Électricité : la consommation des clients d'EDF chute de 10%

Les clients d'EDF, particuliers, entreprises ou tertiaires, ont consommé en novembre 10% d'électricité de moins par rapport à novembre 2021. Un chiffre qui confirme la tendance relevée par le gestionnaire du réseau électrique pour qui la baisse de la consommation nationale « s'amplifie ». Pour faire encore plus d'économies, RTE préconise le déploiement de systèmes de pilotage et de programmation, pour le chauffage et l'éclairage notamment. Cette baisse de consommation intervient alors que 18 des 56 réacteurs nucléaires français sont à l'arrêt pour maintenance ou réparations. Avant un refroidissement des températures dans les prochains jours, des tensions sur le réseau électrique sont à craindre.
EDF attribue cette baisse de la consommation d'abord aux efforts consentis par les usagers.
EDF attribue cette baisse de la consommation d'abord aux efforts consentis par les usagers. (Crédits : Reuters)

10% d'électricité en moins en un an : la consommation des clients d'EDF a fortement chuté en novembre comparé au même mois en 2021. Une baisse supérieure à celle enregistrée par RTE pour l'ensemble de son réseau (-8,3% la semaine dernière).

C'est ce qu'a rapporté l'énergéticien, dont la clientèle comprend environ 70% des ménages français et 55 à 60% des entreprises, ce jeudi 8 décembre. Pile dans les objectifs du plan de sobriété du gouvernement, présenté le 6 octobre dernier, qui prévoit une réduction de la consommation d'énergie de 10% sur les deux prochaines années en France par rapport à 2019, et de 40% d'ici à 2050.

EDF attribue d'abord ces résultats aux efforts consentis par les usagers, à qui il indique avoir envoyé quelque 50 millions de courriers. Pour obtenir une comparaison valide, l'électricien a corrigé ses résultats des écarts de températures observés entre novembre 2021 et 2022, indique un porte-parole.

Son application "EDF et moi", qui permet aux clients de suivre leur consommation, a fait l'objet de 140 millions de connexions de janvier à fin octobre, deux fois plus que sur la même période l'an dernier.

Depuis deux mois, 60.000 clients ont aussi rejoint son option "Tempo", soit environ 7.000 par semaine. Contre une moyenne de 100 nouveaux clients Tempo par semaine au 1er semestre 2022. Avec cet abonnement, ces clients sont incités par des tarifs à ne pas consommer en période "rouge" (limitée à 22 jours par an), les moments de forte tension sur le réseau électrique. Un geste d'autant plus important cet hiver puisqu'un nombre élevé de réacteurs nucléaires - 18 sur 56 - est actuellement à l'arrêt pour maintenance ou réparations.

Lire aussiElectricité : menace de coupures en janvier, le redémarrage des réacteurs nucléaires d'EDF est plus lent que prévu (RTE)

La France sur la bonne voie

Les chiffres d'EDF confirment en tout cas la tendance relevée par le gestionnaire du réseau électrique, qui voit la baisse de la consommation nationale « s'amplifier ». RTE a enregistré la semaine dernière un recul de 8,3% par rapport à la moyenne des années précédentes sur cette même période (2014-2019), corrigée des différences de température par rapport à la normale. Ce après une diminution de 6,7% la semaine précédente.

« Sur les quatre dernières semaines, la consommation d'électricité en France à température normale affiche une diminution structurelle (6,6%) par rapport au minimum des années précédentes (2014-2019) sur la même période », a indiqué le gestionnaire du réseau de haute et très haute tension français dans son actualisation arrêtée à dimanche et publiée mardi.

D'abord identifiée dans le secteur industriel, dès l'automne, en raison de la hausse des prix de l'énergie, « la baisse de la consommation apparaît désormais concerner tous les secteurs », et ce alors que sur la semaine passée, les températures sont descendues « significativement en-dessous des normales de saison », augmentant les besoins en chauffage.

« Les chiffres les plus récents - collectés durant la période de froid des derniers jours - montrent que la baisse de consommation concerne également le secteur résidentiel (majoritaire en volume) et tertiaire », soit un recul de 7% par rapport à 2021, selon RTE. Avant cette actualisation, RTE estimait en fin de semaine dernière que la baisse de consommation n'était pas encore visible dans les "bâtiments tertiaires" comme les bureaux et sièges sociaux d'entreprises et les commerces de distribution. Pour le gestionnaire, ces chiffres confirment « l'effet réel des actions de sobriété engagées par les particuliers et les entreprises ».

Lire aussiÉlectricité : la consommation française chute encore (-8,3%)

Le numérique à la rescousse

Pour RTE, un déploiement des systèmes intelligents - comme des prises, thermostats ou chauffages connectés - permettent de faire des économies considérables. « Les solutions existent », a souligné le président du directoire, Xavier Piechaczyk, estimant que l' « enjeu collectif » était désormais « le déploiement massif et rapide » de ces technologies.

Seuls 6% des bâtiments tertiaires (bureaux ou commerces) de plus de 1.000 m2 en France sont dotés d'outils de pilotage fonctionnels et récents pour la ventilation, le chauffage ou l'éclairage. Du côté des logements privés, 12% utilisaient des solutions de pilotage ou de programmation en 2018. Un jour d'hiver, ces bâtiments représentent pourtant « plus de 70% » de la consommation électrique française, selon RTE, relevant qu'ils pourraient représenter un levier crucial en cas de tensions sur le réseau et d'alerte Ecowatt.

Chiffres à l'appui : pour les bâtiments tertiaires, la consommation d'énergie passe de 300 kilowattheures par mètre carré et par an à 180 kWh/m² avec la simple installation d'outils de pilotage centralisés, a expliqué Laurent Bataille, président du Gimelec et du groupe Schneider Electric France.

RTE espère désormais que de plus en plus de bâtiments verront leur consommation automatisée en fonction des alertes Ecowatt grâce à des installations de domotique, qui réduisent la température ou décalent les horaires de chauffage.

Lire aussiÉlectricité : comment la Belgique va aider la France à éviter les coupures cet hiver

Nucléaire : avant un week-end froid, 37% du parc français encore à l'arrêt

Dix-huit des 56 réacteurs nucléaires français étaient à l'arrêt pour maintenance ou réparations jeudi soir, selon les données d'EDF analysées par l'AFP, avant un refroidissement des températures dans les prochains jours qui fait craindre des tensions sur le réseau électrique. Les 38 réacteurs en fonctionnement jeudi fournissent 62,6% de la capacité nucléaire française installée, soit 38,4 gigawatts (GW) sur 61,4 GW; 37,4% de la puissance était donc indisponible. Il y a un mois, EDF prévoyait d'être plus en avance sur le redémarrage de ses réacteurs avec 72,9% de puissance disponible. Mais comme ce fut le cas avec d'autres réacteurs cet automne, la relance de plusieurs unités a été reportée, parfois de quelques jours. Le réacteur numéro 3 de la centrale de Dampierre doit redémarrer vendredi matin, au lieu de lundi. Un autre réacteur, Bugey 3, doit redémarrer samedi matin, ce qui fera descendre à 16 le nombre de réacteurs indisponibles et monter à 40 les réacteurs en fonctionnement lors de la journée cruciale de lundi. Ce lundi est le premier jour de l'automne/hiver pour lequel le gestionnaire des lignes à haute et très haute tension, RTE, pourrait lancer une alerte « Ecowatt » de couleur orange, le premier niveau qui signifie que l'approvisionnement sera « tendu ».

Ce signal sert à appeler les Français, entreprises comme ménages, à multiplier les écogestes pour réduire leur consommation d'électricité, afin d'éviter des délestages ou coupures ciblées. Principalement en réduisant leur chauffage ou en reportant leur consommation (lave-linge, etc.) en dehors des pics de demande du matin (8H00-13H00) et du soir vers 19H00. Cette décision de lancer un signal Ecowatt orange serait prise trois jours avant, soit vendredi, car elle dépend du froid et de la force du vent attendu qui permet d'anticiper précisément la puissance que fourniront les éoliennes.

Un signal d'alerte orange avait ainsi déjà été déclenché le 4 avril, au cours d'une journée très froide.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 20/12/2022 à 18:38
Signaler
Cela fait 5 ans que j'ai installé un thermostat et des vannes programmables, mon planning de chauffage est réduit au minimum, j'ai une chaudière à condensation. Je n'ai pas attendu l'hiver 2022 pour mettre cela en place, car les tarifs d'électricité ...

à écrit le 10/12/2022 à 9:46
Signaler
10% pile poil ! Oui monsieur ! ^^

à écrit le 09/12/2022 à 14:47
Signaler
On teste nos groupes électrogènes, c'est ça la baisse de consommation. :-) Chauffer un degré ou deux en moins en électrique ça doit se voir, côté production ? Et la saison n'est froide que depuis peu. En gaz ma nouvelle chaudière semble consommer 30...

à écrit le 09/12/2022 à 10:22
Signaler
Attention aussi car cette consommation d'électricité représente l'image du PIB actuel de notre petit pays..

à écrit le 09/12/2022 à 9:58
Signaler
Cette baisse de 10% de la consommation d'électricité démontre simplement qu'il y a un an les mêmes consommateurs gaspillaient 11% de ce qu'ils consommaient CQFD.

à écrit le 09/12/2022 à 9:06
Signaler
"la consommation des clients d'EDF chute de 10%" Et chez les clients des 48 fournisseurs d’énergie alternative ?

à écrit le 09/12/2022 à 8:55
Signaler
La seule chose qui a fait baisser la consommation d'électricité, c'est sa cherté

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.