Céréales ukrainiennes : Biden juge "scandaleuse" la décision de la Russie de suspendre l'accord céréalier

Le bras de fer continue. Suite aux accusations russes à des attaques de drone en Crimée sur la Marine de Vladimir Poutine, l'accord céréalier conclu en juillet sous égide de l'ONU qui avait permis l'exportation de plusieurs millions de tonnes de céréales faisant craindre des famines dans de nombreux pays, a été suspendu. La réponse de Joe Biden ne s'est pas fait attendre.
(Crédits : LEAH MILLIS)

>> ARTICLE DU 29/10/2022 - 17:59 | MISE À JOUR LE 30/10/2011 - 6:15

La Russie a suspendu samedi l'accord sur les exportations de céréales des ports ukrainiens, vitales pour l'approvisionnement alimentaire mondial, après une attaque de drones ayant visé ses navires en Crimée annexée, que Moscou a imputé à l'Ukraine et à la Grande-Bretagne.

Le président américain Joe Biden a jugé samedi "scandaleuse" la décision de la Russie de suspendre l'accord sur les exportations de céréales des ports ukrainiens, vitales pour l'approvisionnement alimentaire mondial. "C'est juste scandaleux. Il n'y avait aucune raison pour eux de faire cela", a-t-il déclaré à la presse après avoir voté par anticipation aux élections de mi-mandat dans son fief de Wilmington, dans le Delaware.

L'accord céréalier, conclu en juillet sous égide de l'ONU et de la Turquie, avait permis l'exportation de plusieurs millions de tonnes de céréales coincées dans les ports ukrainiens depuis le début de l'invasion russe en février. Ce blocage avait engendré une flambée des prix alimentaires, faisant craindre des famines dans de nombreux pays.

Moscou a justifié cette suspension par une attaque de drones massive qui a visé samedi matin des navires militaires et civils de la flotte russe de la mer Noire stationnés dans la baie de Sébastopol, en Crimée annexée. La Crimée, annexée en mars 2014 par la Russie, sert de base arrière logistique pour son offensive en Ukraine. Des installations militaires et civiles y ont été visées à plusieurs reprises ces derniers mois.

Moscou accuse Kiev et Londres

"Compte tenu de l'acte terroriste réalisé par le régime de Kiev avec la participation d'experts britanniques contre des navires de la flotte de la mer Noire et des navires civils impliqués dans la sécurité des couloirs céréaliers, la Russie suspend sa participation à la mise en oeuvre de l'accord sur les exportations des produits agricoles des ports ukrainiens", a annoncé le ministère russe de la Défense sur Telegram.

Selon les autorités russes, l'attaque a eu lieu au petit matin samedi avec "neuf véhicules aériens sans pilote et sept drones maritimes autonomes", provoquant des "dégâts mineurs" sur un navire dragueur de mines et sur le barrage de confinement de la baie de Sébastopol. La Crimée, annexée en mars 2014 par la Russie, sert de base arrière logistique pour son offensive en Ukraine. Des installations militaires et civiles y ont été visées à plusieurs reprises ces derniers mois.

Face à ces accusations, la Défense britannique a réagi en dénonçant de "fausses informations" destinées à "détourner l'attention", tandis qu'un responsable ukrainien a suggéré qu'une "manipulation négligente d'explosifs" par les forces russes était à l'origine de l'incident.

Moscou accuse également Londres d'être impliquée dans les explosions ayant endommagé en septembre dernier les gazoducs russes Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique. Le ministère britannique de la Défense a dénoncé une "histoire inventée" par la Russie pour "détourner l'attention de sa gestion désastreuse de l'invasion illégale de l'Ukraine". Interrogée sur ce sujet, la cheffe du gouvernement français Elisabeth Borne a indiqué qu'elle n'accordait aucun crédit aux propos de l'armée russe accusant Londres. "Il y a une enquête qui est en cours et, moi, je n'accorde aucun crédit à ce qui a pu être annoncé ce matin", a expliqué la Première ministre.

Un accord très critiqué par la Russie

Peu avant l'annonce de la suspension de l'accord céréalier, le ministre russe de l'Agriculture avait une nouvelle fois critiqué le texte à la télévision, accusant les pays de l'UE de s'accaparer les exportations ukrainiennes devant revenir aux pays pauvres. Ces allégations avaient précédemment été démenties par le centre de coordination situé en Turquie.

"L'accord sur les céréales, malheureusement, non seulement n'a pas permis de résoudre les problèmes des pays dans le besoin, mais les a même aggravés dans un certain sens", a déclaré Dmitri Patrouchev, promettant de leur livrer gratuitement jusqu'à 500.000 tonnes de céréales russes.

Le président russe Vladimir Poutine a également multiplié les critiques envers cet accord ces dernières semaines, soulignant que les exportations de la Russie, autre producteur céréalier majeur, souffraient à cause des sanctions.

L'Ukraine dénonce le faux prétexte de l'attaque en Crimée

De son côté, l'Ukraine a dénoncé samedi le "faux prétexte" de l'attaque en Crimée utilisé par la Russie pour justifier la suspension de l'accord sur les exportations de céréales, appelant à faire pression pour que Moscou "respecte ses obligations".

Les Nations unies ont appelé samedi à tout faire pour préserver l'accord sur les exportations de céréales ukrainiennes, après l'annonce par la Russie qu'elle suspendait sa participation en raison de l'attaque de drones ayant visé ses navires en Crimée.

"Il est vital que toutes les parties s'abstiennent de toute action qui mettrait en péril l'accord céréalier de la mer Noire", a déclaré dans un communiqué le porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Stéphane Dujarric, soulignant que cet accord avait un "impact positif" pour l'accès à l'alimentation de millions de personnes à travers le monde.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 31/10/2022 à 7:29
Signaler
...la mer Noire appartient a QUI ? Il n'y a pas d'eaux internationales a faire respecter ?

à écrit le 30/10/2022 à 18:05
Signaler
Le plus scandaleux ce sont surtout les importations d'uranium russe par les USA...

à écrit le 30/10/2022 à 9:10
Signaler
L’extension géographique de ce conflit, est une faute, va à l’encontre de nos intérêts, est dangereux pour l’UE, et doit être combattue. L’extension des combats sur la Crimée n’est pas acceptable. L’extension à la mer noire n’est pas acceptable. et l...

le 30/10/2022 à 13:20
Signaler
Il n’y a que les faiblards et c molle pour baisser l échine face aux russes … quel beau signal votre commentaire envoit à Poutine … allez y les gars .. mon fric est baisse ! Face à Poutine qu un message la fermeté si on demain les russes seront aux ...

à écrit le 30/10/2022 à 8:56
Signaler
Son de cloche : - Moscou a justifié cette suspension par une attaque de drones massive qui a visé samedi matin des navires militaires et civils de la flotte russe de la mer Noire. - tandis qu'un responsable ukrainien a suggéré qu'une "manipulatio...

à écrit le 30/10/2022 à 8:43
Signaler
La guerre en Ukraine est ainsi nommée parce que c'est une guerre, si à chaque fois qu'il y a des conséquences de guerre il faut faire les vierges effarouchées ça va être usant le truc.

à écrit le 30/10/2022 à 8:41
Signaler
Les USA qui veulent dominer le monde s'offusquent quand une nation leur tient tête. Quand ils ne peuvent pas acheter, ils "confisquent (volent)". Par exemple le pétrole syrien... Ce temps semble révolu. L'UE a choisi le mauvais allié, s'est tromp...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.