Rentrée : l'inflation a un effet dévastateur sur le budget des Français, en particulier des étudiants

À quelques semaines de la rentrée, l'inflation continue de peser sur le niveau de vie des Français alors qu'ils vont devoir augmenter leurs dépenses pour la scolarité de leurs enfants. L'aide à la rentrée scolaire versée à partir de ce mardi 16 août est très loin de compenser les répercussions néfastes de la flambée des prix. Pour les étudiants, la reprise des cours pourrait rimer avec des fins de mois difficiles.
Grégoire Normand
Le coût des achats de fournitures pour la rentrée a bondi cette année.
Le coût des achats de fournitures pour la rentrée a bondi cette année. (Crédits : Reuters)

Les Français vont devoir se serrer la ceinture après les vacances du mois d'août. Après un été caniculaire marqué par de violents incendies partout sur le territoire, 3 millions de foyers s'apprêtent à recevoir l'allocation de rentrée scolaire à partir de ce mardi 16 août. Cette aide devrait permettre de soutenir en partie les dépenses des ménages pour les fournitures scolaires des enfants scolarisés entre 3 ans et 18 ans mais la revalorisation de 4% annoncée par l'exécutif est loin de compenser la poussée de fièvre de l'indice des prix.

En effet, l'Insee a confirmé il y a quelques jours que l'inflation a grimpé à 6,1% sur un an en juillet dernier après 5,8% en juin. Dans le détail du panier de produits et d'articles pris en compte par les statisticiens, les articles de papeterie indispensables à la rentrée scolaire ont flambé de 6,3% sur un an, soit un niveau supérieur à l'indice général des prix.

Lire aussiL'inflation toujours à son plus haut en juillet, confirme l'Insee

Dans ce contexte brûlant, le gouvernement qui a fait adopter son projet de loi pouvoir d'achat et son budget rectificatif (PLFR) pour 2022 par le Parlement au début du mois d'août risque d'affronter une rentrée sous tensions. Entre l'inflation toujours galopante et le budget toujours plus serré des ménages, l'économie française pourrait marquer le pas d'ici la fin de l'année. En effet, la plupart des instituts de prévision ont révisé à la baisse leurs prévisions de croissance pour 2022. Le scénario noir d'une coupure du gaz russe en Europe pourrait propulser l'indice des prix de l'énergie à des niveaux considérables. Ce qui aurait des effets encore dévastateurs sur le niveau de vie des Français.

Lire aussiFace à la menace d'une pénurie de gaz, l'UE commencera à économiser son gaz la semaine prochaine

Les salaires dans le rouge

Le pouvoir d'achat des salariés continue de subir les effets délétères de l'inflation galopante. Après un premier trimestre en repli, les salaires des travailleurs dans le secteur privé ont continué de dégringoler au cours du second trimestre. En euros constants, c'est à dire en prenant en compte l'inflation, le salaire mensuel de base chute de 3%.

Toutes les catégories professionnelles sont concernées par cette érosion inquiétante selon les dernières statistiques du ministère du Travail dévoilées il y a quelques jours. Les cadres enregistrent ainsi une baisse de 3,7% sur un an contre 3,6% pour les professions intermédiaires, 2,7% pour les ouvriers et 2,3% pour les employés. Pour rappel, une grande partie des salaires en France n'est plus plus indexée sur l'inflation depuis les années 80, à l'exception du SMIC.

Made with Flourish

Résultat, la consommation des Français, traditionnel moteur de l'économie tricolore, a chuté en début d'année et cette dégringolade pourrait se poursuivre sur le second semestre si la conjoncture ne connaît pas d'embellie. Au total, l'Insee anticipe une chute de 1% du pouvoir d'achat des ménages en 2022 dans sa dernière note de conjoncture du mois de juin.

Lire aussiPour ou contre : faut-il bloquer les prix pour stopper l'inflation ? (Virginie Monvoisin face à Sylvain Bersinger)

Les jeunes et les étudiants face à la hausse du coût de la vie

Après deux et demi de pandémie, les jeunes continuent de subir les répercussions particulièrement néfastes de la hausse des prix. Ces derniers jours, plusieurs syndicats et organisations d'étudiants ont tiré la sonnette d'alarme. Selon la Fage (Fédération des associations générales étudiantes) qui a dévoilé ce mardi 16 août son étude annuelle sur les frais des étudiants, la hausse du coût de la rentrée et celle du coût de la vie courante ont bondi de 7,38% par rapport à 2021 pour s'établir à 2.527 euros. Les frais de rentrée enregistrent une hausse spectaculaire de 13% pour atteindre 1.307 euros. "On n'a jamais connu une augmentation aussi considérable en 20 ans. Il s'agit aussi d'une hausse historique d'une année sur l'autre", a déploré Paul Mayaux, président de la Fage contacté par La Tribune. "Les tarifs des complémentaires santé ont explosé. La fusion des complémentaires santé, le déploiement du 100% santé avec le reste à charge zéro et la taxe Covid ont contribué à cette hausse. Le matériel pédagogique a également fait bondir l'indice du coût de la rentrée," ajoute-t-il.

De son côté, l'Unef a estimé que le coût de la vie pour les étudiants devrait augmenter de 6,37% pour l'année universitaire 2022/2023. Cette hausse représente un budget supplémentaire nécessaire de 428,22 euros pour l'année, soit 35,7 euros de plus par mois. A ce rythme, de plus en plus d'étudiants vont devoir travailler en parallèle de leur cursus universitaire. Or de nombreux travaux ont mis en évidence que le travail étudiant pénalisait la réussite aux examens. "Au-delà de 12 heures de travail hebdomadaire, cela a des conséquences directes sur les résultats. Certains étudiants peuvent se retrouver dans des situations catastrophiques", ajoute le responsable à la Fage. "Il est nécessaire que les bourses soient indexées sur l'inflation et que les critères pour les tickets des restaurants universitaires à 1 euro soient réexaminés", plaide Paul Mayaux. Après deux rentrées menacées par la pandémie de Covid, l'horizon au bout du tunnel est loin de se dégager.

Grégoire Normand
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 20
à écrit le 18/08/2022 à 1:30
Signaler
Jusqu'à preuve du contraire les étudiants ont des parents qui selon l'article 371-2 du code civil doivent contribuer à l'entretien et l'éducation des enfants selon leurs ressources et les besoins des enfants et ceci à tout âge. Si les parents n...

à écrit le 17/08/2022 à 18:03
Signaler
impossible!!!!!!!!!!!! la gauche, l'inflation, elle est pour ca r ca permet de faire de la depense publique payee par personne, pas comme les ultra neo monetaristes ultra capitalistes qui pensent que ca a amene hitler une fois, et que l'histoire est ...

à écrit le 17/08/2022 à 18:02
Signaler
Vous parlez d'inflation. Moi, je dirai DÉCUPLEMENT - EXPLOSION - EXPENSION des prix. L'on va tout droit à une catastrophe, si des personnes continuent de vouloir s'en mettre plein les poches. Sûr une chaîne T.V une responsable de produits agricoles,...

à écrit le 17/08/2022 à 8:14
Signaler
Et Bruno Lemaire (celui qui en mars dernier devait mettre l'économie russe à genoux !) a-t'il un commentaire à faire pour nous éclairer?

à écrit le 16/08/2022 à 21:10
Signaler
J'achète régulièrement des boîtes et croquettes pour mes chats et les prix de certaines marques ont énormément augmenté. Les 12 boîtes marque U jadis vendues 3.69 vaut 4.93. ....Le produit référent gourmet lui est toujours vendu 4.54....et ce n'est...

le 17/08/2022 à 9:06
Signaler
Avoir un animal de compagnie est un luxe de toutes façons. C'est quelque chose de dispensable (Moi aussi j'ai un chat)

à écrit le 16/08/2022 à 20:53
Signaler
Les étudiants d'aujourd'hui ont certainement des difficultés, mais il y a 50 ans, c'était pas terrible non plus. Les repas de fin de semaine une fois épuisées les préparations culinaires familiales se limitaient à pain/camembert/orange. Et nous n'avi...

le 17/08/2022 à 9:56
Signaler
IL y a 50 ans, cher boomer, un etudiant n avait pas de voiture ni de telephone mais c etait pas handicapant car peu de personnes en avait et la societe n exigeait pas d en posseder. Vous cherchiez du travail ? on vous ecrivait ! essayez maintenant de...

à écrit le 16/08/2022 à 20:06
Signaler
C'est triste qu'il n'y ait qu'une faible culture économique en France. L'économie française est bien plus faible qu'elle ne devrait l'être, et les français bien moins riches. Dans leur majorité, les français(e)s sont intéressé(e)s par les avantages s...

le 16/08/2022 à 21:00
Signaler
Le plus gros problème de l'économie française serait plutôt l'infiltration du public par quelques intérêts privés, très concentrés : cf. "fortune de Macron" sur des plateformes internet bien connues. Ces intérêts seraient avant tout intéressés par fa...

à écrit le 16/08/2022 à 19:17
Signaler
A force de mener une politique des faux semblants, la pauvreté revient d'une manière ou d'une autre. On ne peut pas vivre dans le déni en permanence, l'état qui distribue des chèques à gauche à droite, ça ne marche pas. L'argent ne se mange pas

le 16/08/2022 à 19:42
Signaler
Que proposez vous ?

le 17/08/2022 à 9:05
Signaler
@marc469 : Je propose d'accepter le fait que nous nous appauvrissions, bref d'accepter notre condition humaine. C'est le seul moyen d'avoir une décroissance pacifiée

à écrit le 16/08/2022 à 19:11
Signaler
Et les retraités! Eux, l'inflation n'a aucun effet?

le 16/08/2022 à 19:44
Signaler
Les retraites augmentent de 4 % après l'augmentation de 1.1 % au 1er janvier. Beaucoup de retraités ont un niveau de vie supérieur à beaucoup de salariés.

le 17/08/2022 à 9:58
Signaler
qu est ce qu il ne faut pas lire ! les retraités sont ceux qui vont beneficier de la plus gorsse augmentation (merci leur poids electoral) alors qu ils ont le moins de frais C est juste scandaleux: c est la categorie qui a coulé la france (electeu...

à écrit le 16/08/2022 à 18:07
Signaler
C'est le prix de la dite "reprise" assénée sur les grands médias. Reprise peut-être (et encore on peut vraiment, mais vraiment, en douter vu certains indicateurs comme la balance des paiements courants, chroniquement négative), mais reprise à quel pr...

le 16/08/2022 à 20:10
Signaler
Personne ne s'interroge sur les emplois du temps des facs? Avant un étudiant pouvait travailler à partir de juin jusqu'à fin septembre. . maintenant un étudiant doit se rendre à la fac en juillet, puis la rentrée se fait aux alentours du 20 août ?? L...

le 16/08/2022 à 21:30
Signaler
@MrPaul, pensez-vous vraiment que la pauvreté (au sens statistique du terme) de beaucoup de jeunes soient dû à un problème d'emploi du temps ? De toute façon même avec un travail, qui plus est souvent à temps partiel pour un jeune à la fac, il est di...

à écrit le 16/08/2022 à 17:22
Signaler
Il ne faudrait surtout pas que les jeunes les plus doués accèdent aux postes à responsabilités ! Vivre dans la sobriété est une vertu mais vivre dans le dénuement est une malédiction.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.