Aux Etats-Unis, plus de 10% de la population active au chômage en seulement trois semaines

La semaine dernière, 6,6 millions d'Américains se sont inscrits aux allocations chômage. Dans ce contexte, la Réserve fédérale annonce de nouvelles mesures de soutien.

3 mn

(Crédits : GEORGE FREY)

Le chômage poursuit son envolée aux Etats-Unis. La semaine dernière, 6,6 millions de nouvelles demandes d'allocations chômage ont été déposées. C'est quasiment autant que la semaine précédente, qui avait constitué un record historique. Et c'est aussi supérieur aux prédictions des économistes, qui misaient en moyenne sur un peu plus de 5 millions d'inscriptions hebdomadaires.

Au cours des trois dernières semaines, près de 17 millions de nouvelles inscriptions aux allocations chômage ont été effectuées. Cela représente plus de 10% de la population active américaine. Un chiffre qu'il faut comparer au taux de chômage de 3,5% en février, avant que l'économie américaine ne soit touchée de plein fouet par la propagation rapide de l'épidémie de coronavirus.

Face à ce ralentissement sans précédent, la Réserve fédérale continue de se montrer très active. Jeudi, elle a annoncé de nouvelles mesures de soutien à l'économie: jusqu'à 2.300 milliards de dollars de prêts aux entreprises, aux ménages et aux municipalités. La banque centrale américaine va notamment prêter entre un et 25 millions de dollars aux sociétés employant moins de 10.000 salariés, et "qui affichaient une bonne santé financière avant la crise".

Un taux de chômage de 32% ?

Ce nouvel dispositif s'ajoute à celui déjà voté par le Congrès dans le cadre de son plan de relance de 2.000 milliards de dollars. Celui-ci inclut en effet 367 milliards de dollars de prêts pour les petites entreprises. Ces prêts n'auront pas à être remboursés si le bénéficiaire ne licencie pas ses salariés pendant la période de crise. Des négociations entre la Maison blanche et les parlementaires démocrates et républicains sont, par ailleurs, en cours pour augmenter cette enveloppe.

Le bond spectaculaire du nombre de demandeurs d'emplois s'explique surtout par la multiplication des mesures de confinement et de fermeture des commerces non essentiels dans de nombreux Etats. Et par l'absence de dispositif de chômage partiel  dans la législation américaine. Les employés des restaurants ou des usines fermés, par exemple, ont donc perdu leur travail ou été placés en congés sans solde. Pour être indemnisés, ils doivent s'inscrire aux allocations chômage.

Depuis plusieurs semaines, les économistes cherchent à quantifier l'impact à court terme de la crise actuelle. Et leurs avis divergents fortement. JPMorgan tablent, par exemple, sur un taux de chômage de 8,5% au plus fort de la crise, quand Goldman Sachs prédit un taux maximal de 15%. La Réserve fédérale de Saint-Louis est encore plus pessimiste: elle redoute 47 millions d'emplois supprimés aux Etats-Unis, ce qui se traduira par un taux de chômage de 32%.

La question est de savoir quel pourcentage de ces suppressions de postes ne seront que temporaires: pour rouvrir ses portes dans quelques semaines, un restaurant devra réembaucher. Mais comme les pays européens, les Etats-Unis pourraient aussi connaître une contraction marquée de leur activité. Les économistes de Goldman Sachs, parmi les plus pessimistes, anticipent que le PIB américain pourrait se contracter de 34% au deuxième trimestre en rythme annualisé. De quoi menacer la survie de nombreuses entreprises, même avec le soutien de l'Etat.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 10/04/2020 à 11:59
Signaler
Le vrai chiffre serait plutôt 15 %

à écrit le 10/04/2020 à 7:34
Signaler
Si l'on ne meure pas du corona on mourra de la crise économique déclenchée par nos dirigeants et là il y aura beaucoup plus de morts.

à écrit le 10/04/2020 à 0:36
Signaler
Que se passe-t-il ailleurs dans le monde ? N'y a-t-il que les Etats-Unis dans la vie ? On en parle TOUS le jours.

à écrit le 09/04/2020 à 20:39
Signaler
Et Trump fait chaque soir son show TV sur toutes les chaines, POUR se faire réélire après s'etre moqué du virus jusqu'à fin mars IL SERA REELU Il a foutu le bordel confusion équivoques et tensions partout dans le monde ENCORE 4 ANS ET 3 MO...

le 10/04/2020 à 0:34
Signaler
C'est sans doute la faute à Trump, n'est-ce pas ? C'est aussi lui qui a créé le coronavirus.

le 13/04/2020 à 18:14
Signaler
Vous écoutez trop nos médias!!! les américains sont ravis de Trump, pouvoir d'achat augmenté pour TOUS, chômage diminué , couverture sociale meilleure... .C 'est vrai il a temporisé pour le virus, comme la France, l'Italie,l'Espagne, l'Angleterre.......

à écrit le 09/04/2020 à 18:20
Signaler
Il faudrait peut-être qu'on se préoccupe de ce qui se passe chez nous avant de regarder chez les autres.

à écrit le 09/04/2020 à 18:11
Signaler
le shutdown a commence mi mars, donc c'est pas etonnant, et ca va etre pire ce mois ci

à écrit le 09/04/2020 à 16:55
Signaler
Tiens ! Les services secrets ont sonné l'alarme. Dès fin novembre 2019, les services secrets américains ont mis en garde l'administration présidentielle de Donald Trump contre le risque d'une pandémie, assure la chaîne ABC. Alors que la maladie n...

le 09/04/2020 à 17:35
Signaler
Tins, ils voudraient mettre la baudruche Biden pour rassurer les dragons célestes du monde ? Pas difficile à manipuler c'est un fait. On peut s'attendre à tout avec eux la version officielle serait que le covid a empêché la réélection de Trump. ...

le 09/04/2020 à 17:36
Signaler
C’est pour ça que le Président a limogé son chef de renseignement pour le remplacer par un pro/ Trump ?

à écrit le 09/04/2020 à 16:46
Signaler
"plus de 10% de la population active au chômage" ...et confinée

à écrit le 09/04/2020 à 16:02
Signaler
Et si on ajoute le pourcentage de la population inactive au désert (dessert), on a bien fromage(chômage) ou dessert (désert).

à écrit le 09/04/2020 à 15:33
Signaler
A mettre en perspective avec la banque d'angletterre qui va prendre directement les commandes de sa politique financière, les pays qui ne suivront pas cet exemple intelligent courront à la perte de leur économie et donc à leur propre perte de ce simp...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.