Bond de 40% des faillites en France en 2022 : la sombre prévision d'Euler Hermes

Si le raz-de-marée de faillites n'a pas eu lieu en raison notamment d'un large soutien public et de la suspension des tribunaux de commerce, les difficultés pour les entreprises pourraient se multiplier en France et dans le monde. Selon une récente étude d'Euler Hermes, les défaillances pourraient bondir de 40% en France et 15% sur la planète en 2022. Explications.
Grégoire Normand

4 mn

Le spécialiste de l'assurance-crédit anticipe une envolée des défaillances l'année prochaine de l'ordre de 40%.
Le spécialiste de l'assurance-crédit anticipe une envolée des défaillances l'année prochaine de l'ordre de 40%. (Crédits : Reuters)

C'est le grand paradoxe de cette crise sanitaire. Alors que l'onde de choc de la pandémie a fait disjoncter l'économie mondiale en 2020, le niveau des défaillances d'entreprises est resté au plus bas pendant une longue période. Pour autant, la situation financière des entreprises risque de se dégrader dans les mois à venir. Après avoir mis en place un large soutien public au pire de la crise sanitaire, la plupart des Etats développés ont décidé de retirer progressivement leurs mesures de soutien à l'économie. Selon la dernière livraison d'Euler Hermes dévoilée ce mercredi 6 octobre, les faillites devraient rebondir en 2022 à l'échelle du globe. Les économistes tablent ainsi sur une hausse de 15% l'année prochaine contre une baisse de -6% en 2021 et -12% en 2022. Le niveau des faillites anticipé resterait toutefois inférieur (-4%) à celui d'avant-crise. Même s'il est encore un peu tôt pour évaluer l'ampleur des dégâts de cette pandémie sur le tissu productif mondial, l'évolution des faillites va surtout dépendre de la reprise économique et de la trajectoire des politiques budgétaires et monétaires. Sur le front de l'emploi, ces faillites pourraient plonger un grand nombre de travailleurs au chômage.

Lire aussi Avec la fin du "quoi qu'il en coûte", le spectre d'une vague de faillites ressurgit

Vers une envolée des faillites en France : +40%

Du côté de la France, l'horizon s'assombrit. Le spécialiste de l'assurance-crédit anticipe une envolée des défaillances l'année prochaine de l'ordre de 40%.

"Ce rebond est annonciateur d'une tendance : une reprise lente, mais progressive et durable, de la recrudescence des défaillances d'entreprises en France, synonyme de résurgence du risque d'impayés", explique l'économiste Ana Boata.

Depuis quelques mois, certains indicateurs avancés comme les indices PMI de l'institut Markit témoignent de certaines difficultés et d'un pic de reprise déjà passé. A cela s'ajoutent, le retrait progressif des aides et la fin du "quoi qu'il en coûte".

Résultat, si l'ensemble des spécialistes interrogés par La Tribune récemment ne s'attendent pas à une catastrophe, la plupart anticipent une hausse.

"La situation de trésorerie s'est nettement améliorée dans quasiment tous les secteurs par rapport à la situation d'avant-crise. Les PGE ont permis d'assurer cette amélioration. L'une des causes des défaillances est que les entreprises ne peuvent pas payer leur dette fournisseur, les salaires. Ce n'est pas le cas aujourd'hui [...] Le scénario d'un mur de faillites où tout le monde fait défaut, je n'y crois pas. Les entreprises ont beaucoup de trésorerie. Elles peuvent payer leur fournisseur. En revanche, on risque d'assister à un retour à normale des faillites entreprises", a déclaré récemment l'économiste et président du conseil d'analyse économique (CAE), Philippe Martin, lors d'un point presse.

En Europe, des divergences Nord-Sud

Derrière la hausse mondiale, des disparités importantes existent entre les pays. En Europe, les grandes puissances de la zone euro devraient connaître des trajectoires contrastées. Compte tenu du poids de certains secteurs comme le tourisme international dans leur modèle, l'Espagne (12%) et l'Italie (14%) devraient enregistrer de fortes hausses de faillites. Le prolongement de la crise sanitaire et la mise en œuvre des mesures sanitaires limitant le transport de voyageurs ont plombé le secteur du tourisme étranger dans l'Europe du Sud.

A l'opposé, l'Allemagne (9%), la Belgique (10%) ou le Luxembourg (7%) "mettront plus de temps à retrouver des niveaux de défaillances similaires à ceux de 2019 du fait de fortes mesures publiques de soutien et/ou de l'extension de ces dernières". Sur ce point, le risque de divergence au sein de l'Union européenne pourrait menacer la reprise économique.

Aux Etats-Unis, des défaillances encore faibles en 2022

Outre Atlantique, les économistes font le pari d'un niveau de défaillances encore bas en 2021 (-22%) et 2022 (5%). La politique budgétaire expansive de l'administration Biden devrait permettre de poursuivre le rebond économique entamé il y a plusieurs mois même si une partie des gigantesques plan d'investissement est pour l'instant freinée par le Congrès et notamment l'aile droite du parti démocrate.

Une montée des faillites en Asie et chez certains émergents

En Asie, épicentre de la crise sanitaire mondiale, les indicateurs sont moins optimistes pour 2022. Après une forte reprise, la plupart des pays de la région risque de connaître un bond des faillites d'entreprises de l'ordre de 18% en moyenne l'année dernière. Compte tenu d'un soutien étatique plus faible, la hausse des faillites a déjà démarré dans un certain nombre de pays. En Inde par exemple, les économistes s'attendent à une déferlante de faillites l'an prochain (+69%). Compte tenu du poids économique et démographique de l'Inde dans la région, cette hécatombe pourrait faire des dégâts à moyen terme. En revanche, les conjoncturistes estiment que les défaillances dans le secteur industriel et la logistique en Asie resteront en 2021 inférieures à 2019.

Grégoire Normand

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 08/10/2021 à 7:22
Signaler
bonjour une fois qu ils ont pris les aides ils sont en faillittes qui va payer la connerie de notre gouvernement et ca continue

à écrit le 07/10/2021 à 9:05
Signaler
un constat en mars 2022

à écrit le 07/10/2021 à 0:49
Signaler
Mais on s"en moque !!! le taux de chômage passerait de 8% à 7,6% à l'automne, soit deux points de moins qu'à la période d'avant crise. L'économie française devrait créer 500.000 emplois en net au cours de l'année 2021 contre 300.000 destructions ! To...

à écrit le 06/10/2021 à 17:08
Signaler
Un niveau de faillites aussi bas comme en 2021 est artificiel. Une augmentation de 40% en 2022 ne serait que salutaire. L'économie de marché stationnaire heureusement n'existe pas et le succés d'une nouvelle entreprise n'est souvent que la conséquen...

à écrit le 06/10/2021 à 14:24
Signaler
UN il fallait avoir le courage politique de mettre le vaccin obligatoire DEUX il y a eu un beau gaspillage de subventions pour des entreprises non viables on ne fait que revenir dans la normale !!!!! ne faisont pas un nouvel arrosage pour acheter...

à écrit le 06/10/2021 à 10:05
Signaler
Masques et passes sanitaires seront toujours un frein à une véritable reprise les gens sont encore en mode crise tant que ces trucs seront obligatoires, c'était pas compliqué à comprendre pourtant.

le 06/10/2021 à 13:14
Signaler
Pour ma part je ne vais pas dans les endroits qui n'exigent pas le masque et le pass sanitaire.

le 06/10/2021 à 18:13
Signaler
@marc469 Normal, quand on est atteint par l'âge de comorbidité ou obésité ,on fait attention, tu as raison.

le 07/10/2021 à 3:27
Signaler
@lachose. C'est pas tres gentil de se moquer des anciens. Ca vous arrivera un de ces quatre.

le 07/10/2021 à 9:15
Signaler
@matins calmes "C'est pas tres gentil de se moquer des anciens." Certains anciens, pour le reste je suis au courant, merci

le 07/10/2021 à 12:32
Signaler
"Ça vous arrivera un de ces quatre. " J'ai plusieurs amis à qui cela n'arrivera jamais, dans la vie rien n'est tracé d'avance.

le 07/10/2021 à 14:00
Signaler
"Ca vous arrivera un de ces quatre." Non cela n'arrivera pas à plusieurs de mes amis, c'est déjà bien de vieilli, déjà un petit privilège, rien n'est tracé. @ Modération heu les gars vous pouvez m'expliquer pourquoi vous censurez cela ? La mort avant...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.