Université d'été du Medef : Alain Juppé, "l'homme de confiance"

Dernier candidat principal aux primaires de la droite et du centre, Alain Juppé s'est exprimé cet après-midi à l'université d'été du Medef. Un discours assez classique où l'ex-premier ministre a rapidement développé son programme avant d'appeler les entrepreneurs à travailler avec les politiques.

3 mn

L'ex-premier ministre a déployé devant le Medef un discours qui sans être innovant a eu le mérite de rassurer et de construire la confiance avec les chefs d'entreprise.
L'ex-premier ministre a déployé devant le Medef un discours qui sans être innovant a eu le mérite de rassurer et de construire la confiance avec les chefs d'entreprise. (Crédits : Reuters)

Au fond, Alain Juppé est un homme qui rassure. Sans surprises ni éclats l'ex-premier ministre de Jacques Chirac est monté sur scène devant une salle comble d'entrepreneurs et de patrons au campus du Medef. En homme rigoureux et déjà bien connu du public il a développé rapidement ses propositions économiques avant d'appeler l'assistance à être optimiste pour l'avenir de la France. Pas de véritable opération séduction donc pour le candidat à la primaire de la droite et du centre. Alain Juppé est en terrain stable et est considéré comme un homme de confiance. Il lui fallait juste assurer la prestation.

Parler devant un public "presque" déjà conquis

Traîner dans les allées de l'Université d'été du Medef permet vite de comprendre qu'Alain Juppé y est le bienvenu. L'ex-premier ministre bénéficie au Medef d'une sympathie sans pour autant tomber dans la passion que suscite chez certains Emmanuel Macron. Alain Juppé est un "homme de confiance" nous dit-on et c'est le principal alors que de nombreux chefs d'entreprises se disent sceptiques face à l'honnêteté des candidats de droite qui viennent dérouler leurs propositions devant eux.

L'actuel maire de Bordeaux est donc monté sur scène souriant et s'est évertué à respecter scrupuleusement les règles de débat que son adversaire Nicolas Sarkozy a ignoré quelques heures plus tôt. Il a présenté ses propositions avec une rapidité assez déconcertante, touchant parfois à la saturation, comme si l'essentiel n'était pas là mais que sa présence était le plus important.

Un programme économique qui répond aux attentes du Medef

Alain Juppé a déployé un ensemble de mesures économiques destinées à relancer l'industrie française et à donner plus de liberté aux entreprises. Celui qui dit ne pas "croire au plan industriel décidé par l'Etat" veut réunir les conditions d'un retour à la compétitivité. D'abord par une loi de programmation fiscale en 2017 pour un quinquennat. Il souhaite regrouper l'ensemble des baisses de charges pour les entreprises en un seul dispositif et harmoniser l'impôt sur les sociétés sur la moyenne européenne. Un attachement à retrouver de la compétitivité en Europe auquel il ajoute la nécessité de résoudre les sur-transpositions de directives et normes européennes en cherchant plus de simplicité.

Sur le plan du travail Alain Juppé souhaite abroger le compte pénibilité, tant décrié par le Medef, et sécuriser l'embauche en entreprise en revenant sur les jurisprudences qui bloquent certains licenciements économiques. Enfin le candidat à la primaire de la droite souhaite que l'URSSAF acquiert une "culture de conseil et non pas de punition".

Des propositions intéressantes sur les secteurs d'avenir

S'étant littéralement "délesté" de ces propositions pro-entreprises qui ne dénotent en aucun cas avec celles des autres candidats, Alain Juppé s'est permis de revenir plus longuement sur sa vision des secteurs d'avenir de l'économie française. Concernant l'environnement, il a reconnu qu'on ne retrouverait pas les trente glorieuses et qu'il fallait dès lors inventer un nouveau modèle de développement où le recyclage remplace le gaspillage, orienté vers une croissance alimentée par les énergies alternatives.

Au sujet de la transition numérique il apparaît très optimiste quant au potentiel de cette petite révolution et souhaite l'utiliser pour dynamiser l'économie française.

"Je crois puissamment à cette révolution technologique qu'il y a devant nous, à condition d'en réguler les effets sur l'emploi", a commenté l'ex-premier ministre.

Alain Juppé a conclu son discours en assurant que "le plus important n'est pas l'accumulation des mesures mais le sens qu'on leur donne" comme pour tacler ses concurrents à droite qui se sont évertués à aligner les propositions pro-entreprises pendant ces deux jours. Alain Juppé souhaite "lever dans ce pays une espérance" et pour cela compte sur la confiance, son maître mot, entre politiques et entrepreneurs. "Une bonne prestation qui donne effectivement confiance" a sobrement conclu un chef d'entreprise. Mais est-ce assez pour gagner une élection?

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 01/09/2016 à 21:06
Signaler
Vous n'avez rien de moins objectif?

à écrit le 01/09/2016 à 20:25
Signaler
Le Medef est courtois. Mais le diable est dans les détails et Alain Juppé reste sur un discours de grand oral de l'ENA qui l'a formaté comme Francois Hollande. Après avoir voté Francois Hollande Bayrou fait main dans la main avec Juppé, ce n'est pas ...

à écrit le 01/09/2016 à 17:44
Signaler
Que les chefs d'entreprises l'aient à la bonne, ce n'est franchement un scoop! Ce n'est pas mon candidat de coeur, mais celui de la raison (en espérant que ce sera le dernier de la 5ème République). En effet, je trouve que son âge est un double atou...

à écrit le 01/09/2016 à 17:44
Signaler
Que les chefs d'entreprises l'aient à la bonne, ce n'est franchement un scoop! Ce n'est pas mon candidat de coeur, mais celui de la raison (en espérant que ce sera le dernier de la 5ème République). En effet, je trouve que son âge est un double atou...

à écrit le 01/09/2016 à 12:53
Signaler
Juppé a au moins le mérite de la cohérence ! Allié de Bayrou on peut raisonnablement envisager la fin des 35 heures qui ont plombé notre compétitivité, on peut espérer un grand retour du "made in France" et comme on connait leurs idées économiques on...

le 01/09/2016 à 14:41
Signaler
D'accord avec vos 19 derniers mots. Pour le reste Juppé-Bèrou 1995 le retour, les syndicats s'en amusent à l'avance, et ils le peuvent assurément

à écrit le 01/09/2016 à 12:44
Signaler
La CONFIANCE ne décrète pas. Elle se mérite ! Les évènements de décembre 1995 ne plaident pas pour lui faire confiance.

à écrit le 01/09/2016 à 10:54
Signaler
On peut rappeler que le Medef vote à chaque présidentielle exclusivement pour l'UMP ( LR) à près de ...97% !

à écrit le 01/09/2016 à 10:09
Signaler
Juppé-de-lapin titrait en son temps le Canard Enchainé , lorsqu'il était Premier Ministre . 100 milliards de francs de hausse d'impôts dès sa prise de fonction , zéro réforme de fond pendant sa direction du Gouvernement , et pour finir un exil .. ju...

le 01/09/2016 à 14:46
Signaler
Triplement de la C.S.G et Invention de sa Jumelle parfaite : la C.R.D.S ( provisoire de presque 22 ans)

le 01/09/2016 à 14:50
Signaler
Zéro réforme : les Syndicats Gouvernaient ! Le Gouvernement ! Juppé-Bayrou, au doigt, à l'œil, au nez,

à écrit le 01/09/2016 à 10:03
Signaler
Juppé "un homme qui rassure" ? Il rassure qui ? Avec toutes les gamelles à son actif, dont sa condamnation pour abus de biens sociaux (vol d'argent public), les gens devraient être plutôt inquiets, non :-)

à écrit le 01/09/2016 à 9:46
Signaler
"la confiance" pour cela la première décision à prendre serait de voter la stabilité fiscale sur 4 ans voir même 5 ans tant au niveau nationale que local , et une fois cet engagement tenu faire de même au niveau des cotisations sociales . J'en convi...

le 01/09/2016 à 11:41
Signaler
Personne, naivement, en France ou à l'International ne croit à la Stabilité Fiscale dans ce " pays ". Pour investir il faut un minimum de 10 ans de stabilité. Passées les élections dans huit mois, la nouvelle campagne électorale quinquennale rebattr...

à écrit le 01/09/2016 à 9:10
Signaler
Chronique rassurante sur l'état d'esprit des entrepreneurs. Nous en avons assez du matraquage et des ruses déloyales de M. Sarkozy.

à écrit le 01/09/2016 à 8:26
Signaler
Juppe, l'homme de confiance ! diantre, cela doit-etre du second degre. Attendez qu'il soit aux manettes, vous allez le regretter.

à écrit le 01/09/2016 à 1:53
Signaler
Tout son blabla est inutile : comme en 95 ( Chef du Gouvernement) c'est la C.G.T, qui connaît Si bien sa faiblesse) qui Le commandera.

à écrit le 31/08/2016 à 21:50
Signaler
Juppé, un européïste atlantiste tout à fait comme les autres. En effet, non contents de soumettre complètement la France à l’OTAN et à une Europe fédérale – deux pièges mortels pour notre patrie, d’où Charles de Gaulle avait commencé de l’extr...

le 01/09/2016 à 7:06
Signaler
Propagande soviétique !

à écrit le 31/08/2016 à 21:07
Signaler
Une belle prestation , largement en tête à l'applaudimétre , et une prestation sur la forme calamiteuse de Sarko ....qui s'est meme permis de prendre possesion de la régie du Medef (pour éviter la cloche).....une honte .

à écrit le 31/08/2016 à 20:59
Signaler
Pas un mot sur l'énergie. Qui va en parler?

le 01/09/2016 à 14:55
Signaler
Moi !! Il faut mutiplier par 5 le prix de l'énergie, Qui n'est d'ailleurs Pas Taxée.

à écrit le 31/08/2016 à 20:32
Signaler
Avec lui on va encore perdre 5 ans ou tout sera bricoles et blabla comme on le fait depuis 30 ans, ils sont tous lamentables

à écrit le 31/08/2016 à 19:41
Signaler
l'âge avancé que d'aucuns lui reprochent est aussi un avantage, en terme d'expérience, en matière économique et dans le fonctionnement des entreprises. Cette même expérience, et sa personnalité, le conduise à faire des propositions réalistes et non d...

le 01/09/2016 à 8:24
Signaler
c est sur que pour faire entrer la france dans le 21eme sciecle rien ne vaut un type né a la fin de la deuxieme guerre (1945). Je suis sur que juppe ne sait meme pas se servir d un ordinateur. avec lui on aura un chirac bis PS: juppe a fait toute ...

le 01/09/2016 à 13:08
Signaler
@maduro: l'expérience due à l'âge pourrait en effet être un atout. Malheureusement, l'expérience que la France a de la personnalité de Juppé le rend inéligible dans une démocratie normale. Si on élit un repris de justice aux plus hautes fonctions, ce...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.