Au G7, des tensions au sommet

Entre le protectionnisme, le climat, les droits de douane... les sujets de tension s'accumulent au sommet du G7 qui réunit quelques-uns des plus grands dirigeants de la planète jusqu'à samedi au Canada. Le président américain Donald Trump a accusé jeudi la France et le Canada d'imposer des "droits de douane énormes" aux Etats-Unis et de créer des "barrières douanières non-tarifaires".
Grégoire Normand
Le président américain Donald Trump a déclaré vendredi avoir hâte de remettre à plat les accords commerciaux injustes conclus selon lui avec les autres pays du G7, dont il doit rencontrer les dirigeants au Canada plus tard dans la journée.
Le président américain Donald Trump a déclaré vendredi avoir "hâte de remettre à plat les accords commerciaux injustes" conclus selon lui avec les autres pays du G7, dont il doit rencontrer les dirigeants au Canada plus tard dans la journée. (Crédits : KEVIN LAMARQUE)

Les échanges promettent d'être tendus au G7. Entre le commerce, l'Iran, la Russie, le climat, la remise en cause du multilatéralisme... les sujets de friction se multiplient entre les Etats-Unis et les six autres puissances (Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Italie et Canada) conviées au sommet. A la veille de la rencontre, Donald Trump a déclaré dans un tweet :

" Merci de dire au Premier ministre Trudeau et au Président Macron qu'ils ont imposé des taxes massives sur les importations américaines et ils ont crée des barrières non-tarifaires. L'excédent commercial de l'Union européenne avec les Etats-Unis est de 181 milliards de dollars, et le Canada ont gardé leurs agriculteurs et d'autres. Regardez ce qu'il va se passer demain."

Quelques heures auparavant, les dirigeants canadien et français se sont entretenus pour renforcer leurs relations bilatérales -et afficher leur entente- avant ces deux jours sur quelques points considérés comme fondamentaux par les deux chefs d'Etat. Ils ont ainsi convenu d'une déclaration commune :

  • Appuyer un multilatéralisme fort, responsable, transparent pour faire face aux défis mondiaux;
  • Œuvrer ensemble à la lutte contre le changement climatique;
  • Promouvoir le commerce libre, ouvert et fondé sur le droit;
  • Promouvoir les valeurs démocratiques.

Le commerce au centre des divisions

Parmi les sujets de discorde, le commerce demeure un point d'achoppement déterminant entre les puissances occidentales. La politique commerciale de l'administration américaine attise les mécontentements parmi les dirigeants européens. Mercredi dernier, l'Union européenne a musclé sa stratégie de riposte face au protectionnisme du chef d'Etat américain. Après avoir déposé une plainte auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), la Commission européenne a annoncé qu'elle allait mettre en place des mesures de rétorsion. L'institution prévoit d'appliquer des tarifs douaniers supplémentaires à hauteur de 25% sur des produits américains à compter du 1er juillet prochain. La liste des produits a d'abord été soumise à l'OMC et les pays de l'Union européenne doivent encore se mettre d'accord. Les quatre dirigeants européens - Emmanuel Macron, Angela Merkel, Theresa May et Giuseppe Conte - ont décidé de se réunir juste avant le début du sommet, afin d'afficher leur impatience face aux menaces de guerre commerciale du président américain.

Au Canada, Justin Trudeau a indiqué que "nous allons de toute évidence avoir des discussions animées sur le commerce". La lenteur des discussions sur la renégociation de l'accord de libre-échange nord-américain (Alena, conclu en 1994 entre le Mexique, les Etats-Unis et le Canada) suscite des tensions chez les Canadiens. Du côté des Etats-Unis, la ligne de conduite devrait rester ferme. L'un des conseillers de la Maison-Blanche, Larry Kudlow, a annoncé mercredi que Trump ne se départirait pas de la ligne sans concession qu'il a adoptée sur les questions commerciales.

Un graphique de notre partenaire Statista.

> Lire aussi : Acier : Bruxelles annonce des mesures de rétorsion

Le nucléaire iranien au centre des débats

L'autre sujet de discorde concerne l'accord sur le nucléaire iranien signé en 2015. Face à la décision de Trump de retirer les Etats-Unis de l'accord, les dirigeants français et canadien se sont mis d'accord pour dire "qu'ils n'étaient pas prêts à tout accepter pour avoir un communiqué commun avec les Etats-Unis". Ils ont ajouté que "nous  n'accepterons jamais une déclaration" condamnant l'accord nucléaire ou disant "qu'il est caduc ou que l'Iran ne respecte pas ses obligations", selon la même source. Donald Trump a récemment annoncé le retrait de son pays de cet accord.

Les six autres pays du G7 présentent un front commun face à la position américaine, assure Paris : "il n'y a pas de fissure entre les 6 (...), il y a une vraie cohésion", y compris avec le Japon.

Paris et Ottawa savent qu'il sera difficile d'infléchir la position du président américain, que ce soit sur l'accord nucléaire iranien ou sur les taxes douanières que Washington a imposées à ses partenaires.

G7 manifestations

[ Des manifestants avant la tenue officielle du sommet ce jeudi 7 juin au Québec. Crédits: Reuters. ]

Des discordes aussi sur le climat

Le sujet du climat devrait également susciter des controverses. Depuis que Donald Trump a annoncé le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat signé en décembre 2015, l'Union européenne est passée à l'offensive. A plusieurs reprises, Emmanuel Macron a affiché de la fermeté sur cet accord et contre la politique climatique de M. Trump. A l'Elysée, une source citée par Reuters indique que "tout communiqué commun devra mentionner l'accord de Paris sur le climat et ne devra pas dire que l'accord nucléaire iranien est caduc."

Il y a quelques jours, les Etats-Unis ont bloqué la diffusion d'un communiqué final lors de la réunion de l'Organisation coopération et de développement économique (OCDE) à Paris. Le document condamnait le protectionnisme et les enjeux du changement climatique. Une scène qui pourrait se reproduire une fois de plus à l'issue du sommet.

> Lire aussi : "Avec Trump, le mercantilisme devient la règle au détriment du multilatéralisme"

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 11/06/2018 à 8:58
Signaler
.... et si ces conventions OMS éclataient pour laisser place a une VRAIE concurrence liberale au lieu d'une entente entre gros poissons de la planète ?

le 11/06/2018 à 13:38
Signaler
OMC je suppose... Ils sont trop habitués à la médiocrité et au copinage, ils seraient incapables de se remettre en question au sein d'un système réellement concurrentiel et non faussé. Qu'est-ce qui n'est pas faussé d'ailleurs au sein de notre...

à écrit le 10/06/2018 à 13:07
Signaler
L'issue du G6+1 était attendue dans la mesure ou tout avait été dit avant la réunion et qu'il était plus que probable qu'un accord serait impossible. On va voir ce qu'il va ressortir des sa réunion avec Kim (pas Kardashian, l'autre), mais on peut ...

à écrit le 09/06/2018 à 18:46
Signaler
Macron a eu raison de taper du poing sur la table!Trump a été obligé d'infléchir sa position.Les Us ne comprennent que la force!

le 10/06/2018 à 23:54
Signaler
Effectivement Trump a eu très peur...😁😎

à écrit le 09/06/2018 à 17:36
Signaler
La Chine rouvre des camps pour «rééduquer» les musulmans . (le Figaro ) .

à écrit le 09/06/2018 à 13:24
Signaler
La France dans le G20 probable, peut être ... La France dans le G7 industriellement, elle en est sortie depuis plusieurs années, sous Sarkozy et ensuite ca na pas cessé de s'aggraver. pour revenir dans le G7 il faudrait que la France annexe le ...

le 10/06/2018 à 4:13
Signaler
Tant que la France continuera à construire des voitures, des bateaux de guerres, des avions civils/militaires, des helicopters civils/miltaires, des fusées, des satellites, qu'elles possèdent une industrie électronique de pointe etc dans une économie...

à écrit le 09/06/2018 à 9:54
Signaler
la monumentale blague du réchauffement climatique !! il se moque de nous.

à écrit le 09/06/2018 à 5:18
Signaler
G 7 ? C est du g7 k k

à écrit le 08/06/2018 à 23:13
Signaler
de qui l'union européenne a peur militairement ? qui est en mesure de dissuader un éventuel agresseur d'un membre ou des plusieurs membres de cette union ? la réponse à ces questions donne la clé de la capacité des dirigeants européens de s'oppo...

le 09/06/2018 à 12:12
Signaler
L'OTAN c'est bien pour la Pologne, la Roumanie et les pays baltes. Trump peut réclamer de l'argent à ces pays mais ils n'en ont pas. Trump peut réclamer à ces pays d'acheter du matériel militaire US mais ils le font déjà. Quant aux français , ils n'e...

à écrit le 08/06/2018 à 20:13
Signaler
Le G7 : les USA et ses Vassaux rassemble : Justin Trudeau – premier ministre du Canada Donald J. Trump – président des États-Unis Emmanuel Macron – président de la France Theresa May – première ministre du Royaume-Uni Angela Merkel – chancelière...

le 10/06/2018 à 4:19
Signaler
Le fait que la Chine n'y figure pas est une blague en effet. En fait, cela est due , je pense, au fait que la Chine ne soit pas une économie ouverte. Au fait que le pays impose une joint venture à tout investisseur étranger et que le pays devalue sa ...

à écrit le 08/06/2018 à 20:01
Signaler
l’UK n’a jamais pris l’Euro ... et pour cause pourquoi ne pas «  créer une monnaie pour chaque région de France par rapport à l’économie et le dynamisme de chaque région de France » pour garder la proximité et les emplois et la croissance ? et co...

le 08/06/2018 à 23:18
Signaler
Un franc régional? Une monnaie à l'échelle d'une région serait sensible à la spéculation, ce qui vous dissuaderais d'y mettre vos économies, de plus avez-vous envie de changer votre monnaie à chaque fois que vous traversez une frontière régionale? ...

le 08/06/2018 à 23:38
Signaler
Comment c' était avant l' UE franc et les 30 % de chômeurs réels qu' a apporté Maastricht à la France avec la libre circulation des hommes et des capitaux via l' article 63 du TFUE ..? http://www.economiematin.fr/new...

le 09/06/2018 à 15:47
Signaler
c’est quoi alors la solution pour faire «  baisser le dollars » ? maintenant que les usa ont taxé l’acier ça va ralentir le secteur du bâtiment dans le monde ( constructions...) les taux emprunts sont bas en France les américains vont acheter tou...

à écrit le 08/06/2018 à 19:23
Signaler
Le G7 inventé par Giscard est dépassé et devrait etre G13 avec en plus Italie ( 2ème industrie d'europe après l'allemagne, et avant la France), Espagne, Brésil, Australie, Chine, Russie.

le 10/06/2018 à 4:24
Signaler
L'Italie a toujours fait partie du G7.' Par contre le fait que la Chine n'y soit pas encore est une blague. Quand au Brésil et l'Espagne, il aurait du l'intègrer depuis quelques années déjà...

à écrit le 08/06/2018 à 19:05
Signaler
Au lieu de diviser pour régner , Trump unit contre les USA. De nombreux pays ont voulu mettre fin à l'hégémonie américaine mais personne n'a jamais été aussi près d'y arriver que Trump.

le 08/06/2018 à 19:14
Signaler
Avant c'était diviser pour régner, maintenant c'est du chacun pour soi parce que l'UE n'est qu'une "administration" hors sol!

le 08/06/2018 à 21:19
Signaler
@non mais Il suffit de taper "UE administration hors-sol la tribune" sur google pour avoir la liste exhaustive de vos derniers commentaires sous des pseudonymes différents. Si vous changiez vos commentaires aussi souvent que de pseudos, le débat ga...

le 09/06/2018 à 11:42
Signaler
Temps que le problème principal sera d'actualité nous ne pourrons trouvé d'autres causes aux conséquences subit!

à écrit le 08/06/2018 à 18:46
Signaler
a quoi sert le G7 ? ? . un non sens. ils ne sont pas crédibles ces donneurs de leçon! consommons nos produits pour le grand bien de notre agriculture les agriculteurs ont raison de manifester et ont le soutien des français

le 08/06/2018 à 19:27
Signaler
G7 inutiles depuis son invention en 76. Lequel ? des 41 passés a été utile ?

à écrit le 08/06/2018 à 17:28
Signaler
Macron et Trudeau à la fois pour le libre échange et la lutte contre le réchauffement climatique... un non sens!

le 08/06/2018 à 18:54
Signaler
Et Trump est pour le protectionnisme et contre la lutte contre le réchauffement climatique.

à écrit le 08/06/2018 à 17:26
Signaler
En s'en prenant à la France et au Canada, il essaye de diviser ses adversaires. Espérons que l'UE, au moins, restera unie...

à écrit le 08/06/2018 à 17:06
Signaler
cette guerre commerciale n’a pas lieu d’être et ce n’est pas fondé. le dollard qui bénéficie d’un avantage énorme depuis 17 ans est la cause de ce non- fondement. la valeur dow jones est pratiquement passé de 14 000 dollars à 25 000 dollars en 17 ...

le 08/06/2018 à 18:58
Signaler
Vous allez mettre le franc face au dollar? Soyez sérieux.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.