Nouvelle hausse des prix du gaz

 |   |  212  mots
Les tarifs réglementés du gaz repartent à la hausse avec le rebond des cours du pétrole
Les tarifs réglementés du gaz repartent à la hausse avec le rebond des cours du pétrole (Crédits : © Stephen Hird / Reuters)
Portés par le rebond des cours du pétrole depuis l’été dernier, les tarifs réglementés repartent à la hausse après une baisse exceptionnelle en octobre.

Comme cela était prévu depuis près d'un mois, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) annonce ce 1er novembre une hausse du prix du gaz. Cette hausse est en moyenne de 1,59% hors taxe. Elle varie de 0,5% (utilisation pour la cuisine exclusivement) à 1,6% (utilisation pour le chauffage) et concerne les quelque sept millions d'abonnés aux tarifs réglementés d'Engie (ex-GDF-Suez).

Le choix entre tarifs réglementés et tarifs libres

Depuis l'ouverture du marché de l'énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre ces tarifs réglementés de l'ancien monopole et les prix de marché, que propose également Engie, mais aussi ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc.).

L'évolution des coûts est liée à la révision mensuelle des coûts d'approvisionnement du groupe, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole. C'est pourquoi le prix du gaz augmente à nouveau depuis l'été dernier, à l'exception d'une baisse isolée de -0,8% en octobre.

Selon une enquête du site Quelleenergie.fr, la facture annuelle d'un ménage se chauffant au gaz s'élevait en moyenne à 1596 euros en 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2016 à 14:59 :
1600 euros par an pour se chauffer au gaz ? Y a pas des moyens plus économiques ?
a écrit le 02/11/2016 à 13:44 :
Bizarre tout de même cette justification.
On ne nous l'a pas fait si souvent ces derniers temps mas voilà la bonne justification de l'augmentation des prix du gaz qui seraient liées à la hausse du pétrole, mais franchement qui a vu une dégringolale des ces tarifs alors que le baril de pétrole est tombé à plus de la moitié de son prix
On nous prend vraiment pour des jambons
a écrit le 02/11/2016 à 9:19 :
Comme le hasard fait bien les choses, l'augmentation intervient pile au moment où les français commencent à rallumer les chaudières!!!
a écrit le 02/11/2016 à 8:58 :
Quelle escroquerie....
a écrit le 02/11/2016 à 8:27 :
Je n’ai toujours pas compris pour quelle raison « valable » le prix du gaz était indexé sur celui du pétrole. Hormis pour GPL qui est effectivement un sous-produit du pétrole, la fixation du prix du gaz n’a techniquement rien à voir avec les cours du pétrole.La concurrence entre les deux énergies doit être absolument libre. Dans s'autres domaines
nos technocrates européens auraient sévi depuis bien longtemps.
a écrit le 01/11/2016 à 17:45 :
Si le prix du gaz augmente, je vais demander à la belle-mère de réduire ses émissions pour équilibrer le budget :-) :-)
a écrit le 01/11/2016 à 13:43 :
Le prix du pétrole est bas, comment expliquer une hausse des prix du gaz.... Honte à çe gouvernement ....
a écrit le 01/11/2016 à 12:57 :
En France on sait ce qui n'est pas autorisé, mais on ne sait pas ce qui l'est réellement sans conséquences financières….

La dictature de la finance et en marche depuis bien longtemps, sans pour autant que le peuple s'en aperçois.
a écrit le 01/11/2016 à 10:46 :
LE rebond ?

Heu... il est en dessous des 50 dollars le brent là le pétrol, comme rebond ya mieux...

Bref c'était mieux, encore une fois, quand le gaz était un service public. Avec le privé nous ne sommes que des pigeons à plumer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :