Selon Griset, le couvre-feu avancé n'aura pas d'impact "significatif" pour les entreprises

 |  | 294 mots
Lecture 1 min.
(Crédits : Reuters)
L'avancée à 18h du couvre-feu n'aura sans doute pas d'impact "significatif" sur le chiffre d'affaires des commerçants obligés de fait de tirer le rideau plus tôt, a estimé dimanche le ministre des Petites et moyennes entreprises (PME) Alain Griset.

Il se veut optimiste. L'avancée à 18h du couvre-feu n'aura sans doute pas d'impact "significatif" sur le chiffre d'affaires des commerçants obligés de fait de tirer le rideau plus tôt, a estimé dimanche le ministre des Petites et moyennes entreprises (PME) Alain Griset. "Je comprends que ça puisse de nouveau être considéré comme un coup de plus, et en terme moral, toucher les entrepreneurs. En terme de perte de chiffre d'affaires, nous allons regarder naturellement, mais je ne suis pas persuadé que ce soit quelque chose de significatif", a affirmé Alain Griset sur Radio J.

"Tout d'abord ce n'est pas partout pareil. Moi je ne suis pas parisien et à Lille les commerçants s'arrêtent à 19h, donc on a (une fermeture) de 18h à 19h et il m'étonnerait beaucoup qu'on fasse 20% de son chiffre d'affaires entre 18h et 19h", a-t-il argumenté. Par ailleurs, selon lui, beaucoup de commerçants qui ferment habituellement durant "l'heure de midi" pourraient regagner une heure d'activité en restant ouvert à ce moment-là.

"Il y aura du report"

"Certains ont même commencé à ouvrir une heure plus tôt" le matin pour compenser cette fermeture imposée à 18h, a-t-il ajouté. A l'annonce de l'extension du couvre-feu à 18h sur tout le territoire, le directeur général de la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) Jacques Creyssel avait pointé que "les courses alimentaires après 17h représentent à peu près 30% du chiffre d'affaires".

"Il y aura du report. Dans certains cas tôt le matin, entre midi et deux. Il y aura de la livraison. Mais les commerces vont souffrir: les plus gros, les centres commerciaux, les hypermarchés, mais aussi les petits magasins d'habillement par exemple", avait-il encore précisé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2021 à 8:35 :
"Je comprends que ça puisse de nouveau être considéré comme un coup de plus, et en terme moral, toucher les entrepreneurs."

Non, pour le comprendre pareil il faut être impacté pareil, là c'est que du bavardage un peu indécent même hein tout ces gens vivant dans leurs bulles bien protégées venant nous dire que tout va bien pour nous.
a écrit le 17/01/2021 à 20:00 :
Il croit sans doute que les commerçants réalisent leur chiffe d'affaires quand les salariés sont au travail plutôt que dans leurs magasins ? Et il n'est même pas énarque pour s'autosugestionner artificiellement ! Il doit oublier d'où il vient...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :