Au premier trimestre 2021, la Chine connaît une croissance record mais inégale

 |  | 722 mots
Lecture 4 min.
La Chine a vu son produit intérieur brut (PIB) bondir de 18,3% sur un an au premier trimestre, mais la reprise reste inégale avec la consommation des ménages à la traîne.
La Chine a vu son produit intérieur brut (PIB) bondir de 18,3% sur un an au premier trimestre, mais la reprise reste inégale avec la consommation des ménages à la traîne. (Crédits : Reuters)
Alors que le pays vise une croissance « d'au moins 6% » sur l'année 2021, la Chine voit, dès le premier trimestre, son PIB augmenter de plus de 18% sur un an, selon des chiffres communiqués aujourd'hui. Portés par des exportations solides, ces chiffres cachent néanmoins une reprise en demi-teinte selon les secteurs.

Croissance record, mais reprise inégale : la Chine a vu son produit intérieur brut (PIB) bondir de 18,3% sur un an au premier trimestre, selon les statistiques officielles publiées aujourd'hui, un chiffre à nuancer alors que l'activité était paralysée l'an dernier par l'épidémie.

Il y a un an à la même période, le PIB de la Chine au premier trimestre 2020 s'était effondré de 6,8%, sa pire performance économique en 44 ans.

Lire aussi : La Chine reste fragile, l'indice des prix à la consommation touche un plus-bas depuis 11 ans

L'amélioration progressive des conditions sanitaires a permis ensuite à la Chine de retrouver un niveau d'activité pré-pandémie en fin d'année dernière. Et le pays a été l'un des rares au monde à dégager une croissance positive en 2020 (+2,3%).

"Dans l'ensemble, la reprise s'est poursuivie au premier trimestre" 2021 et cela marque "un bon départ", a relevé devant la presse une porte-parole du Bureau national des statistiques, Liu Aihua.


La Chine signe une croissance record depuis le début de ses publications trimestrielles sur le PIB en 1992. Cette forte accélération du PIB de la Chine au premier trimestre était largement anticipée : un groupe d'analystes sondés par l'AFP tablait d'ailleurs sur une hausse encore plus importante (18,7%).

"Les fondements de la reprise doivent être consolidés", a toutefois averti Mme Liu, évoquant notamment les "incertitudes" qui persistent dans le monde sur le plan épidémique.

« Reprise inégale »


Ce bon résultat est principalement lié à la faible base de comparaison avec le début 2020 quand l'économie chinoise était paralysée par le virus, a admis Mme Liu.

Conséquence, le chiffre de la croissance "ne renseigne guère sur la dynamique actuelle de l'économie", prévient l'analyste Julian Evans-Pritchard, du cabinet Capital Economics.

Bien que sujet à caution, le chiffre officiel du PIB de la Chine est toujours scruté de près compte tenu du poids du pays dans l'économie mondiale. "Le principal moteur de la croissance au premier trimestre ont été les exportations" en particulier de produits électroniques (pour le télétravail) et d'équipements médicaux vers les Etats-Unis et l'Union européenne, indique à l'AFP l'économiste Rajiv Biswas, du cabinet IHS Markit.

En mars, les exportations chinoises sont restées robustes (+30,6% sur un an), au moment où une grande partie du monde est toujours frappée par l'épidémie.

Cependant, "la reprise reste inégale, avec une consommation des ménages à la traîne" du fait notamment du chômage, a relevé dans une note récente l'analyste de la banque HSBC, Qu Hongbin.

Les ventes de détail, principal indicateur de la consommation, ont connu une hausse de 34,2% sur un an en mars, contre 33,8% en janvier-février cumulés, seule donnée disponible. Mais certains secteurs peinent à retrouver leur niveau pré-pandémie, à l'image du transport aérien et ferroviaire dont le niveau d'activité plafonne à 60%.

Tableau incomplet


"Un rebond complet de la consommation des ménages est conditionné à la campagne de vaccination et à une amélioration du marché du travail", estime l'analyste du cabinet Oxford Economics, Louis Kuijs.


Le taux de chômage -- calculé pour les seuls urbains -- s'est affiché en mars à 5,3%, après un record absolu de 6,2% en février 2020 au plus fort de l'épidémie. Ce critère dresse toutefois un tableau incomplet de la conjoncture économique : en Chine, le chômage ne tient pas compte des près de 300 millions de travailleurs migrants, d'origine rurale, lourdement pénalisés l'an dernier par l'épidémie.

De son côté, la production industrielle chinoise a progressé de 14,1% en mars, contre 35,1% en janvier-février cumulés. Quant à l'investissement en capital fixe, sa croissance depuis le début de l'année s'affichait fin mars à 25,6%.

Désormais remis du choc épidémique, Pékin vise un objectif de croissance d'au moins 6% cette année -- un chiffre bien plus modeste que la plupart des prévisions d'économistes.

Lire aussi : La Chine post-Covid vise « au moins 6% » de croissance en 2021

"De fortes exportations combinées à une solide amélioration de la consommation intérieure" seront les principaux moteurs pour la croissance chinoise ces prochains mois, estime M. Biswas. Le Fonds monétaire international (FMI) table pour sa part sur une hausse de 8,4% du PIB de la seconde économie mondiale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2021 à 15:44 :
Aucun doute: cette croissance remarquable est due à la vente de masques au reste du monde.
a écrit le 16/04/2021 à 14:41 :
Avec la crise liée au Covid 19 de nombreuses rumeurs circulent certaines mettant en cause la Chine qui serait responsable après avoir "laissé" s'échapper le virus d'un labo de Wuhan. Sans céder à ces vaines spéculations, il existe des menaces bien réelles que la Chine fait peser sur le monde. L'auteur qui est un bon connaisseur du pays de son père (cf. "Mémoires chinoises" chez C.L.C. Éditions), en dénonce certaines sous la forme d'un néo-polar. "Terres rares" nous entraîne dans le vignoble bordelais où l'achat d'un domaine viticole par un chinois aisé aura des conséquences dramatiques. Ensuite nous partons pour Pékin où un membre de services secrets français a été retrouvé atrocement assassiné. Nous découvrons comment le régime chinois cherche à s'emparer des terres agricoles françaises en utilisant tous les moyens même les plus crapuleux. Le texte fluide se lit avec plaisir. En plus des intrigues le récit nous initie agréablement à la culture chinoise y compris gastronomique. La fiction n'est rien d'autre qu'une face insoupçonnée de la réalité. Jean Tuan nous en fait la démonstration pour notre plus grand plaisir…
a écrit le 16/04/2021 à 13:22 :
"le chômage ne tient pas compte des près de 300 millions de travailleurs migrants, d'origine rurale, lourdement pénalisés l'an dernier par l'épidémie"

Et qui doivent rentrer chez eux quand il n'y a plus d'emploi permettant en effet d'effacer la plus grosse partie du chomage mais bon se fier déjà aux statistiques chinoises c'est se forcer à y croire vu que déjà leur chiffre concernant leur croissance est hautement contestée. Quand ils parlent 6 en général c'est du 3.5 selon les estimations.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :