Vent de panique à la tête de l'État face au « scénario de la peur »

POLITISCOPE. Un mini-blackout jeudi dans le Marais à Paris, il n'en fallait pas plus pour illustrer l'état de panique qui gagne le pouvoir. Comment rassurer les Français devenus adepte de Ecowatt. Chez EDF, un rapport d'un cabinet indépendant évoque le chiffre de 80 heures de coupures.
(Crédits : YouTube)

En juillet dernier, l'un de mes contacts rencontra dans une grande enseigne de bricolage un ancien haut cadre d'EDF. Ce dernier n'en menait pas large : il était en train d'acheter un groupe électrogène en prévision de futures coupures d'électricité. Car cet homme de la technique savait, dès cet été, qu'en l'état actuel du parc nucléaire français, le réseau électrique serait soumis à de très fortes tensions durant l'hiver.

Et pourtant : à l'époque, en France, aucun responsable politique ou économique évoquait ouvertement un tel scénario. Les spécialistes et initiés s'y préparaient. Pas les hauts fonctionnaires ou les responsables politiques qui ne cessent de naviguer à vue et d'avancer la tête dans le guidon. En politique, le court terme prime, comme les polémiques lancées sur les chaînes d'info.

Blackout dans le Marais à Paris

Forcément, maintenant que les températures frôlent les degrés négatifs, la panique gagne le personnel politique. Cette semaine, ce fut même un grand festival de cacophonie. D'un côté, on trouva ainsi Olivier Véran, porte-parole du gouvernement pour faire dans la méthode Coué : « Nous ne sommes pas en train d'annoncer qu'il y aura des coupures d'électricité cet hiver ». Et le même jour, Olivia Grégoire, ministre déléguée des PME et du Commerce, admettait lors d'une interview télévisée : « il est possible qu'il y ait des coupures d'électricité qui concerneraient quelques millions de Français par jour ». Pour ne rien arranger, au même moment, trois arrondissements parisiens du centre (les 3ème, 4ème et 5ème) se sont retrouvés dans le noir complet durant près de vingt minutes suite à un incident technique. De quoi enflammer Twitter avec des journalistes parisiens pris de panique...

Le week-end dernier pourtant, c'est le président lui-même qui avait décidé d'intervenir sur le sujet après avoir laissé sa Première ministre gérer le dossier, pour fustiger ces « scénarios de la peur ». Emmanuel Macron tenait à fustiger alors le « scénario fictif » de coupures de courant, tout en essayant de rassurer : « Pas de panique, ça ne sert à rien ». Bien évidemment, dans un avion, quand on en est déjà à dire « pas de panique », c'est que la situation n'est pas idéale.

80 heures de coupures cet hiver

Heureusement pour le gouvernement, EDF a fini par annoncer en fin de semaine qu'il avait réussi à remettre en route jusqu'à 40 réacteurs, soit 14 de plus qu'il y a un mois. Et l'électricien national compte en remettre encore en marche d'ici le 1er janvier. Pourtant, en interne, « c'est la panique au niveau des soudeurs », me confiait un haut cadre il y a quelques jours. C'est que pour réparer les derniers réacteurs atteints par des corrosions sous contraintes, le challenge est loin d'être gagné, notamment sur les unités les plus puissantes (les fameux paliers N4 des centrales de Civaux et de Chooz). On le sait, des soudeurs nord-américains du groupe Westinghouse et de la filiale américaine de Framatome, sont venus aider les équipes d'EDF. Mais certains ont dû finalement repartir faute d'avoir les compétences requises. Après les grèves d'octobre, ces contretemps techniques pourraient susciter de nouveaux retards. Certes, depuis des années, EDF se retrouve dans des périodes de tension en hiver, mais cette année, le groupe public n'a aujourd'hui plus aucune marge de manœuvre, même si ses équipes réussissent à tenir les délais annoncés par le gouvernement. Dans la précipitation, EDF a donc rouvert la centrale à charbon de Saint-Avold (Moselle), fermée en mars.

Car, n'en déplaise au gouvernement, les réouvertures de centrales sont conditionnées à l'accord de l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN). Début octobre, s'est ainsi tenue une réunion entre l'ASN et EDF pour statuer sur le protocole de relance des réacteurs, comme me le confie un initié : « Alors qu'Agnès Pannier-Runacher avait multiplié les déclarations en septembre sur un calendrier précis de relance des réacteurs, les responsables de l'ASN ont clairement rappelé que ce n'était pas à la ministre de décider, et que la responsabilité incombait à l'exploitant et aux directeurs de centrales ».

Voilà peut-être pourquoi les scénarios de RTE (Réseau de transport d'électricité) sont plus pessimistes que ceux affichés par la direction d'EDF. Le gestionnaire table sur quatre ou cinq réacteurs en moins par rapport aux annonces faites par le groupe public. RTE prévoit également qu'il y aurait entre une à six coupures. Chez EDF, un rapport d'un cabinet indépendant évoque le chiffre de 80 heures de coupures, les fameux « délestages ».

Le « modèle français » est en totale faillite

Une chose est sûre : la France se retrouve cette année, pour la première fois depuis quarante deux ans, importatrice nette d'électricité car le niveau de production d'électricité nucléaire restera au plus bas malgré la relance des réacteurs. Une véritable débâcle technique, économique et politique. Trois ans après le début de la pandémie de Covid-19, cette défaillance du système électrique national démontre une fois de plus que le « modèle français » est aujourd'hui en totale faillite. Dans l'énergie comme dans le secteur de la santé, l'idée du tout marché (du tout comptable et du court terme) aura décidément été mortifère. Les députés ont ainsi été étonnés d'apprendre ces derniers jours que les opérateurs de téléphonie mobile n'avaient pas équipé leurs antennes-relais de systèmes de secours en cas de coupure pour faire des économies.

Auditionné le 29 novembre dernier par l'Assemblée Nationale, dans le cadre de la commission d'enquête parlementaire sur la souveraineté et l'indépendance énergétique de la France, le physicien Yves Bréchet, ancien haut commissaire à l'énergie atomique n'a pas mâché ses mots, en rappelant que « l'énergie est l'une des missions régaliennes de l'Etat », et en dénonçant l'inculture scientifique et technique crasse de la classe politique et de la haute fonction publique : « C'est dans les structures des cabinets et de la haute administration qui sont censés analyser les dossiers pour instruire la décision politique qu'il faut chercher les rouages de la machine infernale qui détruit mécaniquement notre souveraineté industrielle et énergétique ». Malheureusement, cette machine infernale nous amène à multiplier ces dernières années les étranges défaites...

Marc Endeweld

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 40
à écrit le 13/12/2022 à 11:07
Signaler
L'état a raison de paniquer. De nombreuses entreprises refusent de signer les nouveaux contrats dérégulés de l'énergie. Et la majorité des foyers font aussi la même chose. Comment signer un contrat dont les prix sont aléatoires, et avec des sociétés ...

à écrit le 12/12/2022 à 8:11
Signaler
c'est assez étonnant que les démocrates ( de nom) aient une vision de la démocratie à géométrie variable. Un parti d'extrême droite , quand il touche de l'argent c'est pas bien mais les autres partis ? La notion de cordon sanitaire , ça veut dire quo...

à écrit le 12/12/2022 à 8:06
Signaler
Lula, oh Lula, oh Lula oh Lula. Vous avez bien raison d'évoquer ce morceau du groupe de rock anglais The Kinks. Mais quel rapport avec la déforestation ?! les paroles évoquaient la galère d'un jeune travesti...

à écrit le 12/12/2022 à 4:35
Signaler
Le Président Macron a enfin compris qu'il faut augmenter au lieu de réduire notre production d'électricité nucléaire ! De grand exportateur, notre Pays est devenu grand importateur d'électricité, produite par les centrales à charbon allemandes. Que...

le 13/12/2022 à 0:19
Signaler
C eT pas m’a ton qu en est responsable mais les décideurs politiques d il y a 15-20 ans qui ont voulus faire des économies de bout de chandelles quand ils n ont pas piqués le fric prévu à la maintenance décennale d’ edf .. étonnant qu aucun journalis...

le 13/12/2022 à 0:20
Signaler
C eSt pas forcément Macron qui est responsable de cette situation mais les décideurs politiques d il y a 15-20 ans qui ont voulus faire des économies de bout de chandelles quand ils n ont pas piqués le fric prévu à la maintenance décennale d’ edf .. ...

à écrit le 11/12/2022 à 16:10
Signaler
Les gugusses ont mis en place une "stratégie du choc" lors de la pandémie, utilisant tous les stratagèmes de l'économie comportementale, y compris le nudge, et maintenant ils s'étonnent? Un peu de sérieux!

à écrit le 11/12/2022 à 11:13
Signaler
quand Macron et sa clique d'incapacable vont t-ils demissionner ,on produit le MWH a 50 euros et on en achete a 600 euros le MWH ,y aurait il pas on combine quelconque pour faire rentrer de taxes dans les caisses de l'etat !

à écrit le 11/12/2022 à 10:38
Signaler
Ou avez vous vu un vent de panique , je suis étonné de cette presque fake news venant de la tribune , du french bashing j'espère que non !

à écrit le 11/12/2022 à 10:00
Signaler
C'est vrai ! La France est une très grande puissance, tellement qu'elle pourrait le devenir encore plus ! Pour cela il faudrait appuyer sur l'accélérateur au lieu d'avoir le pied sur le frein. Et revenir à une boite de vitesse manuelle au lieu de l'a...

à écrit le 10/12/2022 à 12:58
Signaler
Allez demander aux Ukrainiens ce qu'est un vrai blackout...Ici ce ne seront que des petits délestages avec risque de brèves coupures d'électricité. Rien de méchant, sauf " amplification sur twitter et autres médias " qui sont eux-mêmes très énérgivor...

le 10/12/2022 à 18:23
Signaler
Cela me rappelle le temps où on était prêt pour l'épidémie de COVID. Et puis, après, il n'y avait pas d'épidémie en FRANCE, seulement en Italie, et il fallait continuer à vivre normalement. Et puis, encore après, c'était la faute des français qui n'a...

le 10/12/2022 à 23:15
Signaler
Pas la peine de prendre le gens de haut et de faire des comparaisons d'enfant. Ce qui se passe en Ukraine est une tragédie mais ça reste en Ukraine. Les donneurs de leçon qui ne font rien, la France en est pleine, passez donc à l'action : engagez vou...

le 11/12/2022 à 8:51
Signaler
et toujours un jour oui demain non hier pas de politique dansle sport et ce matin pas de russe au jo de paris mais il se prend pour qui cet illusioniste

à écrit le 10/12/2022 à 12:19
Signaler
Lula, oh Lula, oh Lula oh Lula. Vous avez bien raison d'évoquer ce morceau du groupe de rock anglais The Kinks. Mais quel rapport avec la déforestation ?! les paroles évoquaient la galère d'un jeune travesti...

le 10/12/2022 à 12:40
Signaler
n ne peut pas diriger un pays en changeant d'idee plusieurs fois par jour le en meme temps fait rire un moment mais deja de six ans que cela dure et c'est sur tous les sujets sans oublier que le faire peur de la macronie est aussi termine et pu...

à écrit le 10/12/2022 à 12:10
Signaler
Les médias de masse sont ce qu'ils sont. Ils pourraient effectivement être différents mais alors ce ne serait pas pareils. Quant à l'énergie qui pourrait être économisée, cela n'est pas évident car nombreux ont des capteurs solaires dans leur rédacti...

à écrit le 10/12/2022 à 12:05
Signaler
Madame comme vous j'ai étais cadre dans la fonction publique. J'arrivais au bureau à 09h30', m'arrêtais 2 heures le midi le temps déjeuner paisiblement au restaurant. Mon après-midi s'arrêtait à 17h. En plus de mes 7 semaines de congés payés cadre, m...

le 10/12/2022 à 22:19
Signaler
eh bien moi, je suis toujours cadre dans la fonction publique, je suis prof en lycée dans une matière lourde (si, si, un prof est un cadre !). Cours, corrections, préparations, réunions, entretiens... je fais un peu plus de 60 heures par semaine. De ...

le 12/12/2022 à 11:38
Signaler
Et bien profite bien parce que ton train de vie va bientot en prendre un serieux coup dans l'aile avec la recession puis la stag qui s'annonce. Ta retraite a 3700 boules qui ne sera pas compensee puisque l'euro degringole, plus de 30% sur deux ans, s...

à écrit le 10/12/2022 à 12:03
Signaler
c'est assez étonnant que les démocrates ( de nom) aient une vision de la démocratie à géométrie variable. Un parti d'extrême droite , quand il touche de l'argent c'est pas bien mais les autres partis ? La notion de cordon sanitaire , ça veut dire quo...

à écrit le 10/12/2022 à 11:36
Signaler
"Une véritable débâcle technique, économique et politique" "Dans l'énergie comme dans le secteur de la santé, l'idée du tout marché.... patati " petit couplet purement idéologique et déplacé dans un journal sérieux. Emphase journalistique ( la Tribun...

à écrit le 10/12/2022 à 10:42
Signaler
Il me fait p6nser à quelqu'un. J'hésite enc0re entre Cr0quignol, Fil0chard, Rib0uldingue ou H0llande.

à écrit le 10/12/2022 à 10:04
Signaler
Madame, pourquoi ne penser qu'à l'allaitement au sein ?! Dans certains pays (Asie) les parents donnent du lait de soja ou d'amandes à leur bébé. Et ils n'en sortent pas moins bien. Mieux peut-être qu'en on constate le nombre de jeunes délinquants che...

le 10/12/2022 à 12:57
Signaler
Quel rapport avec l'état du parc nucléaire ????

à écrit le 10/12/2022 à 10:04
Signaler
Madame, pourquoi ne penser qu'à l'allaitement au sein ?! Dans certains pays (Asie) les parents donnent du lait de soja ou d'amandes à leur bébé. Et ils n'en sortent pas moins bien. Mieux peut-être qu'en on constate le nombre de jeunes délinquants che...

à écrit le 10/12/2022 à 10:03
Signaler
Madame comme vous j'ai étais cadre dans la fonction publique. J'arrivais au bureau à 09h30', m'arrêtais 2 heures le midi le temps déjeuner paisiblement au restaurant. Mon après-midi s'arrêtait à 17h. En plus de mes 7 semaines de congés payés cadre, m...

à écrit le 10/12/2022 à 10:02
Signaler
Madame comme vous j'ai étais cadre dans la fonction publique. J'arrivais au bureau à 09h30', m'arrêtais 2 heures le midi le temps déjeuner paisiblement au restaurant. Mon après-midi s'arrêtait à 17h. En plus de mes 7 semaines de congés payés cadre, m...

à écrit le 10/12/2022 à 10:02
Signaler
Madame comme vous j'ai étais cadre dans la fonction publique. J'arrivais au bureau à 09h30', m'arrêtais 2 heures le midi le temps déjeuner paisiblement au restaurant. Mon après-midi s'arrêtait à 17h. En plus de mes 7 semaines de congés payés cadre, m...

à écrit le 10/12/2022 à 10:02
Signaler
Madame comme vous j'ai étais cadre dans la fonction publique. J'arrivais au bureau à 09h30', m'arrêtais 2 heures le midi le temps déjeuner paisiblement au restaurant. Mon après-midi s'arrêtait à 17h. En plus de mes 7 semaines de congés payés cadre, m...

à écrit le 10/12/2022 à 10:01
Signaler
Madame comme vous j'ai étais cadre dans la fonction publique. J'arrivais au bureau à 09h30', m'arrêtais 2 heures le midi le temps déjeuner paisiblement au restaurant. Mon après-midi s'arrêtait à 17h. En plus de mes 7 semaines de congés payés cadre, m...

à écrit le 10/12/2022 à 10:01
Signaler
Madame comme vous j'ai étais cadre dans la fonction publique. J'arrivais au bureau à 09h30', m'arrêtais 2 heures le midi le temps déjeuner paisiblement au restaurant. Mon après-midi s'arrêtait à 17h. En plus de mes 7 semaines de congés payés cadre, m...

à écrit le 10/12/2022 à 9:55
Signaler
Macron et ces ministres lance cette grande campagne de la peur dans l'espoir que la réforme des retraites puisse passer sans que les citoyens s'en préoccupe... Malheureusement pour eux après 6 ans de cette méthode avec la gestion des grèves des gilet...

le 10/12/2022 à 11:10
Signaler
Toutes choses égales par ailleurs, il est heureux que le COVID ne soit pas comparable à la peste quant à la mortalité qu'il induit. Il faut rappeler que la peste a tué jusqu'à la moitié de la population dans certaines contrées. A moins qu'on veuille ...

à écrit le 10/12/2022 à 9:37
Signaler
Et un ministre de la santé qui pendant ce temps nous demande d'ouvrir les fenêtres pour chasser un énième variant.Ah,ah

à écrit le 10/12/2022 à 9:29
Signaler
Pourquoi crier avant d'avoir mal? Au pire quelques paires d'heures de coupure auront l'effet salutaire de vraiment faire prendre conscience à un peuple râleur que l'énergie est précieuse, rare, chère qu'il faut l'economiser.

à écrit le 10/12/2022 à 9:29
Signaler
"Comment rassurer les Français devenus adepte de Ecowatt. " Ah bon ,vous avez des chiffres ?

à écrit le 10/12/2022 à 9:09
Signaler
Ah c'est bien joué d'éteindre le marais, tout ces gens bourrés de fric ne peuvent qu'avoir une peur bleue d'une coupure d'électricité et comme ils ont de bons gros réseaux leur pathologique peur, "tout est bruit pour celui qui a peur" disant Sophocle...

le 10/12/2022 à 17:33
Signaler
Réponse à Henry , vous auriez du faire une école d'ingénieur , vous auriez une autre vision des choses (de l'énergie je m'entends) .

le 10/12/2022 à 19:36
Signaler
@Citoyen blasé. Je vis dans le marais et même si je me classe parmi les 1000 français les plus riches je ne manque pas d'aider mes compatriotes. Ainsi cette année j'ai acheté des pâtes, du riz, des patates ensuite distribués à des pauvres parisiens. ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.