tels petits scrupules, je ne me rendrai pas impossible. » Comme il paraît moralement presque indifférent d’écrire ou de ne pas écrire une ligne de plus, et encore peut-être sans signature, un homme qui possède de l’argent et de l’influence peut faire de toute opinion l’opinion publique. Celui qui sait à ce propos que la plupart des hommes sont faibles dans les plus petites choses, et qui veut atteindre par eux ses propres fins, est toujours un homme dangereux. " Nietzsche Humain trop humain.
a écrit le 16/01/2019 à 6:47 :
Edwy Plenel expliquait à un de ses confreres sur France culture que beaucoup de journalistes avaient oublié leur coeur de métier qui est de « produire une information « .

Il en précisait le sens afin de bien faire la difference avec l’activité de « commentaire » pratiquée par beaucoup de journalistes.

Ce travail nécessite d’aller sur le terrain de reunir les faits, de les vérifier, puis de les transmettre.

Ceci est tres different de ce que beaucoup de stars médiatiques font actuellement : ils ne font que commenter.

Or le commentaire peut etre fait par n’importe qui depuis l’avenement des reseaux sociaux.

Si je l’ai bien compris, C’est une question de survie désormais pour cette profession de revenir aux fondamentaux du métier.

Ce pount de vue est interessant et montre
que cette profession est également touchée comme beaucoup d’autres sur les ronds points par la disparition du travail (algorithmes, logiciels, IA, uberisation...) bien plus que par sa delocalisation.
Réponse de le 16/01/2019 à 7:41 :
Les contre-mesures sont possibles.
Le cas Uber illustre bien la capacité des professionnels a se protéger, et à faire echec a ce processus de ringardisation, avec une sortie par le haut pour tous (meilleure qualité de service pour l’usager, maintien de l’emploi).
D’autres veulent taxer les logiiels et les machines, pour redistribuer.
Mais on ne voit pas de sortie par le haut avec ce type de mesure qui risque de rendre passifs les beneficiaires
Réponse de le 16/01/2019 à 8:15 :
@City Zen

Vous soulevez le problème majeur de notre époque dans la fin de votre post. La France a d'abord connu la délocalisation dans des pays à fiscalité ou aux couts de main d’œuvre moins élevés. Mais ce fut aussi l'occasion pour les entreprises de servir de nouveaux marchés à couts logistiques plus faibles. Donc oui une partie de l'emploi en a fait les frais. Ensuite, et c'est maintenant le cas depuis quelques années, les technologies du numérique ont commencé à grignoter les métiers (toutes catégories). Autant, sur la première vague de mutations (la délocalisation), on est un peu démunis (un certain temps tout au moins, certaines relocalisent déjà), autant sur la question du numérique nous avons les moyens de réagir.

Mais ça va demander plusieurs conditions essentielles:

- démystifier le numérique qui n'est qu'une profession comme une autre
- que les entreprises développent la conversion. C'est leur intérêt et elles s'y mettent d'ailleurs (former en interne au numérique)
- que les entreprises forment systématiquement au numérique toutes les professions et ce à titre prévisionnel (flexibilité ultérieure)
- que se développent un tissu d'entreprises axées vers la formation au numérique et selon un mode ultra flexible (j'ai lu qu'aux usa, une startup reconvertissait des ouvriers sidérurgistes de la rust belt à la programmation)
- que l'état facilite cette transition bien au delà de l'appui aux startup. Il faut donner confiance à ceux qui ont perdu leur job et les amener vers le numérique (tout le monde peut faire).

Le sujet de la confiance est majeur.
a écrit le 16/01/2019 à 2:57 :
En France, les médias remplissent leur journaux de trois types d"informations :
- Des petites phrases : Sorties de leur contexte, ils n'apportent absolument rien si ce n'est des titres aguicheurs mais réducteurs voire mensongers. Exemple, la phrase du président sur les 'gens qui décon.nent". Quand on regarde la vidéo, cette phrase n'a pas du tout la signification que la presse lui donne en la sortant de son contexte.
- Des sondages qui tiennent lieu d'analyse politique. Un sondage est réducteur et facilement orientée suivant la question. Ouvrez le NYT , le WP ou le Guardian, voyez vous beaucoup de sondages ?
- La mise en avant systématiques des mauvaises nouvelles et des critiques sur la France : il faut faire du buzz a bon compte. Quand on lit la presse français, on devient vite neurasthénique, on a moins confiance dans son voisin, dans son pays, dans son avenir.
La presse a une grande responsabilité dans l'état moral du pays.
a écrit le 16/01/2019 à 2:38 :
Il faudrait commencer pas ne pas donner un porte voix a ceux qui vous agressent .
Pour faire des images chocs, certains médias nous ont servi du gilet jaune 24h /24h pendant des mois.
Ces médias ont servi la soupe a des gens qui prétendent parler au nom du "peuple" et remettre en cause le vote républicain.
Mais de quel droit ?
a écrit le 15/01/2019 à 23:45 :
Oui, la presse est essentielle à la démocratie.

Mais la Presse d'aujourd'hui que villipende les GJ (et bien au-delà) est une presse
- qui focalise sur le titre-spectacle pour son audience en déformant la plupart du temps la réalité
- qui présente souvent 1% des cas comme une généralité

>>> On est passé de la liberté d'expression, à la liberté de des-information... et les torts faits à la Démocratie sont très forts, notamment dans la capacité du "peuple" à juger sur base d'éléments factuels .... et compréhensibles-pédagogiques....
Peut-être que ce dernier mot est l'un des avenirs de la Presse.
a écrit le 15/01/2019 à 21:40 :
entièrement d'accord pour etre contre la violence. Cependant, les journalistes ne font plus leur travail. allegeance aux pouvoirs, aux publicitaires, informations eronées fausses, journaux d'opinions comme le Monde que je lis depuis 40 ans qui est devenu un journal d'opinion avec ce que cela sous entend. France 2 qui ment par omission, BFMTV qui oriente l'information pour faire du catastrophisme. Je lis la Tribune car vous etes globalement les plus honnetes dans le traitement de l'information. Quelques exemples. France 2 fait un reportage sur la manifestation contre Salvini avec le maire de catagne qui lutte pour les migrants. Pas d'information sur l'exploitation des migrants dans son village avec les 35€ par jour par migrant donnés par l'europe à la marie.Salvini le condamne pour détournement d'argent et exploitation des migrants. aucune information. France 2 idem 15 mn sur l'accident de gaz à paris et 10 mn sur les etats unis pour des imbecilités qui ne concernent en rien les francais. 5 mn sur les gilets jaunes. des journalistes qui ne verifient pas leur informations. pourquoi la société des journalistes ne fait pas son travail en condamnant les journalistes. Personnellement, je passe des examens tous les ans pour continuer mon métier. visiblement ce n'est pas le cas pour les journalistes qui se disent 4 eme pouvoir.
Réponse de le 16/01/2019 à 2:40 :
En clair, les journaux qui mentent sont ceux qui ne sont pas de votre avis. Ils doivent être fermés et les journalistes agressés.
Cela s'appelle un dictature.
a écrit le 15/01/2019 à 18:25 :
"Empêcher les journalistes de faire leur travail, c'est empêcher les citoyens d'être informés, c'est tout simplement menacer la démocratie".

Ouf, il y a l'erreur humaine :
Filmée samedi par les équipes de France 3, une pancarte sur laquelle était écrit "Macron dégage", place de l’Opéra, a été effacée avant la diffusion d’un reportage sur les Gilets jaunes, samedi dans le "19-20". La rédaction de la chaîne a présenté ce dimanche ses excuses.C’est une erreur humaine. Nous en avons identifié l’origine. Cela ne se renouvellera pas."
Réponse de le 15/01/2019 à 19:48 :
Donc comme une équipe a manqué de déontologie, il faut blâmer toute la profession? Mais puisque les actualités que vous présentent les journalistes ne vous plaisent pas, allez vous informer sur Facebook avec d'autres moutons qui se croient plus malins que les autres.
Réponse de le 15/01/2019 à 19:49 :
Il vaut mieux une information partielle que les fakes news en continu des réseaux sociaux et des gilets jaunes. Mais si vous préférez le néant à un minimum de connaissances, alors pas de doutes, vous êtes un gilet jaune.
Réponse de le 15/01/2019 à 22:13 :
Johnmckagan
Il ne s'agit de blâmer toute une profession comme vous le proclamez mais d'avoir un minimum d'intégrité professionnelle et surtout une déontologie journalistique ! Or les lecteurs ne sont pas dupes lorsque l'on constate une certaine désinformation au détriment d'une neutralité ...
Réponse de le 15/01/2019 à 23:05 :
@Atlee, quelle honte !! Parler d'information partielle alors qu'il s'agit d'une information modifiée délibérément !
Réponse de le 16/01/2019 à 8:43 :
@johnmackagan

Pas de bol, john, je n'ai ni facebook ni twitter .Et je m'informe principalement avec la presse écrite ou il y a plus de détail dans l'information.mais, cela ne m'empêche pas de critiquer certaine attitude journalistique , je me souviens de TF1 par exemple qui avait décalé de 4 secondes le son à l'arrivée de Hollande dans un village pour faire synchroniser les huées .Sinon, pour @Atlee ,je l'ai déja écris ,je ne suis ni GJ ni Macron, c'est pas compliqué.Même si je comprends certaines revendications des GJ.
a écrit le 15/01/2019 à 18:24 :
Tous les journalistes, les rédacteurs qui pendant des années se sont vautrés dans le bashing des présidents successifs parce que ça fait de l'audience , découvrent que les gilets jaunes se défient d'eux et les méprisent
Juste retour du bâton !
a écrit le 15/01/2019 à 18:17 :
Je pense que les journalistes aujourd'hui devraient s'interroger sur leur métier et la manière de l'exercer mais aussi sur cette belle idée qu'est "la liberté de la Presse".
a écrit le 15/01/2019 à 17:40 :
Quel est le leader politique qui a le plus attaqué les journalistes depuis deux ans?
Il me semble même qu'il a demandé à ce que l'on pourrisse la vie des journalistes de Radio France.
Réponse de le 15/01/2019 à 18:26 :
Vrai mais il n'est pas bien placé dans la course aux européennes.

Par contre, celle qui lui fait du pied et qui a fait les cent pas dans le hall de la trump tower (vous savez celui qui ponctue ses phases par un 'Fake news', comme un tic verbal) lors des présidentielles, celle qui est allée chercher du soutien à Moscou quand elle s'est fait pincer sur ses fraudes parlementaires, elle dispose d'un lourd bagage anti journalistes.

Et curieusement c'est RT news qui couvre des GJ qui lui tiendraient le parapluie s'il pleuvait.

Pour les autre, c'est des coups de lattes à dix courageux sur un(e) salarié(e) de chaine au sol.

La démocratie quoi !

J'aimerai connaitre la couleur de la doublure du gilet de ces gens.
Réponse de le 15/01/2019 à 18:37 :
On voit bien qui vous visez mais reconnaissez que c'est quasiment un sport national chez nos élus.

Fillon et Lepen faisaient huer les journalistes pendant la campagne présidentielle et certains ont été molestés physiquement par le SO du FN ou les militants de Fillon.

Quand à Macron, il n'a pas caché le mépris qu'il porte à la profession.Il en a même tiré des actions concrètes en fermant l'accès de l'Elysée aux journalistes, tout en réservant sa communication à Gala, ou aux images du service de com de l'Elyse (60 personnes...) qui les ont balancé sur le net.

Les politiques n'ont pas de leçon à donner en ce domaine.
Réponse de le 15/01/2019 à 18:54 :
@franck Avez-vous fait l' école du rire, MLP une opposante ...? Européiste, elle signerait les GOPE demain comme Macron et Mélanchon, vous en doutez ? Demandez-lui, regardez ses programmes passés et à ..venir !
Aussi je reviens à ce que j' avançais trois lignes en-dessous, la presse qui tire unilatéralement sert cela, à entretenir de fausses oppositions et in fine
sans exercice démocratique puisque sans opposition visible et constructive, vous avez les Gilets Jaunes et pour un moment semble t-il.
https://www.upr.fr/actualite/france/le-fn-epouvantail-consentant-au-service-du-systeme/
Vous aimez aller au fond des choses ? Ca tombe bien, moi aussi..
Réponse de le 15/01/2019 à 19:24 :
@Gédéon

Vous avez la mémoire courte, MLP veut mettre l'Europe à sac historiquement. Vous oubliez ses discours sur l'Euro puis son soudain volte face opportuniste.

Quant à son nouveau poulain au cv ultra poli, un europhile de la dernière minute qui racole a tout va en espérant une danse du ventre crédible.

Vous oubliez les 4 loulous ex-GUD qui ont infiltré le mouvement GJ tranquilou pou casser de la démocratie.

Les changements d'opinion de dernière minute me font toujours penser à ces résistants de la dernières heure qui tondaient à tout va en 45.

Et MLP qui caresse les orteils de JLM, je pense à AH et le pacte de non agression avec le petit père du peuple.
Réponse de le 15/01/2019 à 19:37 :
Les GJ ne demandent pas à être couverts nécessairement et exclusivement par RT mais il est observable que RT couvre bien quand BFM déforme et qu' FR3 efface ..
Réponse de le 15/01/2019 à 20:14 :
@Gédéon

Eh bien je crois que nous sommes sur le point d’être d'accord. Ya juste un détail à régler: qu'on soit d'accord ou pas avec un journal, un journaliste, on ne tabasse pas un gars ou une fille qui tente de faire son job pour un salaire modeste.

Rendez-vous au grand débat. Moi j'y vais car j'ai beaucoup à proposer.

Bonne soirée
a écrit le 15/01/2019 à 16:31 :
Soyons conscients de notre Inestimable privilège,
nous Françaises et Français, de bénéficier de journalistes aussi nombreux et libres correspondant à tous les courants de pensée,

DEFENDONS LES, INDEPENDAMMENT DE NOS OPINIONS INDIVIDUELLES.
Car, toutes et tous nous défendent.
Réponse de le 15/01/2019 à 17:19 :
Cultiver l' entre-soi a par exemple porté les GJ dans la rue, tout le monde le sait sauf vous .. ; multiplier les journalistes par 10 pour dire la même chose ne servira jamais le débat et ne fera que grossir un problème de médias aux ordres qui discréditent la presse ..
Réponse de le 15/01/2019 à 19:08 :
@Gédéon

Je préfère voir 10 journalistes couvrir le même évènement qu'un journaliste tabassé par 10 GJ.
Réponse de le 15/01/2019 à 19:43 :
Sur les débordements, voilà de l' aliment, pas trouvé mieux pour l' instant et pour ma part, tout y est de la de génèse à la paternité du gouvernement autiste macron sur le sujet et le bricolage des corps sociaux censés désamorcés ..
Ne renversez pas /plus la preuve par une supercherie sémantique..
https://www.breizh-info.com/2018/12/08/107417/face-aux-gilets-jaunes-lexecutif-a-lagonie-xavier-raufer-sur-tvl-video
Réponse de le 15/01/2019 à 22:46 :
" cultiver l'entre soi…..." ,Loupé ! je ne suis ni électrice d'E.Macron au 1er, etni au 2ème, tour, et ni extrêmes. J'ai voté au 1er tour pour une personne, mais blanc(nul) au second.
Réponse de le 15/01/2019 à 23:12 :
..."journalistes correspondant à tous les courants de pensée...".Anne-Sophie, je m’étouffe !!! Sur la télévision publique, celle qui a justement le devoir de la pluralité, pouvez-vous me donner les courants de pensées ?
a écrit le 15/01/2019 à 15:57 :
Curieux que RT France et Spoutnik ou Le Media ne s'y associent pas ... Est ce un oubli ?
a écrit le 15/01/2019 à 15:55 :
Plutôt que de s'insurger contre les comportements des GJ à leur égard, les journalistes "n'ont qu'à" donner aux GJ le temps correspondant à leur influence ... 80 000 personnes de la CGT ... 2 minutes de reportage ... 8 GJ (qques fois alcoolisés) sur un rond point : 1 heures de direct sur C8, LCI ou BFM ...
Entendre Maxime Nicole ou Eric Drouet n'est là que pour faire de l'audience... Ces personnes ne sont pas capable d'argumenter ne serait ce que 3 phrases ... penser qu'ils puissent avoir des idées sur le comment résoudre les problèmes de la France est inimaginable.
a écrit le 15/01/2019 à 15:52 :
Tout mon soutien, adhésion, approbation plein et entier, à votre communiqué.
a écrit le 15/01/2019 à 15:22 :
.. il est temps de s'apercevoir que ce mouvement des gilets jaunes doit être durement qualifié.. la vieille distinction maurassienne pays légal, pays réel, les élites coupés du peuple, le refus de toute représentation sans parler des dérives racistes, Macron démission et la démocratie directe, etc....Ouvrons les yeux!
a écrit le 15/01/2019 à 14:59 :
Le jour où vous échapperez à la main des 10 milliardaires/actionnaires
https://blogs.mediapart.fr/morvan56/blog/070517/dix-milliardaires-possedent-la-presse-francaise
et aux subventions de l' UE pour ne tenir que des lignes éditoriales pro UE et pro Medef, que vous respecterez la charte de Münich du journalisme, que vous ne couperez pas vos interlocuteurs toutes les 30 secondes dans la presse télévisuelle, que vous répartirez PARFAITEMENT équitablement le temps de parole entre pro et anti UE, vous pourrez vous insurger.
Pour le moment, contentez-vous de travailler à ce changement de paradigme et à devenir des journalistes INDEPENDANTS ..
https://www.contrepoints.org/2017/08/31/297780-bruno-roger-petit-presse-subventionnee-jusqua-lecoeurement
Psitt, il est où R Godin le très juste et compétent eurosceptique ..?
Ah, déménagé à Marianne..
Il est où le très éclairant et poli Taddeï ..?
Ah, déménagé à RT..
Elle est où Lancelin ..?
Ah, déménagée sur Le Média, etc ..
Réponse de le 15/01/2019 à 16:25 :
@Gédéon

Vous avez raison, il y a un énorme déséquilibre de traitement entre les pro-UE et anti-UE.
La preuve par l'image: des GJ manipulés par des mouvements populistes, adoubés par des populistes de tous bords voire au delà de nos frontières, occupent beaucoup trop le paf et nos boulevards.

Vrai, mettons fin à ce déséquilibre flagrant.
Réponse de le 15/01/2019 à 17:12 :
@Franck J' ai adoré votre humour, particulièrement quand vous avancez que les GJ sont manipulés par des mouvement populistes, 70 % de français les soutenant confirment vos propos, merci pour cette réelle tranche de rigolade..!
a écrit le 15/01/2019 à 14:48 :
Nous sommes d'accord, la Presse ne doit pas être un bouc émissaire ;

cela dit,

quand la presse télévisée passe en boucle les incidents des casseurs,

et qu'elle occulte la très très grande majorité des Gilets Jaunes pacifistes sans protection, l'objectivité n'est pas de mise

lorsque la presse télévisée étouffe et minimise les actions ultra violentes des policiers ultra protégés et armés,

il y a volonté des télévisions de masquer les réalités

les journalleux télévisuels n'ont plus grand chose à voir avec le Journalisme,

ils sont des militants macroneux qui diffusent de la propagande dictatoriale à la poutinescu
Réponse de le 15/01/2019 à 15:45 :
@Relativiser

Savez-vous pourquoi les flics sont armés ? Parce que des millions de citoyens payent des impôts pour les protéger des casseurs. Savez-vous pourquoi des casseurs se font tabasser par des flics ? Parce que des millions de citoyens ont voté pour une délégation de pouvoir à un service public. Et si ça n'avait pas été le cas, alors je serais autorisé, comme des millions d'individus à faire justice moi-même. Vous voyez la scène ? Non ? Alors allez vous promener dans les pays de non droit.

C'est la différence qu'il y a entre un flic et un casseur. Le flic, je le paye pour qu'il fasse le job.

Et quand un GJ s'attaque à la démocratie, probablement marionetté par un instance qui cherche à prendre le pouvoir par la force, je dis stop !
Réponse de le 15/01/2019 à 17:45 :
Dans un pays libre , les journalistes ont le droit de dire ce qu'ils veulent même si ça ne vous ne plaît pas. Si les journalistes filment les incidents c'est parceque les manifestations pacifiques ne permettent pas de faire de l'audience. Et le téléspectateur a sa part de responsabilité dans cette histoire. Si le téléspectateur ne voit pas un minimum de scoops, scandales, violences aux infos, il change de chaîne. Et après il va se plaindre.
a écrit le 15/01/2019 à 14:39 :
Bravo !

Et Merci !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :