A l'ONU, 500 millions de dollars pour les forêts, en l'absence du Brésil

 |   |  390  mots
(Crédits : Reuters)
La réunion sur l'Amazonie organisée lundi à l'ONU a permis de débloquer 500 millions de dollars supplémentaires pour l'Amazonie et les autres forêts tropicales, en l'absence du Brésil, "l'éléphant dans la pièce" selon les mots d'Emmanuel Macron.

La Banque mondiale et la Banque interaméricaine de développement ou encore l'ONG Conservation International ont annoncé des programmes d'aide, avec le soutien financier de bailleurs comme l'Allemagne (250 millions de dollars promis) et la France (100 millions). L'Union européenne mettra à disposition jusqu'à 190 millions dans le cadre de ses programmes de coopération et de développement, tandis que Conservation International apportera 20 millions de dollars.

L'objectif est de financer des projets pour la préservation de la biodiversité, le développement d'une chaîne de valeur durable, la gestion durable des sols, la promotion des savoirs traditionnels et la coopération transfrontalière. Cette réunion s'est tenue en présence de plusieurs chefs d'Etat, dont le Français Emmanuel Macron, qui en avait lancé l'idée lors du sommet du G7 de Biarritz, fin août en France, avec le président du Chili Sebastian Pinera. A la tribune sont aussi intervenus le présidents colombien Ivan Duque et bolivien Evo Morales.

Mais sans représentant du Brésil, qui a boycotté la réunion alors que le pays abrite les deux tiers de la forêt amazonienne.

"Dispersion", "lenteur", "inefficacité"

A la tribune, Emmanuel Macron a ironisé à propos de cette absence, tout en tendant la main à Brasilia, alors que le président Jair Bolsonaro l'a vivement accusé d'ingérence.

"Quels sont nos risques ? Le premier, l'éléphant dans la pièce, ou plutôt celui qui n'y est pas, le Brésil! Tout le monde se dit, comment allez-vous faire sans le Brésil? Le Brésil est le bienvenu", a lancé le président français.

"Tout le monde a envie de travailler avec le Brésil, cela viendra, il faut une démarche inclusive respectueuse de chacun et j'ai bon espoir que les prochains mois permettront d'avoir les solutions politiques qui permettent d'avancer", a-t-il ajouté.

"Autres risques", selon lui: "qu'on se dise des chiffres, des paroles mais sans résultat, le risque c'est la dispersion, c'est la lenteur, c'est l'inefficacité" et que l'on s'aperçoive après six mois ou un an que les fonds ne sont pas allés vers les populations.

Des équipes chargées du suivi seront donc désignées pour qu'au moment de la réunion COP25 au Chili en décembre soit défini le calendrier des premiers projets.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/09/2019 à 16:00 :
Notre égoïsme affaiblit notre capacité à réfléchir. Nous voulons nous refermer sur nous mêmes en ne voulant consommer que local . Nombreux sont nos compatriotes qui jugent l'émigration trop importante dans notre pays. Tous ceux qui viennent chez nous ne proviennent pas de pays en guerre mais de pays où l'on a faim. En achetant leurs produits nous leur permettons de continuer à vivre chez eux Nos écolos qui écoutent cette chère enfant suédoise, ne font que suivre MLP. Plus de produits importés, plus d'avion, mais comment continueront ils à vivre? Ils oublient que si l'on n'importe plus de ces produits, il n'y aura plus de café, de thé, de chocolat, de bananes, d'ananas et j'en passe. Si l'on ne se déplace plus en avion, ni en automobiles ce sera des millions d'emplois détruits. Quant à sauver la planète, celle ci s'en fout. Les dinosaures ont disparu et elle a continué à tourner. Si l'on veut aller jusqu'au bout des choses, une seule action est nécessaire: ne plus faire d'enfants et dans un siècle, la terre sera vidée de ces humains pollueurs.
a écrit le 24/09/2019 à 15:05 :
Si le Brésil de Bolsonaro coupe la forêt Amazonienne, c'est pour planter du colza qui servira a faire des bio-carburants selon les exigences des...écologistes !
Réponse de le 26/09/2019 à 23:18 :
Même pas !!! Plutôt du soja ou du maïs OGM pour nourrir son troupeau de viande rouge ( le + gd de la planète ) bourrée d'hormone de croissance et d'antibiotiques pour inonder notre marché européen de leur malbouffe et ruiner nos agriculteurs...et au final nous affamer en cas de crise internationale majeure !!!
a écrit le 24/09/2019 à 10:04 :
Correction ...trouve des...
a écrit le 24/09/2019 à 6:38 :
Greta

Est ce que tu le dis toi, qu'il y a beaucoup trop d'êtres humains sur la planète ?
a écrit le 24/09/2019 à 5:56 :
C'est tout simplement grotesque.
a écrit le 24/09/2019 à 2:52 :
Le secteur primaire (agriculture, mine, sylviculture, etc...) brésilien c'est combien?
Rien que leurs exportations d'agriculture c'est dans les 100 Milliards $US (par an évidemment) et 10% de l'emploi.
Supermacron qui viens chez toi en t'offrant 0.5% de ton salaire pour que tu arrêtes de bosser.
a écrit le 23/09/2019 à 23:22 :
A tout problème son financement ; c'est une aberration. Il est urgent de changer de paradigme et de gouvernants totalement dépassés par les réalités physiques et sociétales. On ne change pas le climat à coup de milliards (et d'impôts). 500 millions pour la forêt brésilienne sans les Brésilien. Heureusement que le ridicule ne tue pas car il y aurait beaucoup de morts parmi nos hauts irresponsables politiques.
a écrit le 23/09/2019 à 21:23 :
Greta mademoiselle impôts elles a pris l avions elle pollue avec Macron ils nia pas d’école
a écrit le 23/09/2019 à 18:55 :
"l'éléphant dans la pièce"

Et un commentaire inutile voir nuisible à terme de plus, je viens aussi de lire une de vos dépêches afp dans laquelle notre président demande aux jeunes manifestants européens d'aller manifester en... Pologne !

Personne ne peut lui prodiguer des cours de diplomatie svp ? Même rapides !

Je crois qu'il ne s’éparpille pas en fait, que c'est son caractère, je m'occupe de tout un peu, en surface, à savoir inutilement et peut-être même dangereusement.

Encore félicitations aux français pour leur choix !
a écrit le 23/09/2019 à 18:49 :
Ce n'est pas avec de l'argent qu'on sauvera les forêts. L'ONU est à côté de la plaque, comme d'habitude. Ça fait des mois et des années que je suis les actualités de l'ONU, et ils sont toujours à côté de leurs pompes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :