Retraites : face au "silence" du gouvernement, les avocats durcissent leur grève

 |   |  694  mots
(Crédits : Reuters)
"Le gouvernement n'entend que les professions qui bloquent la France": vent debout contre la réforme des retraites et déterminés à défendre leur régime autonome, les représentants des avocats ont appelé à durcir la grève dans les tribunaux à partir de ce lundi 6 janvier.

"Notre position, c'est + Non + au régime universel. Notre régime autonome a fait ses preuves depuis plus de 50 ans", affirme à l'AFP Christiane Féral-Schuhl, présidente du Conseil national des barreaux (CNB), qui représente les 70.000 avocats français.

La situation semble bloquée entre le gouvernement et la profession. La dernière rencontre avec la ministre de la Justice Nicole Belloubet et Jean-Paul Delevoye, alors haut-commissaire aux Retraites, remonte au 23 octobre, déplore le CNB.

"Notre porte reste ouverte", assure la Chancellerie. "Le ministère de la Justice a proposé au CNB de les recevoir avant les vacances de Noël mais ces derniers, qui sont à ce jour dans une ligne de refus de la réforme en refusant d'intégrer le régime universel, ont décliné".

Menace d'une "désorganisation de la mécanique judiciaire"

"Nous sommes prêts à négocier dans le cadre du régime autonome", rétorque Christiane Féral-Schuhl, pour qui la profession d'avocats est "l'une des grandes perdantes" de la réforme. Les représentants des avocats ont envoyé vendredi une lettre ouverte à Nicole Belloubet: la grève "se nourrit de votre silence lorsqu'il s'agit de défendre notre profession", ont-ils écrit.

"Le gouvernement n'entend que les professions qui bloquent la France. Nous allons nous faire entendre en désorganisant la mécanique judiciaire", menace la présidente du CNB.

Les avocats sont appelés à demander le renvoi des audiences et à "cesser plus généralement toute activité judiciaire". Autre mode d'action: l'arrêt des désignations d'avocats en matière d'aide juridictionnelle, pour les gardes à vue, les étrangers et les mineurs, etc.

La profession se défend d'être un régime spécial: les avocats cotisent à une caisse qui s'autofinance. "Notre caisse est solidaire car nous versons tous les ans autour de 100 millions d'euros aux régimes déficitaires", souligne Christiane Féral-Schuhl.

De 1.416 à 1.000 euros de retraite par mois ?

"Notre système est vertueux car excédentaire, égalitaire et solidaire", vante Estellia Araez, présidente du Syndicat des avocats de France (SAF). A la retraite, les avocats perçoivent actuellement au minimum 1.416 euros par mois, met-elle en avant. Après la réforme, ce montant tomberait à 1.000 euros, alors que les cotisations doubleraient, passant de 14 à 28% pour ceux qui gagnent moins de 40.000 euros par an.

"Cela va se répercuter sur nos honoraires", prévient la syndicaliste. Le salaire médian des avocats, une profession avec de gros écarts de revenus, s'élève à 44.000 euros.

"Les jeunes avocats vont le plus pâtir de la réforme. L'impact économique n'est pas gérable", affirme la présidente du CNB. Le régime universel crée "une inégalité très forte pour les indépendants", qui devraient cotiser comme les salariés, sans pour autant avoir les congés payés, les 35 heures, les indemnités chômage, etc.

"On nous a vendu un régime universel, mais selon qui crie le plus fort, des régimes vont être conservés", s'emporte Estellia Araez, qui cite les pilotes de ligne et les policiers. "L'universalité a volé en éclats! On se demande si le gouvernement ne se moque pas de nous quand on voit ce que d'autres ont obtenu".

Des actions prévues dans toute la France

En septembre, des milliers d'avocats (20.000 selon le CNB) ont manifesté à Paris contre la réforme. Le 5 décembre, une journée "justice morte" a été organisée.

Des actions vont avoir lieu à partir de lundi aux quatre coins de France. A Lyon, les avocats sont appelés à participer à une assemblée générale puis à un rassemblement. Onze audiences vont être perturbées par le mouvement, selon le parquet qui s'attend à ce que l'appel soit "énormément suivi".

A Bobigny, "une journée totale de grèves" est prévue lundi, avec "demande de renvoi dans tous les dossiers, et une assemblée générale pour déterminer une éventuelle poursuite de ce mouvement sur toute la semaine, voire la semaine d'après", explique le bâtonnier Frédéric Gabet. "Ce qu'on souhaite expliquer, c'est que tous les avocats ne sont pas des nantis, loin de là".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2020 à 9:23 :
depuis 2 ans que les rencontres existent pour parler de la reforme des retraites rien ne bouge comme d'habitude beaucoup de parlotte et peu de resultats donc raz le bol on tape du poing sur la table et on propose les grandes lignes de la reforme cela oblige ceux qui s'endormaient sur leur siege a reagir et pour trainer encore un peu la cfdt propose encore une discution de 6 mois pour trouver un equilibre financier pour le regime general!!! et les avocats ne sont pas concernés puisque non financier leur caisse est en equilibre eux
a écrit le 05/01/2020 à 18:26 :
Retraites : face au "silence" du gouvernement, les avocats durcissent leur grève

ils voient la misère tous les jours dans les prétoires,

ils sont excellemment bien armés pour organiser la destitution de Macron le méprisant président du vieux monde qui ABIME la France avec son 1er Ministre désordonné, brouillon, inapte aux fonctions qu'il a accepté après celles qu'il a occupé chez AREVA dont tous les Français paient le désastre financier.
Réponse de le 06/01/2020 à 9:20 :
"ils sont excellemment bien armés pour organiser la destitution de Macron"

En effet mais il ne faut pas rêver ils bénéficient plus de ce fonctionnement oligarchique qu'ils en pâtissent.

Ils s'écraseront eux aussi.
a écrit le 05/01/2020 à 17:32 :
Louez des camions ça ira plus vite.
a écrit le 05/01/2020 à 16:56 :
80% des français sont contre l obscurité de la réforme . .
a écrit le 05/01/2020 à 16:46 :
Le prolétariat des prétoires en grève ? Qu'ils occupent les ronds-points avec les smicards, les sdf,et les damnés de la France..
Réponse de le 06/01/2020 à 1:14 :
Quel mepris....
a écrit le 05/01/2020 à 15:45 :
Pourquoi la caisse universelle de retraite ne serait-ell pas autonome : cotisation en baisse, pension en hausse, équilibre de gestion assuré en diminuant les charges. C'est le modèle vertueux de la caisse de retraite des avocats qu'il faut suivre. La nationalisation des institutions de sécurité sociale puis de retraite est une catastophe massive annoncée. Le progrès n'e passe pas par la case étatisation, n'en déplaise aux progressistes inconditionnels?
Réponse de le 05/01/2020 à 18:53 :
Assurer une retraite moyenne de 1400 € alors que les revenus médians des avocats sont de 44 000€... C'est loin d'être Byzance de partir avec 38% de son salaire.
En cotisant autant que les salariés lambda, ils auraient une bien meilleure retraite. Mais les gros revenus, qui tiennent le régime n'en veulent pas. Ils se font des retraites par capitalisation et ne veulent pas cotiser plus (Comme les notaires, les médecins libéraux, les ....).

Quand on pense retraités privilégiés, il faut aller voir chez eux.
Réponse de le 05/01/2020 à 22:03 :
Le seul but de la réforme de Macron est de spolier/voler les régimes équilibrés des salariés et des indépendants du privé (Les fourmis avec 189 Milliards d'euros de réserve !!!) pour combler les déficits des fonctionnaires et des régimes spéciaux (Les cigales dirigées par la plus grosse Cigale d'entre toutes, l'Etat dirigé par ses énarques incompétents) !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :