Ce que changera le prélèvement à la source de l'impôt

 |   |  761  mots
Jérôme Tarting, Président de UP'n BIZ, solution globale pour entreprendre
Jérôme Tarting, Président de UP'n BIZ, solution globale pour entreprendre (Crédits : DR)
Mis en oeuvre dans la plupart des grands pays développés, le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu entrera en vigueur le 1er janvier 2019 en France. Il supprimera le décalage existant entre la perception des revenus et leur imposition. Un nouveau dispositif qui changera la vie des entreprises et contribuables. Explications. Par Jérôme Tarting, Président de UP'n BIZ

Le Ministère de l'Action et des Comptes Publics vient de le confirmer. L'entrée en vigueur du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu sera bien fixée au 1er janvier 2019. Ce nouveau dispositif adaptera le recouvrement de l'impôt au titre d'une année à la situation réelle de l'usager (revenus, événements de vie) au titre de cette même année. Les règles de calcul ne seront pas modifiées.

Pourquoi un tel dispositif ?

Il existait jusqu'ici un décalage d'un an entre la perception des revenus et leur imposition, qui ne tenait pas compte des évolutions intervenant dans les foyers fiscaux (changement de situation familiale ou financière). Dès 2019, celles-ci seront pris en compte immédiatement. Des évolutions qui concernent 1,2 million de foyers en France (Source MINEFI), chaque année et qui changent de situation personnelle au regard des règles fiscales (naissance, mariage, pacs, divorce, décès).

Salariés et entreprises : quels changements

Au printemps 2018, les Français vont déclarer leurs revenus 2017, à partir de laquelle l'administration fiscale calculera une taux de prélèvement appliqué sur leurs revenus (salaires, pensions, autres).

  • Pour ceux qui ont opté pour la déclaration en ligne, ce taux sera automatiquement communiqué et applicable au 1er janvier 2019.

  • Pour les déclarants utilisant le formulaire papier, le taux 2019 sera communiqué sur sur l'avis d'impôt à l'été 2018.

Dans tous les cas, il sera possible d'opter pour un taux individualisé ou non personnalisé jusqu'en septembre 2018. L'administration fiscale communiquera ensuite aux employeurs ou caisses de retraite, le taux de prélèvement retenu.

Ainsi, dès le premier revenu versé en 2019, ce taux de prélèvement sera appliqué au salaire et le somme déduite ; le tout apparaîtra clairement sur la fiche de paie ou de pension. Le taux de prélèvement sera actualisé en septembre 2019 pour tenir compte des changements éventuels consécutifs à la déclaration des revenus de 2018 effectuée au printemps 2019. C'est ce taux qui sera utilisé à partir de septembre 2019 et qui sera, ensuite, à nouveau actualisé, chaque année, en septembre.

Pour les indépendants

Les indépendants paieront leur impôt sur le revenu à partir des acomptes calculés par l'administration, sur la base de la situation passée. Ils seront prélevés mensuellement ou trimestriellement, correspondant aux prélèvements actuellement à leur charge. En cas d'évolutions importantes de revenus, les indépendants pourront actualisés les acomptes en cours d'année. De manière générale, ces acomptes seront prélevés par l'Administration dans un objectif de simplification.

Le dilemme de la confidentialité

La notion de confidentialité des revenus du foyer vis-à-vis de l'employeur revient régulièrement dans les débats. Mais une chose est certaine : le salarié ne donnera aucune information à son employeur car l'Administration fiscale reste son unique interlocutrice. Seul sera connu de l'employeur, le taux de prélèvement, soumis au secret professionnel.

2018, année de transition

L'impôt sur le revenu sera prélevé en 2018 sur les revenus de 2017. En 2019 sur les revenus de 2019. Fait important à noter : il n'y aura pas de double prélèvement en 2019 sur les revenus 2018 (salaires, pensions). Un crédit d'impôt spécifique sera calculé automatiquement par l'administration fiscale sur la base de la déclaration des revenus 2018, déposée au printemps 2019. S'agissant des dirigeants et indépendants dont la fraction des revenus viendrait à excéder ceux perçus durant les 3 années précédentes, l'impôt ne sera pas effacé, sauf si sauf si la rémunération de 2019 dépasse celle perçue en 2018.

 Quid des réductions et crédits d'impôt

Les réductions et crédits d'impôt acquis au titre de l'année 2018 seront maintenus et leurs avantages fiscaux intégrées dans le taux, notamment celui de "10% pour frais professionnels". De même que les réductions et crédits d'impôt ouverts au titre de 2018 seront versés au moment du solde de l'impôt vers la fin de l'été 2019.

En conclusion, le prélèvement à la source portera sur la très grande majorité des revenus dans la mesure où salariés, indépendants, actifs, retraités, seront concernés dès le 1er janvier 2019. L'impôt aura la même temporalité que les revenus, étalé sur 12 mois, adaptable à tout moment, au montant des revenus perçus. Sans effet sur le revenu fiscal de référence seul changera le mode de perception, mais pas le mode de calcul.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2017 à 9:29 :
C est pas finis impots à plat pour payer plus écologique Hulot ? Ça deviens très lourd macron retraitees hopiteaux gosoil tabac assurance bientôt tous aux patates a l au
a écrit le 22/11/2017 à 10:21 :
Bonjour,

votre article-par le biais de M. Tarting- laisse croire que tout est réglé.Il se fait le relais de la politique gouvernementale, ni plus ni moins.Pas de critique.
Alors que l'impôt rentre à 98.5%, en Allemagne où l'impôt est aussi complexe qu'en France et où il est prélevé à la source, il faut un an ,en moyenne, pour répondre à une réclamation du contribuable....!!!
Réécoutez M. Carrez dans son interview sur Europe 1 ,début août 2016.
Et puis où est l'égalité? Acomptes pour certains ,perception mensuelle pour d'autres!!!???
Bien à vous PLB.
a écrit le 21/11/2017 à 11:45 :
Sachant que la majorité des assujetis à l'IRPP est déjà mensualisé ou soumise au paiment des tiers provisionnels, cela ne changera pas grand chose pour le particulier.

Par contre ca risque de devenir une source de cauchemar pour les employeurs qui risquent de se voir mis en cause en cas de mauvaise déclaration. Ils vont faire office d'enclume entre l'administration fiscales et les particuliers qui pourraient leur reprocher des erreurs de report voire des malversation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :