Ce patron chinois qui dénonce les impôts et le coût du travail... en Chine

 |   |  313  mots
(Crédits : © Stringer China / Reuters)
Cao Dewang, président du groupe Fuyao (verre pour automobile) qui vient d'ouvrir une usine géante aux Etats-Unis, dénonce publiquement le poids des impôts et le coût élevé du travail en Chine.

C'est la mondialisation à l'envers. Cao Dewang, président du groupe Fuyao, qui se présente comme le plus grand exportateur de verre automobile au monde, a ouvert en octobre une usine géante dans l'Ohio (est des Etats-Unis) avec des milliers d'emplois à la clé. Dans un entretien la semaine dernière au magazine China Business News, le magnat de 70 ans a justifié cet investissement par les impôts chinois, qu'il considère comme "les plus élevés du monde". Selon lui, les entreprises du secteur manufacturier sont soumises en Chine à une fiscalité 35% plus lourde qu'aux Etats-Unis.

Des déclarations qui interviennent alors que Donald Trump a plusieurs fois promis de faire "revenir aux Etats-Unis" les emplois délocalisés en Chine et menacé d'imposer des droits de douane de 45% aux produits importés de ce pays.

Ce début de délocalisation entamé par Fuyao a été l'un des principaux sujets agitant l'internet chinois ces derniers jours. De nombreux utilisateurs du réseau social Weibo ont appelé Pékin à "ne pas permettre à Cao Dewang de s'enfuir". "Je ne m'enfuis pas et ne m'enfuirai pas. Le centre de mon activité est en Chine", s'est-il défendu mercredi dans le journal Xinjingbao (Beijing News). "Je rappelle simplement au gouvernement que les impôts et le coût du travail sont trop élevés" en Chine, a souligné Cao Dewang, nommé en 2009 entrepreneur mondial de l'année par Ernst & Young.

Le Global Times, quotidien réputé proche du pouvoir, a abondé dans son sens, publiant jeudi la tribune d'un expert jugeant la Chine comme "l'un des pays au monde qui taxe le plus les entreprises".  Selon Li Weiguang, professeur à l'Université de finance et d'économie de Tianjin (nord), "la Chine risque de perdre sa compétitivité dans le secteur manufacturier si elle ne réduit pas le fardeau fiscal qui pèse sur les entreprises".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/12/2016 à 12:10 :
UNE HIRONDELLE NE FAIS PAS LE PRINTEMP?/ ATTENDON DE VOIR SI C EST VRAIS D AUTRE REVIENDRONS PEUT ETRE EN EUROPE ET EN FRANCE? LAISE DU TEMPTS AU TEMPTS ///ROCARD///
a écrit le 23/12/2016 à 9:55 :
J'en connais un qui va avoir des soucis en rentrant en Chine.
a écrit le 23/12/2016 à 9:51 :
La roue tourne....
a écrit le 22/12/2016 à 18:46 :
Pas étonnant de la part d'un communiste. Tous pareil...
a écrit le 22/12/2016 à 16:35 :
Ces patrons, tous les mêmes, jamais contents...

Je ne sais pas trop ce que vont penser les ouvriers américains de sa nouvelle usine.
Se dire qu'ils coûtent moins chers que leurs homologues chinois, je ne sais pas si ça doit les réjouir,j surtout en fin de quinzaine, quand les chèques de salaire tombent.
Réponse de le 23/12/2016 à 12:43 :
Les americains sont moins cher surement car ils sont bien plus robotises.
En general dans uen usine, le cout de la main d oeuvre c est 20-30 % des couts totaux (ca depend evidement de ce que vous fabriquez). Il faut payer la matiere premiere, l electricite, les impots, le transport (par ex si vous fabriquez du verre en chine pour etre livre a une usine aux USA, vous couts sont supereir a si vous livrez a partir des USA)

apres il faut aussi voir le cout de la vie. avec le meme salaire qu en france, je vivait mieux en RFA: loyers plus faible, appartement de meilleure qualite, moins de delinquence, moins de bouchons, prix de la nourriture plus faible ... la politique du logement cher en france nous plombe amsi comme on peut pas faire de peine aux baby boomers ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :