Pourquoi les chiffres du chômage vont devenir trimestriels

 |   |  387  mots
(Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Les chiffres du chômage de Pôle emploi, qui étaient jusque-là publiés chaque mois, vont devenir trimestriels. Le gouvernement estime que la nouvelle formule reflétera mieux les tendances de fond du marché du travail.

Les statistiques de décembre 2017, publiées mercredi, seront les dernières diffusées sur une base mensuelle. A partir des chiffres du 1er trimestre 2018, à paraître fin avril, la Dares, service des statistiques du ministère du Travail, publiera, tous les trimestres, le nombre moyen de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi sur trois mois.

Les chiffres de Pôle emploi auront ainsi la même périodicité que l'autre thermomètre du chômage, le taux de chômage de l'Insee.

Ce changement vise à "mettre davantage l'accent sur l'évolution tendancielle plutôt qu'au mois le mois", explique la Dares, qui "considère que les évolutions mensuelles ne sont pas significatives, n'ont pas beaucoup de sens". La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, avait d'ailleurs décidé, depuis sa nomination en mai, de ne pas réagir à l'indicateur, qui "ne reflétait pas bien", selon elle, "l'évolution du marché du travail".

Les chiffres mensuels suscitaient également de fortes réserves chez les économistes, qui, comme la Dares, conseillaient déjà d'analyser les chiffres sur des périodes de plus d'un mois.

>> LIRE AUSSI Les données officielles de chômage ne seront plus mensuelles mais trimestrielles

Lisser les tendances

Au mois le mois, les chiffres pouvaient être affectés par des aléas administratifs sans lien avec les évolutions du marché de l'emploi : demandeurs d'emploi désinscrits pour avoir oublié d'actualiser leur situation auprès de Pôle emploi, qui se réinscrivent le mois suivant, ou encore bugs dans l'envoi de SMS de relance aux demandeurs d'emploi pour les inviter à s'actualiser...

CHIFFRES DU CHOMÂGE SUR LES 12 DERNIERS MOIS

chart
  • En bleu : chiffres mensuels
  • En rouge : chiffres trimestriels (moyenne)
  • En orange : chiffres trimestrielles (médiane)

Le passage à des moyennes trimestrielles permettra de lisser les tendances. Sur l'année 2016, les chiffres de Pôle emploi ont connu sept mois de baisse et cinq de hausse. Avec une publication trimestrielle, l'année se serait soldée par quatre trimestres de baisse. Inversement, sur les neuf premiers mois de l'année 2017, Pôle emploi a enregistré quatre baisses et cinq hausses. En moyenne trimestrielle, l'indicateur aurait connu trois trimestres de hausse.

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois continuera d'être mis en ligne sur le site du ministère.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2018 à 10:05 :
Pas de chiffres , pas de commentaires.

3 ou 4 jours de commentaires tous les 3 mois valent mieux que 3 ou 4 jours de commentaires tous les mois.
a écrit le 24/01/2018 à 17:50 :
Temps mieux : quel intérêt de commenter des évolutions mensuelles forcément erratiques ? Pour mieux entendre le gouvernement se féliciter un mois puis l'opposition attaquer le mois suivant et ainsi de suite ? Le cirque médiatique, ça fatique à la fin...
a écrit le 24/01/2018 à 15:30 :
effacer une partie des 457 Niches fiscales peut aider les chomeurs !
a écrit le 24/01/2018 à 15:00 :
Décidément Macron et sa cour nous prennent vraiment pour des cr.....,publié les chiffres du chômage une fois par trimestre comme ci on n'avait pas compris le but de la manœuvre moins on en parle et mieux ça vaut!!!
Réponse de le 24/01/2018 à 17:24 :
voila une presse bien baillonner !! vivement le prochain vote ou réferendum
a écrit le 24/01/2018 à 12:07 :
Vous souvenez-vous de cet épisode de Lunel dans l’Hérault, où le ministre de l’Économie a été interpellé par des militants CGT -pas par Martinez bien sûr- opposés à la loi Travail. L’échange, particulièrement tendu, avait été filmé par les caméras de BFMTV :

Macron : – « Je n’ai pas de leçons à recevoir. Si vous ne voulez pas que la France soit bloquée, arrêtez de la bloquer »

Réponse de l’un des grévistes : – « Ce qui bloque la France, c’est le 49-3, monsieur Macron »

Visiblement excédé, Macron réplique : – « Vous n’allez pas me faire peur avec votre tee-shirt. La meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler ! »

Réponse de plusieurs personnes présentes :
– « Mais je rêve de travailler monsieur Macron ! »
– « Donnez-nous du travail ! »
– « Mais tous les chômeurs ont envie de travailler ! »


Oui mais les emplois sont dispersés en Europe de l' est vers des pays à salaires mensuels à 400 E et ce depuis Maastricht ....

Ce qui pousse à la suite logique de cet enfermement schizoprénien,
M. Macron a donné un entretien à la BBC sur sa vision du « Brexit » lorsqu’il était à Sandhurst cette semaine, entretien qui a été diffusé ce dimanche.

Plusieurs médias britanniques, notamment le Daily Mail et le magazine « Express », ont été stupéfaits par un passage au cours duquel M. Macron explique que les Français voteraient probablement pour le « Frexit » si la question leur était posée, comme elle l’a été aux Britanniques, par référendum, s’agissant du « Brexit ».

Se rendant compte de l’aveu qu’il fait, M. Macron s’empresse de tempérer son propos, après quelques secondes de flottement, en expliquant que le contexte français serait, cependant, très différent du contexte britannique : on se demande bien en quoi, sauf s’il veut rappeler que l’économie britannique va bien mieux que l’économie française avec un taux de chômage au plus bas depuis 1975 !

M. Macron révèle donc au grand jour qu’il assume parfaitement de conduire une politique ultra-européiste qu’il sait être contraire aux souhaits profonds des Français.

Impuissant on doit se contenter today de traficoter les chiffres..
François Asselineau et l’UPR a encore sur ce coup, 10 ans et 10 mois d’avance sur Macron !
Réponse de le 24/01/2018 à 15:44 :
"sauf s’il veut rappeler que l’économie britannique va bien mieux que l’économie française avec un taux de chômage au plus bas depuis 1975 !"

Le travail c'est la santé. Le manque de travail c'est ... la maladie !

Ce qu'on n'évoque ne précise jamais ou rarement est que quand le nombre de chômeurs baisse, le nombre des personnes en invalidité ou en maladie longue durée, augmente de la même quantité.
Phénomène très particulier à la Grande Bretagne.
Le nombre de chômeurs est passé de 3,0 millions en 1987, à 2,5 millions en 1988 puis à 1,5 millions en 2005 ainsi de suite.
Le nombre des invalides / malades de longue durée, est passé de moins de 0,6 million en 1981 à 2,7 millions en 2005 et est en hausse constante depuis.( 0,5 million en France).
Les courbes du chômage et de l'invalidité / maladie longue durée se sont croisées en 1996.En fait dans ce pays, les personnes sans emploi ont, pour survivre, le choix entre 2 solutions :
S'inscrire au chômage, pointer tous les 15 jours ou contrairement à la plupart des pays, il s'agit d'allocations chômages forfaitaire soit 345 euros/mois pour les traders comme pour les ouvriers.
Ou obtenir un certificat médical renouvelable tous les 2 ou 3 ans et toucher une allocation de 463 euros / mois.Comme les sans-emploi savent calculer, ils préfèrent largement être comptabilisés parmi les malades que parmi les chômeurs... et le taux de chômage baisse.Le taux de chômage officiel bien sûr ! Celui que l'on annonce. On fraude en jouant sur les mots. Elémentaire, non !
Réponse de le 24/01/2018 à 20:04 :
@la chose Vous êtes-vous un jour penché sur les chiffres réels du chômage de la start up Us propriétaire de l' UE ..? 23 % en 2015 comme en France ...

https://www.centralcharts.com/fr/forums/133-analyse-economique-fondamentale/550-les-chiffres-truques-du-chomage-aux-etats-unis

Avez-vous observé hier comment Trump réintroduit du protectionnisme en taxant à donf les machines à laver et les panneaux solaires chinois ....?
Au pays de l' inventeur de la mondialisation heureuse, ça fait forcément désordre!

Ne soyez plus inquiets pour les anglais, ils ne seront jamais les larbins de l' Allemagne, ils savent ce que se faire bomber la crête signifie depuis 1943 et n' acceptent tout simplement pas la domination /dictature merkelienne.
a écrit le 24/01/2018 à 11:50 :
Pour moins affoler les Français car le chiffe est de plus en plus mauvais ,bientôt il sera publié une fois par an .
a écrit le 24/01/2018 à 11:49 :
La véritable raison inavouée est pour le pouvoir de parler le moins possible du chômage car il est incapable de le faire baisser. Il ne prend d'ailleurs aucune décision dans ce sens.
Rien sur la réforme de l’État et encore moins sur la baisse des dépenses publiques.
a écrit le 24/01/2018 à 11:20 :
Pourquoi pas si c'est pour une meilleure visibilité de l'évolution de l'emploi.
Et pourquoi ne pas faire pareil pour la Sécurité Routière où les statistiques mensuelles ne veulent rien dire (météo, jours fériés, congés…). ? A ce propos toujours pas les chiffres de décembre et de l'année 2017 ? Seraient-ils trop bons (ou pas si mauvais) …après nous avoir asséné les 80 kmh ?… non ?
a écrit le 24/01/2018 à 10:57 :
Alors là ils n'ont pas honte d'essayer de dissimuler le chômage qu'ils ne veulent pas résorber, afin de tenir les salaires le plus bas possible, sous un camouflage grotesque, les ficèles sont énormes.

Pasqua avait la palme de la falsification des chiffres du chômage qui lui aussi grâce à une opération comptable a supprimé un million de chômeurs d'un coup de stylo, macron vient battre le charles sur la ligne en divisant par 4 le nombre de statistiques liées au chômage et du coup le nombre de mauvaises nouvelles.

C'est de très mauvais augure concernant la volonté de ce gouvernement de combattre le chômage, c'est même un aveu de laisser la situation empirer au au mieux stagner.

Bref le mac ne se fera pas réélire dans 4 ans, même s'il aura trafiqué toutes les statistiques dans la réalité on ne peut pas tricher et les citoyens le voient bien.
a écrit le 24/01/2018 à 10:54 :
Pour cache la vérité ! Macron ils a les mains libres divisé c est règne les mains salés d un cotes ? LeS main pourries d un autres côtés ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :