Présidentielle 2017 : que propose la Belle alliance populaire pour l'Outre-mer ?

 |   |  887  mots
L'Outre-mer, un thème pour l'instant oublié des débats des primaires de la Belle alliance populaire.
L'Outre-mer, un thème pour l'instant oublié des débats des primaires de la Belle alliance populaire. (Crédits : REUTERS/Eric Feferberg)
La Fédération des Entreprises des Outre-mer (FEDOM) a recensé l'ensemble des mesures des candidats de la Belle alliance populaire (BAP) en faveur des territoires ultra-marins. Seul Jean-Luc Bennhamias a rendu une copie blanche.

Si tu ne viens pas à Lagardère... Décidée à ne pas attendre la fin des débats entre les candidats à la primaire de la Belle alliance populaire pour connaître leur programme en faveur des territoires ultra-marins, la Fédération des Entreprises des Outre-mer (FEDOM) a interpellé les prétendants.

Tous ont répondu sauf Jean-Luc Bennhamias. "Malgré de nombreuses relances, nous n'avons obtenu aucune réponse ni trouvé aucune information concernant le programme outre-mer du candidat", précise la FEDOM. Dans ce domaine, certains ont été plus laconiques que d'autres. Dans ce domaine, la palme revient à François de Rugy. Le candidat écologiste se contente de proposer que dans chaque texte de loi soit mis en place des dispositions spécifiques pour les Outre-mer.

Beaucoup de copié-collé

Avant de procéder à une revue de détails, il est à noter qu'un certain nombre de leurs propositions ne sont que des "copié-collé" des mesures prévues pour l'Hexagone.

C'est notamment le cas de Benoît Hamon qui propose aux territoires ultra-marins les mêmes mesures que celles prévues pour l'Hexagone, niant les spécificités géographiques, économiques et sociales de ces territoires. Il n'y a que dans le thème de la transition économique que l'Outre-mer est abordé, avec les deux propositions suivantes : "faire des outre-mer un pays avant-garde" et favoriser "le développement du potentiel en énergies renouvelables des outre-mer (solaire, thermique, photovoltaïque, marin)".

Le programme d'Arnaud Montebourg est plus conséquent. Pour "transformer radicalement les Outre-mer", "pour en faire des territoires de prospérité à l'horizon 2025", il propose notamment de faire de chaque territoire d'Outre-mer un pôle de rayonnement économique dans son aire géographique, c'est-à-dire d'en faire "les avant-postes de la France dans le monde". Comment ? En déclinant dans chaque territoire le "made in France", via la contractualisation entre l'Etat et les Collectivités territoriales des trajectoires de développement pour faire du "made in Guadeloupe", "Made in Réunion"... Sans surprise, l'Outre-Mer profiterait également du plan de relance de la consommation et de l'investissement que l'ancien ministre de l'Economie appelle de ses vœux.

Vincent Peillon propose également quelques mesures spécifiques. Dans le domaine de la formation, l'ancien ministre de l'Education de François Hollande propose la création d'un établissement supérieur des métiers de la mer dans chacune des grandes zones ultramarines. Pour soutenir l'économie, il souhaite inciter les entreprises à l'exportation vers les pays des bassins environnants, mais sans préciser comment. On en conviendra, ce programme est assez maigre.

Manuel Valls propose notamment de soutenir les filières agricoles

Ce n'est pas le cas de celui porté par Manuel Valls. L'ancien Premier ministre de ... François Hollande développe un ensemble de mesures transversales en faveur de ces territoires. Dans l'agriculture, il propose le soutien des filières agricoles d'excellence (banane, canne, pêche). Le lancement d'un Livre Bleu de la mer, des littoraux et outre-mer est également dans les cartons.

Pour soutenir globalement l'activité, il souhaite la création d'un fonds d'intervention en faveur de l'égalité réelle en outre-mer doté d'au moins d'un milliard d'euros sur cinq ans, la mise en place d'un plan de convergence dans chaque territoire avec des investissements dans les infrastructures essentielles conformément à la loi égalité réelle actuellement débattue au Parlement.

Pour relancer l'investissement, il cible trois secteurs : l'éducation, via notamment la lutte contre l'illettrisme, la mise en place d'Erasmus Outre-Mer et la création d'une chaire d'excellence consacrée aux outre-mer ; l'eau, notamment en Guadeloupe et à Mayotte où les coupures sont très fréquentes ; la santé grâce notamment à la mise en place de prêts significatifs de l'Etat à taux zéro sans remboursement pendant les premières années. Le levier fiscal n'est pas oublié. Manuel Valls souhaite la mise en place d'un statut fiscal spécifique pour les outre-mer (zones franches globales, duty-free) pour baisser le coût du travail, favoriser le tourisme et revitaliser les centres villes. Il plaide également pour le maintien et la simplification des mesures actuellement en vigueur de défiscalisation. Pour relancer le tourisme en outre-mer, il souhaite que celui-ci soit "une priorité nationale".

Alors que l'épisode Tromelin a ému l'opinion publique, le favori des sondages veut défendre la souveraineté "sur les trois océans avec des moyens renforcés". Pour l'instant, en Polynésie française, dont la surface terrestre et surtout maritime est équivalente à celle de l'Europe, un seul navire militaire patrouille...

Le Parti Radical de Gauche très consensuel

Sylvia Pinel partage la plupart de ces propositions, sans véritablement entrer dans les détails. La représentante du Parti Radical de Gauche (PRG) veut soutenir les productions agricoles et agro-industrielles traditionnelles d'exportation (bananes, canne, rhum) et favoriser le développement des productions agricoles vivrières, des filières biologiques, de la pêche, "comportant la fixation d'objectifs en termes de satisfaction des besoins de consommation extérieure comme d'exportation", précise son programme adressé à la FEDOM. Pour relancer l'économie elle propose aussi une aide fiscale aux investissements dans tous les secteurs productifs. Dans le domaine énergétique, elle prône le développement des énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie), avec pour objectif, à terme rapproché, "l'autosuffisance de chacune des collectivités d'outre-mer".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2017 à 10:57 :
L OUTRE MER ONT S EN SOUVIENS QUE LORSQUE LES ELECTIONS ARRIVE? MOI JE LE DIT RENDONS L AUTOMIE A SES ILES LOINTAINE ? QUI NE SONT QUE D ES COLONIES DE CONQUETTE FRANCAISE? COMME DEGAULLE QUI A DIT COURAGEUSEMENT L AGERIE REDEVIENDRAS ALGERIENE???./// RENDON A CESAR CE QUI APPARTEINT A CESAR.///

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :