Batteries de voitures électriques : l'accord de reprise Britishvolt (en faillite) finalisé

L'accord permettant à Recharge Industries de reprendre l'entreprise en faillite Britishvolt, qui ambitionne de bâtir une vaste usine de batteries au Royaume-Uni, vient d’être finalisé. Ouvrant la voie à la poursuite de ce projet de méga-usine crucial pour le pays, qui mise sur les voitures électriques pour réduire son impact carbone. Comme en Europe, ce type d'infrastructures a du mal à voir le jour.
Britishvolt visait une production annuelle de plus de 300.000 batteries de véhicules électriques et l'embauche directe de 3.000 personnes.
Britishvolt visait une production annuelle de plus de 300.000 batteries de véhicules électriques et l'embauche directe de 3.000 personnes. (Crédits : Reuters)

[Article publié le lundi 27 février à 8h19 mis à jour à 11h50]

 Le sort de Britishvolt est enfin scellé. Pour rappel, cette entreprise a fait faillite en janvier après avoir échoué à lever assez de fonds pour financer son projet d'usine de batteries pour véhicules électriques d'un coût total de 3,8 milliards de livres (4,3 milliards d'euros). Début février, la startup australienne Recharge Industries a été sélectionnée par le cabinet EY pour reprendre Britishvolt. Rien n'avait jusqu'à présent filtré sur le montant de la transaction ou le nombre d'ex-employés qui pourraient être réengagés.

On en sait un peu plus ce lundi 27 février. Les administrateurs ont « finalisé la vente de la majorité des activités et actifs à Recharge » pour une somme non divulguée, selon un communiqué d'EY. Il est précisé que les employés restants de Britishvolt vont être repris par Recharge dans le cadre de cette transaction. Une porte-parole d'EY avait indiqué à l'AFP il y a quelques semaines que quelque 26 salariés de Britishvolt ont été gardés, sur environ 300 personnes employées avant le dépôt de bilan.

Ce dimanche, un article du Sunday Times affirmait que l'accord de reprise par Recharge était retardé mais l'opération a finalement été close lundi. Glen Sanderson, le responsable du conseil de Northumberland, impliqué dans les discussions, avait indiqué au journal que des vérifications étaient toujours en cours pour déterminer si Recharge disposait des fonds nécessaires pour conclure la transaction. Force est de constater qu'elles ont été bouclées.

Lire aussiRoyaume-Uni: le projet de méga-usine de batteries de Britishvolt déjà en panne, faute d'argent

Recharge Industries, « repreneur privilégié »

Britishvolt avait reconnu en août dernier des difficultés, liées aux « conditions du marché, y compris l'inflation galopante et la hausse des taux d'intérêt ». Elle avait aussi invoqué « les incertitudes géopolitiques » et « la crise énergétique mondiale », repoussant la date de début de production de 2023, à 2025. Face aux difficultés, ses employés avaient accepté une réduction de salaire temporaire en novembre, mais en vain. Ce dépôt de bilan avait en tout cas fait couler beaucoup d'encre au Royaume-Uni et entraîné des critiques envers le gouvernement car il porte un coup à ses ambitions d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

Dans son communiqué de début février, le cabinet EY indiquait que les administrateurs de la faillite « ont passé un accord avec Scale Facilitation Partners LLC et sa filiale (...) Recharge Industries pour être le repreneur privilégié de la majorité des actifs » de Britishvolt. Ce choix faisait suite « à un processus mené par EY » et qui a pris en considération « de nombreuses offres », poursuivait le texte.

Recharge Industries, qui porte un projet similaire d'usine de batteries à Geelong, près de Melbourne en Australie, prévoit le rachat de « la totalité du site et des installations » de Britishvolt. L'entreprise « offre une perspective pour conserver les employés actuels de Britishvolt et développer » sa technologie de batterie, avait-elle indiqué en janvier.

Lire aussiVéhicules électriques et batteries : Il n'y aura pas de métaux pour tout le monde !

Des usines cruciales pour l'électrification du Royaume-Uni...

D'autres projets de méga-usines de batteries ont été lancés au Royaume-Uni. Dont un par Nissan à Sunderland, au sud de Newcastle, en partenariat avec le chinois Envision AESC, et un autre dans la région des West Midlands (centre de l'Angleterre). En janvier, c'est WAE Technologies, une filiale britannique du géant minier australien Fortescue, qui a annoncé son intention d'en ouvrir une en avril à Kidlington, près d'Oxford.

Le Royaume-Uni s'est engagé à la neutralité carbone pour 2050 et interdira dès 2030 la vente de nouvelles voitures à essence et diesel. Reste que « les chaînes d'approvisionnement sont tendues, avec un seul fabricant de batteries actuellement en activité au Royaume-Uni », indiquait il y a quelques semaines Susannah Streeter, analyste de Hargreaves Lansdown. Ce qui explique « pourquoi l'effondrement de Britishvolt a été si décevant pour le secteur ». L'installation de telles usines dans le pays est cruciale alors que « les chaînes d'approvisionnement mondiales sont devenues plus fragiles », mais le raté de Britishvolt « montre à quel point il est difficile pour une start-up de batteries d'entrer sur ce marché », poursuit l'analyste.

Les constructeurs d'automobiles britanniques, qui exportent environ 80% de leur production, s'inquiètent aussi d'un durcissement l'an prochain des règles qui permettent de vendre des véhicules électriques dans l'Union européenne - et réciproquement - sans droits de douane, en vertu de l'accord commercial post-Brexit. En 2024, « une plus grande part des composants devra provenir de l'UE ou du Royaume-Uni, pour que (le véhicule) en soit exempté », ce qui handicapera autant les constructeurs de l'UE que britanniques, très dépendants de pays tiers pour les composants des batteries, assure Mike Hawes.

Faute d'accord entre Londres et Bruxelles, cela pourrait se traduire par des droits de douane de 10% sur ces véhicules pourtant moins polluants, prévient la SMMT, alors que les exportations vers l'UE, de loin son principal marché, ont fondu de 10% l'an dernier.

Lire aussiTesla ne va pas quitter Berlin pour produire ses batteries aux Etats-Unis

... et de l'Europe

L'installation d'usines à produire des batteries pour véhicules électriques ne va pas sans mal en Europe. En octobre, l'entreprise suédoise de batteries électriques Northvolt faisait savoir que son projet d'usine géante en Allemagne pourrait être repoussé au profit d'une expansion aux États-Unis où l'énergie est moins chère et les subventions plus généreuses.

Une annonce qui a provoqué un véritable tollé. Pour calmer le jeu, un porte-parole du groupe a récemment déclaré à l'AFP que l'entreprise suédoise restait « engagée dans son expansion en Europe ». Le fabricant n'a « pas mis le frein » sur le projet et les discussions se poursuivent à propos du chantier de Heide, a assuré Björn Jörgensen, responsable du développement de la communauté de communes autour de Heide.

Reste que de nombreux groupes ont, comme Northvolt, commencé à tourner leur regard de l'autre côté de l'Atlantique. Certains fabricants de panneaux solaires, comme l'Italien 3Sun et le Suisse Meyer Burger, ont d'ores et déjà annoncé des projets d'expansion ou d'installation d'usines aux États-Unis. L'industrie européenne appelle donc à une réponse forte des pays de l'UE contre l'IRA, afin de ne pas plomber ses efforts de transition écologique.

Lire aussiLa crise de l'énergie menace l'implantation d'une usine géante de batteries en Allemagne

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 27/02/2023 à 15:50
Signaler
"acheteurs potentiels rares " Sauf que les services financiers et marketing associés des constructeurs trouveront à n'en pas douter la martingale pour convaincre les utilisateurs sans avoir par exemple à passer par l'achat mais en s'en tenant au simp...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.