Retraites  : la France redécouvre le sous-emploi de ses seniors

 |   |  2062  mots
Les seniors encore en emploi sont pénalisés du fait de leur âge : selon l'institut Montaigne, 85% d'entre eux n'ont plus de promotion, et 79% n'ont plus d'augmentation individuelle. Dans les sondages, le sentiment de discrimination vis-à-vis des plus de 50 ans dépasse celui concernant les femmes et les personnes d'origine immigrée.
Les seniors encore en emploi sont pénalisés du fait de leur âge : selon l'institut Montaigne, 85% d'entre eux n'ont plus de promotion, et 79% n'ont plus d'augmentation individuelle. Dans les sondages, le sentiment de discrimination vis-à-vis des plus de 50 ans dépasse celui concernant les femmes et les personnes d'origine immigrée. (Crédits : Isotck)
Alors que le projet défendu par le gouvernement pourrait allonger les durées de cotisation, les plus de 50 ans sont frappés par le chômage et les discriminations. Un défi pour l’exécutif et les entreprises.

Dans les arbitrages à venir cette semaine sur la réforme du système de retraites français, il est probable que le Premier ministre Édouard Philippe s'inspirera de la maxime que Jean de La Fontaine écrivit en conclusion de sa fable Le Lion et le Rat : « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage », en prolongeant la période de transition des 42 régimes actuels au graal du système « universel ». Pour les régimes spéciaux relevant de l'État (fonctionnaires, cheminots, RATP) ou privés (avocats, notaires, pilotes, ministres des cultes...) sans doute, et peut-être aussi pour le régime général des salariés, bien au-delà de la génération 1963, promise au couperet par le rapport Delevoye. À l'évidence, il s'agit pour le gouvernement de trouver une issue aux grèves qui ont commencé à paralyser le pays le 5 décembre. Mais d'autres raisons, plus structurelles, peuvent justifier des délais importants dans l'application de la grande réforme du quinquennat.

Les failles d'un modèle

Celle-ci est d'une telle ampleur qu'elle révèle les failles du modèle social français : l'absence d'un dispositif général et généreux de prise en compte (et de réduction) de la pénibilité au...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2019 à 11:33 :
Comment peut on être optimiste en Europe quand on constate les efforts que doivent faire les populations? On nous a promis le paradis, cela devient l'enfer!
a écrit le 07/12/2019 à 19:57 :
Là pas de syndicat pour nous défendre, pas de fort en bouche pour s'émouvoir du fait que parfois certains vivent avec ...rien. Ils ne peuvent pas bloquer les ronds points, ils n'ont pas de syndicat, ils ne peuvent pas nuire ? Alors ils n'existent pas.
a écrit le 06/12/2019 à 9:39 :
...et compte tenu de l'évolution de plus en plus rapide de la technologie, on est vieux (senior..! )
de plus en plus jeune.
a écrit le 05/12/2019 à 13:46 :
Cet article n'a pas compris la finalité du sous-emploi des seniors: assez cyniquement, c'est LA solution au problème de financement des retraites. Un salarié de plus de 58 ans au chômage n'ayant, dans 9 cas sur 10, rigoureusement aucune chance de retrouver au travail (c'est Pôle Emploi qui l'écrit très officiellement), il va se retrouver après 3 ans de chômage indemnisé en fin de droits, d'où une pension de retraite laminée par la décote (la France impose les dècotes les plus élevées d'Europe).
a écrit le 05/12/2019 à 10:11 :
Ils ne redécouvrent rien, ils ont les chiffres. Ils le savent et savent aussi que les décisions ne les impacterons que peu. Ceux qui décident ne sont pas ceux qui s'appliquent leurs propres décisions.
a écrit le 05/12/2019 à 9:55 :
Dommage que l'article soit réservé aux abonnés. Je suis senior en recherche d'emploi avec de faibles revenus, j’apprécie beaucoup La Tribune qui garde un esprit positif, et me heurte tous les jours à des discriminations à l'embauche. Je rappelle qu'il n'y a aucune jurisprudence de discrimination envers les seniors en France.
J'aimerai en faire un pdf et l'envoyer avec ma lettre de motivation.
Bien cordialement
Réponse de le 05/12/2019 à 10:18 :
En fait les séniors découvrent la discriminations que les noirs et les arabes connaissent bien. Du coup, c'est pourquoi cela fonctionne aussi bien et qu'il n'y a que peu de voies sur le sujet, car les jurisprudences la aussi sont inconnues.

Comme cadre pendant une période j'ai pu constater effectivement la chose. Mais sachant que les mêmes qui l'a pratiquait a présent s'y retrouvait !

Du coup, il est évident que dans la société, pour ceux qui ont connus la chose, il y a de fait moins d'empathie.

Donc possible pour un gouvernement ayant conscience de l'existence de cela qu'ils n'aient que peu de solutions sur quelque chose qui est déjà consubstantiel a la société française, non?

le bon vieux classe race, alors effectivement la société fait silence de ces propres pratiques! Mais elle est le cas des handicapés, des gens différents.

Et regardant la gentrification a paris ou dans les métiers sur l'âge, cela dit aussi de ce que chacun doit prendre conscience !
Réponse de le 05/12/2019 à 13:40 :
@LeLoup

Allez sur le site pressreader point com et collez le grand titre "Alors que le projet défendu par le gouvernement pourrait allonger les durées de cotisation, les plus de 50 ans sont f...." dans leur barre de recherche. Ouvrir avec la petite fleche verte.

(ouille, je sais pas si ça va passer)

Passez mes amitiés aussi au renard et a la belette.
Réponse de le 05/12/2019 à 16:31 :
Avoir plus de 50 ans c'est être handicapé, sauf qu'il n'y a pas de mesures pour nous aider et obliger les entreprises à nous embaucher. J'ai 57 ans, suis en p'eine possession de mes moyens et meilleure qu'avant, mais personne ne veut de moi. Un vrai gâchis pour la société, pour moi. Ecoeurant. On nous enterre de force... On nous appauvrit. Alors que l'on a tant à apporter...
a écrit le 05/12/2019 à 8:41 :
Merci beaucoup, voilà enfin un article qui montre l'approche stupide de la retraite par des classes dirigeantes cupides et aliénées, totalement déconnectées des réalités.

QU'on augmente pas leur salaire pourquoi pas mais dans ce cas il faut baisser leurs heures de travail.

30h à 60 ans, 20 à 65 et ensuite une heure de moins par année passée.

Mais bon il est peut-être encore plus irréaliste de demander à des crétins de penser.
a écrit le 05/12/2019 à 7:14 :
Le gouvernement ne redécouvre pas le sous-emploi des séniors : il s'en contrefiche. Au contraire même, un sénior au chômage coûte moins cher qu'un retraité. Et c'est une des raison de l'allongement de l'âge de la retraite. Moins cher pour l'état. En + si le senior est en fin de droit et au RSA : pactole pour l'état : ce sont les départements qui payent le RSA. Ce qui permet à l'état de dire : Nous ont fait des économies ! regarder les méchantes collectivités territoriales! c'est eux qui gaspillent !
Réponse de le 06/12/2019 à 7:18 :
Se qui est pas normal cest que je cautise pour la retraite le chômage et tout cela pour rien j'ai 72 ans une retraite de 780e cela fait 10 ans que j'ai repris une activité mais ma retraite ne sera pas revalorisé pour autant pourquoi je cautise faut m'expliquer

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :