Réformes : Macron gagne du temps grâce à Hollande

 |   |  357  mots
Les effets de la politique budgétaire passée donneront du temps au gouvernement pour engager les réformes, assure l'Observatoire française des conjonctures économiques (OFCE) dans son étude du budget 2018.
"Les effets de la politique budgétaire passée donneront du temps au gouvernement pour engager les réformes", assure l'Observatoire française des conjonctures économiques (OFCE) dans son étude du budget 2018. (Crédits : Reuters)
Les mesures fiscales du gouvernement ne vont pas tout de suite bénéficier à l'économie, au contraire. Chance, la politique économique menée lors du précédent quinquennat commence à porter ses fruits.

Emmanuel Macron peut remercier son prédécesseur. Définitivement voté en décembre, le premier budget du quinquennat a modifié le régime fiscal français dès le 1er janvier. Mais avant que les nouveaux dispositifs ne donnent des résultats, il va falloir être patient... En attendant, l'exécutif peut compter sur le travail réalisé sous François Hollande.

"Les effets de la politique budgétaire passée donneront du temps au gouvernement pour engager les réformes", assure l'Observatoire française des conjonctures économiques (OFCE) dans son étude du budget 2018 publiée lundi.

| Lire aussi : Budget 2018 : les mesures profiteront davantage aux riches, selon l'OFCE

Pacte de responsabilité

D'après les estimations de l'OFCE, les mesures contenues dans la réforme fiscale du gouvernement Philippe "auront un impact récessif", au moins les premières années de leur mise en place. L'observatoire prévoit une contribution négative de 0,1 point de PIB en 2018, idem en 2019. Cela ne devrait pas inquiéter l'exécutif qui, grâce à la politique menée par ses prédécesseurs, se paye le luxe de pouvoir patienter.

"Au cours des deux premières années du quinquennat, l'activité bénéficiera pleinement de la dynamique des multiplicateurs des politiques mises en oeuvre par le passé", lit-on dans l'étude.

L'observatoire évoque la politique de l'offre, lancée à partir de 2014 à travers le fameux "Pacte de responsabilité". Si ces mesures ont "plutôt eu des effets faibles à court terme", souligne l'étude, elles auront une contribution positive au PIB de 0,3 point en 2018 et 0,1 point en 2019.

L'ensemble des mesures passées et présentes cumulées, l'effet de la politique budgétaire sur la croissance du PIB sera finalement positif selon l'OFCE : 0,1 point en 2018 et 0,2 l'année suivante. Même si, du côté des inégalités, les choses ne devraient pas s'arranger d'après l'observatoire.

Emmanuel Macron profite donc des dispositifs mis en œuvre sous François Hollande, mais dont il n'est pas totalement étranger. À l'époque secrétaire général adjoint de l'Élysée, il aurait inspiré ce tournant vers la politique de l'offre en 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2018 à 2:00 :
Le malheur des uns fait le Bonne heures des autres hollande président macron ministre !! Macron president hollande à la tetraites j espère qu il payer la csg 🥕👎
a écrit le 19/01/2018 à 10:55 :
IL Y A TOUJOURS DES CHOSSES A FAIRE EN ECONOMIE EN BAISSE L EUROS POUR VENDRE PLUS A L ETRANGER :ballance commercial est faire augmente le niveaux de vie DES FRANCAIS POUR vendre plus donner du travail aux entreprises et aux secteur marchant? TOUJOURS PRENDRE PLUS D IMPOTs CE N EST PAS UNE BONNE SOLUTION? LIBEREZ L ECONOMIE C EST AUSSI CELA???
a écrit le 19/01/2018 à 7:38 :
j attend toujours ma commande de novembre !!!!!!!
a écrit le 18/01/2018 à 7:42 :
Le travail et l'énergie représentent la même grandeur physique. Il faut répartir les charges sociales sur le travail et sur l'énergie. Qui le comprendra?
Réponse de le 18/01/2018 à 9:39 :
Personne sauf vous.
Réponse de le 18/01/2018 à 12:27 :
raisonnement tellement stupide : pour augmenter les taxes sur l'énergie or aucune énergie ne remplace le pétrole : donc pour gaver les inutiles il faudra faire crever les agriculteurs , les artisans ou les industriels !!! si vous me trouvez un tracteur électrique faites moi signe très vite : et en attendant les agriculteurs, déjà à moitié mort vont crever !!!!!
a écrit le 17/01/2018 à 22:43 :
L ' euro a donc deux effets distincts

Tuer la croissance en Europe
Organiser un transfert gigantesque de production des pays du Sud vers les pays du Nord.

Brillant succès. L’économie Européenne, grâce a l’Euro, est donc devenue un jeu à somme négative où personne ne gagne mais ou les Allemands perdent moins que les autres…

Encore bravo a messieurs Delors et Trichet. A la place de converger, comme on nous le promettait les économies Européennes, ont divergé depuis 14 ans comme jamais depuis la seconde guerre mondiale, tandis que la croissance s’arrêtait. Cette réalité (des 14 dernières années) était bien sur totalement prévisible, mais me disait on, « il s’agissait d’un projet politique « . Comme l’Union Soviétique?

Appelons cette période l’acte I du drame Européen. Chacun peut voir que nous sommes dans une situation intenable et que quelque chose va devoir craquer. Essayons de comprendre ce qui va se passer.

Le graphique montre clairement que toute une série de pays ne sont pas-ou plus- compétitifs- vis à vis de l’Allemagne.Quand une entité cesse d’être compétitive, il lui faut soit disparaitre (ce qui est difficile pour un Etat ou une Nation), soit se reformer pour le redevenir, soit recevoir des subventions temporaires de celui qui est » trop compétitif » (Plan Marshall), ce qui permet de se reformer dans la douceur soit organiser des transferts pérennes (Italie du Sud financée par l’Italie du Nord), ce qui permet de ne rien faire et créé une corruption monstrueuse.

A l’évidence, l’Allemagne ne veut octroyer aucune « subvention » aux pays du Sud, puisque tout transfert à fonds perdus a été exclu par Madame Merkel. Une autre solution serait peut être de créer un système bancaire Européen qui financerait les Etats pendant la période de réformes , les banques étant conjointement garanties par tous les Etats Européens pour faire disparaitre le lien mortel qui unit banques et systèmes financiers à l’échelle Nationale.

Il semble bien que l’Allemagne ait décidé de refuser cette garantie commune qui n’est après tout qu’une forme déguisée de transfert. Une certitude donc: L’Allemagne ne paiera pas. Si l’Allemagne ne veut pas payer et si l’on exclue le démantèlement de l’Euro, que va t’il se passer ? Que reste-t-il comme option?

En fait il n’existe plus qu’une seule solution pour les pays du Sud : se reformer dans la douleur c’est à dire organiser une DEFLATION féroce des salaires tout en mettant en place le démantèlement des systèmes sociaux dans toute l’Europe du Sud.

Et c’est cette solution qui a été choisie par les autorités Européennes.


Ou FREXITER....
https://lesbrindherbes.org/2016/03/03/comprendre-crise-economique-charles-gave/
Réponse de le 18/01/2018 à 12:17 :
C'est vrai c'est donc la faute de l'Europe si notre système de retraite ne fonctionne pas et quitter l'Europe résoudra le problème.
La France se finance à des taux extrêmement bas grâce à l'euro... ce qui peut nous permettre de réformer sans trop de soucis.
De la même manière, il manquait surtout en France un cadre stable (fiscal juridique etc.) incitant à créer et à prendre des risques. Petit à petit les mentalités changent... mais vous souhaitez rester en arrière :)
a écrit le 17/01/2018 à 19:56 :
oui!!!!!!!!!!!!
il a tellement decourage les gens et mis tellement de barrieres et insultes, que sa seule disparition a cree un effet de souffle............ provisoire!
aucun pb n'est regle sur le fond!
mais bon, la france s'ecroule moins vite que prevu, ce qui est une croissance, comme la hausse ' moins rapide que prevu' des deficits est une baisse de l'endettement!
va bien falloir un jour regarder les pbs en face...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :