Retraites : ce que proposent les candidats à la présidentielle

Emmanuel Macron a ravivé le débat sur les retraites en repoussant l'âge de départ à 65 ans au lieu de 62 ans actuellement. Voici un tour d'horizon des principales propositions des candidats à la présidentielle.

5 mn

Le chef de l'Etat a annoncé que la réforme des retraites serait le premier chantier abordé lors du prochain quinquennat s'il est réélu.
Le chef de l'Etat a annoncé que la réforme des retraites serait le premier chantier abordé lors du prochain quinquennat s'il est réélu. (Crédits : Reuters)

A trois semaines du premier tour du scrutin présidentiel, le chef de l'Etat a relancé le débat sur la réforme des retraites en fin de semaine en détaillant son programme à Aubervilliers dans le département de la Seine-Saint-Denis. Le président candidat a suggéré devant plus de 300 journalistes un report progressif de l'âge légal, pour aboutir à 65 ans en 2032.  La première génération qui partirait à 65 ans serait celle née en 1969. Il n'y aurait pas de modification des règles de durée de cotisation ni de l'âge d'annulation de la décote maintenu à 67 ans.

Lire aussi 4 mnRetraite : pourquoi Emmanuel Macron propose de décaler l'âge de départ à 65 ans

Macron favorable à un minimum retraite de 1.100 euros pour une carrière complète

En outre, Emmanuel Macron est favorable à un minimum de retraite à 1.100 euros pour les carrières complètes, et à la suppression des principaux régimes spéciaux, pour les nouveaux entrants. Il entend aussi prévenir l'usure professionnelle et lutter contre le chômage des seniors. Concernant la prise en compte de la pénibilité, il s'est montré ouvert à quelques adaptations. "Pour les carrières longues, l'invalidité et les situations relevant de la pénibilité [...] il faut maintenir un âge anticipé, je pense que celui-ci doit être glissé et accompagné ; l'idée du projet de réforme qui sera mis sur la table, mais ça aussi c'est matière à discussions et concertations, c'est un âge de départ anticipé à 62 ans pour prendre en compte justement ces spécificités", a affirmé Emmanuel Macron lors de son intervention.

Le quinquennat d'Emmanuel Macron devait se terminer par l'adoption la "mère de toutes les réformes" bâtie sur un système universel à points. La violente contestation de l'hiver 2019 et les deux longues années de pandémie ont complètement chamboulé le calendrier de ce vaste chantier particulièrement explosif. Malgré le recours au 49-3 lors du printemps 2020 par l'ancien chef du gouvernement Edouard Philippe, la réforme a dans un premier temps été suspendue avant d'être écartée lors que le président a annoncé qu'il s'orientait vers une réforme paramétrique à l'été 2021.

Lire aussi 4 mnRetraites : Emmanuel Macron avance les pions de sa future réforme (s'il est réélu)

Un report de l'âge de départ pour Pécresse et Zemmour

Valérie Pécresse compte repousser à 65 ans l'âge de départ à l'horizon 2030, sauf "pour les Français usés par leur travail". "Pour sauver le pouvoir d'achat des retraités, il faut faire la réforme des retraites; on va vivre plus longtemps, il faudra travailler plus longtemps", disait-elle en janvier.

La prétendante LR veut dans le même temps garantir, pour ceux qui ont travaillé toute leur vie, une pension "d'au moins un Smic net" pour "permettre aux plus âgés de vivre dans la dignité". Le candidat d'extrême droite Eric Zemmour prône lui un report à 64 ans, ce qui permettra 20 milliards d'euros d'économies. L'âge sera "modulé" pour ceux ayant commencé "à travailler tôt et ceux qui ont des métiers difficiles".

Jadot et Hidalgo pour le maintien à 62 ans

La candidate socialiste veut garantir le maintien de l'âge légal actuel, revaloriser les petites pensions en portant les montants nets du minimum vieillesse à 1.000 euros et du minimum contributif à 1.200 euros pour ceux qui ont une carrière complète, et en permettant que chaque heure travaillée ouvre à cotisation pour la retraite. Et Anne Hidalgo veut rétablir, en plus des six existants, les quatre critères de pénibilité supprimés par le président sortant.

Le candidat EELV Yannick Jadot ne veut pas revenir sur l'âge légal de départ à la retraite, et "permettre au contraire à toutes celles et ceux qui ont exercé des métiers pénibles de partir plus tôt à la retraite, par le rétablissement et le renforcement du compte pénibilité".

Le Pen, Mélenchon et Roussel pour la retraite à 60 ans

Marine Le Pen préconise un système progressif de départ: la retraite à 60 ans avec 40 annuités serait réservée aux Français entrés dans la vie active avant l'âge de 20 ans. Ceux ayant démarré entre 20 et 24,5 ans pourraient partir entre "60,75 et 62 ans". Enfin pour ceux entrés dans la vie active à partir de 25 ans, "les conditions de cotisations et d'âge seront inchangées par rapport à aujourd'hui", précise La candidate du RN.

De son côté, le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon prévoit de restaurer le droit à la retraite à 60 ans à taux plein pour 40 annuités de cotisations, et de porter a minima au niveau du Smic - revalorisé - toutes les pensions pour une carrière complète, et le minimum vieillesse au niveau du seuil de pauvreté. Il veut aussi prendre en compte le RSA pour valider des trimestres, et indexer le montant des retraites sur les salaires. "Financée par l'égalité salariale femmes-hommes, par l'extension de l'assiette des cotisations aux revenus financiers et à l'intéressement ainsi que par l'accroissement du nombre d'actifs cotisant, elle [la retraite à 60 ans]  implique aussi une hausse de 0,25 point de la cotisation interprofessionnelle", expliquent les auteurs de son programme.

Le candidat communiste Fabien Roussel promet aussi que "le départ à 60 ans avec une pension à taux plein sera garanti pour une carrière complète, allant de 18 à 60 ans, avec prise en charge des cotisations pour les périodes de non-travail (chômage, formation, études, congé parental, maladie, invalidité)". Il prévoit que "la pension atteindra 75% du revenu net d'activité, dans le privé comme dans le public"

(avec AFP)

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 21/03/2022 à 11:53
Signaler
Bah, aucun candidat n'est convaincant car tous se coucheront devant les rapports. Et comme certains l'ont si bien dit, il suffit de bouger les tranches pour faire glisser artificiellement l'age de la retraite. A moins d'un engagement fort, c'est à di...

à écrit le 21/03/2022 à 9:39
Signaler
Un détail qui a son importance. Jusqu’en 2016, les cotisations des cadres supérieurs et mandataires sociaux affiliés à l’Agirc étaient calculées sur deux tranches de cotisation distinctes : la tranche B pour la fraction de leur rémunération comprise ...

à écrit le 21/03/2022 à 9:36
Signaler
Les retraites ne suivent plus du tout l'inflation , Macron a augmenté la CSG de 1 % , la moyenne des pensions en France est de 1200 euros env par mois. Bref , impossible de vivre avec une somme aussi faible. Un conseil aux jeunes , épargner et se cré...

le 21/03/2022 à 10:47
Signaler
Ras le bol d entendre les pleurnichards retraités, surtout ceux qui touchent plus de 1800 € ( niveau du salaire median) : ils sont partis à 60-62 ans quand les autres seront à 65-67 ans… ils sont partis avec des carrières c complètes et stables ce qu...

le 21/03/2022 à 12:49
Signaler
A titre d'information, voilà la réalité de la situation française. Retraité en 2008 à 63 ans avec une retraite à taux plein, donc beaucoup d'années de travail. En 14 ans, a valorisation pour l'ensemble (Carsat, ARRCO, AGIRC) est de 5.36 %. C'est s...

à écrit le 20/03/2022 à 16:09
Signaler
en resumé vous avez des candidats qui considerent qu il faut faire payer les jeunes en les faisant travailler plus et surtout ne demander aucun effort aux retraités actuels. Evidement ca ne marchera pas (c est la Xieme mesure de ce type mais l object...

le 21/03/2022 à 6:42
Signaler
Les boomers c'est maintenant qu'ils meurent.. dans 15 ans ils ne sont plus là... donc pourquoi t'en prendre à eux ? Ce que l'on te demanderait est post boomer toto... ! Et concernant les vieux... ça me gêne un peu bien que pas encore concerné... Grâc...

à écrit le 20/03/2022 à 13:34
Signaler
J'ai 58 ans et je partirai à 67 ans...limite maxi autorisée. Donc 62 ou 65? Cela ne me concerne pas. Je ne suis pas usé physiquement mais moralement comme beaucoup de profs sur qui on tire à boulets rouges depuis des années... Donc je ménage ma santé...

à écrit le 20/03/2022 à 13:16
Signaler
Tous les candidats susceptibles d'être élus (3-4?) appliqueront la feuille de route rédigée par la Commission de Bruxelles en matière de retraites, d'indemnisation du chômage ou de salaires (voir sur ce point la position de la BCE qui détient les clé...

le 21/03/2022 à 10:14
Signaler
Beaucoup de pays de l'UE sont déjà à 65 ans pour la retraite et l'Allemagne pense l'allonger à 67 ans.

à écrit le 20/03/2022 à 13:02
Signaler
Aucun des candidats ne prévoit une mesure spécifique en faveur des polypensionnes privé- public. Ils ne se préoccupent donc pas de justice. En consequence, je n'irai pas voter.

le 21/03/2022 à 10:16
Signaler
Si vous n'allez pas voter ne venez pas pas critiquer.

à écrit le 20/03/2022 à 12:38
Signaler
Cette élection présidentielle est d'une rare médiocrité ! Comment peut -on s'enflammer pour l'un des candidats tous plus affligeants les uns que les autres ?! La nouveauté ? Un juif antisémite qui hait les arabes alors que ses parents étaient de nati...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.