Qui sont les champions des dépôts de brevets en France ?

 |   |  343  mots
(Crédits : Reuters)
Pas moins de quatre acteurs de l'industrie automobile trustent les cinq premières places du classement des dépôts de brevets réalisé par l'INPI sur des données de 2018.

Le constructeur automobile PSA a repris la première place du classement des dépôts de brevets en France, repassant devant l'équipementier automobile Valeo, a annoncé vendredi l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi).

Avec 1.183 demandes de brevets publiées (109 de plus que l'année précédente), le groupe PSA augmente son nombre de dépôts de plus de 10%, tandis que Valeo, qui se classait en tête depuis 2016, passe au deuxième rang, avec 1.034 demandes publiées en 2019, a précisé l'Inpi dans un communiqué.

La troisième place est occupée par Safran avec 871 demandes publiées (contre 783 demandes publiées en 2018).

Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) conserve la quatrième place avec 659 demandes publiées, tandis que le groupe automobile Renault se classe cinquième, avec 426 demandes de brevets déposées.

Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS), Airbus, Thales, L'Oréal et Faurecia viennent ensuite compléter le top 10 du palmarès.

Brevets_top10

"Cette nouvelle édition montre que les grands groupes dominent largement le palmarès, parce qu'ils ont pleinement intégré la propriété industrielle dans leur stratégie d'innovation, ce qui n'est pas toujours le cas pour les plus petites entreprises", commente Pascal Faure, le directeur général de l'Inpi, cité dans le communiqué.

Par ailleurs, la concentration s'accélère. Ainsi, les 50 premiers déposants représentent plus de la moitié de l'ensemble des demandes de brevets publiées l'an dernier, contre un tiers seulement en 2004.

Dix organismes de recherche publique sont présents dans le palmarès des principaux déposants. Outre le CEA et le CNRS, IFP Energies nouvelles se classe ainsi à la 13e place avec 190 demandes publiées.

Par secteurs, la mécanique reste le domaine technologique le plus représenté avec plus de 40% des demandes de brevets, devant l'électronique/électricité, suivis par la chimie.

Ce palmarès est établi par l'Inpi en comptabilisant le nombre de demandes de brevets déposées entre le 1er juillet 2017 et le 30 juin 2018.

Brevets_2

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2020 à 9:53 :
Une bien bonne idée de décortiquer ces dépôts de brevets puisque au final comme on pouvait s'en douter au sein d'une économie privée ce sont les découvertes marchandes qui trustent les premières places à savoir les essuies glaces qui savent mieux que le chauffeur quand ils doivent se déclencher, la voiture qui se gare toute seule pour quand le conducteur s'endort, le freinage automatique permettant à la vieille clientèle qui a les moyens de s'acheter des bagnoles neuves de blesser moins de gens j'en ai fais l'expérience la semaine dernière avec un très vieux monsieur qui ne m'avait pas vu en reculant heureusement que la bagnole elle s'est arrêtée.

Malgré tout des découvertes gadgets auxquelles on demande une rentabilité immédiate ne peuvent générer une recherche de qualité et donc de long terme. Quand De Gaulles disait "des chercheurs qui cherchent on en trouve, des chercheurs qui trouvent on en cherche", c'était bien l'expression binaire d'un homme entièrement dépassé par l'air du temps générant tout un tas d’admirateurs faibles, comme tous les admirateurs d'ailleurs, reprenant en boucle ce genre de phrases placardées à l'emporte pièce puisque comme le disait Nietzsche il est indispensable de réhabiliter l'échec. On a bel et bien l'impression que rien n'a changé dans la mentalité oligarchique française depuis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :