Face à la menace des variants, un troisième confinement n'est pas exclu

 |  | 975 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : ERIC GAILLARD)
Si le gouvernement ne l'envisage pas dans l'immédiat, un troisième confinement pourrait être mis en place «si la situation empirait» a indiqué le 21 janvier Olivier Véran. Le ministre de la Santé souhaite toutefois d'abord «donner sa chance de fonctionner» au couvre-feu désormais avancé à 18 heures sur tout le territoire depuis le 16 janvier.

Le spectre d'un troisième reconfinement plane toujours sur la France face aux nouveaux variants plus contagieux du virus, alors que l'exécutif a défendu jeudi sa campagne de vaccination très décriée, et cherché à adoucir un peu le sort des étudiants.

Si la situation empirait, notamment avec un développement du "variant anglais" du virus, nettement plus contagieux, "nous pourrions être amenés à prendre des mesures plus dures, ça peut aller jusqu'à un confinement si la situation devait l'exiger", a répété le ministre de la Santé Olivier Véran au "20 heures" de TF1.

Lire aussi : Couvre-feu national à 18h, aides pour les entreprises...: les annonces de Castex

Mais "nous n'en sommes pas là aujourd'hui", a assuré le ministre, souhaitant "donner sa chance de fonctionner" au couvre feu désormais avancé à 18 heures sur tout le territoire et qui a permis une baisse de l'incidence épidémique dans les 15 départements où la mesure a été appliquée dès début janvier.

Olivier Véran a également défendu la campagne de vaccination, élargie en début de semaine à tous les plus de 75 ans, et qui a connu beaucoup de difficultés. Après les sites internet et lignes d'appel téléphonique saturés pour les prises de rendez-vous, plusieurs régions ont enregistré des déprogrammations de vaccinations, parfois jusqu'en mars, faute d'un approvisionnement suffisant.

Lire aussi : CARTE. La course à la vaccination dans les régions françaises, en deux graphiques

Objectif 70 millions

"Dans 95% des cas des cas tout s'est déroulé de manière extrêmement remarquable", a assuré le ministre, mettant en cause la "tradition en France de parler des trains qui n'arrivent pas à l'heure", et assurant que certains centres de vaccination avaient fait du "surbooking".

Il a salué la "mobilisation" générale et assuré que 500.000 nouveaux rendez-vous allaient être proposés mardi pour la période "entre le milieu et la fin du mois de février".

Le ministre a également fixé l'objectif de vacciner 70 millions de personnes d'ici fin août et appelé les Français à renforcer les gestes barrières, notamment en n'utilisant plus de masques faits maison, jugés insuffisamment filtrants face aux nouveaux variants.

Lire aussi : Au menu des 27 ce soir, accélérer la vaccination dans l'UE, riposter aux variants...

"66 millions de procureurs"

Dans une allusion aux critiques sur la gestion de la crise sanitaire, Emmanuel Macron avait déjà regretté plus tôt jeudi la "traque incessante de l'erreur" en France, devenue "une nation de 66 millions de procureurs", suscitant des réactions grinçantes dans la classe politique.

Le président de la République s'est également penché sur le sort des étudiants, touchés de plein fouet par la crise sanitaire et dont la situation inquiète de plus en plus. Privés d'amphis depuis plus de deux mois ils sont durement soumis à la précarité et à l'isolement.

En visite à l'université de Paris-Saclay, M. Macron a souhaité qu'ils puissent retourner à la fac une journée par semaine, avoir accès deux fois par jour à un repas pour un euro dans les restos U et faciliter leur prise en charge psychologique, en créant un "chèque psy".

Côté économique, le statu quo confirmé jeudi annonce une "saison blanche" pour les stations de ski, qui ne pourront pas rouvrir leurs remontées mécaniques le 1er février, et très probablement pas durant les vacances d'hiver (étalées du 6 février au 1er mars).

Les perspectives restent également très sombres pour les bars, restaurants et les lieux culturels (théâtres, musées, cinémas), fermés depuis la fin octobre et sans date prévisible de réouverture.

Côté commerce, les soldes ont bien démarré mercredi, mais avec des magasins moins bondés que d'habitude.

Lire aussi : Début des soldes sous couvre-feu et sans euphorie

Jeudi, la barre des 20.000 cas positifs enregistrés en une journée a de nouveau été dépassée. Selon des données plus consolidées, mais pas définitives, le nombre de personnes testées positives est resté stable la semaine dernière, à plus de 128.000.

Accélération primordiale

Conséquence de l'augmentation des contaminations à la sortie des fêtes de fin d'année, les entrées à l'hôpital sont reparties à la hausse, repassant au-dessus de 10.000 sur sept jours depuis cette semaine. Avec plus de 25.000 patients Covid-19 hospitalisés sur tout le territoire, dont 2.876 en réanimation, la charge sur le système de santé reste élevée, au même niveau qu'à la sortie de la 2e vague cette automne.

La France a enregistré 358 décès supplémentaires à l'hôpital mercredi, selon Santé publique France, un niveau stable depuis des semaines, portant le total à 71.998 morts depuis le début de l'épidémie (hôpital et Ehpad confondus).

Mais aux yeux des autorités sanitaires et de nombreux médecins, le contexte est rendu toujours très fragile par la menace des variants du Covid-19, dont le "VOC 202012/01" plus contagieux, qui a submergé le système hospitalier au Royaume-Uni, où 1.820 décès supplémentaires ont été enregistrés mercredi (93.290 morts au total), un nouveau record quotidien.

"Au 20 janvier 2021, 131 cas d'infections au variant VOC 202012/01 (Royaume-Uni) et 10 cas d'infections au variant 501Y.V2 (Afrique du Sud) ont été rapportés en France", a indiqué jeudi soir Santé Publique France, jugeant "l'accélération du déploiement de la campagne de vaccination (...) primordiale".

Jeudi soir, le ministère de la Santé a fait état d'un bilan de près de 823.567 personnes vaccinées.

Mais pour le conseil scientifique, si les vaccins constituent "un espoir majeur pour limiter l'impact voire résoudre en grande partie la pandémie COVID-19", ce n'est "pas avant l'été - automne 2021".

Lire aussi : CARTE. La course à la vaccination en Europe, par pays

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/01/2021 à 12:50 :
Entre le début de cette histoire fin 19 et le premier déconfinement en mai 20, le covid avait déjà muté des dizaines de milliers de fois (cf. Notamment les articles en ligne de sciences et avenir et futura-sciences du moment). Aucun signalement de dangerosité à cette époque sur l'ensemble de la planète. Et puis d'un coup, des variants, un par pays (pas de jaloux), font leur apparition et sont mille fois plus dangereux que l'original bidouillé par les chinois. Ils sont bien pratiques ces variants, et arrivent au bon moment pour maintenir la pression. Comme leur "père", qui tombait bien au moment où le système néolibéral était contesté un peu partout dans le monde, sans parler de la contestation politique à Hong Kong et de la pression terrible de Donald Trump sur la Chine...
a écrit le 23/01/2021 à 12:44 :
Allez vous faire tester! Cela donnera des raisons pour vous confinez... sans vous donnez le moindre remède pour vous rétablir physiquement comme psychologiquement!
a écrit le 23/01/2021 à 11:41 :
Allez vous tester! Cela donnera des raisons pour vous confinez sans vous donnez de remède pour vous rétablir physiquement comme psychologiquement!
a écrit le 22/01/2021 à 19:28 :
Toujours aucune perspective tracée, ni espoir donné ? Le recrutement d'un coach en gestion de crise serait peut-être nécessaire, y compris pour les membres du Conseil de défense et du Conseil scientifique...
a écrit le 22/01/2021 à 17:57 :
Pendant ce temps :

Femmes de médecin, notables, prêtre...des milliers d'Italiens vaccinés en toute illégalité.

Plusieurs milliers de personnes n’auraient pas dû bénéficier d’un vaccin, explique La Repubblica. Sans compter celles qui n’apparaissent pas dans ces chiffres et qui ont été également vaccinées en toute illégalité. Selon les autorités italiennes, le personnel de santé, de santé sociale et les résidents des Ehpad sont prioritaires pour recevoir les vaccins à l'heure actuelle. Mais près de 100.000 personnes vaccinées (95 980 précisément) apparaissaient aussi dans la catégorie “non personnel de santé” au 11 janvier dernier.Parmi elles, des personnes travaillant dans les hôpitaux mais qui ne seraient pas au contact des malades du coronavirus. Mais aussi des épouses de médecins, politiciens locaux, ou des personnes ayant bénéficié d’un coup de pouce d’un ami pour avoir accès au précieux vaccin. Le média italien cite par exemple le cas d’un curé sicilien de 81 ans, qui a été contacté par l’administrateur d’un centre de vaccination car le centre bénéficiait de vaccins supplémentaires. Alors qu’il n’aurait pas dû être vacciné pour l’instant, le prêtre a reçu l’injection… tout comme plusieurs des fidèles à qui il avait parlé de cette aubaine.A Brindisi, dans les Pouilles, plusieurs femmes de médecins à la retraite auraient aussi été vaccinées. Même chose pour des policiers (une enquête interne aurait été ouverte) et des directeurs d’école à Bari. Près de 2.000 jeunes âgés de 16 à 19 ans auraient aussi été vaccinés avant les personnes prioritaires dans le pays ! A Naples, un avocat et des enfants de médecins auraient notamment été pris la main dans le sac avant de se faire vacciner… Beaucoup de ces personnes ont profité du “fond” des flacons du vaccin Pfizer/BioNTech : après les cinq doses contenues, un fond restait toujours. En rassemblant les “fonds” de flacons, il était possible d’injecter le vaccin illégalement à d’autres personnes.
a écrit le 22/01/2021 à 16:53 :
Encore une fois, il y a zéro anticipation de la part de ce gouvernement. On attend d'être pile devant le tsunami pour se décider à commencer à évacuer. C'est du grand n'importe quoi. Ce gouvernement, constitué en grande majorité d'incompétents notoires (Castex, Salomon, Le Maire, Véran, auparavant Buzyn...), passera dans les poubelles de l'histoires l'an prochain. Rien n'est maîtrisé, la com' est calamiteuse depuis toujours, aucun avertissement des experts n'a été pris au sérieux il y a 1 an lors du début du covid. Le grand problème reste par qui remplacer cet amas d'incapables...le choix n'est vraiment pas fameux.
Réponse de le 22/01/2021 à 17:39 :
Malheureusement, je ne suis pas du tout certain que ces gouvernements LREM/Modem d'incompétents notoires et we fieffés menteurs passeront aux oubliettes de l'histoire en 2022 ; Macron ayant programmé, organisé et verrouillé le système de telles manières que les français n'aient plus le choix qu' entre Marine et lui. Les français céderont ils à la propagande macroniste de diabolisation du RN ?
Réponse de le 22/01/2021 à 18:00 :
"le choix n'est vraiment pas fameux."

Effectivement :


La santé des élus, un sujet tabou ? Pas pour Annie Chapelier. Un an après avoir claqué la porte du groupe LREM à l’Assemblée en fustigeant “un mouvement hors-sol, indifférent aux territoires”, la députée gardoise (Agir, apparentée à la majorité), fait à nouveau entendre sa voix avec une proposition de loi inattendue. Enregistré à la présidence de l’Assemblée nationale mardi 19 janvier, le texte prévoit d’instaurer une visite médicale obligatoire, pour l’ensemble des candidats aux différents scrutins du calendrier électoral (présidentielle, législatives, municipales, régionales...).

“Les élus sont investis de lourdes responsabilités politiques et opérationnelles. Ils doivent être en capacité, physiquement et d’un point de vue de la santé, d’assurer l’exercice de leurs fonctions”, défend l'infirmière-anesthésiste de profession, qui s’est engagée en politique avec l’élection d’Emmanuel Macron.Sa proposition de loi prévoit donc qu’à l’issue d’une visite médicale attestant leur aptitude, les candidats déposeront le certificat en préfecture, au moment d’enregistrer leur participation au scrutin.
a écrit le 22/01/2021 à 13:35 :
"le statu quo confirmé jeudi annonce une "saison blanche" pour les stations de ski, qui ne pourront pas rouvrir leurs remontées mécaniques le 1er février"

Suisse ,Espagne, Italie, Autriche ouvert ,ah,ah
a écrit le 22/01/2021 à 11:29 :
Le moins que l’on puisse dire c’est que, le temps passant, le climat devient assez morose. Nouveau confinement en vue, couvre-feu dès 18 heures difficile à supporter, les variants du virus qui arrivent, la vaccination qui tarde à se concrétiser, des secteurs à l’arrêt pour un temps indéterminé et, pour certains, malgré les aides, la faillite à venir, les étudiants qui n’ont plus d’argent pour manger, la saturation psychologique due aux informations relatives au virus qui nous sont assénées depuis un an, etc. Pourtant il me semble que l’on oublie 2 choses : tout d’abord que lorsque les personnes à risque auront été vaccinées (à la fin du premier semestre ?) il ne sera plus nécessaire d’organiser des couvre-feux et des confinements puisque les hôpitaux ne seront plus saturés (beaucoup moins de morts) et que, même si la campagne de vaccination devra se poursuivre, toutes les personnes qui ne sont pas particulièrement fragiles, c’est-à-dire l’immense majorité de la population, bénéficieront, si elles ont la malchance d’être contaminées, d’un pourcentage très élevé de guérir (97%). Je crois donc qu’il faut garder à l’esprit que le l’étau va bientôt se desserrer, ne pas désespérer et avoir conscience que même s’il restera un certain nombre de problèmes à régler comme celui de la nécessité d’atteindre ou non l’immunité collective ou de savoir s’il faudra ou non encore porter des masques pendant des années, nous allons vers des jours meilleurs.
a écrit le 22/01/2021 à 11:18 :
C'est vrai ils sont pénibles. Déjà que le gouvernement a bien souffert d'un manque d'acculturation scientifique dans la population, c'est cette même population qui vient se plaindre, râler, ricaner, se moquer de la figure de nos gouvernants. Les gens sont tellement méchants.

Automne 2021, ça me semble optimiste. Entre les doses, les flacons, les rendez vous, les aiguilles Et on a pas encore tout vu. S'il y a des Raoult ou des Delfraissy j'aimerai avoir leur avis. Ne vaudrait il pas mieux se trouver des coronavirus banaux, quasi inoffensifs, de petite grippette présentant des communautés antigéniques avec le sars2 et en infecter la population bien portante? La spike 60 n'est peut être pas tout a fait pareille mais il doit y avoir des épitopes en commun. C'est pas très réglementaire mais ça ferait un contre feu immunitaire/ épidémiologique et ça ferait occuper le terrain par des coronavirus courants. Une petite sniffette de coronavirus et ensuite le "vaccin" se distribuerait lui même aux autres, même pas besoin de piquouze.

Sur les masques de classe 1, 60 millions de consommateurs avait fait une étude sur le lavage des masques jetables. Le ministère de la santé avait dit, ne faites surtout pas ça, on va étudier le truc .Est ce qu'un journaliste pourrait de mander a M. Veran où en est cette étude, j'ai rien trouvé sur le site du ministère
a écrit le 22/01/2021 à 10:57 :
Qu'il est facile de nous annoncer ce que l'on ne pourra jamais "voir" mais qui soit disant fait de gros dégâts, entre autres par les décisions prises par nos responsables politiques!
a écrit le 22/01/2021 à 10:43 :
Continuité dans la gestion à la petite semaine. Désormais on sait ce qu'il faut faire. Confinement pendant 3 mois et fermeture des frontières pour une durée indéterminée, en même temps qu'une vaccination généralisée. Ceci ne garantit rien du tout dans le temps, avec le défaut de mettre les économies au tapis de
Ou laisser, laisser le virus faire son travail.
a écrit le 22/01/2021 à 9:36 :
On ne sait plus si les médias suivent les ordres des politiciens ou bien les politiciens suivent les injonctions des médias visiblement les deux faces d'une même pièce.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :