R&D : pourquoi l'Allemagne s'en sort mieux que la France

 |   |  955  mots
(Crédits : Sipa)
L'Allemagne a consacré 88,7 milliards d'euros pour la recherche et développement contre 48,9 milliards pour la France en 2015 selon des chiffres de l'Insee.

La France a un vaste retard à combler. Selon une récent dossier réalisé par l'Insee, la France a consacré 2,2% de son produit intérieur brut (PIB) à des activités de recherche et développement. L'économie française se place ainsi au 7e rang à l'échelle de l'Union européenne. La stratégie de Lisbonne élaborée dès 2000 et la stratégie Europe 2020 fixe comme objectif de consacrer 3% de sa valeur ajoutée chaque année « afin d'être compétitive face à des pays comme les États‑Unis, dont l'effort de recherche est de 2,7% en 2015 (2% pour l'UE) ».

Lors d'un point presse, Camille Schweitzer, chargée d'études au ministère de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'enseignement a rappelé :

« Cet effort de recherche des entreprises est de 1,3% dans l'Union européenne mais les situations sont très variées à l'échelle du continent. Les efforts de recherche s'échelonnent de 0,1% du produit intérieur brut à Chypre jusqu'à près de 2,3% en Suède. L'objectif affiché par l'Union européenne est de 2% du produit intérieur consacré à des activités de R&D dans les entreprises. L'objectif global est de 3% quand on totalise la recherche publique et la recherche dans les entreprises avec un partage d'environ un tiers de la recherche effectuée dans le secteur public et deux tiers dans le secteur des entreprises. »

Et d'ajouter :

« En France, 1,4% du PIB est consacré à des activités de recherches au sein des entreprises. C'est au dessus de la moyenne européenne mais encore loin de l'objectif de 2%.»

Lire aussi : Recherche et développement : l'Europe encore loin de ses objectifs

France-Allemagne : un écart considérable

Les écarts entre les deux voisins européens sont considérables en termes de recherche et développement. Selon des chiffres rapportés par l'institut de statistiques, la dépense intérieure de R&D s'élève à 48,9 milliards d'euros (2,23% du PIB) par an en France contre 88.7 milliards d'euros outre-Rhin (2,91% du PIB). Et les contrastes ne s'arrêtent pas là. L'augmentation moyenne sur la période 2007-2015 atteint 2% en France contre 3,2% en Allemagne. Et la part des entreprises comme celle de la puissance publique sont supérieures dans la première puissance économique européenne.

Outre des stratégies économiques différentes, la lente désindustrialisation de la France depuis plusieurs décennies et la moindre érosion de l'outil productif de l'autre côté du Rhin peuvent expliquer ces disparités. Les économistes de l'Insee rappellent que la part de l'industrie manufacturière dans le PIB de l'économie française (12%) est quasiment deux fois plus faible que celle de l'Allemagne (23%). À l'opposé, le poids des services dans l'économie a pris de l'ampleur en France (78%) et légèrement moins en Allemagne (69%). Lors de sa présentation Camille Schweitzer a expliqué que :

« L'industrie manufacturière est un secteur très intensif en R&D. En France en 2017, 7% de la valeur ajoutée de l'industrie manufacturière est réinvestie en activité de recherche et développement. C'est environ 8% en Allemagne. En revanche, l'industrie manufacturière a un poids assez limité dans la structure économique en France puisqu'elle représente 11,5% de la valeur ajoutée. L'Allemagne se caractérise par une industrie manufacturière encore importante avec un plus de 23% de la valeur ajoutée en 2015. Les activités de services sont moins intensives en recherche et développement. L'écart de recherche entre la France et l'Allemagne peut s'expliquer en partie par un écart de poids dans l'économie de secteur intensif en recherche et développement."

Les récentes difficultés de l'industrie automobile allemande pourraient cependant peser sur cette dynamique. En effet, le durcissement des normes pour lutter contre la pollution, le ralentissement du commerce mondial et de la croissance chinoise ont pesé sur les performances des usines outre-Rhin. L'appareil exportateur allemand est beaucoup plus exposé au coup de frein des échanges mondiaux que celui de la France. Et la perspective d'un Brexit sans accord pourrait encore plomber les exportations allemandes.

Un équilibre entre l'industrie et les services en France

Les résultats de l'étude menée présentée par l'Insee indiquent que « la France se caractérise par un équilibre entre industrie manufacturière et services dans la structure des activités de R&D de ses entreprises ».

En 2015, 49% de la R&D était réalisée par l'appareil productif contre 47% dans le tertiaire. Les efforts se concentrent dans quelques domaines en particulier comme la construction aéronautique et spatiale avec la fabrication de matériel de transport. Les efforts de recherche sont également très intensifs dans la fabrication de produits informatiques, électroniques et optiques. Dans ces branches, 33% de la valeur ajoutée est consacrées à des activité de R&D.

La France en tête des financements publics

À l'échelle du Vieux continent, l'économie tricolore (0,4% du PIB) se place sur la première place du podium des financements publics pour les dépenses en R&D. Viennent ensuite la Belgique et l'Irlande. La multiplication des dispositifs fiscaux et des politiques publiques en faveur de ce type de soutien peuvent expliquer cette première place.

« En 2015, près de 2,9 milliards d'euros ont été directement versés aux entreprises sous forme de subventions directes ou à travers des travaux de sous-traitance ou de collaboration, et 5,7 milliards d'euros ont été restitués sous forme de créances liées au dispositif fiscal du crédit d'impôt recherche (CIR) ».

« L'Allemagne se caractérise par une absence de dispositif fiscal », a rappelé la chargée d'études, même si des outils sont actuellement en débat outre-Rhin.

Lire aussi : Le crédit d'impôt recherche, vraiment efficace ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2019 à 19:21 :
"La France en tête des financements publics" de la R&D, enfer fiscal oblige, mais pour faire quoi? Notre administration au service de la nation est plus un frein à l'action au nom du principe de précaution. Les français seront les derniers survivants sans avoir vécu.
a écrit le 23/04/2019 à 4:33 :
C'est faux, la R et D française est bien supérieure à celle allemande en tous points. Les atouts des Allemands, c'est surtout le sens du commerce et la qualité, mais pas du tout l'innovation ni le design ni l'originalité.
a écrit le 18/04/2019 à 18:36 :
Oh là , pratiquement le double en R,D tout ça pour se chauffer au charbon et le dépôt de brevet......en faveur de qui ? Il serait temps que les Allemands se penchent sur l' IA le numérique, les nano sciences et le digital , après on verra si cet argent est distribué à bonne escient .
a écrit le 18/04/2019 à 16:21 :
Il faudrait aussi tenir compte d'un euromark très favorable à l'Allemagne et aussi que 40% de la population est marginalisée et cumule les boulots pour s'en sortir. Maintenant sont ils plus performants? je vous laisse répondre. Quand à la recherche fondamentale c'est elle qui nous apportera des solutions de stockage en quantité de l'électricité voire des véhicules gravité zéro.
a écrit le 18/04/2019 à 12:32 :
petite bévue dans mon commentaire ci-dessous : 4 Instituts français dans le Top 15 (et non Top 10). 1 pour l'Allemagne.
Réponse de le 18/04/2019 à 15:42 :
Et apres on se demande comment la RFA a des excedent et nous des deficits commerciaux alors qu on est 4 fois meilleurs qu eux apres vous …

Comme le dit l article, la France a sacrifie son industrie pour les services. et une partie des francais ne jurent que par l investissement immobilier. Evidement apres ca coince ...
a écrit le 18/04/2019 à 11:45 :
général de Gaulle :" en France nous avons beaucoup de chercheurs qui cherchent , on en voudrait qui trouvent "
les résultats de la recherche française sont économiquement moins rentables que l'allemande . chez nous trop de poids financier de la recherche publique axée sur la recherche fondamentale et peu sur la recherche appliquée immédiatement valorisable économiquement; c'est l'inverse en Allemagne avant tout axée sur la recherche appliquée avec un objectif économique immédiat ( amélioration de l'existant plus que création ex nihilo )
Le crédit impôt- recherche n'existe pas en Allemagne , cela n'entrave pas le succès économique de ses entreprises ni leurs performances technologiques .
chez nous , c'est plus un coup de pouce aux grandes entreprises pour réduire leurs frais généraux et de personnels sur sites en territoire français .
a écrit le 18/04/2019 à 11:41 :
noter que l'effort de R&D français des entreprises, corrigé de la structure industrielle du pays, est dans les plus élevés avec les scandinaves et le Japon (voir page 12 du rapport "The UK R&D Landscape", University of Cambridge, 2012).
25% de la dépense de R&D des entreprises françaises est engagée par les PME contre 10% en Allemagne (base de données statistiques OCDE).
d'après l'étude France Stratégie/Fabrique de l'Industrie d'octobre 2018 (sur l'investissement des entreprises), le taux d'investissement des industriels français est le 2e en Europe après la Suède avec 25,7% de la valeur ajoutée. 19% en Allemagne et 17,6% au UK. le taux d'investissement dans la R&D est plus élevé en France qu'en Allemagne : 10,7% de la valeur ajoutée contre 8,4%.
la France est le 3e pays le plus représenté dans le Clarivate Top 100 Global Innovators, devant l'Allemagne : 7 entreprises (8 si on inclut Nokia/Alcatel) contre 4 pour l'Allemagne.
4 Instituts français dans le Top 10 des organismes de recherche les plus innovants au monde (Reuters). 1 pour l'Allemagne.
la France devance l'Allemagne dans ces classements Clarivate/Reuters notamment parce-que l'Hexagone a un meilleur rapport 'brevets obtenus/demandes de brevets' que les autres pays développés (World Intellectual Property Indicators, OMPI). et aussi parce-que les brevets français sont pas mal cités par les déposants de brevets des autres pays.
noter aussi que la France a dominé le classement Deloitte Tech Fast 500 EMEA depuis le début de la décennie.
Réponse de le 19/04/2019 à 11:42 :
avec tous ces podiums acquis par les instituts de recherche et entreprises français , on se demande pourquoi les résultats économiques ne suivent pas .avez-vous une explication ?
Réponse de le 26/04/2019 à 11:50 :
beaucoup de chiffres pour prouver quoi ?? quand la France a un déficit commercial de plus de 50 milliards et l'Allemagne un excédent de 150 milliards; à vous de juger....et cela va continuer puisque nous abandonnons notre industrie, ce à quoi les dirigeants de notre pays ne comprennent rien...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :