Tunisie : Daech revendique l'attentat qui a fait 38 morts

 |   |  1225  mots
Les policiers tunisiens embarquent un homme suspecté d'être un des hauteurs de l'attentat.
Les policiers tunisiens embarquent un homme suspecté d'être un des hauteurs de l'attentat. (Crédits : AMINE BEN AZIZA)
Le groupe extrémiste sunnite Etat islamique (EI) a revendiqué dans un communiqué diffusé sur Twitter l'attentat sanglant de vendredi contre un hôtel près de Sousse, en Tunisie. Le Premier ministre tunisien a déploré 38 morts, des touristes étrangers en majorité britanniques. Il y aurait peut-être des Français parmi les victimes. L'assaillant a été abattu.

Article publié à 14h28, mis à jour à 17h19, 20h25 et à 8h13

Trois mois après l'attentat du musée du Bardo le 18 mars dernier, la Tunisie est de nouveau frappée par le terrorisme. Des tirs ont éclaté vendredi 26 juin sur une plage devant les hôtels Imperial Marhaba et le Soviva Resort de Sousse, au sud de Hammamet, à 140 km de Tunis, faisant un nombre indéterminé de morts, a annoncé, dans un premier temps, la télévision d'État. Une attaque menée par un homme qui avait caché son arme dans un parasol.

"Coups de feu sur une plage devant un hôtel de Kantaoui, un certain nombre de victimes", a indiqué la chaîne dans un bandeau.

Le groupe extrémiste sunnite Etat islamique (EI) a revendiqué dans un communiqué diffusé par des comptes jihadistes sur Twitter l'attentat sanglant. "Le soldat du califat (...) Abou Yahya al-Qayrawani (...) a pu parvenir au but dans l'hôtel Imperial", tuant près de 40 personnes "dont la plupart sont des sujets des Etats de l'alliance croisée qui combat l'Etat du califat", indique le texte. Le document dit que l'attaque a visé "des antres (...) de fornication, de vice et d'apostasie dans la ville de Sousse" et cela "malgré les mesures (de sécurité) renforcées autour de ces antres visés sur la plage de Kantaoui".

Bilan aggravé au fil de la journée

Puis vendredi après-midi, le ministère de l'Intérieur tunisien a avancé un bilan provisoire de 28 morts et 5 blessés sur cette plage, et indiqué que 6 nationalités seraient représentées parmi les victimes. Un grand nombre de touristes transférés à l'hôpital seraient anglais et allemands. Vendredi, à 18h35 sur RTL, le ministre de la santé tunisien, Said Aidi, déplorait un décompte aggravé, avec 37 victimes et 36 blessés. A la question du journaliste, Bernard Poirette, qui lui demandait :

Vous pensez que votre pays a besoin d'aides extérieures et d'aides internationales pour faire face à ce qui arrive?

le ministre tunisien répondait:

"Je tiens à exprimer ma solidarité avec la France avec ce qui est arrivé dans l'Isère. Je pense que c'est un phénomène qui dépasse les frontières, et sur lequel, si on n'est pas en collaboration très proche et en unité pour combattre ces barbares, ils continueront de frapper. Donc, on est déterminés en Tunisie pour combattre ces barbares... la coopération internationale est une nécessité pour combattre ce phénomène."

Bilan définitif

Le Premier ministre tunisien Habib Essid a indiqué dans la nuit de vendredi à samedi que le bilan s'élevait désormais à 38 morts ainsi que le terroriste abattu. Habib Essid a en outre annoncé l'ouverture d'une enquête "pour déterminer les responsabilités" après l'attentat et le recours aux réservistes de l'armée "pour renforcer la présence militaire et sécuritaire dans les endroits sensibles (...) et les lieux où se trouve le danger terroriste".

La plupart des victimes de l'attentat sanglant contre un hôtel tunisien, revendiqué par le groupe Etat islamique, sont britanniques, a annoncé le Premier ministre tunisien, évoquant aussi des morts allemands, belges et français.

"Les nationalités des morts, il y a en majorité des Britanniques. Et des Allemands, et des Belges, et des Français", a déclaré Habib Essid lors d'un point de presse nocturne.

"Un plan exceptionnel pour sécuriser davantage les sites touristiques et archéologiques" sera mis en oeuvre, "en déployant des unités de la sécurité touristique, armées, tout le long du littoral ainsi qu'à l'intérieur des hôtels à partir du 1er juillet", a ajouté le Premier ministre. Habib Essid a enfin annoncé qu'un "congrès national" pour lutter contre le terrorisme serait organisé en septembre et a indiqué que des récompenses seraient octroyées "à toute personne permettant l'arrestation d'éléments terroristes".

Un seul assaillant ?

La radio tunisienne Jawhara FM évoque un seul assaillant, qui aurait été abattu. Le ministère de l'Intérieur a également indiqué que le tireur présumé aurait tiré une rafale de balles sur les plagistes, et avancé que son arme -une kalachnikov- était cachée dans un parasol fermé. Le site d'information tunisien Tunisia Live a rapporté qu'un suspect avait aussi été arrêté dans l'après-midi.

"Il n'y avait qu'un seul assaillant. C'était un jeune qui portait un short comme s'il était lui-même touriste", a déclaré à Reuters un employé de l'établissement.

Selon les autorités, le tireur se nomme Seifeddine Rezgui, un jeune Tunisien originaire de Gaafour (nord-ouest) mais étudiant à Kairouan (centre). Il était inconnu de la police. Mais il pourrait y avoir plus d'un tireur, selon le ministre de la Santé, Said Aidi.

Par aileurs, à 19 heures, le Quai d'Orsay indiquait dans un communiqué que le président de la République et le ministre des Affaires étrangères et du Développement international, s'étaient entretenus avec leurs homologues tunisiens, auxquels ils ont exprimé "la solidarité de la France dans cette épreuve". Le Quai d'Orsay explique également le dispositif des cellules de crise mises en place dans les deux pays:

Nos services sont mobilisés en Tunisie et à Paris pour venir en aide à nos ressortissants sur place:

- A Paris, le Centre de crise et de soutien a ouvert une cellule de crise et mis en place un numéro d'urgence : 01 43 17 56 46;

- A Tunis, notre ambassade a ouvert une cellule de crise qui peut être jointe au +216 31 31 50 65;

- Une équipe consulaire est présente à Sousse, pour se tenir au contact des autorités tunisiennes et venir en aide à nos ressortissants.

Évacuation massive des touristes

Des centaines de touristes étrangers étaient amenés en bus à l'aéroport d'Enfidha pour être évacués de Tunisie dans la nuit de vendredi à samedi après l'attaque qui a fait 38 morts dans un hôtel de la région, a constaté un journaliste l'AFP. Le journaliste a vu au tableau des départs de cet aéroport, situé à mi-chemin entre Tunis et Sousse, 13 vols affichés pour des décollages entre 23H15 et 05H40 locales (22H15 et 04H40 GMT) notamment à destination de Londres, Manchester, Amsterdam, Bruxelles et Saint-Saint-Pétersbourg.

Et à 02H30 (01H30 GMT), un flot continu de bus avec touristes à bord continuait d'arriver à l'aéroport d'Enfidha. La plupart des vols étaient affrétés par le tour opérateur Thomson. Un couple de britanniques arrivé mercredi à Sousse, interrogé par l'AFP, a indiqué que l'organisateur de leur voyage leur a dit "de rentrer""Nous avons peur, l'endroit n'est pas sûr", a expliqué un autre jeune homme, prénommé Leon et originaire du Pays de Galles.

Les précédents attentats ont déjà durement impacté le tourisme tunisien

Le 30 octobre 2013, un kamikaze s'était fait exploser sur une plage de Sousse. Il visait un hôtel de cette ville balnéaire fréquentée par les touristes.

La Tunisie accuse une baisse des réservations de touristes français de 43% sur la période de janvier à avril 2015, selon une étude française du Syndicat national des agents de voyage (SNAV).

Une chute vertigineuse expliquée par les attentats de mars, au musée du Bardo à Tunis qui ont fait 22 morts dont 21 touristes. Le lendemain de l'attentat, l'Etat islamique (EI) avait revendiqué l'attentat dans un message audio sur internet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2015 à 4:33 :
test
a écrit le 27/06/2015 à 11:46 :
il faut réagir , stop , il faut montrer a ces disciples salafiste et intégriste que nous les refusons ,, samahni khouya ,,,je ne vous sert pas la main ,, je ne reste pas a cote de vous ,,je ne partage rien avec vous même , au paradis je ne veut a y être avec vous je préfère de loin l'enfer plutôt que de rester en votre compagnie ,, agissons plus de poigne de main , plus de fraternité ,, y en a mare
a écrit le 26/06/2015 à 18:33 :
restez croupir mes frères
a écrit le 26/06/2015 à 17:58 :
Tous ces gros richards qui se pavanent comme s'ils étaient la race supérieurs en Tunisie, j'imagine que, forcément, ça doit énerver les Tunisiens.

Sans compter le coté anti écologique. Peuvent pas passer leur vacance comme tout le monde, chez eux, en famille ?
Réponse de le 26/06/2015 à 18:38 :
Et donc, vous suggérez qu'ils l'ont cherché ? Un peu haineux votre commentaire.
Le fait que le tourisme "énerve" les tunisiens (le tourisme joue un rôle important pour l'économie tunisienne) c'est votre opinion, vraisemblablement pas la réalité.
Réponse de le 26/06/2015 à 19:30 :
La Tunisie est une destination touristique prisées des catégories sociales moyennes car elle est peu chère. Pas de gros richard là-bas.
Voyez plutôt les Seychelles pour ça.

En outre, les voyages forment la jeunesse... d'esprit !
Je soupçonne donc que vous avez une famille, mais pas d'amis.
Réponse de le 27/06/2015 à 7:08 :
Tourisme populaire oui , mais vu de l'intérieur tunisien , ce tourisme est souvent vu comme une provocation . Il est surtout devenu totalement incompatible avec les croyances d'un grand nombre de musulmans.

Réponse de le 27/06/2015 à 8:56 :
Mais qu'est ce que vous racontez??? Le tourisme est la première ressource des tunisiens, je ne crois pas qu'ils soient assez bêtes pour scier la branche sur laquelle ils sont assis. Et vos poncifs du genre " le pauvre tunisien humilié par le riche occidental qui se pavane chez lui" est hors sujet. On pourrait en dire de même du savoyard envahi de parisiens en février, ou du périgourdin en été! La vérité est qu'il y a quelques gros malades qui vouent une haine sans faille à l'occident, humiliés par l'échec de l'islam pourtant promis à un bel avenir à sa naissance. Car incapables de se remettre en question, de s'adapter au monde d'aujourd'hui. Les premières victimes de ces malades, de manière globale, sont les musulmans eux-mêmes.
Réponse de le 27/06/2015 à 14:39 :
Les premières victimes de ces malades, de manière globale, sont les musulmans eux-mêmes. = faux, les premières victimes sont des occidentaux, le terroriste ne visaient que des touristes occidentaux, non arabes et non musulmans.
Après, si vous avez envie de toujours passer vos vacances la-bas, personne ne vous l'empêche mais à vos risques et périls.
Réponse de le 27/06/2015 à 15:34 :
Il est impossible de prévoir les actes isolés, ni en Tunisie, ni au Maroc, ni en France ;
Les plages, les terrasses, les attroupements de bidochons ne seront jamais sécurisés, ni au bord de mer en France, ni au bord des lacs comme Annecy par exemple.

Française, Français, restez chez-vous, il y a assez de divertissements pour vos enfants.

Ya plus d'Etat en Europe, les politicards ont pactisé avec les diables de la finance qui subventionnent les extrémismes de tous poils, c'est cela le cancer qui ronge nos démocraties.
Réponse de le 27/06/2015 à 21:36 :
sauf qu'il y a potentiellement plus de chances que cela arrive dans dans des pays d'Afrique du Nord qu'en France. De plus faudra moins compter sur les autochtones qui vont pas s'entretuer pour sauver un occidental. Effectivement, la France a des belles plages à profusion, merci de le rappeler.
a écrit le 26/06/2015 à 17:25 :
Terrible pour ce pays qui est l'un des rares démocraties de la région. Hélas ça ne donne pas envie de partir dans cette région du monde, surtout quand des pays européens (Espagne, Italie du Sud, Grèce...) offrent aussi le soleil mais en sécurité.
Réponse de le 27/06/2015 à 14:20 :
ou tout simplement en France...
a écrit le 26/06/2015 à 14:56 :
Nous sommes à la veille des vacances, Daesh veut effrayer les touristes et ruiner la démocratie issue de la révolution arabe. Les occidentaux devraient passer à la vitesse supérieure et déclarer la guerre à ces barbares. Les américains largement responsables de ce chaos devraient agir beaucoup plus fortement et mettre des troupes au sol pour débusquer ces bandes armées. Les frappes aériennes ne servent à rien , il est urgent d'agir.
Réponse de le 26/06/2015 à 17:44 :
Les américains ? Ils étaient déjà la en 732 lors des premières violences islamistes ?

Non, en réalité, tout est normal : ça toujours été comme cela. C'est juste qu'on ne vous l'a pas appris à la grande école de la république de Ferry qui va faire de vous un bon petit soldat de la République -et un larbin des bureaucrates.
a écrit le 26/06/2015 à 14:41 :
avec les états du Golfe qui soutiennent et arment ces assassins et traduire leurs dirigeants en justice. c'est le minimum qu'on devrait attendre de nos gouvernants. Au lieu de cela, ils multiplient les contrats et les accords...mais l'argent n'a pas d 'odeur comme on dit !
Réponse de le 26/06/2015 à 16:14 :
Les us vont donc attaquer le Qatar??!
Réponse de le 28/06/2015 à 10:15 :
ça vous gênerait moi pas sauf si vous portez un maillot de foot avec le n° 10

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :