Brésil : et si Lula était élu au premier tour de l'élection présidentielle

Selon un sondage CNT/MDA, Lula remporterait dimanche le premier tour de l'élection présidentielle brésilienne en obtenant 48,3% des votes. Soit un score très proche de la majorité.
Le chef de file la gauche brésilienne, Luiz Inacio Lula da Silva, dit Lula, conserve une solide avance sur le président sortant d'extrême droite, Jair Bolsonaro, à la veille de la présidentielle de dimanche.
Le chef de file la gauche brésilienne, Luiz Inacio Lula da Silva, dit "Lula", conserve une solide avance sur le président sortant d'extrême droite, Jair Bolsonaro, à la veille de la présidentielle de dimanche. (Crédits : Shannon Stapleton)

Le chef de file la gauche brésilienne, Luiz Inacio Lula da Silva, dit "Lula", conserve une solide avance sur le président sortant d'extrême droite, Jair Bolsonaro, à la veille de la présidentielle de dimanche et est en passe de remporter une victoire nette, selon un nouveau sondage publié samedi. L'élection la plus clivante organisée au Brésil depuis des décennies décidera du retour au pouvoir d'un ancien président qui fut incarcéré sur des accusations de corruption finalement abandonnées ou du maintien populiste d'extrême droite. Jair Bolsonaro a d'ores et déjà prévenu qu'il pourrait contester le résultat du scrutin en cas de défaite.

Selon un sondage CNT/MDA publié samedi, Lula remporterait dimanche 48,3% des votes, à un jet de pierre de la majorité absolue qui pourrait lui éviter un second tour meurtrier. La marge d'erreur de ce sondage est de 2,2 points de pourcentage. Si aucun des 11 candidats n'obtient plus de 50 % des voix, à l'exclusion des bulletins blancs et nuls, les deux principaux candidats - très certainement Lula et Jair Bolsonaro - se retrouveraient au second tour le 30 octobre.

Un scrutin sous haute surveillance

Jair Bolsonaro clôturera sa campagne de réélection par deux rassemblements de partisans à moto à Sao Paulo et Joinville, dans l'État de Santa Catarina. Le Parti des travailleurs de Lula a quant à lui déjà réservé un espace sur la principale avenue de Sao Paulo dimanche soir pour célébrer la victoire de l'ancien dirigeant syndical et fondateur du parti, âgé de 77 ans.

Le président de l'autorité électorale nationale (TSE), le juge de la Cour suprême Alexandre de Moraes, a appelé les Brésiliens sur Twitter à célébrer la démocratie du pays en allant voter "dans la paix, la sécurité et l'harmonie, le respect et la liberté". En raison des attaques de Jair Bolsonaro contre le système de vote et de la perspective d'un conflit, le TSE a invité un nombre sans précédent d'observateurs internationaux aux élections de cette année.

Un débat télévisé transformé en ring

L'ex-président de gauche et le chef de l'État sortant d'extrême droite ont échangé des propos haineux lors du dernier débat télévisé jeudi soir, se traitant mutuellement de "menteur" et de "corrompu". Les premières minutes de ce débat, auquel des dizaines de millions de téléspectateurs ont assisté durant plus de trois heures sur la chaîne TV Globo, ont donné lieu à de violentes passes d'armes, à trois jours du scrutin le plus polarisé de l'histoire récente du Brésil.

Dès sa première prise de parole, Jair Bolsonaro a accusé Lula, 76 ans, d'avoir été le chef de file d'une bande de "voleurs", quand la gauche a dirigé le pays de 2003 à 2016, tout en le traitant de "menteur" et "traitre à la patrie". "C'est moche de voir un président de la République mentir sans arrêt", a répondu Lula, qui l'a à son tour accusé de corruption. "Comment peux-tu te regarder dans le miroir, quand on voit ce qui s'est passé sous ton gouvernement?", a-t-il déclaré, citant notamment des soupçons de détournements de fonds de Flavio Bolsonaro, fils aîné du président. "Le peuple va te renvoyer chez toi le 2 octobre!", a lancé Lula.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 02/10/2022 à 11:35
Signaler
Il faut craindre que le clan Bolsonaro ne recoure à la violence pour garder le pouvoir. C"est ce que font en général toutes les partis extrêmes en manipulant l'information, en s'attachant les services de la police, de l'armée. Cf:Poutine...Trump......

à écrit le 02/10/2022 à 6:48
Signaler
Le Bresil c'est le foutoir permanent, malgre cela, il fait bon y vivre. La fete, c'est tous les jours, certes il faut etre du bon cote et avoir de cash, si possible du $ et tant pis pour les rageux de gauche sur ce journal.

le 02/10/2022 à 17:06
Signaler
Je vois que certains ne manquent pas d'humour! Il fait peut être bon vivre au Brésil mais probablement pas de bien vieillir. Pour rappel, le corps de la chanteuse Loalwa Braz, chanteuse du groupe franco-brésilien Kaoma célèbre pour son titre ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.