Olivier Véran : « Le RN vend une image figée et faussée du pays »

ENTRETIEN - Le porte-parole du gouvernement plaide pour un discours plus franc face à la poussée du Rassemblement national.
Ludovic Vigogne
Le 1er décembre, à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais).
Le 1er décembre, à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). (Crédits : © Sebastien Courdjy/ABACAPRESS.COM)

De Crépol à Hénin-Beaumont, Olivier Véran, s'est affiché toute la semaine à l'offensive contre le parti de Jordan Bardella.

LA TRIBUNE DIMANCHE - Comment expliquez-vous la dynamique que connaît actuellement le RN ?

OLIVIER VÉRAN - C'est plus un enlisement démocratique qu'une réelle dynamique. La mondialisation, l'inflation, les guerres ou encore les bouleversements écologiques peuvent induire une perte de repères pour les citoyens, le sentiment d'un quotidien et d'un univers qui leur échappent. Le RN s'est nourri de la désindustrialisation, du chômage de masse, du recul des services publics. Ce qui me rend optimiste est que, justement, la politique menée par Emmanuel Macron change concrètement la vie des gens. Nous faisons reculer le chômage, rouvrons des usines et investissons dans des secteurs d'avenir comme la transition écologique. Nous baissons les impôts, installons des gendarmeries en ruralité, ouvrons des maisons France services. Je ne dis pas que tout est parfait, et les Français restent inquiets pour leur pouvoir d'achat, le logement, la sécurité. Mais là où nous agissons, le RN tire vers le bas.

Lire aussiSondage exclusif- Européennes : face à la menace Bardella, Le Maire serait-il la solution ?

C'est-à-dire ?

Le RN adapte en permanence sa rhétorique pour coller aux peurs, aux colères, et les entretenir sans avancer de solution, se contentant de répondre: « Quand on sera au pouvoir, on ne fera pas ça. » Il ne prépare pas l'avenir, mais vend une image figée et faussée du pays et de l'Europe.

Mais moi, j'aimerais bien que Marine Le Pen et Jordan Bardella nous disent à quel moment de l'histoire de notre pays et de celle du monde cela s'est bien passé quand l'extrême droite était au pouvoir, qu'ils citent la figure tutélaire d'extrême droite à laquelle ils peuvent se référer pour dire aux Français ce qu'est leur modèle. Mes modèles ? Le général de Gaulle, Jacques Chirac, François Mitterrand.

Ce sont donc, pour vous, d'abord des raisons économiques plus que sociétales, sécuritaires, culturelles... qui expliquent la montée du RN ?

Il y a de tout. On pourrait ajouter la mécanique informationnelle. Désormais, l'information va vite, trop vite. On s'est habitués à ce que l'interprétation précède les faits et confirme ainsi notre vision du monde. Le populisme s'en nourrit. En livrant une analyse de chaque drame, de chaque fait divers correspondant à ce qui les arrange, le RN ancre les gens dans un récit où rien ne va plus et où il faut tout envoyer paître. Partout cette spirale populiste fragilise les vieilles démocraties. Nos modèles démocratiques ne peuvent pas reposer sur des communautés qui se juxtaposent, mais sur une communauté nationale unie au cœur de laquelle une classe moyenne très importante porte un modèle de croissance et de développement. Or, toutes les enquêtes le montrent, il y a aujourd'hui, au sein de celle-ci, une perte d'espoir dans l'avenir. Ce phénomène, là aussi, est mondial. Certains en arrivent même à tirer la conclusion qu'un régime autoritaire serait la seule solution pour les sortir du monde dans lequel ils vivent.

On s'est habitués à ce que l'interprétation précède les faits et confirme ainsi notre vision du monde. Le populisme s'en nourrit

C'est ce sur quoi vous vouliez alerter quand lundi, à Crépol, vous avez évoqué le « risque de basculement de la société » ?

Ce qui est intéressant, c'est de voir à quel point ce mot de « basculement » a résonné, même si des choses très diverses ont été mises derrière. Les gens sont aujourd'hui exaspérés par les violences physiques, verbales ou numériques qu'ils vivent et ressentent, alors qu'ils attendent d'une société qui se modernise qu'elle les protège de la violence. À Crépol comme ailleurs, j'ai perçu la lassitude, la colère, la crainte d'une impuissance du politique, d'une fragilité de l'État de droit. Face à cela, l'extrême droite choisit de les attiser, et fait croire que le cadre qui garantit la cohésion de la nation n'est plus adapté. À l'inverse, nous respectons les citoyens, c'est-à-dire que nous assumons la complexité des enjeux et mettons en œuvre des solutions efficaces, respectueuses de l'État de droit. Quand on ouvre 200 brigades de gendarmerie dans les campagnes, quand on met en place des forces d'action républicaine dans les quartiers difficiles, quand on nomme 8 500 personnels dans la justice et change la loi pénale pour les mineurs afin de sanctionner les parents, on montre qu'on entend, comprend et agit. Comme pour le chômage, les résultats suivront.

Que doivent changer les partis de gouvernement ?

Il ne faut pas avoir peur de dire les choses publiquement comme nous nous le disons parfois entre nous. Nous sommes en phase avec le ressenti des Français, mais nous ne nous autorisons pas toujours à le dire, par crainte que cela revienne à reconnaître une forme d'impuissance. D'autant que dans les faits, par l'action que nous menons, nous ne minimisons pas. Alors, montrons-le. Par exemple, lorsque j'ai parlé de risque de basculement, il m'a été demandé si je ne faisais pas le constat d'une inefficacité de notre action. Pas du tout, au contraire, puisqu'en parallèle nous agissons sans tabou, avec réalisme et détermination. Décider que certains mineurs pourront être encadrés par des militaires, c'est fort, et c'est sans doute nécessaire. N'ayons pas la mesure honteuse, affirmons qu'elle répond aux attentes de la population face à un constat partagé. Et surtout, ne jamais dire qu'il n'existe pas de solution à un problème, car le « on ne peut pas », c'est ce qui fait monter le RN.

Il ne faut pas avoir peur de dire les choses publiquement comme nous nous le disons parfois entre nous

Vous avez entamé depuis septembre un tour de France des villes RN. Quelles conclusions en tirez-vous ?

Il n'y a pas de territoire oublié de la République. Et ce n'est pas parce qu'un élu RN est maire, qu'il est propriétaire. Je dis cela en raison de l'attitude peu républicaine à laquelle nous avons fait face avec mes collègues, lorsque nous sommes allés à Beaucaire, Fréjus [avec Laurence Boone], Hayange [avec l'appui d'Aurore Bergé] ou Hénin-Beaumont [avec Roland Lescure]. C'est au pire l'invective, au mieux l'absence. Le rapport avec les gens est le même qu'ailleurs. On nous parle pouvoir d'achat, éducation, santé. Certains sont rassurés de nous y voir, craignant que nous ne nous intéressions plus à eux. Au contraire ! Et si nous n'y montrons pas ce que l'État, l'Europe font concrètement pour améliorer leur vie, il ne faut pas compter sur les maires ou les députés RN pour le faire !

Je vois deux enjeux et deux stratégies pour faire refluer le RN, qui ne s'opposent pas mais se conjuguent. D'une part, redonner envie aux électeurs RN de voter pour un parti de gouvernement, grâce à nos résultats. Dans ces villes, l'abstention est la même qu'ailleurs. Cela veut dire que les élus RN ne créent pas plus d'espoir ou d'adhésion. Il existe d'autre part un électorat à mobiliser, celui du second tour d'Emmanuel Macron à la présidentielle, qui nous a privés d'une majorité absolue aux législatives, que j'appelle apatride car qui n'est pas mélenchoniste et n'est plus macroniste. Souvent jeune et urbain, parfois âgé, on ne doit pas lui faire perdre de vue la dangerosité de l'extrême droite.

Que voulez-vous dire ?

Ce n'est pas parce que le Rassemblement national adopte la stratégie de la cravate à l'Assemblée, qu'il a changé. Si Marine Le Pen devenait présidente, dans son gouvernement, il y aurait David Rachline, dont on connaît la gestion clanique à Fréjus, Laurent Jacobelli, qui a traité un député de « racaille »... Rappeler les racines du RN ne me semble pas indispensable : les Français ont compris que les partis, leurs leaders pouvaient évoluer. En revanche, montrer qui entoure Marine Le Pen l'est. Ce sont des europhobes, des proches de Poutine. Si les Français peuvent avoir moins peur d'elle que de Jean-Luc Mélenchon, il ne faut pas qu'ils aient moins peur du RN que de LFI.

Ludovic Vigogne

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 30
à écrit le 04/12/2023 à 20:47
Signaler
Saint-Véran a tellement l'habitude de nous faire trinquer que tout ce qu'il voit est forcément trouble...

à écrit le 04/12/2023 à 18:52
Signaler
Véran le symbole de l'incurie et du dénigrement de l'opposition ! Quand on n'a que ça a proposer ( ....comme Moretti et tant d'autres ! ) ça ne peut qu'écorner la crédibilité de la classe politique !

à écrit le 04/12/2023 à 16:26
Signaler
Bonjour Ré-Véran porte parole Macronien: l'image figée c'est celle d'un Etat tétanisé face à la menace constante Islamiste, aux aboies, dépassé, et le "faussé" se creuse de plus en plus entre les Français et ce gouvernement; il se devrait de prendre ...

le 04/12/2023 à 19:19
Signaler
Entièrement d'accord...

à écrit le 04/12/2023 à 13:01
Signaler
Que nous propose Monsieur Veran a part des idées que tout le monde rejette et que le gouvernent fait passer a coup de 49.3. Des contre feux sont allumés mais rien de réel . Rien de pire que d'avoir des politiciens sourds et déconnectés pendant que le...

à écrit le 04/12/2023 à 9:40
Signaler
Difficile de dire que l'on va voter RN lorsque mes idées de ce parti ne correspondent pas à mes convictions. Alors pourquoi tout d'abord pour un gouvernement qui gouverne au 49.3 un gouvernement qui a mal préparé la loi sur les retraites un gouvernem...

à écrit le 04/12/2023 à 6:27
Signaler
Ah c'est extraordinaire, il n'y a jamais eu autant de pauvreté en France, de problèmes pour la transition dite "verte" qui est une espèce de labyrinthe administratif (sans doute à dessein pour ne pas verser les aides), de problèmes dans l'éducation, ...

à écrit le 03/12/2023 à 22:11
Signaler
En bref, un vieux loubard socialiste bonimenteur(on ne l'oublie pas sur l'episode covid) payé par le contribuable pour faire campagne et mettre des bâtons dans les roues des adversaires politiques de son maître. Ces marcheurs n'ont vraiment aucune di...

à écrit le 03/12/2023 à 19:33
Signaler
Plus Veran parle plus le RN monte. Son niveau de contre vérité, vérité qui est démontré chaque weekend, ne fait que valider le vote RN . Difficile de comprendre pourquoi Macron le met porte parole;.. il doit etre intime

à écrit le 03/12/2023 à 17:51
Signaler
Mais pourquoi ne faites-vous pas passer mon message ???? Parce que je parle de l'AME alors que des retraités français ne peuvent pas se payer une mutuelle ?

à écrit le 03/12/2023 à 14:57
Signaler
Pour décrédibiliser le RN il y a quand mème mieux que Veran qui n'en finit pas d'aligner contre-vérités sur mensonges !

à écrit le 03/12/2023 à 11:18
Signaler
La psychose se caractérise par une perte de contact avec la réalité. Une personne qui ne peut pas faire la différence entre ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas vit un épisode psychotique. Gouverner exige de voir et comprendre la réalité telle qu...

à écrit le 03/12/2023 à 10:50
Signaler
"Nous faisons reculer le chômage" Presque : le chômage français vient de repartir en forte hausse au troisième trimestre 2023.Capital

le 03/12/2023 à 11:17
Signaler
encore des histoires de masques ! dans cette politique loin d être exemplaire hélas

à écrit le 03/12/2023 à 10:25
Signaler
C’est bien Olivier Véran,continuez comme ça.A minimiser,ne pas voir les problèmes de nombreux français,vous avancez…….vers la sortie.Pour agiter le foulard rouge(attention danger :RN) si tôt avant les prochaines élections,il faut vraiment que la macr...

à écrit le 03/12/2023 à 10:25
Signaler
France a besoin de construire immediatement des bateaux militaires surfaces pas seulement d'un porte d'avions au propulsion nucleaire

à écrit le 03/12/2023 à 10:22
Signaler
Les médias et le gouvernement vendent une image faussée du pays. Ils veulent le monopole du mensonge, mais ce n'est pas possible sur le long terme de vendre un désir pour une réalité. Un mensonge officiel appelle toujours d'autres mensonges pour le ...

à écrit le 03/12/2023 à 9:53
Signaler
" la politique menée par Emmanuel Macron change concrètement la vie des gens." Ça c'est vrai ,confinement d'un pays, pass machin ,attestation de déplacement stupide ,masque sur la tronche ,pépé en bout de table à noël ,même prendre un café debout ...

à écrit le 03/12/2023 à 9:02
Signaler
Mr Veran devrait demander l avis de la famille du Touriste Allemand assasiné hier soir Ils sont peu etre plus de l avis du RN que de celui de mr Veran

le 03/12/2023 à 9:13
Signaler
m veran comme toute la macronie a vouloir inventer un rn irrespectueux oublie simplement de faire le job ,cacher les identités des voyous détourner les attentions pour se valoriser aller memes a ce renier aupres de l'israel pour fayoter avec le qat...

à écrit le 03/12/2023 à 8:58
Signaler
Véran se contente de peu. Mais la France "passéiste" vivait dans la sécurité quotidienne et ne pas dans la crainte d'actes terroristes, ne croulait pas sous une immigration débridée, avait des hôpitaux et des écoles qui fonctionnaient, des usines, de...

le 03/12/2023 à 11:11
Signaler
@ ben non J'ai exactement le même ressenti.

le 04/12/2023 à 8:31
Signaler
La France "passéiste" profitait des gabegies d'argent public alors qu'à présent, elle doit partager avec les générations suivantes, en sachant que rien qu'un salarié du privé au Smic coûte déjà plus à l'Etat qu'il ne rapporte...

à écrit le 03/12/2023 à 8:48
Signaler
La "poussée" du RN c'est vous donc vous vous débrouillez svp sans nous souler, merci.

à écrit le 03/12/2023 à 8:44
Signaler
le bon socialiste, bien baveux, bien a cote de la plaque, qui, entre deux tirades sur la reindustrialisation du pays, la souverainete bienveillante donc a gauche, et le vivre ensemble pour tous qui accueille la misere de la terre ( mais pas dans son ...

à écrit le 03/12/2023 à 8:27
Signaler
Un médecin dans sa carrière fera obligatoirement une erreur de diagnostic Mr VERAN. C'est humain, mais grave pour le malade. La France.

à écrit le 03/12/2023 à 7:41
Signaler
Ça ne marche pas. La Mactonie est libérale et immigrationiste. Ça ne fonctionne pas, ça crée trop de troubles. Je ne souhaite pas qu’ils gardent le pouvoir, ils sont bourgeois par essence et trop loins des problèmes qu’ils créent.

à écrit le 03/12/2023 à 2:49
Signaler
La seule que je vois défendre une image passéiste du pays c'est la Macronie, quand le FN était diabolisé. Hélas pour elle, le monde a changé. Le RN n'est plus ce qu'il était. Il ne s'aveugle pas sur les vrais défis actuels de la France : sécurité, im...

à écrit le 03/12/2023 à 2:26
Signaler
Le varan qui se prend pour un phare democratique. Profite petit, profite. Tu descendras un de ces quatre de ta tour et ce sera ta fete.

à écrit le 03/12/2023 à 0:42
Signaler
Si vous pensez être le repère des français, alors tout est perdu......

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.