Cartel du "papier toilette" : chaque consommateur chilien va recevoir 11 dollars

 |   |  332  mots
Le groupe incriminé et son concurrent contrôlent 90% du marché local du papier toilette.
Le groupe incriminé et son concurrent contrôlent 90% du marché local du papier toilette. (Crédits : DR)
Le principal producteur de papier toilette du pays est accusé d'avoir configuré des méthodes anticoncurrentielles.

Onze dollars, c'est la somme que va recevoir chaque consommateur majeur chilien, soit 12,5 millions de personnes, de la part du principal producteur de papier toilette du pays, accusé d'entente sur les prix avec son concurrent, une première au Chili.

"Ce n'est pas beaucoup, mais entre rien et avoir 7.000 pesos que l'on peut utiliser, je trouve ça bien", a déclaré à l'AFP Andrés Antilao, à la sortie de la Banque Nationale, où les premiers clients floués commençaient mercredi à encaisser cette indemnisation accordée par la justice au terme d'une procédure qui a duré trois ans.

150 millions de dollars de compensation

Selon l'accord, tout Chilien ou étranger résident permanent dans le pays de plus de 18 ans recevra d'ici à septembre 7.000 pesos chiliens (environ 11 dollars) de la part de l'entreprise CMPC Tissue, qui durant dix ans, avec son concurrent SCA Chili, ont constitué "un cartel pour se partager le marché et fixer les prix", explique l'accusation.

Les deux groupes contrôlent 90% du marché local du papier toilette.

Au total, CMPC est parvenu à un accord avec les organisations de consommateurs pour payer 150 millions de dollars de compensation, l'équivalent de 78% de ses bénéfices durant les années incriminées (2000-2011).

Une somme jugée insuffisante

"C'est un processus inédit et historique (...) on est en train de fixer un standard de compensation" pour les consommateurs, a déclaré le président de l'Association des consommateurs et usagers (ODECU), Stefan Larenas, lors d'un point presse.

L'accord a été validé en mai dernier par la Cour suprême. Les associations de consommateurs réclamaient 510 millions de dollars, mais ce montant a été ramené à 150 millions. Une somme jugée insuffisante par certains.

"Je trouve que c'est peu, très peu par rapport à ce qu'ils ont gagné eux (...) nous, on ne gagne rien, ils sont juste en train de nous rendre quelque chose qu'ils nous ont pris", a souligné Jonny Reyes, un consommateur qui entend acheter du papier toilette avec cet argent.

( Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/08/2018 à 14:14 :
C'est une bonne idée et elle a le mérite d'exister car faire payer les fautes des propriétaires de capitaux et d'outils de production c'est une première non ?

Il serait temps d'appliquer le libéralisme économique, le vrai, et d'imposer le principe pollueur (ou corrupteur d'ailleurs) payeur, je peux vous garantir que notre société en quelques années se porterait bien mieux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :