Troisième confinement : l'Élysée hésite encore, aucune prise de parole prévue

 |  | 1184 mots
Lecture 6 min.
Un conseil de défense sanitaire est prévu mercredi autour du chef de l'Etat, dix jours après l'instauration d'un couvre-feu généralisé à 18 heures, dont les effets sont encore difficiles à évaluer.
Un conseil de défense sanitaire est prévu mercredi autour du chef de l'Etat, dix jours après l'instauration d'un couvre-feu généralisé à 18 heures, dont les effets sont encore difficiles à évaluer. (Crédits : ERIC GAILLARD)
La décision d’un troisième confinement s'étiole finalement pour laisser place à une forme de cacophonie gouvernementale ce mardi. L'Élysée semble en effet reculer sur ce scénario, jugé pourtant nécessaire et imminent par plusieurs conseillers. Divisé sur cette hypothèse, le gouvernement attend le conseil de défense mercredi avant de trancher.

C'est presque un retournement de situation. Alors que plusieurs ministres s'étaient exprimés par voie de presse ce week-end et lundi pour préparer l'opinion publique à un troisième confinement, le gouvernement laisse apparaître ses divergences de points de vue. "Il n'y a pas de raison" de reconfiner la France, a déclaré mardi la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher. Même son de cloche du ministre de l'Economie Bruno Le Maire jugeant, lui, qu'il fallait éviter la "précipitation" et attendre "calmement" le résultat du couvre-feu généralisé.

"A ma connaissance, sur la base des données dont nous disposons, à ce stade, il n'y a pas de raison de décider un confinement", a-t-elle déclaré, assurant que les Français ne voulaient "ni excès de zèle ni laxisme".

"J'entends certains qui nous disent "allez, maintenant il faut immédiatement reconfiner", a également déclaré Bruno Le Maire sur Radio Classique mardi. Mais regardons d'abord, sereinement, calmement, est-ce que le couvre-feu à 18h a donné les résultats que nous espérions".

Pour Agnès Pannier-Runacher, le gouvernement pourra mesurer l'efficacité de ce couvre-feu à 18h00 "à la fin de cette semaine".

L'hypothèse d'un confinement plus souple pour les jeunes

Le gouvernement rétrograde-t-il ? Deux jours plus tôt, plusieurs sources haut placées au sein de l'exécutif assuraient au JDD que la décision d'un troisième reconfinement...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2021 à 9:03 :
Pendant ce temps :

Ce sont des adresses rares, de celles dont on entend parler à voix basse, entre initiés. Parfois, c'est en passant à l'improviste devant une devanture de restaurant fermé, qu'on peut surprendre un attroupement ou des rires s'échapper d'une arrière-salle. Mais la consigne est claire : discrétion de rigueur.Alors que la grande majorité des restaurants ont baissé le rideau ou uniquement maintenu une activité de vente à emporter, conformément aux normes sanitaires mises en place face à la pandémie, des tables à Paris et dans sa proche banlieue servent encore, sur place, pour les habitués. «Mais ils se refilent le tuyau et on finit par avoir les amis, puis les amis d'amis», reconnaît un restaurateur du XIIe arrondissement, qui réalise quarante couverts chaque midi.D'autres adresses, plus raffinées, comme ici dans le VIe, ont parmi leurs clients des politiques et des hommes d'affaires qui passent par une conciergerie de luxe. «On m'a proposé de choisir parmi 19 restaurants, uniquement dans des arrondissements huppés», montre l'un d'eux.
Et non loin d'un tribunal parisien, le midi, un restaurant accueille sa clientèle traditionnelle : des policiers et magistrats ! Ici, juste un rideau tiré permet d'être invisible de la rue. Les habitués pénètrent directement dans l'arrière-salle par l'entrée de service, qui n'est pas verrouillée. Ceux, comme nous, qui sont recommandés mais ne connaissent pas les lieux, se présentent, un peu gênés, au comptoir.«On vient pour manger», ose-t-on. La gérante reste interloquée quelques secondes. Et demande quelle est notre commande. Puis quand on détaille notre réservation, elle se détend. «Il fallait me le dire tout de suite, j'ai eu un peu peur d'un contrôle», souffle-t-elle. Car du bar, on aperçoit deux tables parmi la vingtaine qui sont dressées.
Le chef est moins stressé. «Bien sûr, on craint d'être dénoncé par des jaloux, mais en fait, les policiers du coin sont au courant, ils ferment les yeux», glisse-t-il. Et pour cause, parmi la trentaine de gangsters de la fourchette qui profitent d'un bon repas, certains sont gardiens de la paix.Du côté de l'Umih (union des métiers et des industries de l'hôtellerie), le principal syndicat du secteur, on botte en touche quand on pose des questions sur ce phénomène : «Je n'en avais pas entendu parler. Ça reste très marginal et ce sujet n'est pas abordé au sein du syndicat, tempère Hubert Jan, responsable des restaurateurs. Ne plus pouvoir servir en salle crée un manque psychologique chez certains qu'ils essayent sans doute de combler de cette façon. Mais ceux qui ouvrent s'exposent à un grand nombre de désagréments (NDLR : fermeture administrative entraînant la perte des aides) »
Mais les policiers n'ont pas fait de la traque des restaurants clandestins une priorité. «On n'a même aucune consigne à ce sujet et on n'organise aucun dispositif ou aucune patrouille spécifiques pour ce type de faits», avance un commissaire parisien.Et puis, les restaurants n'ont pas le monopole de ces ouvertures en cachette. Les hôtels proposent aussi des dîners ou des déjeuners à ceux qui ont réservé une chambre. «En réponse au couvre-feu, au Terrass hôtel, on propose une offre dîner + chambre au prix de l'amende, soit 135 euros», annonce-t-on sur une publicité. «Mais ce sont des repas servis en chambre», rectifie immédiatement au bout du fil l'un des gérants de l'établissement.
D'autres hôtels sont moins regardants. «On a pris une chambre et on est venus à six pour manger au restaurant, il y avait quatre autres grandes tables», relate ainsi le client d'un hôtel spa de luxe dans le XVIe arrondissement.
a écrit le 27/01/2021 à 8:38 :
C’est une petite fête qui fait du bruit du côté de Rethel, dans les Ardennes. Alors que la sous-préfète, Mireille Higinnen-Bier, en poste depuis 2018, terminait ses fonctions, la municipalité a décidé de lui organiser une réception, jeudi 21 janvier. Une petite fête d’au revoir organisée dans l’après-midi détaille le quotidien régional L’Ardennais, mais qui a regroupé plusieurs dizaines d’invités autour de petits fours, et donc sans masque pour les déguster.Plusieurs hauts responsables du département étaient présents : porte-parole du monde économique et agricole, élus, président du Pays rethélois, préfet des Ardennes, procureur de la République… au total, une soixantaine de personnes étaient réunies dans la salle mise à disposition par la mairie de Rethel pour l’occasion. Une réunion autour d’un bon buffet alors que toute collation en communauté est totalement interdite depuis le 30 octobre et qui ne passe pas auprès de la population.
a écrit le 27/01/2021 à 8:08 :
Dans la mesure ou l'épidémie est mondiale le confinement ne sert pas a grand chose, juste à essaye de limiter les dégâts. Impossible d'imaginer qu'il n'y ait plus de virus en France alors qu'il circule dans le monde entier. Pour ces raisons il est stupide de s'en prendre à l'économie; au contraire il faut laisser l'économie fonctionner même si elle doit appliquer des mesures de protection. s'en prendre à l'économie ne fait que multiplier les problèmes. Le virus mondial est là pour plusieurs années donc essayons de continuer à vivre.
a écrit le 27/01/2021 à 8:03 :
Le non-confinement ne permettrait-il pas de régler "naturellement" le problème des retraites ?
a écrit le 27/01/2021 à 7:52 :
le troisième confinement sera un echec le la gestion de crise
pour avoir menti depuis un ans sur bien des sujets
cette pandémies durera plusieurs années
au vu des mutation du virus
il faut de toute urgence remettre des lits de reanimation et du personnel
ce que le gouvernement refuse toujours
a écrit le 26/01/2021 à 19:10 :
Tout est possible !!!?
a écrit le 26/01/2021 à 19:03 :
L’Allemagne va devenir le premier pays de l’Union européenne à utiliser un nouveau traitement contre le Covid-19, une thérapie à base d’anticorps de synthèse, qui avait été administrée à Donald Trump. Les cas covid augmentant malgré la vaccination ou a cause.
a écrit le 26/01/2021 à 17:18 :
apres tous ces couacs! la vérité gagne a ne pas montrer son visage et pourtant il y a urgence de confiner trop de closters
la défiance fait déja le lit de prémices de résistance !
a écrit le 26/01/2021 à 17:03 :
Qu'il prenne son temps, qu'il réfléchisse bien. Et qu'il regarde ce qui se passe aux pays bas pour simplement un couvre feu a 21h. Mais bien sur les français sont de grands indisciplinés.
Réponse de le 26/01/2021 à 17:36 :
Et qu' il regarde aussi très fort ce qui se passe au Danemark Norvège Espagne et Italie.
a écrit le 26/01/2021 à 17:01 :
Sauf qu'ils n'ont pas le choix et que dans une semaine, ce sera "confinement" pour tous tout le mois de Février et ensuite Mai, puis
Septembre. Après, ça dépendra du taux de vaccination, de l'évolution des virus et de l'efficacité des vaccins...ou du niveau de contestation de la rue.
a écrit le 26/01/2021 à 16:52 :
UNE IDÉE NOUVELLE POUR MACRON. Si les scientifiques payés par BigPharma n'ont pas d'autre idée que de lui proposer un reconfinement, Macron pourrait peut-être s'intéresser aux traitements bon marché pour soigner la Covid 19 qui sont appliqués dans le monde entier?. F Asselineau du jour.. Bref, confiner, pour quoi faire ?..
Réponse de le 26/01/2021 à 17:53 :
Votre avis m intéresse fortement
Je travaille dans un hôpital épargné deux fois et là les cas covid explosent
Vite communiquez moi votre traitement secret que nos politiques et nos médecins cachent préférant confiner et laisser mourir les patients....
Réponse de le 26/01/2021 à 19:00 :
Vidéo "Louis Fouché – François Asselineau : L’entretien" Vous sauverez votre incrédulité...
Réponse de le 26/01/2021 à 20:40 :
François Asselineau, Haut Fonctionnaire un peu Vieille France, découvreur du traitement miracle contre la Covid... Les seconds couteaux ne savent plus quoi inventer pour faire parler d'eux. Nos hôpitaux utilisent déjà les protocoles validés dans les pays développés, merci pour eux, ils n'ont pas besoin des conseils d'un vieil énarque.
a écrit le 26/01/2021 à 16:07 :
comme la loi le permet, QU'attend MR Macron pour imposer la réquisition de sanofis pour fabriquer les vaccins SOUS LICENCE moderna ,,,,,,,est secouer L'OMS qui ne fait rien !!!
Réponse de le 26/01/2021 à 20:44 :
Encore faut-il que le laboratoire qui a mis le vaccin au point soit d'accord pour céder la licence a Sanofi... On ne peut pas le lui imposer et ça ne s'improvise pas. "Yaka, focon"...
a écrit le 26/01/2021 à 13:40 :
Puisque les plus de 75 ans sont en cours de vaccination et qu'ils représentent 80% des deces il n'y a aucune raison de confiner . On peut recommander à Macron le petochard de se faire conseiller par des mathématiciens plutôt que par le conseil soit disant scientifique de mandarins . On chiffre l'avantage du confinement (50% ) , la pénalité du variant ( 30% ) , la vitesse de vaccination des vieux compte tenu de 30% de récalcitrants et de la limite à 80% des lits covid . A quelle date peut on revenir à la vie d'avant ? La bonne réponse c'est immédiatement en poursuivant les gestes barrières jusqu'au 1er Avril .
a écrit le 26/01/2021 à 13:34 :
Tiens retour de Fischer à la télé ce matin , pas Bobby, l'autre..
a écrit le 26/01/2021 à 12:27 :
Si c'est une mauvaise nouvelle, les sous-fifres s'en chargeront! Ou, les médias feront le travail par des indiscrétions!
a écrit le 26/01/2021 à 12:22 :
Vraiment étrange puisque nos dirigeants politiques semblent convaincus qu'un confinement serait de trop et pourtant on voit bien qu'ils attendent un truc, on sait pas trop quoi en fait.

Jusqu'à présent les médias ont annoncé les confinements et couvre feu puis le gouvernement les ont mis en place, espérons que cette démonstration totale de faiblesse politique dramatique en ces temps de crise majeur politique et économique va cesser.

Qu'ils réfléchissent bien puisque faut déjà qu'ils disent à leurs employeurs de rembourser les centaines de milliards de dégâts de mauvaise gestion occasionnés au peuple français hein... déjà.

Des comptables (Et encore on peut quand même se poser la question !) ça fait pas des dirigeants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :