Présidentielle 2022 : s'il est élu, Macron lancera la réforme des retraites cet automne

Emmanuel Macron a déclaré que s'il était élu pour un second mandat, il indexerait les retraites sur l'inflation dès cet été et lancerait la réforme des retraites "dès l'automne prochain".

4 mn

(Crédits : JOHANNA GERON)

Emmanuel Macron a promis, s'il est réélu, "d'indexer les retraites sur l'inflation dès cet été" au lieu d'attendre le 1er janvier, et souhaité commencer la réforme des retraites "dès l'automne", dans des interviews sur TF1 et au Figaro. Interrogé sur TF1, le président-candidat a expliqué vouloir revaloriser les retraites sur l'inflation dès l'été, "compte tenu des prix" qui ont bondi en raison de la guerre en Ukraine.

Après avoir renoncé au cours de son mandat à maintenir l'âge légal de départ à 62 ans, Emmanuel Macron souhaite désormais le repousser à 65 ans, tout en supprimant au passage les régimes spéciaux de la RATP, d'EDF et des sénateurs. Pour contrebalancer, il promet une pension minimum de 1.100 euros pour une carrière complète.

Lire aussi 5 mnRetraites : ce que proposent les candidats à la présidentielle

Pénibilité

Le 27 mars sur France 3, Emmanuel Macron avait indiqué vouloir « prendre en compte la pénibilité des carrières » pour reporter l'âge de la retraite à 65 ans, mais en prenant des critères "qu'on individualise", car "sinon on va recréer des régimes spéciaux". Il souhaite aussi tenir compte "des carrières longues" ainsi que "des métiers fatigants, physiquement ou nerveusement", citant les travailleurs des abattoirs et les enseignants, pour qui "il est parfois dur dans certaines classes d'aller jusqu'à 65 ans".

Pour tous ces cas, "on va adapter les fins de carrière par la négociation", avait-il assuré.

Interrogé à ce moment-là sur "le risque de remettre les Français dans la rue", au regard de l'hostilité des syndicats, il a jugé que celui-ci existe mais que pour convaincre "il faut expliquer pourquoi".

"Je conviens" que cette réforme n'est pas facile, mais "ce n'est facile sur rien", a-t-il dit. Et, impossible selon lui d'en faire l'économie si on veut financer l'autonomie des seniors et relever la pension minimale à taux plein à 1.100 euros.

"Je veux faire les choses avec calme, avec bienveillance, c'est pour ça que je n'ai pas lancé de telles réformes il y a quelques mois", a-t-il assuré. "Notre pays est fatigué de la crise Covid et inquiet de la guerre, mais il faut continuer à avancer", avait-il défendu.

Pour rappel, le grand dessein présidentiel d'un "système universel" - censé remplacer la quarantaine de régimes existants - n'a pas survécu à la crise sanitaire. Après des semaines de grèves et de manifestations, le projet de loi voté au forceps du 49-3 début mars 2020 a aussitôt été "suspendu" et jamais remis sur le métier.

---------------

Les comptes de la branche retraite se redressent

La branche retraite de la Sécurité sociale a enregistré un déficit de 2,6 milliards d'euros l'an dernier, soit dix fois moins que la branche maladie, selon les comptes définitifs publiés mi-mars par le gouvernement. La Sécu affiche un déficit de 24,4 milliards d'euros en 2021, des chiffres en nette amélioration par rapport au record abyssal de 38,7 milliards en 2020. Cette bonne santé se retrouve dans les excédents des branches famille (+2,9 milliards) et accidents du travail (+1,2 milliard), mais aussi dans les pertes limitées de l'assurance vieillesse (-1,1 milliard) et du fonds de solidarité vieillesse (-1,5 milliard). Soit un déficit global de 2,6 milliards d'euros pour la branche retraite, contre 6,2 milliards en 2020. Un résultat inespéré, alors que la commission des comptes de la Sécu tablait encore il y a six mois sur une perte de même ampleur, pour environ 163 milliards de dépenses. Portée comme toute la Sécu par la croissance économique "plus élevée qu'attendu", avec un surplus de cotisations et d'impôts à la clé, la branche retraite fait même mieux qu'avant l'irruption du Covid-19 (-3 milliards en 2019). De quoi alimenter le débat sur une éventuelle réforme, relancé par le président-candidat Emmanuel Macron, qui souhaite repousser l'âge légal de départ de 62 à 65 ans. "Le système des retraites est un système qui est déséquilibré et qui perd de l'argent chaque année si nous continuons comme cela", avait justifié Olivier Véran, le ministre de la Santé, défendant ce report de l'âge légal afin de "sécuriser la Sécurité sociale". Les ressources dégagées pourraient cependant servir d'autres objectifs, notamment renflouer la branche maladie, qui a encore perdu 26,1 milliards d'euros en 2021 - dont 18 milliards "pour faire face à la crise sanitaire" - avec près de 10 milliards de hausses de salaires pérennes liées au "Ségur de la santé".

Lire aussi 7 mnPour ou contre : Faut-il une Grande Sécurité sociale ? Jean-Charles Simon (économiste) face à Eric Chenut (président de la Mutualité)

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 07/04/2022 à 12:29
Signaler
Passer d'une réforme ambitieuse et qui tient compte des réalités du monde du travail à un simple report de l'âge légal est la preuve d'une vision devenue étriquée, d'une absence d'audace, d'une droitisation bête et méchante, d'un court termisme. Mac...

le 07/04/2022 à 18:13
Signaler
@Marianne avec un tel constat , il n'y a plus à pérorer , faut le virer pour incomptétence et intéressement à ses besoins particiliers.

le 09/04/2022 à 20:52
Signaler
J'adore ce commentaire

à écrit le 07/04/2022 à 11:19
Signaler
il avait promis de diminuer le nombre d'elus , des privileges anciens president et premiers ministres, du train de vie de l'etat ETC ce n'est pas la covid qui l'empêche et pourtant ??????? CELA PERMETTRAIT DE FINANCER LES promesses actuelles ,jamais...

à écrit le 07/04/2022 à 11:18
Signaler
il avait promis de diminuer le nombre d'elus , des privileges anciens president et premiers ministres,du train de vie de l'etat ETC ce n'est pas le covid qui l'empeche et pourtant ??????? CELA PERMETTRAIT DE FINANCER LES promesses actuelles ,jamais ...

à écrit le 07/04/2022 à 9:38
Signaler
On peut supposer qu'il relancera le débat une fois sortie de "l'état d'urgence" et non pas sous la contrainte!

à écrit le 07/04/2022 à 9:23
Signaler
La "réforme des retraites", comme celles du code du travail ou de l'indemnisation du chômage, est pilotée directement par la Commission de Bruxelles (cf. les GOPÉ). L'indexation sur l'inflation "officielle" est une proposition de campagne qui sera v...

à écrit le 07/04/2022 à 9:17
Signaler
Il faut absolument faire travailler les gens beaucoup plus tard. Il faut renflouer les aides sociales distribuées et surtout, et je dis bien et surtout ''''' LE QUOI QU'IL EN COUTE """"

le 07/04/2022 à 11:22
Signaler
ON en reparle quand vous serez en ALD à 55 ans... Sur la base les retraites ont été conçues pour ne pas être payées. Après souvenez vous des vieux avant les années 80 de vrais pauvres et indigents. Le seul problèmes des retraites c'est qu´on soig...

à écrit le 07/04/2022 à 9:16
Signaler
Prochaine annonce: indexation des salaires sur l'inflation ;-) Et une promesses de plus, une....

à écrit le 07/04/2022 à 9:00
Signaler
Réforme pensée pour les cadres diplômes qui ont commencé tard leur carrière. Pour eux, la durée de cotisation de 43 ans ne sera atteinte qu'à 67 ans en moyenne. Les travailleurs qui ont commencé leur carrière tôt (18 ans, 20 ans) se font bien avoir....

à écrit le 07/04/2022 à 8:57
Signaler
Il ne prévoit rien pour les carrières hachées et les polypensionnés. Avec Ferrand, il reconnaît que ce ou plutôt ces systèmes de retraite sont injustes mais il n'envisage pas la modification du mode de calcul des pensions pour supprimer les injustice...

le 07/04/2022 à 10:17
Signaler
Je suis dans le cas des poly pensionnés qui cumulent les «  malus » car nombre d ´ années incomplètes dans chaque régime public- privé …maintenant les générations post 1960 ont fait des allers retours plus souvent sur leur aînés aux carrières linéa...

le 07/04/2022 à 15:53
Signaler
C'est très humiliant pour tous les retraités qui subissent cette injustice et sont abandonnés. Ca fait une vingtaine d'années que c'est le triomphe de l'injustice dans ce pays et toujours au profit des plus privilégiés.

à écrit le 07/04/2022 à 8:53
Signaler
Ça parait logique puisque le cabinet McKinsey lui a demandé de le faire ainsi que la commission européenne ou est présent aussi McKinsey .On peut rappeler que le fils de Ursula von der Leyen ( 7 gosses) ,David a travaillé comme cadre dirigeant au cab...

à écrit le 07/04/2022 à 8:38
Signaler
C'est la feuille de route donnée par l'europe qui se révèle avec les retraites.

le 07/04/2022 à 9:00
Signaler
et tous les samedi le desordre sera complet dans toute les ville de france c'est cela que souhaite m macron reprendre sa reforme que personne desire pas plus les fonctionnaire que les autre salaries et en plus une reforme qui pour se mattre en pl...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.