Afghanistan : le retrait américain laisse le champ libre aux talibans

Les forces de sécurité afghanes ont été forcées de réorienter leur stratégie face aux nombreux succès des talibans. Leur première tâche est de s'assurer qu'elles puissent ralentir leur offensive avant de tenter de reprendre les territoires dont les talibans se sont emparés.

5 mn

Nous avons perdu la guerre, totalement, selon un ancien membre des forces spéciales américaines, Jason Lilley. Le but était de se débarrasser des talibans, et nous ne l'avons pas fait. Les talibans vont prendre le contrôle.
"Nous avons perdu la guerre, totalement", selon un ancien membre des forces spéciales américaines, Jason Lilley. "Le but était de se débarrasser des talibans, et nous ne l'avons pas fait. Les talibans vont prendre le contrôle". (Crédits : MOHAMMAD ISMAIL)

La stratégie de retrait des Etats-Unis en Afghanistan est un échec, qui se confirme jour après jour. Après avoir lancé le 1er mai dernier le retrait définitif de l'armée américaine d'Afghanistan, le président américain Joe Biden a annoncé plus tôt ce mois-ci que l'opération militaire des Etats-Unis dans le pays prendrait fin le 31 août. Résultat, les taliban contrôlent environ la moitié des centres de districts d'Afghanistan, a déclaré mercredi le chef d'état-major des armées américaines, le général Mark Milley, indiquant une détérioration rapide de la situation sécuritaire dans le pays, où les Etats-Unis finalisent leur retrait militaire.

Les forces de sécurité afghanes ont été forcées de réorienter leur stratégie face aux nombreux succès des talibans. Leur première tâche est désormais de s'assurer qu'elles puissent ralentir l'offensive des talibans avant de tenter de reprendre les territoires dont ils se sont emparés, a déclaré samedi le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin. Selon Reuters, l'armée afghane est en train de revoir sa stratégie de guerre contre les taliban afin de concentrer ses forces autour des zones les plus critiques comme Kaboul et d'autres villes, des postes frontières et des infrastructures vitales.

"Ils sont en train de consolider leurs forces autour des centres de population clés", a déclaré Lloyd Austin aux journalistes lors d'une visite en Alaska.

"Nous avons perdu la guerre"

Ancien membre des forces spéciales américaines, Jason Lilley a combattu en Irak et en Afghanistan, là où les Etats-Unis ont livré leur guerre la plus longue. Au moment de confier son sentiment sur la décision du président Joe Biden de mettre fin au 31 août à la mission militaire américaine en Afghanistan, l'homme de 41 ans exprime son amour pour son pays, mais aussi son dégoût. Du dégoût pour les responsables politiques américains et sa consternation face à la quantité de sang versé et d'argent dépensé. Jason Lilley dit s'être questionné sur son pays et le sens de sa vie après avoir vu des camarades tués et mutilés lors de guerres selon lui impossibles à remporter.

"Nous avons perdu la guerre, totalement", dit-il. "Le but était de se débarrasser des talibans, et nous ne l'avons pas fait. Les talibans vont prendre le contrôle."

Après avoir lancé le 1er mai dernier le retrait définitif des Etats-Unis d'Afghanistan, Joe Biden a déclaré ce mois-ci qu'il appartenait au peuple afghan de décider de son avenir et que les Etats-Unis ne devaient pas sacrifier une nouvelle génération dans une guerre impossible à gagner. Décidée après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, l'intervention militaire américaine en Afghanistan a causé la mort de plus de 3.500 soldats des Etats-Unis et de leurs alliés, tandis que plus de 47.000 civils et au moins 66.000 soldats afghans ont péri. Plus de 2,7 millions de personnes ont fui le pays, selon les données du projet "Costs of War" de l'université Brown.

Soutien des Etats-Unis au gouvernement afghan

Le président américain Joe Biden a réitéré vendredi le soutien diplomatique et humanitaire des Etats-Unis à l'Afghanistan. Lors d'un entretien téléphonique, Joe Biden et Ashraf Ghani sont convenu que "l'offensive des taliban est en contradiction avec les déclarations du mouvement qui s'était engagé à soutenir un règlement négocié du conflit", était-il dit dans un communiqué publié par la Maison blanche. Les Etats-Unis ont lancé des frappes aériennes en soutien aux forces gouvernementales afghanes face à l'offensive des taliban alors que les troupes étrangères, sous commandement américain, achèvent leur retrait du pays.

Le porte-parole des taliban, Zabihullah Mujahid, a indiqué jeudi pour sa part que des frappes avaient été menées mercredi soir dans la banlieue de Kandahar, une ville du sud de l'Afghanistan, tuant trois de leurs combattants et détruisant deux véhicules. "Nous confirmons ces frappes aériennes et nous les condamnons avec la plus grande fermeté; c'est une attaque évidente et une violation de l'accord de Doha car il ne peut y avoir d'opérations après mai", a-t-il déclaré, faisant référence à l'accord entre les Etats-Unis et les taliban qui ouvre la voie au retrait des forces américaines. "S'ils mènent une opération, ils seront responsables des conséquences", a-t-il menacé.

Les combats se sont intensifiés

Dans le cadre de l'accord initial de retrait des troupes américaines négocié sous l'administration de Donald Trump et signé dans la capitale du Qatar, toutes les forces étrangères doivent quitter le sol afghan d'ici mai si les taliban respectent les conditions définies en matière de sécurité. Le nouveau président américain Joe Biden a cependant annoncé en avril que les troupes américaines se retireraient seulement d'ici le 11 septembre, provoquant la colère des taliban qui souhaitaient que ce processus soit achevé d'ici mai.

Depuis, la violence s'est intensifiée en Afghanistan avec notamment d'importantes offensives des taliban. La quasi-totalité des troupes américaines, à l'exception de celles qui protègent l'ambassade et l'aéroport à Kaboul, ont quitté le pays. Les délégations du gouvernement de Kaboul et des taliban se sont réunies le week-end dernier au Qatar pour poursuivre les négociations de paix mais peu de progrès ont émergé.

5 mn

Sommet du Grand Paris

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 26/07/2021 à 13:44
Signaler
Les talibans est un produit américain.( confirmé par des ex- militaires en opération la bas ) bref… L’obscurantisme intéresse toujours ceux qui veulent le pouvoir pour oppresser et d’emparer des ressources des pays pauvres ( comme ci on connaît pas ...

à écrit le 25/07/2021 à 22:35
Signaler
Pourtant maintenant ils ont des Lockheed Martin F35 les americains...

à écrit le 25/07/2021 à 14:23
Signaler
Les occidentaux doivent laisser tous ces pays se démerder et se rapprocher de la Russie ; comment peut on parler d'échec us alors que le contribuable us a englouti des centaines de milliards de dollars pour des dégénérés moyen'âgeux ? On voit le ré...

le 26/07/2021 à 6:18
Signaler
Vous n'avez décidément rien compris à rien. Ça fait pitié.

le 26/07/2021 à 6:19
Signaler
Vous n'avez décidément rien compris à rien. Ça fait pitié.

à écrit le 25/07/2021 à 14:21
Signaler
La grande armée française, la meilleure de la planète, était en Afghanistan. Les forces américaines seraient une armée de mauviettes. La grande armée française (la plus riche, la plus intelligence, la mieux équipée, etc.) était sans doute la seule à ...

à écrit le 25/07/2021 à 13:21
Signaler
Les Américains n'ont jamais gagné une guerre tout seuls. Commencer, ils savent faire et ensuite, ils rentre chez eux la queue basse.

le 25/07/2021 à 18:39
Signaler
Ils ne rentrent pas la « queue basse » puisqu’ils vont déstabiliser l’UE avec le déferlement de réfugiés afghans fuyant les talibans. Tous les matins en se levant l’administration américaine n’a qu’un but affaiblir l’UE de peur que l’euro ne prenne u...

à écrit le 25/07/2021 à 11:24
Signaler
Les américains en se retirant de l’Afghanistan ont réussi un gros coup contre l’UE, dont ils ne vont pas être mécontents. L’arrivée des talibans au pouvoir va créer un exode massif d’afghans vers l’UE via les frontières terrestres. Nous ne pourrons p...

à écrit le 25/07/2021 à 9:10
Signaler
"On ne doit jamais laisser se produire un désordre pour éviter une guerre ; car on ne l'évite jamais, on la retarde à son désavantage." Nicolas Machiavel

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.