Le coronavirus aggrave les inégalités au travail

 |   |  1340  mots
(Crédits : Reuters)
Environ un quart des salariés doit se rendre sur site pendant cette crise sanitaire exceptionnelle. Si la pandémie remet en avant certains métiers longtemps délaissés, elle exacerbe certaines inégalités déjà existantes sur le marché du travail.

Aides-soignants, infirmiers, livreurs, personnel de caisse, éboueurs, intérimaires...depuis plus de six semaines déjà, de nombreux professionnels continuent de se rendre sur leur lieu de travail malgré les risques de contamination. Une myriade de témoignages sur les réseaux sociaux rend compte tous les jours du malaise chez certains salariés confrontés au manque de moyens de protection (masques, blouses) pour se prémunir de cette maladie infectieuse. Avec la réouverture des usines dans l'automobile et des chantiers en France, l'angoisse s'amplifie pour de nombreux travailleurs. "Dans de nombreux pays, les inégalités de revenu ont considérablement augmenté depuis les années 1980 et ont eu des conséquences sociales et économiques néfastes. Aujourd'hui, la pandémie de COVID-19 met cruellement en lumière ces inégalités - qu'il s'agisse d'attraper le virus, de rester en vie, de faire face aux conséquences économiques dramatiques. Certaines catégories, comme les travailleurs migrants et les travailleurs de l'économie informelle, sont particulièrement affectées par les répercussions économiques du virus. Et les femmes, qui sont surreprésentées dans le secteur public de la santé, sont particulièrement exposées" expliquait récemment l'économiste Patrick Belser de l'organisation internationale du travail (OIT).

25% des salariés doivent se rendre sur site

Il est encore tôt pour avoir des chiffres définitifs sur la situation des salariés et leurs conditions de travail pendant cette crise historique. "Dans le contexte de cette crise, on peut distinguer trois grandes catégories dans la population active : les salariés qui sont mis à l'arrêt et se retrouvent au chômage partiel. Les indépendants qui sont également mis à l'arrêt et qui ne bénéficient pas toujours d'une indemnité, les salariés qui continuent de travailler avec des horaires amplifiés, les salariés qui sont en télétravail" explique à La Tribune l'économiste de l'université Paris Nanterre et auteure de l'ouvrage (*) "Hommes/Femmes: Une impossible égalité professionnelle ?" Dominique Meurs. Les premiers résultats diffusés par le service de statistiques du ministère du Travail (Dares) indiquent qu'environ un quart des salariés travaillent sur site, un quart sont en télétravail et un autre quart sont au chômage partiel. Le dernier quart concerne les personnes en arrêt maladie, pour garder leurs enfants par...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/04/2020 à 18:33 :
S'ils ne sont pas contents qu'ils changent de métier ou d'employeur... Marre de ces assistés bons à riens, financés par mes impôts et la dette de la France que je vais devoir rembourser!
Réponse de le 27/04/2020 à 7:54 :
Vos chevilles n’enflent pas a cause de votre ego ?
Vraiment n’importe quoi la deuxième partie : nous remboursons tous la dette de manière directe ou indirecte en France.
a écrit le 26/04/2020 à 17:23 :
Les inégalités viennent du comportement et de la mauvaise mentalité des humains .
La pointe de la pyramide veut gagner 1000 x plus en exploitant étage par étage ceux d’en - dessous .( c’est ce système qui Crée toutes les inégalités )
Être «  pourrie » et «  sans valeur humaine «  ce n’est pas donné à tout le monde .
Le coronavirus va fragiliser plus l’organisme humains et les Maillons faibles vont partir , la mentalité des pourries ne changeront pas même avec ce virus.
Leur mentalité est pire que le coronavirus.
a écrit le 26/04/2020 à 9:31 :
Cette image remerciant les prêtres est franchement désespérante même si c'est déjà bien qu'elle ne remercie pas en plus la télévision nouvelle église de la nouvelle religion néolibérale.

Au prochain virus peut-être...
a écrit le 26/04/2020 à 8:59 :
Ras le bol des pleureuses sur les inégalités. l'inégalité fait partie de la vie et de la nature.
pourquoi certains vivent dans la neige et la glace et d'autres sur le sable et sous le soleil.
a écrit le 25/04/2020 à 20:30 :
Et les journalistes et présentateurs du JT ? C'est normal qu'ils soient coiffés de frais en ce moment alors que les coiffeurs sont fermés et qu'on ne peut pas y aller ? Et vous vous préoccupez "d'inégalités" ?
Réponse de le 27/04/2020 à 0:29 :
Ils ne vont pas chez le coiffeur, leur patron embauche du personnel "de beauté" donc ils ont des collègues qui les coiffent et les maquillent.
a écrit le 24/04/2020 à 19:47 :
Qui est le plus malheureux? Chacun a ses critères.

Ceux qui vont travailler, continuent à percevoir un salaire complet et tout ce qui va avec. Vraisemblablement ceux là garderont leur job à l'issue de la levée du confinement. Le confinement les affecte moins que les autres puisque justement ils y échappent pendant 40h/semaine.
Certes, ils prennent un risque vis à vis de l'infection mais normalement c'est un risque calculé pour être minoré.

A l'autre bout il y a ceux qui ont perdu leur activité, leurs revenus, une partie de leur retraite, qui sont confinés chez eux et qui malheureusement ont de fortes chances de rester sur le carreau à la reprise.
a écrit le 24/04/2020 à 18:19 :
Le CODIV-19 aggrave les inégalités. C'est vrai. Lorsque je vois de riches restaurateurs pleurer des aides à la T.V, alors qu'ils sont à la tête d'une fortune immobilière pour les toques les plus connues. Cela me fait mal, de voir un jour les retraités et la classe moyenne se faire prendre les économies pour eux.
a écrit le 24/04/2020 à 15:15 :
Pour les travailleurs migrants, c'est normal qu'ils soient défavorisés. Derniers arrivés, derniers servis.
Réponse de le 24/04/2020 à 22:29 :
"Pour les travailleurs migrants, c'est normal qu'ils soient défavorisés."
Un migrant qui a fait ses preuves doit être bien mieux traité qu'un parasite français, je suis désolé un parasite français ça existe et un migrant qui bosse dur aussi et entre les deux mon choix est vite fait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :