Retraites : Edouard Philippe n'exclut pas de décaler la première génération concernée

 |   |  368  mots
(Crédits : Reuters/Charles Platiau)
Le Premier ministre s'est dit "ouvert", mercredi 27 novembre, à ce que la première génération concernée par la réforme des retraites ne soit plus la génération 1963. Une volonté d'apaisement de l'exécutif à l'endroit des syndicats à une semaine de la grève du 5 décembre.

A une semaine de la grève prévue le 5 décembre prochain, le premier ministre Edouard Philippe tente de jouer l'apaisement, et démontrer la capacité d'écoute du gouvernement, dans le difficile dossier de la réforme des retraites. Pour permettre à tous les Français de s'adapter à la nouvelle donne annoncée, le gouvernement s'est dit prêt à donner du temps et décaler l'application de la réforme. Ainsi, à l'issue du Conseil des ministres du mercredi 27 novembre, le Premier ministre s'est dit "ouvert" à ce que la première génération concernée par la réforme des retraites ne soit plus la génération 1963.

Alors que le rapport Delevoye « proposait d'exclure de la réforme tous ceux qui seront à moins de cinq ans de la retraite », soit ceux nés avant 1963, le Premier ministre a ouvert la porte à ce que ceux qui seront à « dix ou quinze ans » de la retraite ne soient pas, non plus, concernés. « Ce sera le fruit de la négociation », a-t-il lancé.

Fin des régimes spéciaux

Au-delà de cette petite concessions vers les plus modérés, le premier ministre a redit sa détermination à mener la réforme jusqu'au bout. Les concertations menées par Jean-Paul Delevoye s'achèveront les 9 et 10 décembre et Édouard Philippe présentera dans les jours suivants le projet de loi, qui sera présenté au Parlement début 2020.

«Nous allons mettre fin aux régimes spéciaux», a-t-il réaffirmé «mais nous ne voulons pas stigmatiser ceux qui s'y trouvent aujourd'hui. Universalité oui, brutalité non. Chacun doit être respecté», a-t-il ajouté. Pour autant, ces catégories ne bénéficieront pas de la clause du «grand-père» (c'est-à-dire l'application de la réforme aux seuls nouveaux entrants sur le marché du travail).

Lire aussi : Retraites: "Après la grève [du 5 décembre], nous serons capables de faire atterrir un certain nombre de propositions" LREM

«On ne peut pas répondre à des demandes catégorielles en pénalisant tous les autres», a expliqué le premier ministre. Qui a néanmoins précisé que les discussions se poursuivaient profession par profession, pour aboutir à des «mécanismes de transition équitables».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2019 à 12:53 :
le deficit est du aux privileges des régimes spéciaux il fallait les resoudre sans s'attaquer à tout pour n'aboutir a rien?
AUTRE gestion d'amateur quand on exonère les heures sup et les primes et qu'en meme tant on critique le deficit
Réponse de le 29/11/2019 à 16:33 :
L'exonération/défiscalisation des heures sup est une manière ciblée (donc moins coûteuse que si c'était une mesure générale même si elle induit des injustices par effet de bord) d'atténuer un peu l'excessive progressivité de l'impôt en France.
a écrit le 28/11/2019 à 18:10 :
Une bonne façon d'amplifier l'importance des manifs !
"Demain on rase gratis" a encore frappé.
a écrit le 28/11/2019 à 17:38 :
La vérité est que le gouvernement et les élus LAREM font dans leur froc. Le gouvernement craint un mouvement généralisé soutenu par la police, les députes eux craignent plus prosaïquement de se faire casser le g..... Ce qui serait le début de la sagesse.

Phillipe est prèt à lâcher n'importe quoi pour tenter de calmer, voire étouffer le mouvement.
Il se dit prêt à geler les prix des CROUS, on ne sait pas encore ce qu'il a promis à Lambert pour qu'elle fasse rentrer les boeufs dans les étables, il tente de noyer le poi(s)son de la retraite avec des consultations de dernière minute.

On sent pourtant qu'il n'en croit pas un mot et il se murmure de plus en plus fort qu'il serait candidat à la mairie du Havre.
Auquel cas, il est sur le départ... et Macron va se retrouver à poil.
Réponse de le 28/11/2019 à 19:09 :
Je vois que vous ignorez ce que touchent un policier en retraite ou un gendarme. Demandez leur de publier leur salaire, solde ou retraite! Hi, hi, hi
Réponse de le 29/11/2019 à 18:11 :
Le montant actuel des retraites et salaires (soldes..) des policiers et des gendarmes n'est pas le sujet.
Mais ces catégories ont également compris que si la réforme passe ils y perdront aussi beaucoup.

D'autre part, ils n'en peuvent plus de se prendre dans la figure, au propre comme au figuré les colères suscitées par la politique du gouvernement, d'autant plus qu'ils sont d'accord avec les GJ sur les revendications (rappelez vous, 75% des membres des forces de l'ordre votent FN).

Il va arriver un moment où ils vont refuser d'aller casser la gueule à des manifestants dont ils partagent les revendications, surtout pour protéger un mec qu'ils méprisent de plus en plus profondément et dont ils estiment qu'il est nuisible à la république et la démocratie.
a écrit le 28/11/2019 à 15:50 :
L'Etat va baisser le froc comme en 1995.
Cordialement
Réponse de le 29/11/2019 à 10:02 :
Si les gouvernants continuent à baisser le froc comme vous dites, alors le pire est devant nous. En France tant que l'on n'a pas les 2 pieds dans le précipice, il y a déni de réalité. Il y a actuellement 1,7 actifs pour un retraité et les projections démographiques donnent pour 2050 1,3 actifs pour un retraité. La réalité finit toujours par nous rattraper.
Réponse de le 29/11/2019 à 13:12 :
@tototiti

En 2050, la plupart des peaces and love retraité dès les années 90 seront passé à la casserole et c'est la génération qui était la plus nombreuse.
a écrit le 28/11/2019 à 15:29 :
Un chiffre qui parle de leurs politiques.

51 % des personnes aux réstos du coeur, ont moins de 26 ans.....

Donc ce n'est plus du cynisme il est question de bien pire !!!
a écrit le 28/11/2019 à 15:27 :
il parle d'universalité, mais il fonctionne comme un boutiquier !

Comme il a conscience, qu'il y a des gaps dans les manifestations, disons qu'il tente y compris lui même de préserver sa génération......

Ils attendent la grève pour savoir comment ils vont manipuler la population....

La négociation se fera entre amis, et sera sans doute sur le dos des générations qui arrivent.....

Les mêmes jouisseurs qui eux mêmes ne réforment pas leur propre système !

et la façon de manipuler les gens attendant que la grève se mette en place tout en explicitant la chose 10 jours après. Si ce n'est pas de la manipulation, qu'est ce que c'est !!!

Toute cette réforme va se faire au détriment de la génération qui ensuite portera la dette dans un système social qui ne sera plus, devant le vieillissement qui contraindra, tant en terme de coût que de moyens nécessaires).

Alors parler d'universalisme et de justice, il ne peut y avoir que des pervers pour fonctionner ainsi..... Surtout lorsque l'on sait qu'eux mêmes se ménagent leur retraite sans y toucher.... dans un pays ou les politiciens sont des professionnels.....
Réponse de le 29/11/2019 à 10:04 :
L'arithmétique élémentaire est mieux que le verbiage.
a écrit le 28/11/2019 à 15:18 :
On veut toujours nous faire croire que ceux qui ont bien gagner leur vie, ont bien plus de besoin une fois a la retraite et donc... ont droit a une pension "bien imposable"!
Je suis partisan d'une cotisation proportionnelle pour une retraite forfaitaire pour tous!
Réponse de le 29/11/2019 à 13:37 :
les cadres qui gagnent bien leur vie que je connais bosse 15h à 18h par jour et en partie le week end...

Je suppose bien sûr que vous n'êtes pas dans la catégorie de ceux qui "ont bien gagné leur vie" mais de ceux qui se disent qu'on vit bien du travail des autres et qu'il est si aisé de distribuer le fruit de leur boulot et que s'ils ne sont pas contents ils ont qu'à faire pareil et arrêter de bosser...

Ceux là ils n'ont droit à rien quand ils bossent, ils sont taxés à n'en plus finir et au lieu d'être reconnaissant de ce qu'ils font pour les plus démunis, vous leur crachez au visage et voulez encore plus les "punir" ?

Un pays pauvre est un pays qui n'a plus de riche... avec ce genre d'attitude nos cerveaux vont continuer à s'expatrier sous des cieux plus propices à ceux qui bossent et il ne vous restera rien à distribuer.

Cela dit comme le seuil de pauvreté correspond à 60 % du niveau de vie médian de la population, plus la population est unie dans la pauvreté et la misère et moins il y aura de pauvres dans la statistique....
Réponse de le 29/11/2019 à 13:38 :
les cadres qui gagnent bien leur vie que je connais bosse 15h à 18h par jour et en partie le week end...

Je suppose bien sûr que vous n'êtes pas dans la catégorie de ceux qui "ont bien gagné leur vie" mais de ceux qui se disent qu'on vit bien du travail des autres et qu'il est si aisé de distribuer le fruit de leur boulot et que s'ils ne sont pas contents ils ont qu'à faire pareil et arrêter de bosser...

Ceux là ils n'ont droit à rien quand ils bossent, ils sont taxés à n'en plus finir et au lieu d'être reconnaissant de ce qu'ils font pour les plus démunis, vous leur crachez au visage et voulez encore plus les "punir" ?

Un pays pauvre est un pays qui n'a plus de riche... avec ce genre d'attitude nos cerveaux vont continuer à s'expatrier sous des cieux plus propices à ceux qui bossent et il ne vous restera rien à distribuer.

Cela dit comme le seuil de pauvreté correspond à 60 % du niveau de vie médian de la population, plus la population est unie dans la pauvreté et la misère et moins il y aura de pauvres dans la statistique....
a écrit le 28/11/2019 à 14:47 :
Et si, au lieu de s'occuper de choses qui ont vocation à être réglées entre partenaires sociaux, ce gouvernement de m.... s'évertuait à mettre son personnel, ou ceux dont il s'est affecté la charge, au pas du privé; je ne pense pas que cette VRAIE "réforme" puisse se faire à la hussarde, mais elle mettrait déjà fin aux côtisations fictives.
a écrit le 28/11/2019 à 14:24 :
"le Premier ministre a ouvert la porte à ce que ceux qui seront à « dix ou quinze ans "

On annonce que ce n'est plus 1963 mais peut-etre pour les génerations suivantes afin éviter d'avoir des génerations supplementaires en grève ,puis justifier ensuite que le nombre des grevistes est plus faible que prévu dans la presse .Et,on remettra ensuite 1963 en douce,bref un classique des liberaux.
Réponse de le 28/11/2019 à 15:19 :
je ne sais vraiment pas où vous avez vu le moindre libéral dans cet exécutif et sa majorité.
a écrit le 28/11/2019 à 14:24 :
Bien sur la première "niche" visée sera celle des élus et EX -élus,qui émargent a 1 300 000 euros comme les ex présidents ou a 700 000euros comme les ex -premiers ministres !
Une goutte d'eau bien sur mais qu'on se garde bien de toucher depuis toujours !!!
Réponse de le 28/11/2019 à 15:20 :
1,3 M€ par mois, j'espère
a écrit le 28/11/2019 à 14:23 :
Bien sur la première "niche" visée sera celle des élus et EX -élus,qui émargent a 1 300 000 euros comme les ex présidents ou a 700 000euros comme les ex -premiers ministres !
Une goutte d'eau bien sur mais qu'on se garde bien de toucher depuis toujours !!!
a écrit le 28/11/2019 à 14:10 :
On veut faire de grandes choses mais avec une petite logique de boutiquier, et ça fait plus de 40 ans que c'est comme ça. Si seulement la boutique etait correctement tenue, mais non, même pas. Ca doit surement être du a notre climat tempéré, je ne vois pas d'autres explications
a écrit le 28/11/2019 à 13:43 :
Prince Philippe et son chef Jupiter Macron vont accouché d'une souris. Beaucoup de bruit pour pas grand chose. Devant les syndicats publics aux méthodes mafieuses, ils vont courbés l'échine comme ses prédécesseurs. Macron c'est beaucoup du blablabla et du vide. Plus facile de taper sur les chômeurs et pauvres que de mettre fin à une caste de nababs de fonctionnaires salariés du publics... La réforme des retraites spécifiques tout de suite c'est du grand pipo !!!!
Réponse de le 28/11/2019 à 15:23 :
Maintenant c'est certain, le nécessaire en termes de réduction de la dépense publique et sociale ne sera fait, comme en Grèce, que lorsque l'état ne pourra plus payer ses agents et que les retraites et autres prestations sociales ne pourront plus être servies faute de pouvoir refinancer les déficits en émettant de la dette. On s'en rapproche chaque jour un peu plus...
a écrit le 28/11/2019 à 13:32 :
15 ans?
et dans 15 ans on repousse de 15 ans, c'est ca?
Réponse de le 01/12/2019 à 9:16 :
Tu seras plus la de toute façon.
a écrit le 28/11/2019 à 13:21 :
Alors que le numérique, le dumping social et fiscal anéantissent le travail, on nous parle de la retraite...

"Quand je ne veux pas que l'on parle de moi je jette un chat mort sur la table et tout le monde parle du chat mort."

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :