Taux de marge, délais de paiement, investissements... tout connaître sur les entreprises françaises

 |   |  746  mots
En 2015, l'ensemble des secteurs marchands non agricoles comptabilise 4 millions d'entreprises pour un chiffre d'affaires (hors taxes) global de 3.800 milliards d'euros et une valeur ajoutée de 1.100 milliards d'euros, soit 56% de la valeur ajoutée de l'ensemble de l'économie française.
En 2015, l'ensemble des secteurs marchands non agricoles comptabilise 4 millions d'entreprises pour un chiffre d'affaires (hors taxes) global de 3.800 milliards d'euros et une valeur ajoutée de 1.100 milliards d'euros, soit 56% de la valeur ajoutée de l'ensemble de l'économie française. (Crédits : © Nigel Roddis / Reuters)
L'Insee a dressé la cartographie des entreprises françaises: délais de paiement, taux de marge, taux d'investissement, etc. Globalement, les données communiquées montrent une amélioration de la situation économique des entreprises.

Tout savoir, ou presque, sur les entreprises françaises. Une fois par an, l'Insee, dans sa collection « Insee Références » se livre à une véritable cartographie des entreprises françaises pour appréhender la réalité du tissu industriel : taux de marge, exportation, chiffres d'affaires, fiscalité, etc. Une vraie mine. Seul bémol, souligné par l'Insee, compte tenu des délais de recueil des données et de l'expertise qu'elles nécessitent, l'année de référence des statistiques présentées, sauf exceptions, est 2015. Or, dans une économie qui va vite, certaines données ont déjà évolué. On songe au taux de marge moyen ou au taux d'investissement qui, depuis 2015, se sont améliorés. Tour d'horizon des principales données.

Nomenclature des entreprises

Les micro-entreprises occupent moins de 10 personnes et ont un chiffre d'affaires annuel ou un total de bilan n'excédant pas 2 millions d'euros. Elles sont au nombre de 3,7 millions et emploient 2,4 millions de salariés.

Les petites et moyennes entreprises (PME) correspondent aux entreprises qui occupent moins de 250 personnes et ont un chiffre d'affaires annuel n'excédant pas 50 millions d'euros ou un total de bilan n'excédant pas 43 millions d'euros. Elles sont 139.500 et emploient 3,8 millions de salariés.

Les entreprises de taille intermédiaire (ETI) n'appartiennent pas à la catégorie des PME, elles occupent moins de 5.000 personnes et ont un chiffre d'affaires annuel n'excédant pas 1.500 millions d'euros ou un total de bilan n'excédant pas 2.000 millions d'euros. Elles sont 5.800 et emploient 3,3 millions de salariés.

Les grandes entreprises sont les entreprises non classées dans les catégories précédentes, elles sont 287 en France et emploient 3,9 millions de salariés.

Chiffre d'affaires global

En 2015, l'ensemble des secteurs marchands non agricoles comptabilise 4 millions d'entreprises pour un chiffre d'affaires (hors taxes) global de 3.800 milliards d'euros et une valeur ajoutée de 1.100 milliards d'euros, soit 56% de la valeur ajoutée de l'ensemble de l'économie française.

Taux de marge

Rappelons que le taux de marge correspond sommairement à la différence entre le prix de vente et le coût d'achat d'une marchandise, ou, comme le dit l'Insee, rapporte "l'excédent brut d'exploitation à la valeur ajoutée aux coûts des facteurs".

En 2015, le taux de marge s'élève à 23,6%, il augmente de 1,1 point par rapport à 2014 après trois années de stagnation. Il reste 1,5 point en retrait de son niveau de 2010. Les grandes entreprises enregistrent le plus fort rebond en 2015 (+ 1,7 point), il est plus modéré pour les entreprises de 1 à 9 salariés (+ 0,7 point) et celles de 10 à 249 salariés (+ 0,6 point).

En 2015, le taux de marge augmente dans cinq secteurs : l'industrie (+ 2,2 points), l'hébergement et restauration (+ 2,2 points), le commerce (+ 1,6 point), l'information et communication (+ 0,9 point) et les transports et entreposage (+ 0,6 point). Il est stable dans les autres secteurs.

L'impact du CICE et du « pacte de responsabilité » est plus fort pour les petites entreprises pour lesquelles les salaires sont en moyenne inférieurs.

Salaires et cotisations sociales

En 2015, les salaires dans les entreprises de 1 à 9 salariés ont crû en moyenne de 0,9%, alors que leurs cotisations sociales ont reculé de 1,6%. Pour celles de 10 à 249 salariés, les salaires ont augmenté plus rapidement (+ 2,4%) et les cotisations ont progressé de façon modérée (+ 1%). Pour les entreprises de 250 salariés ou plus, salaires et cotisations salariales augmentent à un rythme proche : +1,6% et +1,3 %.

Taux d'investissement

Le taux d'investissement est resté quasiment stable. Après un rebond en 2011, le taux d'investissement est légèrement orienté à la baisse jusqu'en 2014 et se redresse de seulement 0,2 point en 2015.

Délais de paiement

En 2015, les délais de paiement augmentent légèrement. À la suite de la réglementation des délais de paiement dans le cadre de la Loi de modernisation de l'économie de 2008, les délais de paiement avaient baissé jusqu'en 2012, puis s'étaient stabilisés en 2013 et 2014.

Créations d'entreprises

Dans l'ensemble de l'économie marchande non agricole, 554.000 entreprises ont été créées en 2016, soit 6% de plus qu'en 2015. Il s'agit de la plus forte hausse depuis six ans.

Défaillances d'entreprises

Les défaillances d'entreprises sont, quant à elles, en fort recul depuis la fin 2015. La baisse constatée durant toute l'année 2016 a permis de retrouver, début 2017, le nombre de 57.000 défaillances cumulées sur un an constaté au début de l'année 2009. La majorité des secteurs sont concernés par ce recul des défaillances (début 2017, elles augmentent uniquement dans l'agriculture et les transports et entreposage). Ce repli s'observe pour toutes les tailles d'entreprises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :