Prélèvement à la source : les chefs d'entreprise appréhendent la charge de travail

Par Jean-Christophe Catalon  |   |  528  mots
Plus de la moitié (56%) des dirigeants interrogés estime que le prélèvement à la source sera une charge de travail supplémentaire pour les services comptables. (Crédits : REUTERS/Regis Duvignau)
Si la majorité des dirigeants adhère au principe du prélèvement à la source, qui entrera en vigueur en 2019, cette mesure suscite des inquiétudes, selon "La grande consultation" réalisée par Opinion Way pour CCI France-La Tribune-Europe 1.

Cette année, les entrepreneurs vont passer les fêtes avec sérénité, sans craindre le retour des vacances. Sur les 610 dirigeants interrogés en décembre dans le cadre de "La grande consultation" par Opinion Way pour CCI France-La Tribune-Europe 1*, plus de 70% ont confiance dans l'avenir de leur entreprise, soit le taux le plus haut jamais enregistré pour cet indicateur. Leur opinion est également positive sur l'économie française (59% se déclarent confiants) et même mondiale (54%) en 2018.

Cet enthousiasme se ressent également dans la perception de la politique menée par l'exécutif. Après avoir sévèrement jugé le premier volet des réformes sociales - estimant que les ordonnances sur le Code du travail étaient trop défavorables à leurs salariés -, les chefs d'entreprise accueillent avec plus d'entrain le second volet visant à "sécuriser les parcours professionnels". Si une majorité de 53% estime toujours que le gouvernement agit plus sur la flexibilité que sur la sécurité, cette perception est en baisse de 12 points. Alors que plus de quatre sur dix jugent équilibrée la politique du gouvernement, soit une progression de 15 points.

Prélèvement à la source : oui sur le principe, mais...

Outre les réformes sociales, d'autres mesures sont en cours, dont certaines visant à simplifier les démarches administratives. L'une d'entre elles a été adoptée sous le quinquennat précédent, il s'agit du prélèvement à la source. Il devait entrer en vigueur dès 2018, mais le nouvel exécutif a décidé de le reporter à 2019.

| Lire aussi : prélèvement à la source au 1er janvier 2019 : mode d'emploi

Cette mesure est plutôt bien accueillie par les chefs d'entreprise, une forte majorité (59%) adhère au principe. En revanche, elle suscite plusieurs craintes. Quelle que soit la taille de l'entreprise, plus de la moitié (56%) des dirigeants interrogés estime que le prélèvement à la source sera une charge de travail supplémentaire pour les services comptables. La crainte est davantage partagée (73%) dans les entreprises de 10 salariés et plus.

Par ailleurs, les entrepreneurs appréhendent leur future collaboration avec l'administration fiscale. Plus d'un tiers estime que c'est une source de complexité, une perception davantage partagée là aussi par les entreprises de plus de 10 salariés (48%).

"Choc de simplification"

Depuis sa nomination, le gouvernement a annoncé plusieurs mesures de simplification pour les entreprises. Après l'instauration du principe "toute nouvelle norme réglementaire doit être compensée par la suppression d'au moins deux normes existantes", énoncé par le Premier ministre Édouard Philippe, le gouvernement veut mettre en place un "droit à l'erreur".

La promesse d'une relation plus facile et plus apaisée avec l'administration n'est pas nouvelle. En 2013, François Hollande avait promis un "choc de simplification", mais quatre ans plus tard, une écrasante majorité des dirigeants interrogés (90%) juge que cela n'a pas facilité la vie quotidienne de leur entreprise. Malgré les bonnes intentions affichées, l'exécutif sera jugé sur pièce.

_________

* Vous désirez exprimer votre avis, émettre une idée sur les questions économiques ? Rejoignez la Communauté CCI des entrepreneurs en participant à la plateforme d'échanges et de débats : www.grandeconsultation.fr