G7 Finances : "inquiétude unanime" sur la guerre commerciale de Trump

 |   |  908  mots
Le G7 Finances s'est achevé samedi sur une protestation unanime contre la politique commerciale agressive américaine menée par Donald Trump.
Le G7 Finances s'est achevé samedi sur une protestation unanime contre la politique commerciale agressive américaine menée par Donald Trump. (Crédits : Carlos Barria)
Le G7 Finances s'est achevé samedi sur une protestation unanime contre la politique commerciale agressive américaine, les principaux alliés de Washington exhortant Donald Trump à revenir sur sa décision d'imposer des taxes sur l'acier et l'aluminium la semaine prochaine lors du sommet des chefs d'Etat au Québec.

Donald Trump va-t-il écouter les inquiétudes unanimes de ses alliés et descendre d'un cran dans sa guerre commerciale ? Le G7 Finances s'est achevé samedi sur une protestation unanime contre la politique commerciale agressive américaine.

"Les ministres des Finances et les gouverneurs des banques centrales ont demandé au secrétaire au Trésor américain Steven Mnuchin de faire part (à la Maison Blanche) de leur inquiétude unanime et de leur déception", a déclaré le ministre canadien des Finances Bill Morneau à l'issue de trois jours de réunion à Whistler, une station de ski de l'ouest du Canada.

Signe de la grande discorde, le G7 Finances n'a pas donné lieu à une déclaration commune mais à une succession de conférences de presse séparées.

"Les ministres et les gouverneurs se sont mis d'accord sur le fait que les discussions (sur le commerce) devaient se poursuivre au sommet à Charlevoix où une décision doit être prise", a également indiqué M. Morneau.

Un G7 "tendu et difficile"

Au moment où l'économie de la planète affiche un taux de croissance (+3,9%) solide et inédit depuis la crise financière de 2008, Allemagne, Canada, France, Japon, Italie et États-Unis auraient dû plancher sur les recettes pour faire en sorte que cette croissance soit partagée par le plus grand nombre.

"Malheureusement", ont déploré Canada, France et Allemagne, ces discussions ont été largement éclipsées par le spectre d'une guerre commerciale, l'administration Trump étant montée d'un cran dans son offensive contre ses alliés en mettant en application vendredi de nouvelles taxes douanières sur leur acier et leur aluminium.

Ces taxes "compromettent un commerce ouvert et sape la confiance en l'économie mondiale", a également commenté Bill Morneau, qui a exprimé à son homologue américain Steven Mnuchin dans "des mots durs", selon ses propres termes, le "complet désaccord" d'Ottawa avec Washington.

Le G7 a été "tendu et difficile", a résumé de son côté le ministre français Bruno Le Maire, estimant que cette réunion avait plutôt été un "G6 + 1" avec des États-Unis "seuls contre tous, qui font courir le risque de déstabilisation économique à la planète".

Dans l'attente d'une reculade de Trump au sommet des chefs d'Etat de la semaine prochaine

"Nous croyons au G7", a rétorqué Steven Mnuchin, tout en reconnaissant qu'il y avait eu "un consensus unanime sur l'inquiétude" exprimée par les six autres partenaires de Washington en matière de conflit commercial.

Il a assuré qu'il en avait fait part au président Donald Trump à l'approche du sommet des chefs d'État et de gouvernement qui va se dérouler vendredi et samedi prochains.

Bruno Le Maire a exhorté l'administration américaine à faire d'ici là "un geste" et à prendre "les bonnes décisions pour apaiser la situation et alléger les difficultés". "La semaine prochaine dépendra de la décision que l'administration (américaine) est prête à prendre dans les prochains jours et dans les prochaines heures, je ne parle pas de semaines à venir", pour éviter une guerre commerciale, a-t-il estimé.

Les Etats-Unis temporisent... mais Trump tweete

Steven Mnuchin s'est, lui, efforcé de minimiser le rôle que jouerait le commerce au sommet des chefs d'Etat, relevant d'autres problématiques importantes comme les sanctions sur l'Iran ou le sommet prévu avec la Corée du Nord.

Mais au moment où les discussions s'achevaient à Whistler, Donald Trump s'est fendu de nouveaux tweets fustigeant le libre-échange.

"Si nous taxons à hauteur de 0 un pays pour qu'il nous vende ses marchandises et qu'en retour, il taxe à 25, 50 ou 100% les nôtres (...) ce n'est pas un commerce libre et équitable, c'est du commerce stupide!", a-t-il écrit.

Et dans un second tweet, il a une nouvelle fois martelé qu'avec un déficit de biens de quelque 800 milliards de dollars, les Etats-Unis avaient été "arnaqués par les autres pays depuis des années". En incluant les services, le déficit américain avec le reste du monde s'est élevé à 566 milliards en 2017.

La Chine menace, l'OMC saisie par l'UE et le Canada

L'Union européenne et le Canada ont d'ores et déjà saisi l'Organisation mondiale du commerce (OMC) tandis que le Mexique a adopté des représailles sur des produits américains.

Mais de l'avis de tous, la guerre commerciale n'est toutefois pas encore déclarée tant que Donald Trump ne met pas à exécution ses menaces d'imposer des taxes sur l'automobile, un des secteurs au coeur des échanges du commerce mondial.

Reste à savoir aussi comment va évoluer l'autre grand front commercial ouvert contre la Chine par Donald Trump. Son secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross, est arrivé à Pékin samedi pour trois jours de nouvelles discussions.

Mais la Chine a déjà prévenu : les fruits des négociations sino-américaines engagées pour désamorcer les tensions commerciales entre les deux puissances "deviendront sans effet" si les Etats-Unis adoptent des sanctions et droits de douane punitifs à l'encontre de la Chine, a mis en garde Pékin dimanche.

Cet avertissement a été rapporté par l'agence étatique Chine nouvelle à l'issue de nouveaux pourparlers menés dans la capitale chinoise par le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross. Les deux pays avaient annoncé un armistice courant mai dans leur différend commercial, mais l'administration Trump a remis sur la table mardi la menace de droits de douane punitifs contre des produits chinois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2018 à 11:40 :
Obama avait prévenu, Trump l'a dit et répété, les excédents de la balance commerciale de certains pays, notamment la Chine, l'Allemagne et la Corée du Sud sont le problème.
On tourne la autour du pot pour c.... droit.
C'est au pays excédentaires de faire le necessaire si on ne veut pas de protectionisme.
Sinon la production mondiale sera bientôt chinoise ou indienne.
Il n'est pas question d'en venir à un dumping social compétitif, alors pour que tout le monde puisse manger il faut partager le gateaux. Plus d'excédent!
Le choix des moyens pour y parvenir reviens aux pays excédentaires.
Je préconise l'augmentation des salaires et plus de dépense dans l'éducation, en d'autres mots: vivre selon ses moyens en non en dessous de ses moyens, aider le tiers monde pour qu'ils ne soient pas obligés de venir en Europe comme réfugiés économiques.
a écrit le 05/06/2018 à 8:09 :
Cela ressemble à des démonstrations de force, mais c'est paradoxal,
alors que les USA sont LA grande puissance mondiale,
- que le Dollar est la première monnaie (L'Euro est en seconde place),
- qu'ils ont l'armée la mieux dotée,
- une avance technologique indiscutable,
- qu'Apple annonce lors de son show 20 Millions de développeurs dans le monde, etc...
- que leur culture influence le monde
etc...

Leur politique actuelle est de restreindre le commerce, construire des murs, relancer le charbon et de s'en prendre à leurs alliés et partenaires....
Réponse de le 05/06/2018 à 8:41 :
J'avais oublié l'essentiel :
https://www.latribune.fr/bourse/les-banques-europeennes-ecrasees-par-les-banques-americaines-780251.html
a écrit le 04/06/2018 à 8:46 :
"les Etats-Unis avaient été "arnaqués par les autres pays depuis des années""

Ah enfin une fausse note démontrant la pensée du gars puisque bien évidemment cette "arnaque" a été largement voulue par les états unis leur permettant d'imposer leur modèle économique au monde.

Mais il est certain que cela s'est fait au détriment des salariés américains obligés de travailler plus pour que les états unis règnent.
a écrit le 03/06/2018 à 19:37 :
Faut il être désespéré pour espérer en une OMC moribonde et impuissante.
Trump doit ricané.
Et Poutine apprécier de ne plus être de ce G7...
Réponse de le 03/06/2018 à 21:28 :
Pas de quoi ricaner, c'est la Chine qui doit se frotter les mains. L'OMC est le descendant direct du GATT qui lui-même était un traité créé par les américains pour imposer ses règles au reste du monde.
Les USA faisait 50% du pib mondial en 1950, maintenant 20%.
Sans ses alliés européens, les USA n'ont pas les moyens de faire leur loi.
Réponse de le 04/06/2018 à 10:32 :
"Sans ses alliés européens, les USA n'ont pas les moyens de faire leur loi"

HEu... non mais vous suivez l'actualité ou quoi !?

Un peu de recul et de sérénité dans vos analyses ne vous ferait pas de mal puisque l'on voit les américains exiger et leurs "alliés européens" obéir, c'est tout ce que l'on voit.

Votre messe est particulièrement dissonante sous Trump hein, faites attention...
a écrit le 03/06/2018 à 18:05 :
Les américains financent leurs déficits avec le dollar, monnaie d'échange mondiale, c'est presque trop facile et bien non, ils ne sont toujours pas contents.
Dans un pays où l'écrasante majorité de la croissance est captée par une petite minorité, il aurait été de bon ton d'adopter une politique plus sociale et bien non, Trump a décidé de faire des cadeaux fiscaux aux riches multinationales.
Ils feraient mieux d’arrêter de se plaindre car quand l'UE décidera de payer son pétrole en euro, la Chine son pétrole en Yuan et le japon en Yen et bien les américains connaitront le coût réel de la vie. Et là ça fera très mal. Pour eux...
Réponse de le 04/06/2018 à 12:14 :
Je suis d'accord mais c'est trop lent. La Chine et la Russie mettent beaucoup de temps à se dégager du dollar. Le coeur du problème est la dépendance de l'économie européenne au dollar et aux USA (fabrications faites aux USA). Stratégiquement, c'est pour cela que l'UE a été construite par les anglo-saxons. Son énorme économie est le moyen pour les USA d'imposer leurs règles au monde. Sans l'Europe ce serait bien plus difficile.
L'affaire du traité avec l'Iran, la volonté des USA de nuire à nos entreprises via LEUR JUSTICE, montrent bien toute l'étendue du problème ! Mais les dirigeants de l'UE sont des atlantistes forcenés qui se fichent de la nécessaire dimension sociale de l'Europe, et sont vraiment peu enclins à construire une UE indépendante.
a écrit le 03/06/2018 à 17:20 :
le secret d’un commerce équitable et non stupide : c’est l’application à tous des mêmes taux de manière réciproquement -identique.
le G7 trouvera le «  compromis équitable »
a écrit le 03/06/2018 à 15:18 :
Plus tôt nous reviendrons à un système régulé par des taxes d'importation mieux se comportera le monde, tous ces conteneurs et ces camions qui se baladent c'est du grand n'importe quoi. Ce ne sont pas les peuples qui ont voté les accords du GATT et tous ces contrats "très secret" de libre échange car les peuples sont intelligents et soucieux de l'intérêt général c'est à dire du leur.
a écrit le 03/06/2018 à 12:45 :
Les accords signés, c'est en général du gagnant/gagnant, Trump est pour le gagnant/perdant. Du moins tout ce qui peut flatter/rassurer ses sympathisants, des élections mid-term approchent.
Réponse de le 03/06/2018 à 19:44 :
Les accords ne sont que le reflet des rapports de force.
Hier comme aujourd'hui.
Rien de plus
Trump estime, sans doute à juste titre, que les pays visés (Chine excepté) n'auront pas la volonté et les moyens de s'opposer.
Réponse de le 03/06/2018 à 21:13 :
@novice
Au jeu du poker menteur, Trump s'est fait balader par la Corée du Nord 25 millions d'habitants, un des pays les plus pauvres de la planète.
Alors forcément, il est déjà moins crédible.
a écrit le 03/06/2018 à 12:27 :
A quand les représailles européennes en match retour ?

Macron le Young Leader demeurant étonnamment extrêmement disert sur le sujet ..
http://www.comite-valmy.org/spip.php?article8266
a écrit le 03/06/2018 à 12:18 :
Obama avait prévenu, Trump l'a dit et répété, les excédents de la balance commerciale de certains pays, notamment la Chine, l'Allemagne et la Corée du Sud sont le problème.
On tourne la autour du pot pour c.... droit.
C'est au pays excédentaires de faire le necessaire si on ne veut pas de protectionisme.
Réponse de le 03/06/2018 à 17:59 :
Imagine tu as une entreprise, tu fabriques de bons produits, à des prix compétitifs et tu gagnes des parts de marchés.
Tu irais baisser ta production parceque tes concurrents ne sont pas content?
Les règles du commerce mondial sont des règles américaines, décidées par les américains, imposées par les américains. Ils perdent avec leurs propres règles, ne vendent plus rien et restent le pays le plus riche du monde. Ils perdent à leurs propres règles.
Il est là le déséquilibre, ils ont un niveau de vie trop élevé par rapport à ce qu'ils produisent vraiment. En toute logique, la seule manière de rééquilibrer les choses et que les européens deviennent plus riches, les chinois également et que les américains deviennent plus pauvres. Et là ils deviendront compétitifs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :