Automobile : "Les Allemands sont mauvais", assène Trump

 |   |  518  mots
Donald Trump en compagnie du Président du Conseil Donald Tusk, jeudi 25 mai.
Donald Trump en compagnie du Président du Conseil Donald Tusk, jeudi 25 mai. (Crédits : REUTERS/Eric Vidal)
Lors d'une rencontre avec plusieurs hauts dirigeants de l'Union européenne, dont Jean-Claude Juncker, le président américain a vertement critiqué le succès des ventes automobiles allemandes aux Etats-Unis.

>> Papier mis en ligne le 26 mai 2017 à 8h39 | Mise à jour à 12h08

Le président américain Donald Trump a lancé une salve contre l'Allemagne et ses ventes de voitures aux Etats-Unis lors d'une rencontre jeudi avec les dirigeants de l'Union européenne, assure le site de l'hebdomadaire Der Spiegel. "Les Allemands sont mauvais, très mauvais", a-t-il dit, lors de sa entretien avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, celui du Conseil, Donald Tusk et d'autres hauts responsables de l'UE à Bruxelles.

"Regardez les millions de voitures qu'ils vendent aux Etats-Unis. Horrible. Nous allons arrêter ça", a-t-il ajouté, selon des "participants à la rencontre" explique le Spiegel. Jean-Claude Juncker est alors intervenu, toujours selon la même source, pour fermement défendre l'Allemagne en assurant que le libre-échange profite à tous.

Une nouvelle sortie contre l'Allemagne

Donald Trump et Angela Merkel doivent se voir vendredi au sommet du G7 qui se réunit à Taormina en Sicile. Ni la chancellerie, ni la Maison Blanche n'ont commenté dans l'immédiat les affirmations du Spiegel.

Lire aussi : Trump a tort de critiquer les Allemands

Le président américain, avant même son élection, s'en était pris à l'Allemagne et à Angela Merkel. Fidèle à son discours anti-libre-échange, il avait notamment adopté un ton très dur vis-à-vis des excédents commerciaux allemands, menaçant d'instaurer des taxes douanières en représailles.

Discours très ferme de Trump à Bruxelles

Et Donald Trump, après avoir pourtant qualifié d'"EXCELLENTE" sa rencontre en mars à Washington avec la chancelière, avait lancé dès le lendemain une diatribe contre l'Allemagne, accusée de devoir "d'énormes sommes d'argent" à l'Otan et aux Etats-Unis. Angela Merkel de son côté avait appelé le jour de son élection l'homme d'affaires à se tenir aux valeurs des démocraties occidentales après une campagne marquée par les dérapages et les controverses.

Ces révélations interviennent alors que le déplacement du président américain à Bruxelles a aussi été l'occasion d'un discours très ferme de Donald Trump, intimant ses alliés occidentaux à payer plus au sein de l'Alliance sans donner les gages espérés sur l'engagement américain à défendre l'Europe.

 Un problème de traduction, selon Juncker

La charge du président américain Donald Trump contre la politique commerciale des "mauvais" Allemands, révélée par l'hebdomadaire Der Spiegel, n'était pas aussi "agressive" et il y a eu "un problème de traduction", a assuré vendredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

"Je ne veux pas commenter, mais je dois commenter", s'est amusé M. Juncker, interrogé sur les propos du président américain, lors d'une conférence de presse avant l'ouverture du sommet du G7 à Taormina, en Sicile.

"Il n'est pas vrai que le président (Trump) a eu une approche agressive. C'est un problème de traduction. Il n'a pas dit que les Allemands se comportaient mal, il a dit qu'il y avait un problème. Ce n'était pas agressif", a déclaré M. Juncker.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2017 à 18:35 :
Il s'amuse avec une UE qui n'a ni queue ni tête qui parle au travers de plusieurs responsables désignés par l'oligarchie européenne alors que souvent non élus, il sait que cette UE n'est qu'un gros tas de fric dirigée par des actionnaires pour leurs seuls intérêts et que du coup même si économiquement elle est puissante, politiquement, avec un Schauble, ministre allemand qui dicte la politique économique européenne entre autres, elle n'a aucune crédibilité.

Il est en train de rendre un énorme service à nos dirigeants européens mais bêtes comme sont ceux-ci aucune chance qu'ils soient capables d'en tirer profit.
Réponse de le 31/05/2017 à 0:23 :
Suis sidéré par autant de bêtise en aussi peu de lignes....
a écrit le 27/05/2017 à 20:18 :
Que dire, ce qui est Allemand c'est la méthode coué "Qualité hallemande!", et ça marche.
Sauf que c'est totalement bidon, les Allemands économisent sur le matériau jusqu'au dernier gramme et la fiabilité à long terme s'en ressent.
Dans le même registre trouvez-moi une golf diesel d'un million de km?, une 205 xad 1,9 diesel de la même année c'est banal, il y en a plein en Tunisie.
J'ai 2 très beaux pc fujitsu Siemens, manque de pot, cartes graphiques hs, refroidissement sous-dimensionné, prenez un hp, un Apple, ça n'arrive jamais car Américains.
Je me souviens avoir acheté un robot braun qui n'avait jamais servi sur un vide-greniers, il a démarré le temps de l'essai: courroie cassée, rien n'approche un moulinex.
Franchement dans un pays ou on peut disposer du fameux 4x4 ford ft150 dans les 22000 $ l'essence à 50 cmes, pourquoi rouler avec un diesel.?
Et un engin tape-cul qui vous bouffe les reins et faire mille bornes un enfer.
a écrit le 26/05/2017 à 21:10 :
Les voitures allemandes surévaluées c'est très possible. Mauvaises ?, elles sont en tout cas bien meilleures que les voitures US et c'est bien pour ça que les citoyens américains en achètent comme ils achètent aussi des voitures japonaises
Pour en revenir à des choses plus sérieuses, l'avis de Jason Bourne me paraît être le bon. Ce sera confirmé si l'Allemagne achète des F35 à la place de ce qui se produit en Europe Eurofighter Rafale ou Gripen.
a écrit le 26/05/2017 à 19:27 :
Cette sortie de Trump n'est pas innocente. Il souhaite faire payer tout les pays bénéficiant du parapluie de protection américain. On l'a vu comment il a fait cracher aux saoudiens plus de 380 milliards de contrats pour renouveler le bail de la protection de la maison Saoud, et maintenant, il souhaite faire la même chose à l'Allemagne qui héberge la plus grande base aérienne américaine du monde à Ramstein. De plus, en tant que américain fier et nationaliste, il doit lui être insupportable de voir la haute classe américaine rouler en grosse berline allemande pour des voitures qui ne sont pas produites aux états-unis mais il semble oublier que l'industrie américaine aussi exporte à gogo dans les pays d'amérique latine et surtout dans les pays du Golfe et en Australie. De toute manière, cette remontrance est un moyen de pression sur Merkel de l'inciter à acheter des armes au près de l'industrie américaine pour compenser ce "déséquilibre".
a écrit le 26/05/2017 à 18:37 :
Le lampiste c'est: Le traducteur ou la traductrice. Juncker le traître, le félon, pour arrondir les angles n'a pas hésité une seconde à incriminer un obscur traducteur qui, lui, fait bien son métier, ce que ne fait pas Juncker. La "bêtise crasse" de Trump mérite mieux qu'une telle excuse. Tout Président (en sursis) des US qu'il est, un autre commentaire plus incisif aurait été de rigueur. Les sujets ne manquent pas pour renvoyer Trump dans les cordes. J'allais écrire "à ses études", mais ce serait lui faire trop d'honneur.
a écrit le 26/05/2017 à 16:30 :
"Mauvais, très mauvais" ou encore "horrible", une fois de plus le vocabulaire utilisé est d'une pauvreté abyssale.
Je ne sais pas si, comme certains l'affirment très sérieusement, Donald Trump est atteint de démence ou d'un début d'Alzheimer ou bien si il est à ce point accroc à Twitter qu'il en vient à penser en 140 mots maximum...(sous entendu il ne connait que 140 mots)
a écrit le 26/05/2017 à 16:13 :
si la traduction est mauvaise, il faut changer le traducteur, faute de quoi on peut penser que Trump reste fidèle à lui même c'est à dire complètement incohérent. Comment peut on dire en effet que les allemands sont mauvais alors qu'ils vendent des millions de voitures aux américains !!!!
a écrit le 26/05/2017 à 16:08 :
Avec ses provocations permanentes, Trump risque de se mettre tous ses alliés Européens à dos et de se retrouver tout seul face à la Chine et la Russie.
a écrit le 26/05/2017 à 15:25 :
...«Tout» s'explique, alors!!!...Étant donné qu'il est lui même d'origine Allemande!..Il peut même demander et obtenir, au titre du droit du sang, un passeport auprès de l'Ambassade de Allemagne à Washington!..Enfin, un peu plus de tenue, voyons!...
Réponse de le 26/05/2017 à 17:09 :
Non il est d'orginie US avec une mere Ecossaise....
Réponse de le 26/05/2017 à 19:03 :
@ Libertis :... Navré, si je vous l'apprends, mais, Monsieur Trump a un grand-père et une grand-mère paternels bavarois, donc Allemands, ce que lui confère, par le sang, le droit d'avoir un passeport Allemand...CQFD!..
a écrit le 26/05/2017 à 13:42 :
Que fait on pour la pollution islamiste ?
a écrit le 26/05/2017 à 12:19 :
Des pays comme la Pologne ne sont pas vraiment européens, ils sont les vassaux des US, mais cherchent aussi des alliés en Europe pour leur politique revancharde vis-à-vis de la Russie :-)
a écrit le 26/05/2017 à 11:53 :
Trump oublie une chose c'est que les constructeurs allemand d'automobiles construisent aussi leurs véhicules dans des usines aux US avec des salariés américain. BMW une usine employant 8800 salariés et produisant les gros 4x4 BMW. BMW a investi 1 milliard de $ en 2014 dans cet usine. Volkswagen est présent dans le Tennessee etc... Trump veut-il détruire des emplois aux USA.
a écrit le 26/05/2017 à 11:28 :
L'enjeu c'est l'OTAN qui est un obstacle pour les politiques américaines et russes. On peut supposer que les conversations secrètes entre les US de Trump et La Russie de Poutine ont portées sur l'UE. Les 2 "ennemis" ne verraient certainement pas d'un mauvais oeil une Europe affaiblie et divisée. Pour ce faire, l'objectif est l'affaiblissement de l'Allemagne et le soutien aux nationalistes européens.
Nul besoin d'être historien pour savoir où mènent ces manoeuvres.
La France et l'Allemagne doivent être à l'initiative de la construction d'un vrai programme de défense, se retirer de l'OTAN, entraîner à ses côté les pays européens dont la démocratie n'est pas qu'un mot.
a écrit le 26/05/2017 à 9:48 :
J'approuve ce que Trump dit de l'Allemagne, mais sous un autre angle. En effet l'échec de l'Europe lui est largement imputable, sans doute par son manque total de solidarité allant même jusqu'à une brutalité maladive à l'encontre du peuple grec , mais aussi et surtout par son complexe tenace d'une Deutschland über Alles qu'elle n'a plus aucune honte à afficher.
Réponse de le 26/05/2017 à 11:19 :
La Grèce, pour éviter le martyrologue décrit, a toujours eu la possibilité de sortir de la zone Euro et meme de l'UE et d'être par exemple comme la Turquie, la Suisse ou la Norvège et bientôt la Grande Bretagne. On peut simplement constater qu'ils ne l'ont pas fait. C'est donc qu'ils ont jugé avoir un intérêt plus grand à rester dans l'UE et dans la zone Euro.....
Réponse de le 26/05/2017 à 11:24 :
Que notre beau pays commence par balayer devant sa porte :defict public,commerce extérieur déficitaire, dépenses publiques effarantes, chômage de masse. ..après sur ring on pourra boxer !
a écrit le 26/05/2017 à 8:55 :
Tous les germanophobes unissez-vous!
Réponse de le 27/05/2017 à 16:37 :
Je ne sais pas s'il existe une "germanophobie". Je peux par contre affirmer que les nombreuses victimes de la domination de l'Europe par les élites allemandes sont plus que jamais divisées. Et il ne faut pas oubler que parmi les victimes en question, il y a une partie considérable de la population allemande pauperisée par les "réformes".
Réponse de le 27/05/2017 à 20:47 :
Ben les Allemands sont des gens adorables et gentils, que ce soit IRL ou IG, je vais en croiser plein pour les 24h et on applaudira ensemble les Porsches.
Mais j'ai beaucoup trop travaillé sur du matériel industriel allemand car la concurrence française ou italienne n'éxiste plus, et c'est totalement bidon, la fiabilité n'est pas au rendez-vous et faut produire quand même.
Heureusement dans de bonnes boîtes pérennes on fait du neuf avec du vieux et une ligne de prod 100% française mise à la dernière mode c'est quand même plus rentable, pièces bon marché et du matos solide parfois des années 60.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :