Catherine Colonna et Sébastien Lecornu : « L’urgence doit être une trêve durable entre Israël et le Hamas »

TRIBUNE - Pour la toute première fois, la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères et le ministre des Armées signent un texte commun pour défendre les positions de la France dans le conflit entre Israël et le Hamas.
Catherine Colonna, Ministre de l'Europe et des Affaires Étrangères ; Sébastien Lecornu, Ministre des Armées.
Catherine Colonna, Ministre de l'Europe et des Affaires Étrangères ; Sébastien Lecornu, Ministre des Armées. (Crédits : © Vincent Boisot pour LTD et Olivier Coret/Figarophoto)

Depuis l'attaque barbare du Hamas le 7 octobre sur le sol israélien et l'enchaînement des événements qui en ont découlé, la France joue un rôle déterminant pour parvenir à la libération des otages, enrayer l'escalade de violences dans la région et pour défendre ses intérêts et ses valeurs.

Dans ce conflit dont l'écho résonne et menace la stabilité d'une région si proche de l'Europe, et alors que nous venons de déplorer la reprise des combats, le message du président de la République est simple : l'urgence doit être une trêve durable qui permette la libération des otages, un accès humanitaire accru, ouvre la possibilité d'un cessez-le-feu et restaure un horizon politique.

Lire aussiCatherine Colonna : « La guerre contre le Hamas est légitime »

Les civils, où qu'ils soient et singulièrement à Gaza, doivent être protégés conformément au droit international humanitaire. Nous devons dès à présent travailler avec tous les partenaires à une solution politique dans le cadre de deux États, seule garante de la paix et de la sécurité durables. Ces messages sont portés partout, en Israël comme dans les États arabes de la région, conformément à l'histoire et à la densité des partenariats que la France a noués dans cette région.

Notre première priorité depuis le 7 octobre est d'abord la sécurité des Français. Pour les Français otages des terroristes, nous avons conjugué nos efforts, en tant que ministre des Affaires étrangères et de ministre des Armées, sous l'autorité du président de la République auprès de nos interlocuteurs, notamment au Qatar et en Égypte, pour qu'ils retrouvent la liberté. Quatre d'entre eux, tous les enfants et la seule femme adulte otage du Hamas, ont été rendus à leurs proches. Nous remercions tous ceux qui ont contribué à ce résultat.

Quatre autres Français sont encore portés disparus ou captifs des terroristes. Nous continuons d'agir pour eux et pour leurs familles, que nous avons rencontrées à de nombreuses reprises et à qui nous avons redit que la République française n'abandonne jamais les siens.

Avec la même énergie, les Affaires étrangères et les Armées ont travaillé main dans la main pour l'évacuation de nos ressortissants souhaitant quitter Israël au lendemain du 7 octobre. Trois mille cinq cents d'entre eux ont regagné la France par des vols civils et militaires mis en place par le gouvernement français. Avec le même dévouement, les agents diplomatiques et consulaires ont assisté nos compatriotes à Gaza, et leurs familles, qui ont pu quitter ce territoire pour se mettre en sécurité en France.

Cet engagement commun, enfin, se concrétise par une aide humanitaire que la France a apportée aux populations civiles de la bande de Gaza. Depuis le mois d'octobre, la France a envoyé plus de 120 tonnes de fret humanitaire grâce à l'engagement de nos diplomates, au sein du Centre de crise du ministère des Affaires étrangères et à l'appui logistique maritime et aérien de nos armées.

La France est la seule nation occidentale à soigner des civils gazaouis

Nous pouvons être fiers de ce que fait la France dans cette région. Elle est aujourd'hui la seule nation occidentale à soigner des civils gazaouis - et notamment des enfants - à bord du porte-hélicoptères Dixmude qui a accosté lundi dernier en Égypte, à quelques encablures du point de sortie de Rafah. La France a reçu la confiance des autorités égyptiennes pour ce faire. Cette décision est l'aboutissement de notre mobilisation conjointe avec l'aide du ministère de l'Intérieur et des Outre-Mer et du ministère de la Santé et de la Prévention pour assurer à nos partenaires que la parole de la France est celle d'un allié fiable et d'une puissance d'équilibre. Ce travail porte aujourd'hui ses fruits.

Nous avons enfin également une responsabilité pour empêcher une escalade de la violence qui se répandrait aux autres pays de la région - et notamment au Liban. Là-bas, 700 de nos soldats assurent une mission de maintien de la paix sous mandat de l'ONU, au sein de la Force intérimaire des Nations unies au Liban. Nos soldats présents au Liban voient leur engagement prendre une nouvelle tournure dans un contexte de plus en plus dégradé. Leur action est essentielle pour assurer la paix et la stabilité de la région. Personne n'a intérêt à cette dégradation, et la France s'engage par tous les moyens pour l'empêcher. Nous avons notamment redoublé notre soutien aux forces armées libanaises, car elles sont un pilier de la stabilité du pays.

Ce sont tous ces messages que le président de la République porte résolument lors de ses nombreux entretiens avec les chefs d'État de la région, y compris ceux qu'il a encore tenus en marge de la COP28 à Dubaï. C'est le message que nous avons relayé à notre tour auprès de nos interlocuteurs, lors de nos tournées respectives au Proche-Orient et au Moyen-Orient ces dernières semaines. Nous continuerons de nous déployer.

Notre histoire, nos moyens, nos alliances nous permettent d'agir concrètement avec les États de la région : agir pour la sécurité et contre le terrorisme, agir pour l'appui humanitaire envers ceux que les crises accablent, en Syrie comme à Gaza, en Libye comme au Soudan, agir enfin pour éviter l'enchaînement de l'escalade et retrouver un chemin vers la paix. Nous avons également une mission au service des Français, pour défendre notre sécurité, nos intérêts et nos valeurs qui sont directement menacés par ce conflit.

Cette voix qui porte et cette capacité d'action sont le résultat d'une ambition portée depuis 2017 par Emmanuel Macron, appuyée par des augmentations historiques de crédits pour renforcer notre modèle d'armée et notre réseau diplomatique. Cette politique fait de nous des interlocuteurs crédibles, fiables, et attendus pour apporter des solutions.

Plus que jamais, nous sommes mobilisés pour agir. Mieux que jamais, nous le faisons ensemble, au service du succès de la France.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 03/12/2023 à 15:16
Signaler
Mais qui s'intéresse à l'avis de la France ,réponse Personne. Donc ils feraient bien mieux d'être au service de la France plutôt que s'occuper des soucis des palestiniens .

à écrit le 03/12/2023 à 8:43
Signaler
L urgence , c est la capitulation du hamas. est ce que la France negicie avec l assassin de 40 de ses ressortissants ? Vous êtes pas dans le réel. Le stop doit être maintenant, inconditionnel et servir de message a toutes les confréries populaires da...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.