Accueil des réfugiés : la Turquie a dépensé plus de 6 milliards d'euros

 |   |  349  mots
Outre l'aide à la Turquie, les Européens devront décider la création des hotspots, des centres d'accueil devant permettre l'enregistrement des demandeurs d'asile et le raccompagnement vers leur pays de départ, dans le respect, de ceux qui n'y ont pas droit.
Outre l'aide à la Turquie, les Européens devront décider la création des "hotspots", des centres d'accueil devant permettre l'enregistrement des demandeurs d'asile et le raccompagnement vers leur pays de départ, "dans le respect", de ceux qui n'y ont pas droit. (Crédits : Reuters Stringer)
Jeudi, le président français a exhorté les Européens à "travailler avec la Turquie" afin que les réfugiés puissent rester dans le pays et y travailler. Ankara assure ce vendredi avoir déjà dépensé plus de 6 milliards d'euros pour la prise en charge des réfugiés syriens.

Les déclarations d'Ankara de ce vendredi ressemblent très fortement à une réponse à l'Union Européenne. Jeudi soir, depuis Modène (Italie) le président français François Hollande a demandé à ce que le sommet sur la crise migratoire qui se tiendra le 23 septembre se penche -en priorité- sur les solutions pour aider la Turquie.

Après une brève rencontre avec le chef du gouvernement italien Matteo Renzi, Hollande a appelé les Européens à "travailler avec la Turquie" afin de "faire en sorte que ceux  (les réfugiés) qui sont en Turquie puissent y rester, puissent y travailler et puissent avoir tous les moyens pour pouvoir attendre que la situation en Syrie trouve une issue".

De son côté, le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus, a dévoilé ce vendredi un nouveau bilan. La Turquie assure avoir dépensé 6,6 milliards d'euros pour la prise en charge des 2,2 millions de Syriens hébergés sur son territoire.

Le pays qui partage 900 km de frontière avec la Syrie en guerre depuis le début de la guerre civile en mars 2011, constitue l'axe de passage numéro un des réfugiés dont une partie cherchent à rejoindre l'Union Européenne. Dans ce contexte de crise migratoire, la Turquie abrite désormais la plus grande population de réfugiés au monde.

 Des arrivées difficilement chiffrables

Selon l'agence Frontex de contrôle des frontières de l'UE, plus de 500.000 migrants ont été détectés depuis le début de l'année, même si un grand nombre d'entre eux ont été comptabilisés deux fois, à leur arrivée en Grèce depuis la Turquie puis à leur entrée en Hongrie, via la Serbie. D'après l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), près de 310.000 migrants sont arrivés en Grèce depuis le début de l'année à partir des côtes turques.

"Notre garde-côtes a secouru 53.228 personnes, tandis que 274 personnes sont décédées" dans les eaux turques, a déclaré Numan Kurtulmus, sans préciser à quand remontait ce décompte.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/09/2015 à 0:02 :
C est normale ils sons frères même religion même minarets qui les gardes tousses et nous sommes des abrasées merci pour le frères Syrians alleluia
a écrit le 19/09/2015 à 6:02 :
Et pour la France, combien cela coûte sur le dos des contribuables.
a écrit le 18/09/2015 à 18:26 :
Comme d'habitude, courageux mais pas téméraire !
a écrit le 18/09/2015 à 17:36 :
Pauvre Turques, mais dites moi qui a aidé Daesh? Bombardement des Kurdes, seule troupe d'opposition au sol!!!! Qui laisse circule tous les apprentis djihadistes sur son sol ? Qui achète du pétrole clandestin a Daesh et donc le finance, etc

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :