Salaires, conditions de travail : une radiographie alarmante des travailleurs de la 2e ligne

Agents d'entretien, ouvriers, aides à domicile... les travailleurs dits de « la seconde ligne » de la crise du Covid-19 gagnent en moyenne 30% de moins que les autres salariés du privé selon une étude menée par les économistes du CNAM et du ministère du Travail. Ce travail dresse une photographie minutieuse et préoccupante des conditions de travail de ces travailleurs directement touchés par la pandémie.
Grégoire Normand

3 mn

(Crédits : Reuters)

Infirmiers, éboueurs, agriculteurs, caissiers... pendant les périodes de confinement, certaines professions ont été rudement sollicitées pour permettre au pays de vivre, de se soigner et à l'économie de fonctionner. A la veille de la réouverture de nombreux secteurs, la direction statistique du ministère du Travail (Dares) dresse une photographie alarmante de tous des métiers de la seconde ligne. Dans une enquête détaillée, les statisticiens de la rue de Grenelle et  les chercheurs du Conservatoire nationale des arts métiers (CNAM) ont retenu 17 professions qui représente environ 4,6 millions de personnes dans le secteur privé. Cette liste a d'ailleurs servi de base de discussions entre les partenaires sociaux et la ministre du Travail Elisabeth Borne sur la question épineuse des revalorisations notamment. Les auteurs rappellent que ces travailleurs ont "encouru un risque de contamination durant la crise sanitaire en continuant d'apporter à la population les services indispensables à la vie quotidienne."

> Lire aussi : Le coronavirus aggrave les inégalités au travail

Des conditions de travail bien plus précaires

Sans surprise, les auteurs de l'étude montrent que la plupart de ces travailleurs sont confrontés à des situations professionnelles très précaires. Sur les sept critères étudiés (salaires, accidents déclarés, part des temps partiel...), ces actifs de la deuxième ligne, parfois appelés "les premiers de corvée", sont à chaque fois en position bien plus défavorables que dans le reste de l'économie.

Ils sont avant tout plus souvent en CDD (10,5%) que la moyenne des autres salariés du secteur privé (7,5%). Ce type de contrat est particulièrement répandu dans l'agriculture ou dans le bâtiment. Si la réforme de l'assurance-chômage du gouvernement cherche à mettre en place un bonus-malus pour limiter le nombre de CDD abusif, la pandémie a freiné cette mesure qui devrait entrer en application à partir de 2022. La proportion de travailleurs intérimaires est également deux fois plus importante dans les métiers de la deuxième ligne que dans le reste de l'économie marchande (7,2% contre 3%).

Concernant les salaires, les indicateurs sont également dans le rouge. Ils gagnent en moyenne 30% de moins que dans le secteur privé et la part des bas salaires frôle les 20%, contre 12% pour le secteur privé. Du point de vue des conditions de travail et de la sécurité, les écarts sont particulièrement criants avec une proportions d'accidents déclarés deux fois plus importantes que dans le reste de du secteur privé. Enfin, la proportion de postes soumise à des contraintes physiques est de 61% contre 36% pour le reste de la population active.

Une trajectoire professionnelle défavorable

L'un des enseignements spectaculaire de cette étude est qu'elle révèle que les trajectoires de ces professionnels se dégradent au fur et à mesure de l'avancée dans leur carrière. Ainsi, les différences salariales tendent à se creuser avec l'âge. Il est de 17% pour les personnes âgées entre 25 et 29 ans contre 37% pour la tranche des 55-59 ans. "Si les travailleurs des métiers de la deuxième ligne changent plus souvent de postes ou d'employeurs (46% contre 40%), ces mobilités s'avèrent moins payantes pour eux (8,5% des mobilités se soldent par une promotion, contre 14,8%" ajoutent les auteurs. Cet accroissement des inégalités peut s'expliquer en partie par l'absence ou presque de formation au cours de leur carrière professionnelle dans ces métiers. "Sur cinq ans, 34,4% des travailleurs de seconde ligne accèdent à une formation, contre 38% pour l'ensemble des salariés, et ces formations sont plus fréquemment certifiantes (en lien avec des obligations légales de sécurité notamment) et moins souvent diplômantes" indique l'étude. Et la pandémie pourrait encore détériorer ces conditions.

Lire aussi 2 mnPouvoir d'achat : la prime Macron versée jusqu'à un salaire de 3 Smic

Grégoire Normand

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 19/05/2021 à 11:52
Signaler
d'après une étude économique : dans le privé avec des semaines en moyenne de 39h pour une rémunération d’environs 1600€ (ex: infirmière clinique) dans le public semaine de 32h pour 2200€ (infirmière chu) normal la France gouverné en majorité par des...

à écrit le 19/05/2021 à 11:40
Signaler
Au livreur (noir, bien sur!) de ma pharmacie qui m'avouait ne pas avoir été vacciné (avait-il bénéficié seulement de la prime MACRON?), j'ai répondu qu'on élèverait peut-être une statue au Travailleur Obscur Inconnu, ce Poilu moderne, qui n'a pas eu ...

à écrit le 19/05/2021 à 10:10
Signaler
"infirmiers, éboueurs, agriculteurs, caissiers... pendant les périodes de confinement, certaines professions ont été rudement sollicitées pour permettre au pays de vivre". Pas grave, ils vont pouvoir se prendre un petit café à 7€ ce matin à Paris ...

à écrit le 19/05/2021 à 8:33
Signaler
Le néolibéralisme c'est la dictature de la finance et donc de la rente à savoir ces gens qui haissent le travail et donc les travailleurs. Nous sommes dans un pays dans lquel les gens qui travaillent et dorment dans leurs bagnoles ou des mobiles home...

à écrit le 18/05/2021 à 20:51
Signaler
C'est comme ça depuis la nuit des temps. Et ce sera comme jusqu'à la fin des temps, et même pire, avec des Macron qui détruisent le lien social, la solidarité nationale, les acquis chèrement payés pendant des siècles de lutte , parfois au prix du sa...

le 19/05/2021 à 7:52
Signaler
C'est pas une fatalité. Si on le voulait vraiment, on pourrait améliorer la situation de ces travailleurs. Mais notre gouvernement ne prend soin que des 10% les plus riches.

le 19/05/2021 à 8:31
Signaler
N importe quoi le commentaire ... Macron n a rien à voir avec les décisions stratégiques de la grande distribution... qui remplace les caissières par des caisses automatiques... que les français semblent plébiscités.... enfin s ils veulent travailler...

le 19/05/2021 à 8:31
Signaler
N importe quoi le commentaire ... Macron n a rien à voir avec les décisions stratégiques de la grande distribution... qui remplace les caissières par des caisses automatiques... que les français semblent plébisciter . enfin s ils veulent travailler à...

le 19/05/2021 à 8:32
Signaler
N importe quoi le commentaire ... Macron n a rien à voir avec les décisions stratégiques de la grande distribution... qui remplace les caissières par des caisses automatiques... que les français semblent plébisciter . enfin s ils veulent travailler à...

à écrit le 18/05/2021 à 20:17
Signaler
ilsgagnent 30% de moins car en general c'est des emplois pas qualifies et souvent a temps partiel ca va etre quoi la solution? ils vont augmenter les couts salariiaux, pour creer de du chomage chez les pas qualifies? je veux pas etre mechant, mais ...

le 18/05/2021 à 23:25
Signaler
En plus pas de bol ! ce n'est même pas des emplois de bureau télé travailable ! Et en plus grâce à eux, on peux faire ses courses pour vivre. C'est toujours le même paradoxe, les emplois les plus utiles sont toujours les plus mal payés.

le 19/05/2021 à 6:57
Signaler
@ Churchill : ça va pas mieux, vous...

à écrit le 18/05/2021 à 18:59
Signaler
Ça fait 30 ans que ces travailleurs sont méprisés et exploités. De plus, on a le culot de justifier leur situation par le fait qi'ils n'ont pas fait ou peu d'études. Comme si la non qualification pouvait légitimer le servage. C'est honteux. Cette s...

à écrit le 18/05/2021 à 18:25
Signaler
A quoi ils servent ces chercheurs en statistiques diverses et avariées, y'en a marre des sociologues, politologues, et autres pseudo professions de planqués qui publient des rapports pour étagères empoussiérées ! Comment on peut accepter autant d'em...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.