Suppression des cotisations chômage et maladie : ce que veut dire la proposition Macron

Le candidat à la présidentielle veut supprimer les cotisations maladie et chômage à la charge des salariés. Elles seraient remplacées par une hausse de la CSG (+1,5 point). Concernant le chômage, il s'agirait d'une vraie révolution pour la protection sociale, le basculement vers un système beveridgien.
Ivan Best

5 mn

(Crédits : JEAN-PAUL PELISSIER)

"Pour permettre à chaque Française et Français de pouvoir vivre plus dignement de son travail", "on a besoin de répondre à un problème, c'est de diminuer l'écart qu'il y a entre le salaire brut et le salaire net", a affirmé ce jeudi l'ex-ministre de l'Economie et candidat à l'élection présidentielle, Emmanuel Macron. "Ce que je veux faire, c'est supprimer les cotisations maladie et les cotisations chômage que paie le salarié", a-t-il dit, précisant que cette mesure s'appliquerait "sur tous les salaires" et "pour les indépendants aussi" (en fait, ces derniers ne paient pas de cotisations aujourd'hui).  "Pour un couple qui est au Smic aujourd'hui", le gain net par an serait d'"au moins 500 euros" affirme Emmanuel Macron (soit 250 euros par salarié au smic). Il estime qu'il financerait cette mesure "par de la CSG", qui "a une base beaucoup plus large", incluant les revenus des actifs, mais aussi ceux des retraités et les revenus du capital. "Toutes les petites retraites auront leur pouvoir d'achat protégé", précise cependant le candidat à la présidentielle.

A priori, la proposition Macron apparaît généreuse à l'égard des actifs et beaucoup moins envers les retraités, dont la CSG augmenterait sans aucune avantage en contrepartie. Si la cotisation maladie à la charge des salariés est désormais faible -0,75% du salaire brut, soit une recette pour la sécu -au sens large- proche de 5 milliards d'euros-, les cotisations à l'assurance chômage sont supérieures (2,4% du salaire brut). Au total, une vingtaine de milliards d'euros seraient ainsi transférés sur la CSG, qui devrait être augmentée de 1,5 point afin de compenser le manque à gagner pour les comptes sociaux.

Cette réforme du financement de la protection sociale, qui s'inscrit apparemment dans la logique du créateur de la CSG, Michel Rocard, consistant à élargir la base de taxation des cotisations au delà du seul travail et à transférer du pouvoir d'achat aux salariés au détriment des autres revenus, serait en fait lourde de changements. Pas concernant l'assurance maladie. Il est logique que cette assurance désormais universelle, couvrant toute la population, soit financée par un prélèvement obligatoire touchant l'ensemble des revenus.

Une nouvelle logique

En revanche, l'idée de financer l'assurance chômage par un impôt -tel est bien le statut de la CSG- est beaucoup plus révolutionnaire, au sens où l'entend Emmanuel Macron. Ce serait introduire une toute nouvelle logique dans l'organisation de la protection sociale en française. L'amorce d'un passage d'un modèle surtout bismarckien à une logique beveredgienne. Qu'est-ce à dire ?

Pour résumer, le modèle bismarckien est basé sur l'assurance du travailleur, qui finance, avec son employeur, sa protection au moyen de cotisations proportionnelles à son salaire. Les prestations versées, quand le « risque » se matérialise, qu'il s'agisse de retraite ou de chômage dépendent des montants cotisés auparavant (on parle de système contributif).

Le modèle beveredgien, du nom de William Beveridge qui l'a conçu pendant la guerre pour le gouvernement britannique, s'inspire d'une logique radicalement différente. Ce n'est plus le travailleur qui est protégé, c'est toute la population, selon un principe d'universalité. Le financement n'est donc pas assuré par des cotisations sociales payées par les salariés, mais par l'ensemble de la population, via l'impôt. En conséquence, la prestation versée ne dépend plus du revenu antérieur, elle est uniforme. En général, elle est d'un niveau faible : il s'agit d'un simple filet de sécurité. C'est pourquoi on parle aussi de modèle « assistanciel » (il s'agit d'assister les personnes qui risqueraient de tomber dans le dénuement le plus total) par opposition au système bismarckien, « assurantiel ».

L'assurance chômage financée par l'impôt, un bouleversement majeur

Décider de financer l'assurance maladie, qui est désormais universelle -elle profite effectivement à tout le monde- et dont les prestations ne dépendent évidemment pas des revenus, par la CSG, voilà qui n'est guère surprenant. C'est d'ailleurs pour l'essentiel déjà le cas, s'agissant des salariés, dont la cotisation maladie a été fortement diminuée par Lionel Jospin, pour être basculée sur une CSG d'un montant moins élevé (d'où un gain de pouvoir d'achat pour les salariés). Cette proposition d'Emmanuel Macron ne change donc pas grand'chose au système actuel.

En revanche, vouloir financer les allocations chômage par l'impôt, c'est-à-dire par l'ensemble de la population, qui n'en bénéficie pas toujours, constituerait un bouleversement majeur. Un véritable changement de philosophie pour l'assurance chômage. L'idée d'Emmanuel Macron est d'étendre les allocations à des actifs qui n'y ont pas droit aujourd'hui (indépendants), comme il l'a déclaré récemment dans une interview à Mediapart. Mais les retraités ? En quoi sont-ils intéressés au financement de prestations chômage ? Ils ne le sont évidemment pas, sauf si elles sont ramenées à un simple filet de sécurité, qui, au nom de la solidarité nationale, permettrait à leurs concitoyens d'éviter de tomber dans l'extrême pauvreté. On passerait d'une logique assurantielle à un principe de solidarité:  beaucoup plus de gens sont couverts, mais reçoivent alors une allocation nettement plus faible. Il s'agit bien de la philosophie de Lord Beveridge, c'est celle qui est mise en oeuvre d'ailleurs toujours au Royaume Uni, où les allocations chômage sont uniformes. A partir de 25 ans, un chômeur touche 65,45 livres par semaine, quel que soit son revenu antérieur.

C'est cette logique beveredgienne et anglo-saxonne que veut manifestement promouvoir Emmanuel Macron. Présentant sa proposition politique comme du pouvoir d'achat supplémentaire pour les salariés, le candidat oublie au passage d'en décrire les conséquences. Il n'évoque pas en outre la nécesssaire nationalisation de l'Unedic -puisqu'elle serait financée par l'impôt, voté au nom de la nation. Exit, alors,  les partenaires sociaux...

Ivan Best

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 68
à écrit le 01/10/2018 à 12:55
Signaler
On supprime mes cotisation chômage.que se passe t il en cas de perte d’emploi? A t’on droit à une indemnisation ou pas?

à écrit le 01/09/2017 à 17:40
Signaler
Lettre ouverte de retraités à Macron sur la CSG http://sleazy-caricatures.over-blog.com/ 2017/09/retraites-en-colere.html

à écrit le 30/07/2017 à 20:45
Signaler
Cette réforme peut s'inscrire dans le cadre d'une redistribution sociale si le bénéfice est plafonné pour les salariés. Je suis prêt à accepter que ma retraite soit amputée de 500 €/an pour aider à une revalorisation des bas salaires mais pas questi...

à écrit le 30/07/2017 à 18:35
Signaler
Je lis les commentaires et j'ai envie de pleurer. Personne ne se rend compte de l'escroquerie ? En quoi il faut redresser la France en donnant de l'argent au secteur privé ? Argent qui part dans les paradis fiscaux avec les 80 milliards de fraudes fi...

le 30/07/2017 à 20:31
Signaler
Entièrement d'accord remboursons la" dette" avec la fraude fiscale et il n'y aura plus de problème !! Si le peuple pouvait tous réclamer ça!! Pression..exigeons!!!

à écrit le 13/12/2016 à 9:13
Signaler
" ....la proposition Macron apparaît généreuse à l'égard des actifs et beaucoup moins envers les retraités...." Les retraités en ont marre d'etre ciblés ! Ils ont cotisé toute leur carrière pour les AUTRES !!!

à écrit le 13/12/2016 à 8:13
Signaler
Les retraités paient déjà une cotisation de 1% pour l'assurance maladie. Cette cotisation sera-t-elle supprimée ou devront-ils payer deux fois : une fois par cotisation + une fois par la CSG. Il est normal de participer au financement de la sécurité ...

à écrit le 12/12/2016 à 19:52
Signaler
PS : sans revenu d’activité ou de remplacement, un résident qui vit d’un revenu locatif doit s’assurer à la Sécu à titre personnel, en payant les deux parts des cotisations (« salariale » et patronale), pour donner un sens à sa CSG sur revenu foncie...

à écrit le 12/12/2016 à 17:20
Signaler
Petit problème oublié par l'auteur et ses commentateurs : contrairement à la CSG sur revenu d'activité ou de remplacement, la CSG sur revenus du patrimoine n'ouvre droit, à elle seule, à aucune prestation. C'est donc de l'escroquerie pure et simple. ...

à écrit le 12/12/2016 à 14:18
Signaler
Croyez vous que la CSG soit aujourd'hui un impôt juste Mr MACRON...Nous payons une taxe sur un salaire brut que nous ne touchons pas!!!Le commun des mortels touche son salaire net...Chercher l'erreur... Initialement Mr ROCARD un socialiste a instaur...

à écrit le 12/12/2016 à 13:13
Signaler
Très bien bravo M. Macron, enfin la liberté et un bon débarras pour les entreprises, le chomage et maladies étant pris en charge par l'état au travers de la CSG :))) M. Macron, je vote pour vous !

à écrit le 12/12/2016 à 13:01
Signaler
Très bonne idée et surtout fini le chomage payer a 3 4 5 000 €/mois sauf pour celui qui prend une assurance chomage privé ou mutualisé !

à écrit le 12/12/2016 à 12:36
Signaler
A partir de 25 ans, un chômeur touche 65,45 livres par semaine, quel que soit son revenu antérieur. EST CE QU'IL AURA LE COURAGE D'APPLIQUER CELA A TOUS LES POLITIQUES QUI N'AURONT PAS DE RENOUVELLEMENT DE LEUR MANDAT DEPUTES SENATEURS MINISTR...

à écrit le 12/12/2016 à 10:09
Signaler
??? ravie de savoir que "les indépendants" ne payent pas de cotisations aujourd'hui !!! je n'avais pas remarqué,ni mes collègues indépendants noyés sous les charges,ni ceux qui se plantent parce qu'ils n'y arrivent plus. bonne journée quand même

le 16/12/2016 à 11:44
Signaler
Les indépendants (dont je fais partie) ne paient pas les cotisations "chômage" car il n'y auront jamais droit. Ils en paient par ailleurs beaucoup d'autres! Avec cette réforme, nous payerions 1.7% de plus (sous l'appellation CSG) sans rien gagner de...

à écrit le 10/12/2016 à 23:51
Signaler
LE CHOIX EST DESORME ENTRE LA TVA SOCIAL POUR TOUS AUGMENTE SUIVENT LES BESOIN ENTRE 1 A 2 % OU LA C S G AUGMENTE A PEUT PRES DE LA MEME FACON?. JE PENSE QUE SI LE JEUNE MACRON A CHOISI LA C S G . C EST QU IL A CES RAISONS? NOUBLIONS PAS QU ILS U...

à écrit le 10/12/2016 à 16:39
Signaler
Ce n'est pas comme ça que tous ces vendeurs de soupe trouveront la solution pour sortir la France de sa mélasse. Ils brassent tous le même argent pour le redistribuer afin de satisfaire l'électorat pour se faire élire, et ce sera encore le meilleur m...

le 12/12/2016 à 13:03
Signaler
Oui bien sur comme au états unis mdr ! Surtout nul !

à écrit le 10/12/2016 à 11:05
Signaler
Très bonne idée car actuellement les actifs payent chers les cadeaux faits a nos ainés.Pour charger la hotte les actifs cotisent plus pour avoir une retraite plus faible dans l avenir. on nous parle de repousser jusqu a 67 ans alors que certains sont...

le 10/12/2016 à 18:04
Signaler
http://www.marianne.net/les-eco-att/remplacer-cotisations-salariales-csg-erreur-projet-cache-emmanuel-macron-100248519.html

à écrit le 09/12/2016 à 11:40
Signaler
Certes des reformes sont indispensables et même urgentes, mais de là à proposer des solutions irrationnelles : quelle est la logique de faire payer l'assurance chômage par des retraités ? Qu'il faille élargir l'assiette c'est logique, car le nombre d...

à écrit le 09/12/2016 à 11:14
Signaler
Transferer les charges sociales (familiales, maladies,...) à l'ensemble des revenus me parait une bonne chose pour baisser le cout du travail. Par contre, si tout le monde paie, il faut que tout le monde en bénéficie. Et contrairement à ce que dit l...

à écrit le 09/12/2016 à 10:22
Signaler
///MORALE POLITIQUE ET ECONOMIQUE///UN VIEUX PAYSAN POUR EVITE QUE SONT VIEL ANE MEURE TROP VITE A REPARTIE SES CHARGES SUR DEUX AUTRE ANES QU IL A ACHETE. RESULTAT IL A PU TRAVAILLES PLUS? CAR IL A REPARTIE LES CHARGES /// DE PLUS L EMPLOIE VAS DIMI...

à écrit le 09/12/2016 à 10:20
Signaler
///MORALE POLITIQUE ET ECONOMIQUE///UN VIEUX PAYSAN POUR EVITE QUE SONT VIEL ANE MEURE TROP VITE A REPARTIE SES CHARGES SUR DEUX AUTRE ANES QU IL A ACHETE. RESULTAT IL A PU TRAVAILLES PLUS? CAR IL A REPARTIE LES CHARGES /// DE PLUS L EMPLOIE VAS DIMI...

à écrit le 09/12/2016 à 8:12
Signaler
Macron, dont le bilan réel est plus que léger, commence à raconter n'importe quoi pour se faire mousser. Bref, un vrai politique dans le plus mauvais sens du terme, mais qui ne durera pas.

à écrit le 09/12/2016 à 5:39
Signaler
J'ai écouté sur RMC M. Macron il m'a fait sourire surtout avec le pouvoir d'achat pour un smicard son basculement sur la CSG pour un gain explosif !!!de 250 €/an voilà enfin, pour un politique, la fin de la galère pour les millions de salariés payé...

le 10/12/2016 à 4:42
Signaler
Je ne vous comprends pas. Si vous croyez que la situation actuel est préférable que celle que propose Mr. Macron. Tous le monde n'est pas riche comme vous. Le pauvre se contenterais de la proposition de Mr. Macron. Au lieu de le critiquer proposez...

à écrit le 09/12/2016 à 1:56
Signaler
On peut aussi directement supprimer l'alloc chômage pour la remplacer par le RSA, ça fera des économies, moins de taxes. Et puis on peut aussi fusionner RSA, et toutes les prestations sociales depuis l'enfance, et même la retraite minimale en un reve...

le 09/12/2016 à 10:52
Signaler
Votre.remarque sur le remplacement de l'allocation chomage par le RSA est pleine de bon sens. Si j'ai bien compris, l'allocation chomage à la mode Macron serait un minimum social versé à tous les chomeurs avec une somme identique quelque soit leur sa...

le 10/12/2016 à 4:48
Signaler
Désolé, je me suis tromper de personne.

le 10/12/2016 à 14:42
Signaler
Pour vous répondre, on peut faire un système à étage et plafonné, dont le premier étage serait le RSA; si une personne n'est plus capable de travailler alors s'y rajoute une indemnité; si elle reçoit une bourse d'étude ça se rajoute etc.. la somme de...

à écrit le 08/12/2016 à 22:25
Signaler
Je donne d'une main, je reprends de l'autre en augmentant quelques taxes et impôts au passage, le principal étant de donner l'illusion d'avoir plus...je dis que les vieux qui ne foutent rien peuvent bien payer plus au titre de la solidarité, j'y ajou...

le 09/12/2016 à 2:40
Signaler
Il ne s'agit pas là d'une illusion, il y a bien plus. Car ce n'est plus les salariés qui payent mais TOUT les revenues, qu'ils soient immobiliers, actionaire...

à écrit le 08/12/2016 à 22:06
Signaler
"Exit, alors, les partenaires sociaux..." Macron est clair sur ce sujet. Finies les grand-messes syndicales qui, au bout d'un temps infini, finissent par s’achever sur un accord, bien adapté pour les grandes entreprises en général mais pas toujour...

à écrit le 08/12/2016 à 21:32
Signaler
Bon idée pour replacer les revenus sociaux, quelles économies :)))) On pourrait aussi arrêter le cumul allocation familiale et déduction sur l'impots de part et demi part/enfant !

à écrit le 08/12/2016 à 21:26
Signaler
Macron promet de permettre aux travailleurs indépendants de bénéficier du crédit d'impôt compétitivité-emploi (CICE).   Il s'engage à transformer le CICE en allègement de charges dans la durée. Il a promis aussi une refonte du régime social des i...

à écrit le 08/12/2016 à 21:19
Signaler
LOGEMENT : Pour permettre aux plus fragiles d'accéder au parc privé Macron veut mettre en place un "bail mobilité" avec "des droits plus restreints". Ce nouveau type de bail serait conclu "pour moins d'un an, avec des droits plus restreints pour le...

le 09/12/2016 à 11:28
Signaler
Je vous propose que les Caisses d'Allocs logement passe un contrat avec les propriétaires privés volontaires : baisse des loyers de 20% par rapport au prix du marché, pas de caution demandée au locataire ni dépôt de garantie pour le propriétaire. ...

à écrit le 08/12/2016 à 21:17
Signaler
"Exit, alors,  les partenaires sociaux..." Excellent ! L’État doit prendre en main l’assurance chômage actuellement gérée par les syndicats car c’est lui qui CAUTIONNE leur gigantesque et croissante dette (30 milliards aujourd’hui, 39 milliards dan...

le 09/12/2016 à 10:58
Signaler
Que l'assurance chomage soit géré par l'état. D'accord. Que celle ci bénéficie à d'autres catégories de personnes. Egalement d'accord. Mais vous oubliez que le projet Macron c'est une allocation chomage minimum. Personne ne sera satisfait. Pas plus ...

à écrit le 08/12/2016 à 21:14
Signaler
"Exit, alors,  les partenaires sociaux..." Excellent ! L’État doit prendre en main l’assurance chômage actuellement gérée par les syndicats car c’est lui qui CAUTIONNE leur gigantesque et croissante dette (30 milliards aujourd’hui, 39 milliards dan...

à écrit le 08/12/2016 à 19:46
Signaler
Hausse de la csg qui est par définition du vol. Chaque salarié est imposé sur une part de la csg, c'est à dire imposé sur une cotisation sociale; la plus grande arnaque de ces 30 dernières années que l'on doit à Rocard. C'est de l'impôt sur l'impôt. ...

à écrit le 08/12/2016 à 19:23
Signaler
Il faut baisser les charges. Surtout les charges patronales. Macron pourrait être plus "travailliste", lui qui est contre les rentes (et il a 100x raison) devrait reporter le montant des charges patronales sur l'immobilier. => 4% de la valeur d'un b...

le 08/12/2016 à 19:53
Signaler
Dans quel monde vivez vous ? L'immobilier n'est qu'une rente pour vous ? 1/ oui cela peut être une rente pour ses vieux jours mais cette rente à ete payée par des emprunts et souvent toute une vie de labeur. 2/ QUE dites vous a ceux qui comme moi ont...

le 08/12/2016 à 19:53
Signaler
Dans quel monde vivez vous ? L'immobilier n'est qu'une rente pour vous ? 1/ oui cela peut être une rente pour ses vieux jours mais cette rente à ete payée par des emprunts et souvent toute une vie de labeur. 2/ QUE dites vous a ceux qui comme moi ont...

le 08/12/2016 à 21:39
Signaler
"Il faut baisser les charges. Surtout les charges patronales." Le CICE n'est rien d'autre qu'une réduction de charges patronales de 6% (7% en 2017) sur tous les salaires inférieurs à 2.5 SMIC. Macron envisage de le transformer en réduction directe ...

à écrit le 08/12/2016 à 18:27
Signaler
Passez par l'impôt pour financer une baisse de cotisation sociale, non Merçi le matraquage fiscal est de retour, le seul sujet c'est d'abord de reduire la dépense. Publique

le 08/12/2016 à 19:48
Signaler
D'accord, mais en supprimant au maximum les aides sociales qui pèsent énormément sur la dépense publique.

le 08/12/2016 à 19:48
Signaler
D'accord, mais en supprimant au maximum les aides sociales qui pèsent énormément sur la dépense publique.

à écrit le 08/12/2016 à 18:07
Signaler
"Exit, alors, les partenaires sociaux..."Pour des libéraux, un Monde idéal... sans partenaires sociaux, sans syndicats. Des décisions faciles à prendre, sans avoir besoin de négocier, où quand les libéralismes (ultra-néo-ordo) flirtent allègrement a...

à écrit le 08/12/2016 à 17:40
Signaler
Les indépendants: "ces derniers ne paient pas de cotisations aujourd'hui". Merci de préciser qu'il s'agit uniquement des cotisations chômage mais pas des cotisations maladies ou retraite : la CIPAV et le RSI sont bien connus, ils ont suffisamment déf...

le 12/12/2016 à 13:41
Signaler
@qsdmlk Justement, le RSI, ça a commencé comme ça : des indépendants et des privés se sont dit : "La Sécu c'est nul, faire une caisse d'Assurance Maladie ça doit pas être difficile" et ont créé leur caisse. On voit le résultat aujourd'hui : servi...

à écrit le 08/12/2016 à 17:37
Signaler
Pour info Monsieur Macron, les retraites sont gelées depuis 3 ans , taxer les retraites va encore accentuer la paupérisation d'une population qui a pourtant travaillé durement. Un conseil aux jeunes générations , faites vous une retraite perso sin...

le 08/12/2016 à 20:35
Signaler
Pour se faire une retraite perso, encore faut-il travailler....

le 08/12/2016 à 21:25
Signaler
C est sur que depuis 3 ans les salaires ont flambes... encore un baby boomer qui se croit encore en 1970 ! Si les actifs ont un niveau de vie inferieur aux retraites, ces quand meme pas pour rien. Mais c est sur qu il faut pas toucher aux vieux et fa...

le 12/12/2016 à 19:36
Signaler
Il y en a marre de taper sur les retraités qui ont cotisé toute leur vie : pour le chômage, pour la sécu, pour toutes les caisses et dont les impôts ont permis de construire, des écoles, des routes et des infrastructures. Oui pendant qu'on cotisait c...

à écrit le 08/12/2016 à 17:30
Signaler
Tout ça parait bien compliqué. Ce qu'il faut, c'est basculer la fiscalité du travail, (les cotisations sociales) sur la fiscalité énergétique (une taxe sur la consommation d'énergie).

à écrit le 08/12/2016 à 17:00
Signaler
Je suis en parfait accord avec vous concernant la mal nommée "assurance maladie" il est justifié d'en répartir la charge sur tous les citoyens (donc tous les revenus) et c'est déjà presque le cas. Concernant l'assurance chômage, je suis plus partagé...

le 09/12/2016 à 11:14
Signaler
Vous avez parfaitement raison sur l'augmentation futur du chomage. Les politiques, média et divers expert ont un diagnostic erroné du chomage. Celui-ci résulte plus des gains de productivités accumulés depuis 30 ou 40 ans et de devoir partager le tra...

à écrit le 08/12/2016 à 16:47
Signaler
> "Il oublie d'évoquer en outre la nécessaire nationalisation de l'Unedic" Non il ne l'oublie pas. Il l'a déjà dit dans une interview pour l'Obs, en meeting et c'est également dans son livre. C'est vous qui avez oublié de faire votre boulot :-) ...

à écrit le 08/12/2016 à 16:45
Signaler
Entre Fillon, élu par des retraités qui propose que les actifs bossent plus longtemps pour maintenir le niveau actuel des retraites, et Macron qui ici propose de faire financer la sécu par les retraités plutôt que par les actifs, cette élection va to...

le 08/12/2016 à 18:09
Signaler
Une des générations citée en a déjà plus que profité sans jamais rien cotiser à hauteur de ses consommations... excessives !?

le 12/12/2016 à 13:36
Signaler
@Hueb Ce que dit Macron est logique : - Les retraités sont les principaux consommateurs de Sécu (70% des dépenses médicales sont effectuées pendant la seule dernière année de la vie, donc si on commence à mesurer à partir de l'âge de la retraite, ...

à écrit le 08/12/2016 à 16:30
Signaler
Et puis surtout l'UE ne voudrait jamais et on peut être persuadé que c'est pas macron qui s'opposerait à elle. Démagogie politicienne.

à écrit le 08/12/2016 à 16:12
Signaler
Du coup, ça ne serait plus vraiment une assurance mais un impôt solidarité. C'est amusant, parce que c'est à contre courant total de la logique assurantielle individuelle du monde capitalistique. Mais peut-être faudra t-il souscrire à des complémenta...

à écrit le 08/12/2016 à 16:02
Signaler
Etatiser l'UNEDIC et financer le chômage par l'impôt est une bonne idée. Mais le choix de l'impôt ici n'est pas le bon. Il y a plus intelligent à faire. Il est temps de supprimer le CICE et de le remplacer par une vraie baisse de charges. Le bon choi...

à écrit le 08/12/2016 à 15:55
Signaler
Allez continué,cela ne suffit pas de trois années sans aucune revalorisation des retraites,maintenant Macron veut augmenter sérieusement la CSG sur les retraites .Cela devient impensable et honteux

le 12/12/2016 à 13:31
Signaler
@dan "Macron veut augmenter sérieusement la CSG sur les retraites" Bien tenté, mais en lisant plus loin que les titres d'articles, on apprend que les petites retraites sont épargnées, voire plus (60% des retraités), et que le but est principaleme...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.