Présidentielle 2017  : Le Pen baisse dans les sondages, Hamon veut une VIème République

 |   |  639  mots
Marine Le Pen arriverait deuxième derrière François Fillon au premier tour de l'élection présidentielle, selon un sondage.
Marine Le Pen arriverait deuxième derrière François Fillon au premier tour de l'élection présidentielle, selon un sondage. (Crédits : BENOIT TESSIER)
La Tribune publie son "journal de campagne" quotidien, reprenant les principaux faits et déclarations des candidats (et de leurs soutiens) à la présidentielle de 2017. Aujourd'hui : Le Pen qui baisse dans les sondages, trois ministres qui rallient Valls, et Hamon qui présente son programme.

Un sondage publié par le Monde et réalisé en partenariat avec le Cevipof et Ipsos-Sopra Steria montre que quel que soit le candidat socialiste (seuls Manuel Valls et Arnaud Montebourg sont testés dans l'enquête), et que François Bayrou soit présent ou non, c'est François Fillon qui arrivera en tête du premier tour de l'élection présidentielle : il est crédité de 26 % à 29 % des intentions de vote, selon les cas de figure, et devancerait la candidate du Front national Marine Le Pen de 2 à 4 points. Mais le plus important enseignement de ce sondage est que Marine Le Pen est en baisse significative (de 2 à 5 points) par rapport au mois de novembre. Depuis mars, elle se situait entre 27 % et 30 % des intentions de vote, et aujourd'hui entre 24 % et 25 %. 
A gauche, la situation de Jean-Luc Mélenchon reste stable : il est crédité d'entre 13 % à 14 % des suffrages. Très présent sur la scène médiatique ces derniers jours, Emmanuel Macron grimpe pour sa part dans ce sondage : il recueille entre 13 % à 15 % des votes virtuels contre 10 % à la mi-novembre si Manuel Valls est le candidat socialiste et jusqu'à 18 % si Arnaud Montebourg est candidat.

Valls rassemble ses soutiens

Trois ministres viennent de se rallier à Manuel Valls avant la primaire de la gauche. Jean-Yves le Drian, Bruno Le Roux et Myriam El Khomri. Le Breton a déclaré dans une tribune publiée dans Ouest-France qu'« à l'heure où notre pays est confronté à des défis majeurs dans les domaines sécuritaires, économiques, sociaux et environnementaux, Manuel Valls incarne le courage et la volonté nécessaires pour porter la voix de la France et défendre les valeurs de la gauche. Il saura rassembler notre famille politique autour du progrès social, notre socle commun ». « Je me reconnais pleinement dans sa capacité d'homme d'Etat à préserver ces grands équilibres. J'ai donc décidé de soutenir sa candidature à la présidence de la République », a ajouté le ministre de la Défense.
De son côté, la ministre du Travail a elle aussi indiqué qu'à « titre personnel », elle soutenait Manuel Valls. « Dans les moments difficiles, j'ai pu éprouver à la fois la réalité de son engagement et sa loyauté. Il a la dimension d'homme d'État pour faire gagner notre famille politique », estime Myriam El Khomri. Elle a toutefois précisé que son choix idéal aurait été celui de François Hollande.

Hamon pour un VIème République

A la veille de la clôture des candidatures à la primaire de gauche, l'ancien ministre de d'Education nationale Benoît Hamon va détailler son programme électoral aujourd'hui. Ces deux principales mesures seront le priorité donnée à l'écologie et la mise en place d'une VIème République. Benoît Hamon compte en effet donner plus de poids au Parlement, en introduisant une dose de proportionnelle aux élections législatives, et en prenant en compte le vote blanc. Le frondeur souhaite aussi instaurer un « 49.3 citoyen », qui permettrait à 1% des électeurs de demander l'examen ou la suspension de l'application d'une loi. Par ailleurs, Benoît Hamon propose de mettre en place un revenu universel de 750 euros par mois (530 euros dans un premier temps) pour tous les citoyens ayant plus de 18 ans, qu'ils travaillent ou non. Il financera les dépenses supplémentaires induites par la création de ce revenu de base par une fusion de certains minima sociaux, en individualisant de l'impôt sur le revenu, en réduisant les niches fiscales et en s'attaquant à l'évasion fiscale. La création de ce revenu universel sera accompagnée d'une réduction du temps de travail, mais aussi de la taxation de la robotisation de l'économie. Enfin, Benoît Hamon compte supprimer la loi Travail qui en plus de faire baisser les salaires, n'entraînera pas de création d'emplois, estime le candidat.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2016 à 17:08 :
Tendance visible aussi dans les sondages en ligne tel que celui-ci :
http://2017-election.fr/sondage-1er-tour-election-presidentielle-2017.html
a écrit le 16/12/2016 à 10:32 :
Le parti politique en plus forte croissance est l' UPR, avec 14 000 adhérents, celui-ci progresse cette année encore à date de 40 % avec quasiment zéro visibilité médiatique et commence a inquiéter les partis leurres prétendument anti Union européenne alors que subtilement pour, FN, DLF, FG etc ...


A défaut de prouesse, la discipline, l' économie de moyens, la rigueur d' analyses doivent y être pour quelque chose.


@réponse de définition Préférez la discussion et l' échange sur le fond au pugilat provocateur, sans consistance, vous en ressortirez considéré et grandi ...
a écrit le 15/12/2016 à 18:35 :
Ahurissant !!! Hamon, revenu universel, cout : 300 milliards, 32 h alors que l'économie a ete asphyxiée par les 35 h... Vraiment, il y a des folies qui perdurent !!!
a écrit le 15/12/2016 à 17:04 :
Il existe une mince possibilité pour que la gauche ne soit pas absente du second tour, que le PS, le PRG et éventuellement EELV renoncent à présenter un candidat et se rangent derrière Emmanuel Macron, de loin le candidat de gauche le mieux placé.
Réponse de le 15/12/2016 à 23:28 :
Quoi? Macron candidat de gauche ? mais lui même le récuse et l'a bien montré dans son rôle de ministre ! dailleurs comment peut on encore qualifier ce gouvernement de socialiste ? L'échec de ce gouvernement est celui d'une imposture, bien sûr, mais aussi et surtout celui d'une politique libérale dictée par une dictature européenne elle même sous le joug de l'ultra libéralisme !
Non non M Madoff (!) ce ne sont pas les 35 h qui asphyxient l'économie....mais le refus et la tricherie de ceux qui ont les moyens de se constituer un patrimoine en investissant les impôts qu'ils ne payent donc pas...et donc ceux qui détournent la richesse nationale publique vers les paradis fiscaux, l'immobilier, etc....que le revenu universel soit discutable, ça c'est autre chose; mais pas au gré de n'importe quel argument !
a écrit le 15/12/2016 à 7:17 :
les partis de gouvernements ne font pas rêver pas pour leurs idées car sur le fond elles se ressemblent preuve le quinquennat Sarkozy/ Fillon et Hollande/ Vals est dans la même logique du matraquage fiscal . Les promesses ne sont jamais tenues et pire les mêmes mensonges reviennent dernier exemple,M. Fillon nous faire croire que l'optique et le dentaire seront mieux remboursés s'il est élu souvenons nous M. Sarkozy disait la même chose en 2007 et qui avait écrit le programme M. Fillon oui un récidiviste. En fait Mme Le Pen ne fait pas rêver pas plus que l'insoumis charlatan M. Mélenchon mais nos concitoyens les plus faibles économiquement se raccrochent aux discours avec pourtant ce que l'on sait depuis des décennies les discours ne sont jamais un programme de gouvernement juste un attrape nigauds de campagne.
Réponse de le 15/12/2016 à 16:37 :
Mon très cher, ceux que vous nommez avec condescendance "nos concitoyens les plus faibles économiquement" se raccrochent là où ils le peuvent encore ! et vous vous trompez lourdement en les associant peut être en particulier à Melenchon qui ne s'adresse pas aux "tripes" des gens mais à leur intelligence: il leur donne matière à réfléchir; ses textes, loin du fiel déversé par Le pen, sont d'une densité remarquable; le qualificatif que vous lui attribuez relève de préjugés et d'une grande ignorance quant à son travail.
a écrit le 14/12/2016 à 17:30 :
Quel vieux gauchiste doctrinaire et démagogue ce Hamon. Quelle obsession Hamon et De Montebourg dans leur irresponsable et acharnement fou ! à abolir Vème République. Il n'y a pas un seul pays à avoir changé autant ses institutions en 150 ans. AUCUN PAYS AU MONDE N A ACTUELLEMENT PAREILLE PRIORITE
Réponse de le 14/12/2016 à 19:33 :
Resultat: Trump gagne l'election avec 2 millions de voix de moins que Clinton ! avec un système électoral qui date du XVIII eme siècle ! c'est pas ça qu'on appelle du conservatisme ?
Réponse de le 29/01/2017 à 21:40 :
Je pense que vous devriez suivre l'actualité internationale. De nombreux pays subissent des changements bien plus important que cela (il suffit de regarder au Moyen Orient déjà pour commencer).
ET puis, pourquoi se comparer aux autres pays ? si notre système fonctionne mal, pourquoi ne pas réfléchir à un nouveau ?
En tout cas ce "vieux gauchiste" de Hamon semble être un des candidats les plus honnêtes parmi nos magouilleurs de la place publique !!
a écrit le 14/12/2016 à 17:14 :
Si les Francais aiment les marches blanches a chaque attentat continuez a voter pour les mêmes dirigeants et faites semblant encore de vivre dans la sérenité hypocrite dans une France laxisme !
a écrit le 14/12/2016 à 16:45 :
Donc Fillon, rejeté par la majorité des français a les plus grandes chances de devenir président de la république. L'agonie de la démocratie.
Réponse de le 14/12/2016 à 21:12 :
Mais non le blasé, vous n'avez pas l'air d'être au courant qu'en France le Pdt est élu lors d'un second tour avec une majorité de voix donc plus de 51% sachant que les abstentionnistes n'ont pas leur mot à dire puisqu'ils ne participent pas au 'jeu' de la démocratie.
Réponse de le 14/12/2016 à 22:19 :
@jean maire..: c'est plutôt la démocratie qui se fiche de ceux qui votent blanc, car pourquoi forcer les gens à voter pour l'un ou pour l'autre au 2e tour quand on est d'accord ni avec l'un, ni avec l'autre :-)
Réponse de le 15/12/2016 à 14:02 :
Trop d'ironie tue l'ironie.

Mais ça permet d'éviter de réfléchir et là je comprends pourquoi cela vous intéresse autant comme style.

Continuez mais sans me coller svp, merci.
a écrit le 14/12/2016 à 16:10 :
Sans grosses fausses notes, Macron devrait atteindre les 20% dans les sondages avant longtemps. Dès lors il apparaitra comme la seule candidature utile pour l'électeur PS traditionnel moyen et un candidat très crédible pour l'électeur moyen.
Vivement la fin des primaires PS, qui seront un bide monumental, que la situation finisse de se décanter. Je pense y aller pour voter Filoche(ou un autre du genre) premier tour et Montebourg au second. Dès lors, les soutiens afflueront vers Macron, objectif 25% au soir du premier tour.
a écrit le 14/12/2016 à 15:51 :
Et allez... Les Français une nouvelle fois vont se dire ; "on prend les mêmes et.... on recommence" !!!
Après alternance un coup à Droite et un coup en Gauche durant 40 ans ils ont eu largement le temps de se rendre compte que leur politique ne fonctionne pas et nous mène où nous en sommes aujourd'hui ! Même au niveau de leur politique économique : quand ils disent que certains nous mèneraient à la cata, faudrait qu'ils soient un peu plus modestes, car on constate tous les jours sur ce plan aussi l'impasse dans laquelle ils nous conduisent !
Et c'est curieux, car moi aussi autour de moi je ne rencontre que des gens qui ont grande envie de tenter une autre voie pour essayer de sauver ce qui peut encore l'être et remettre bien des choses à plat.
a écrit le 14/12/2016 à 15:20 :
Bon et alors , qu'attend Hamon pour rejoindre Mélenchon ? on tente de nous faire croire que Macron et Melenchon doivent intégrer la primaire...et les caciques les en suplient tellement ils ont la trouille de voir les résultats catastrophiques de participation prévisibles à cette primaire ! mais c'est en fait Hamon et Montebourg qui doivent soutenir Melenchon s'ils veulent réellement faire gagner la gauche ! quant à Valls et consors, qu'ils rallient Macron au centre droit...ça sera clair et bien plus honnête !
a écrit le 14/12/2016 à 15:18 :
Le parti politique en plus forte croissance est l' UPR, avec 14 000 adhérents, celui-ci progresse cette année encore à date de 40 % avec quasiment zéro visibilité médiatique et commence a inquiéter les partis leurres prétendument anti Union européenne alors que subtilement pour, FN, DLF, FG etc ...


A défaut de prouesse, la discipline, l' économie de moyens, la rigueur d' analyses doivent y être pour quelque chose.
Réponse de le 14/12/2016 à 21:33 :
UPR (Union Pour Rien) l'énarque de service de l'UMP refoulé par son ami Nicolas n'a toujours pas digéré le coup de pied au c... 14000 adhérents comme personne ne pourra jamais vérifié avec comme tout parti politique et en plus de seconde zone la magouille des chiffres est dans la droite ligne de nos politiciens véreux. En fait l'UPR une annexe du FN ou de son jumeau Debout la France le mouvement qui emploie Monsieur et Madame rien de tel pour bien vivre que de pomper l'argent public.
a écrit le 14/12/2016 à 15:08 :
La baisse de Le Pen, et peut-être son absence du deuxième tour de la présidentielle, correspond à ce que j'ai cru comprendre dans mon entourage. C'est logique, elle se montre enfin comme le meneur d'extrême gauche, tendance stalinienne, qu'elle est vraiment. Et comme le FN n'est pas un parti d'extrême gauche, malgré les choix de sa direction actuelle, ça grogne dans les rangs.

Dommage pour la direction du FN (et tant mieux pour les autres) que Fillon ait trop de crédibilité dans son positionnement de droite pour qu'elle puisse continuer à exister sans dire l'inverse de ce qu'il dit : je suis certains que ça aurait arrangé plein de monde dans l'élite de l'extrême gauche de tomber sur un adversaire plus facile à manoeuvrer ou à discréditer (et pourtant ce n'est pas faute d'essayer !).

Cela dit on verra dans quelques mois si cette baisse est réelle, ou si c'est du blabla destiné aux sondages. Il peut de plus se passer bien des choses en cinq mois, et elle a déjà eu un passage à vide quand elle a viré son propre père du parti qu'il a fondé, sans que ça l'empêche d'être là où elle est aujourd'hui.
a écrit le 14/12/2016 à 14:15 :
Vous êtes sûr de votre sondage ? Non parce que dans le département du Gard il est difficile voir très difficile de trouver dans mon entourage une personne qui ne souhaite pas voter pour le FN...Ici Marine doit être à 60 % facile.
Réponse de le 14/12/2016 à 16:29 :
ils ont sondé des gens de la France entière, pas juste ta famille et tes potes
Réponse de le 14/12/2016 à 16:32 :
Chez nous Neuilly on est à 100% facile derrière Fillon
Réponse de le 14/12/2016 à 18:00 :
Le Sud-Est rassemble effectivement les électeurs les plus en avance sur leur temps, c'est bien connu ;-)

Aller arrêtons de parler de sondages, de fausses promesses électorales et fessons tous ensemble une vrai révolution citoyenne comme le promet le mouvement France Insoumise, avec un vrai programme de changement pour une France plus heureuse et pas centrer sur elle même, ni sur des objectifs économiques qui n'apportent rien au "vrai gens" !

Soyons solidaires et reprenons notre destins en mains !
Réponse de le 14/12/2016 à 18:18 :
Le sondage est national, pas départemental.
Même si Le Pen a beaucoup de soutient dans le sud de la France, elle est encore loin des 60%. Elle n’a fait que 25,5% au 1er tour de la présidentielle de 2012.
Réponse de le 14/12/2016 à 18:44 :
c est pour ç&aque mes proches et moi ne mettront jamais un pied dans le Gard? Vous voulez rester entre vous, vous allez être servis.
Réponse de le 14/12/2016 à 20:54 :
@endygwa : vous me tutoyez ? On se connait ? Je ne crois pas avoir des connaissances dans votre genre je n'aime pas les gros beaufs qui tutoient sans connaitre la personne ça me ferait mal ;-)
Réponse de le 14/12/2016 à 21:41 :
un beau département mais pour rester dans les proportions nombre d'électeurs sur le plan national plus de 40 millions dans le Gard un peu plus de 0, 5 millions vous voyez votre entourage pèse quoi? même et j'en suis sur il est très respectable.
a écrit le 14/12/2016 à 14:09 :
Et toujours la tarte à la crême... A une stature d'homme d'état... C'est une expression qui n'a aucun sens particulier, si ce n'est de décerner un label, une étiquette, à quelqu'un qui donc selon ces critères très flous devra être le chef. Pratique! Si certains suivent cette fumisterie, alors ceux qui ont le label ont la carrure, ceux qui ne l'ont pas n'ont pas la carrure et ne sont donc que des faire valoir. Quand ont voit le bazard, la pile de dette et la situation lamentable du pays, je pense qu'il vaudrait mieux que certaines personnes en vue s'abstiennent de parler et de décerner des bons points. L'électeur vote selon ses convictions. Les stratégies d'influence des groupes qui essaient d'agir sur la perception des électeurs ne prend plus. On voit qu'à la tête de l'état, on a surtout eu une doctrine dépensière. Ça, c'est un fait. Cette doctrine dépensière non financée s'est inscrite dans le cadre d'une concurence renforcée pour les entreprises qui payaient. C'est un second fait. Les ménages ont profité des dépenses sociales sans les payer. Résultat: le pays s'est désindustrialisé. La part de valeur ajouté perdue a créé des millions de chomeurs. Les seuls bénéficiaires réels ont été les distributeurs (GMS), mais ils ont dans le même temps rendu insolvables leurs clients et l'état qui finançait leurs clients. La question posée par cette présidentielle sur un état ruiné est simple: soit on s'adapte aux traités européens que l'on a voté, soit on renie les traités européens, soit on ne fait rien, ce qui a été le choix français depuis longtemps pour le déclin, que l'on vote à gauche ou à droite avec un déclin de plus en plus fort. Dans les 2 premiers cas, cela se traduira par une perte de pouvoir d'achat pour les ménages (réduction du social ou inflation). Le 3ième cas aboutis au même résultat mais imposé de l'extérieur.
En fin de compte, soit on conserve notre système d'alliance qui nous permet de manière marginale mais réelle de parler avec les empires Américains, Chinois ou Indiens, soit on lui tourne le dos et on essaie de discuter avec ces mêmes empires en position de faible au fort, comme les Britanniques.
a écrit le 14/12/2016 à 14:03 :
Peut-on arreter ces sondages qui ne riment a rien et dont l'argent serait bien mieux depense ailleurs?
a écrit le 14/12/2016 à 13:29 :
Eviter de tirer des conclusions sur les sondages. Les reponses sont plus en fonction de la visibilité dans les médias que de réelles intentions de votes. Les votes Anglais, Americains etc... devraient insiter à la prudence. Pour la partie Benoit Hamon, encore un qui a oublié ce que la valeur travail veut dire, son dernier job devait etre un job d'été à faire les vendanges. Travaillons moins et gagnons plus... le populisme est vraiment là. Ce n'est pas etre de gauche que de proner le revenu universel et l'ouverture des frontières. Nous savons comment cela finit. Toujours les personnes modestes qui trinquent. Hamon, travaille deja 35 heures réellement, après je pourrai vous croire.
a écrit le 14/12/2016 à 13:06 :
Le Pen, c'est comme Trump, elle a tous les médias et le toute la bien-pensance du pays contre elle.
Elle a l'habitude, les électeurs le savent , il faudra attendre mai 2017 pour savoir si la campagne de dénigrements va fonctionner. A l'inverse, Macron bénéficie de l'approbation générale des commentateurs et du monde des affaires. Aura t-il le sort de Clinton?
Pour le pauvre Fillon, s'attaquer aux dépenses sociales et vouloir équilibrer le sécu.
Pour le coup, il s'agit d'un crime de lèse majesté.
a écrit le 14/12/2016 à 12:14 :
Je confirme ma première analyse.Face à Fillon, représentant de la droite orthodoxe, on devrait logiquement trouver un candidat de la gauche orthodoxe, donc certainement pas Vals. Si la gauche veut se regrouper, ce serait logiquement vers Montebourg. Je pars de l’hypothèse suivante : Je doute que Mélenchon soit présent au deuxième tour, car bien qu’ayant un programme de gauche cohérent, cet homme à un caractère détestable qui le dessert. Au premier tour donc, une partie de l’électorat MLP rejoint FILLON, l’autre revient logiquement à la place ou elle aurait dû rester, à savoir le FG de Mélenchon. Suite à désertion des deux fractions de son électorat vers Fillon et Mélenchon, MLP n’est plus en mesure de figurer au deuxième tour. Reste donc au deuxième tour, à droite Fillon, à gauche Montebourg, celui-ci étant à même de reprendre au deuxième tour, la fraction gauche extrême que forme l’électorat de Mélenchon .ASuivre
Réponse de le 14/12/2016 à 14:23 :
Le seul hic dans ce raisonnement, c'est que le Pays n'est pas du tout en demande de Gauche. La preuve sont les résultats successifs aux élections intérimaires. On a eu la Gauche pendant 5 ans à la tête du Pays, sa gouvernance a plutôt été médiocre. Les Français semblent maintenant convaincus qu'on doit pouvoir faire beaucoup mieux....
Réponse de le 14/12/2016 à 15:58 :
Je vous rejoins partiellement....mais vous excluez totalement Macron de votre raisonnement, à tord sans doute ! car il pourra très probablement attirer une partie de la droite qui ne suivra pas Fillon, le centre...si Bayrou n'y va pas, et la droite du morribond PS (dont le résultat de la primaire n'aura aucune légitimité au regard de la faiblesse de la mobilisation) ; et vous sous estimez sans aucun doute Melenchon qui fait une campagne remarquable, avec un projet qui résulte d'un travail tout aussi remarquable ! quant à Le Pen, son pouvoir de nuisance n'est certes pas à négliger, mais l'extême faiblesse de son argumentation ne lui permettra pas de tenir le choc face à ses concurrents! alors un deuxième tour Macron/Mélenchon n'est pas improbable !
Réponse de le 14/12/2016 à 16:40 :
@ozarmes

Ce n'est qu'un scénario, bien sur et je n'ai jamais anticipé le second tour..
a écrit le 14/12/2016 à 12:13 :
L'essentiel est de savoir quel candidat est soutenue par la commission de Bruxelles, sachant qu'il sera élue par défaut et ne sera qu'un préfet de l'UE!
Réponse de le 14/12/2016 à 14:06 :
Vous avez raison, concentrez-vous sur les europeennes...
Réponse de le 14/12/2016 à 16:59 :
Essayez de comprendre le fonctionnement des institutions européennes avant d'écrire n'importe quoi !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :