Paquet de cigarettes à 10 euros : les buralistes protestent en bâchant des radars

 |   |  551  mots
(Crédits : Thomas White)
Partout en France, des actions ont été menées par les buralistes pour dénoncer la hausse du prix du paquet de cigarettes annoncée par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn.

Plusieurs centaines de buralistes ont masqué des radars automatiques dans toute la France dans la nuit de jeudi à vendredi pour protester contre le projet de paquet de cigarettes à 10 euros, a annoncé la confédération des buralistes dans les départements.

"430 radars automatiques ont ainsi été bâchés - recouverts d'un sac plastique, avec une affiche dénonçant le paquet à 10 euros -  par 500 buralistes dans toute la France, la nuit dernière", a précisé la confédération des buralistes dans un communiqué vendredi. "Aucun dégât n'est à déplorer", a-t-elle assuré à l'AFP.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, avait, en effet, annoncé tabler sur un paquet de cigarettes porté à 10 euros d'ici trois ans.

La profession déplore l'absence de concertation

"Par cette action, c'est un véritable tir de sommation que nous lançons vis-à-vis du gouvernement comme du parlement", indique Frédéric Vergne, le président de la Chambre syndicale des buralistes de Corrèze, dans un communiqué. Et d'ajouter :

"Il est hors de question d'accepter un paquet à 10 euros alors que 27,1 % du tabac est encore acheté aux frontières, sur Internet ou dans la rue", a-t-il ajouté.

Frédéric Vergne dénonce une "provocation" et "un projet annoncé juste avant les vacances, au moment où le passage aux frontières est maximal, sans aucune concertation avec la profession".

Concernés de manière plus aiguë encore par les achats aux frontières, les buralistes du Pays Basque sont également passés à l'action. Selon Claudine Mora, la présidente de la Chambre syndicale des buralistes du Pays Basque, neuf radars ont été recouverts de sacs poubelle attachés avec du ruban adhésif et affublés d'une affichette présentant le paquet de cigarettes à 10 euros avec un slogan "On leur fait les poches".

 D'autres manifestations à venir

Ces actions menées notamment dans la région toulousaine, en Dordogne, dans la Somme, les Pyrénées-Orientales, la Drôme et le Bas-Rhin ont été organisées après la rencontre mercredi entre le président de la Confédération des buralistes de France, Pascal Montredon, et la ministre de la Santé Agnès Buzyn qui lui a confirmé que le paquet de cigarettes passerait progressivement à 10 euros. Elle n'a cependant pas donné le calendrier et les modalités, invoquant des arbitrages à venir.

"Nous lui avons confirmé que cette inquiétude, si elle n'est pas apaisée, se manifestera pendant l'été", précisait le communiqué de la Confédération à l'issue de la rencontre.

A Toulouse, des petites affiches "Non au paquet à 10 euros, clients spoliés, buraliste menacé" ont été collées sur les radars par un poignée de buralistes. Une banderole "Supprimer les buralistes ne fera pas baisser le tabagisme" a également été déployée.

Les professionnels, outre leur opposition au paquet de cigarettes à 10 euros, demandent un moratoire sur la fiscalité du tabac, des actions coups de poing aux frontières, sur les circuits de livraison des colis et dans les quartiers où le trafic sévit et le renforcement des sanctions pour la vente de cigarettes de contrebande.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2017 à 8:56 :
Recouvrir les radars est un acte délictueux. Nul ne peut se faire justice soi-même. L'article ne dit pas si celui qui a organisé ce délit et ceux qui l'ont réalisé ont été arrêtés par les forces de l'ordre.

Quant au tabac, si chacun doit rester libre de ses choix, il doit en assumer les conséquences. Le coût des dommages sanitaires qu'occasionne la consommation de cigarettes et cigares, est encore loin d'être couvert par un paquet à 20 €.

Il est bien normal que les pollueurs soient les payeurs, non ?
Réponse de le 24/07/2017 à 10:14 :
"Il est bien normal que les pollueurs soient les payeurs, non ? "

Ok dans ce ca,s faisons payés l'entretient des routes aux entreprises de transport, faisons payer l'entretien des réseaux électriques par les compagnies d'énergie privées, faisons payer le gaspillage de l'eau par les compagnies privés qui nous la vendent bien cher et pas bonne, faisons payer la pollution générale plastique par les producteurs et-...

Ah ben tiens vous êtes parti où ?

Ah rien dep lus hypocrite que le néolibéralisme et ses prêcheurs.
a écrit le 22/07/2017 à 5:58 :
L'éternel "smoking gun" du gouvernement.
à coté de ça on fait tout pour nuire à la cigarette électronique, cherchez l' erreur.
a écrit le 21/07/2017 à 21:29 :
Paquet neutre, hausse du prix du tabac : double peine, inégalités sociales…


Par ce courrier, je souhaitais vous faire part de mon profond mécontentement concernant la politique de santé publique mise en place par le gouvernement Philippe pour lutter contre le tabagisme à savoir un prix de vente à 10€ le paquet de cigarettes.

Selon certains, porter un coup fort au portefeuille des fumeurs est la seule manière de faire diminuer la consommation de tabac. Il faut dépasser le « seuil psychologique des 10 euros » pour inciter les fumeurs à arrêter. »

Plutôt que de rechercher les raisons de l’augmentation de la consommation de tabac, drogue légale dont la distribution et la vente sont encadrées par l’état, le gouvernement actuel, comme les précédents, préfère la solution facile, une énième stigmatisation des fumeurs qui précèdera la hausse du prix des cigarettes.

Cette solution évite d’aborder les causes de l’addiction, à savoir le mal être et le stress provoqués par la situation sociale dans notre pays (chômage exponentiel, précarité financière et sociale, difficulté à se loger, …).

De nombreuses études le prouvent, la consommation de tabac est dépendante du niveau de formation et de plein emploi. On trouve plus de fumeurs parmi les gens moins qualifiés et les chômeurs.
Sur la base de nombreuses enquêtes menées en France dans les années 2000, on voit que le tabagisme a surtout reculé dans les professions supérieures (cadres) tandis que chez les employés et les ouvriers ce recul intervient plus tardivement et est moins marqué.
La différenciation sociale du tabagisme ne s’est pas atténuée, au contraire elle s’est accrue depuis le début des années 2000. La hausse du prix du tabac, présentée comme une stratégie dissuasive et efficace, a en réalité un effet pervers pour les salariés peu formés, les ouvriers et les chômeurs. S’ils fument un peu moins, ils dépensent toujours plus d’argent pour leur consommation.
Cette forme de prévention par la hausse du prix du paquet de cigarettes appauvrit tout simplement les plus précaires, les plus pauvres… et enrichit l’Etat, qui perçoit 80% des recettes de la vente de tabac !
Si les fumeurs des milieux « populaires » sont peu sensibles au discours de la prévention, cela ne tient pas seulement à leur dépendance au tabac cela tient surtout à la place importante qu’occupe ce produit dans leur vie. Le tabagisme est clairement associé à des conditions de vie et de travail difficiles (pénibilité, stress, précarité, logement…).
Dans ce contexte, il agit comme un anxiolytique qui serait disponible sans ordonnance. Plus on descend dans l’échelle sociale, plus le tabac est considéré comme un produit de première nécessité, on fume pour gérer ses angoisses, pour tenir le coup... La prévention du tabagisme en agissant en premier sur les facteurs socio-économiques donc sur les causes, permettrait ainsi à de nouvelles motivations d’arrêt ou baisse de l’envie de fumer, d’apparaître chez les fumeurs. Malheureusement pour les fumeurs c’est une stratégie « coûteuse » qui impliquerait de remettre en cause les sacro-saints domaines de compétence de l’action publique (Ministère de la Santé) concernant, entre autres, la santé.
Les effets se faisant sentir à plus ou moins long terme, cela rend peu séduisante cette prévention aux yeux des pouvoirs publics qui préfèrent la solution facile et injuste qu’est l’augmentation régulière du tabac.
Que cela plaise ou pas, pour beaucoup de fumeurs continuer à fumer est « le seul plaisir qui reste ». Face au désoeuvrement, à l’ennui, à la solitude économique et sociale, la cigarette représente un moment de détente pour beaucoup de citoyens en mal de vivre, à la limite de la précarité. Plus cette précarité est grande, plus il est difficile de se projeter dans l’avenir. Se préoccuper de sa santé, quand on est endetté, qu’on trouve peu ou pas de travail, que l’on a du mal à terminer financièrement la fin du mois…, c’est tout simplement « inconcevable ».
Il est simpliste, méprisant, scandaleux de réduire le tabagisme à la dépendance à une drogue légale, et de voir les fumeurs comme des personnes incapables de se maîtriser.
La lutte contre le tabagisme est une lutte de temps de paix « économique » et non une lutte de temps de guerre économique et d’incertitudes permanentes comme est le monde dans lequel nous vivons.
Le juste prix d’un paquet de cigarettes serait selon certains spécialistes à 13 €.
Sortir ce genre d’argument est à la limite du mépris vis-à-vis des millions de français qui vivent dans la difficulté.
13€ pour un ministre, un député, un sénateur et 13€ pour un salarié ou retraité lambda ce n’est pas du tout la même chose.
Et pourquoi pas un paquet de cigarettes dont le prix de vente tiendrait compte des revenus de celle ou celui qui l’achète ?
Refuser de voir tout cela est tout simplement appliquer la double peine, financière et sociale, à celles et ceux qui sont les plus touché(e)s par cette dépendance.

Comme si cela ne suffisait pas, le précédent gouvernement a mis en place des dispositions restrictives contre la cigarette électronique (interdiction de la pub, limitation de la taille des réservoirs et des recharges de liquide) afin de rendre plus difficile le vapotage, substitut reconnu comme étant très efficace pour arrêter de fumer.


Philippe Celton
a écrit le 21/07/2017 à 16:47 :
Encore une idée "fumeuse" de faire passer le paquet de cigarettes progressivement à 10 euros, car les vendeurs au marché noir vont pouvoir profiter de l'effet d'aubaine et monter leur prix alors que leur prix d'achat ne variera pas, leurs volumes et leurs marges vont donc exploser : super ! Il vont donc se "gaver" encore + ... Quant aux buralistes qui croulent sous les taxes et la réglementation ils seront "cocufiés" comme d'habitude! Il faut dire que c'est une habitude en France de pénaliser les entrepreneurs qui respectent les règles.
a écrit le 21/07/2017 à 16:36 :
On s'en fiche des buralistes, ce sont des vendeurs de drogue. Que le gouvernement reste ferme, il y en a marre des fumeurs! On est le seul pays occidental où la proportion de fumeur ne diminue pas.
a écrit le 21/07/2017 à 16:19 :
De bonnes initiatives il y en a quand même marre de cette stigmatisation systématique de la part d'hygiénistes hystériques des fumeurs qui en plus d'êtres des humains normaux donnent énormément d'argent à l'état.

Le tabac est trop dangereux pour être en libre vente ? Ok et bien interdisons le dans ce cas ! Hé ho mais vous êtes partis où tous !?

Bref hypocrisie majeure de nos politiciens qui incapables de faire payer des impôts aux riches préfèrent, par des augmentations des PV, par des augmentations du tabac, par des augmentations de l'essence et-c..., s'en prendre aux petits.

LE néolibéralisme c'est l'individualisation des gains et la socialisation des pertes à savoir prendre aux pauvres pour donner aux riches, c'est pas comme cela que peut correctement tourner une économie.
Réponse de le 22/07/2017 à 0:06 :
@citoyen blasé: le libéralisme est responsable de tout, n'est-ce pas ? Que les gens fument, boivent, se droguent, c'est leur choix. En revanche, ils doivent en accepter les risques et subir les conséquences. Personnellement, je pense que ces risques devraient être couverts par une assurance individuelle plutôt que par la sécu, c'est-à-dire l'argent public qui n'a pas vocation à couvrir des rsiques encourus volontairement :-)
Réponse de le 23/07/2017 à 18:30 :
"le libéralisme est responsable de tout, n'est-ce pas ?"

Non le libéralisme c'est comme le communisme on nous en parle beaucoup mais on ne le voit jamais, je parle du néolibéralisme et vous le savez bien puisque ça fait peut-être 50 fois que vous me posez toujours la même question et que je vous donne toujours la même réponse avec des liens en général mais bon tout le monde comprendra bien que j'en ai ma claque.

Oui vous appreniez beaucoup en lisant mes commentaires et même certainement plus que je crois, je vous comprends bien mais d'une part cela ne vous impose pas d'en faire d'une médiocrité affligeante régulièrement de la sorte et surtout de venir répondre la même chose.

Bref lisez en silence comme je vous le demande régulièrement, soyez au moins reconnaissant de tout ce que je vous apprend merci.

Bien entendu je ne fais plus l’effort de lire vos réponses quand la première phrase est aussi navrante hein. Adieu

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :