Un premier navire humanitaire chargé de céréales quitte l'Ukraine pour l'Afrique

Ce mardi, un navire humanitaire affrété par l'ONU a quitté le port de Pivdenny, dans le sud de l'Ukraine, avec 23.000 tonnes de blé à son bord. Il se dirige vers le port de Djibouti en Afrique pour que ces denrées soient distribuées dans le pays. S'il s'agit du premier navire humanitaire, une dizaine de bateaux commerciaux ont d'ores et déjà quitté l'Ukraine. Ils peinent toutefois à trouver preneur pour vendre leurs cargaisons.
Un premier navire humanitaire affrété par l'ONU est parti d'Ukraine transportant à son bord des céréales ukrainiennes.
Un premier navire humanitaire affrété par l'ONU est parti d'Ukraine transportant à son bord des céréales ukrainiennes. (Crédits : DADO RUVIC)

C'est un soulagement alors que 345 millions de personnes dans 82 pays sont aujourd'hui confrontées à une insécurité alimentaire aiguë et que jusqu'à 50 millions de personnes dans 45 pays risquent de sombrer dans la famine sans aide humanitaire, selon le Programme alimentaire mondial (PAM).

Le spectre d'une crise alimentaire provoquée par la guerre entre l'Ukraine et la Russie déclenchée le 24 février dernier semble s'éloigner avec le départ du premier navire humanitaire affrété par l'ONU pour transporter des céréales ukrainiennes. Il a quitté, ce mardi, le port de Pivdenny, dans le sud de l'Ukraine, avec « 23.000 tonnes de blé à bord de ce navire affrété par le Programme alimentaire mondial des Nations unies », a indiqué le ministère ukrainien de l'Infrastructure sur Telegram. « Le navire Brave Commander avec du grain pour l'Afrique a quitté le port de Pivdenny. Ce matin, le cargo est parti pour le port de Djibouti, où les vivres seront livrées à l'arrivée aux consommateurs en Ethiopie », a-t-il précisé. Présent au port de Pivdenny dimanche, le ministre ukrainien de l'Infrastructure Oleksandre Koubrakov avait dit espérer que « deux ou trois » navires supplémentaires affrétés par l'ONU pourraient en partir prochainement.

Lire aussiLe commerce en mer Noire miné par la guerre

Des navires commerciaux en difficulté

Ces derniers jours, ce sont des navires commerciaux qui ont quitté les ports ukrainiens, chargés de denrées, et ce, grâce à l'accord signé le 22 juillet entre la Russie, l'Ukraine et la Turquie sous l'égide de l'ONU, laissant entrevoir l'espoir pour les Ukrainiens d'écouler une partie des 10 milliards d'euros de céréales qui stagnent encore sur le territoire qu'ils contrôlent. La tâche semble toutefois plus difficile que prévu. Seuls une dizaine de bateaux chargés de céréales ont d'ores et déjà quitté les ports ukrainiens d'Odessa et de Tchornomorsk et peinent à trouver preneurs pour leurs cargaisons.

C'est notamment le cas pour le « Razoni », premier navire a quitté un port ukrainien depuis le début de la guerre le 1er août. Alors qu'il avait déjà pris la mer, son acheteur initial, vraisemblablement basé au Liban, qui avait passé commande avant la guerre, a finalement renoncé à acquérir la cargaison, prétextant le retard de la livraison imputable à la guerre, alors même qu'une cérémonie était prévue avec les diplomates à Tripoli au Liban. En cause, la qualité des grains, qui s'est sérieusement dégradée après plusieurs mois passés dans la cale du Razoni. Sans compter que les navires sont contraints de sillonner dans des zones ultra-militarisées, particulièrement proches des côtes d'Ukraine et de Crimée, où les bâtiments de guerre de la marine russe cohabitent avec les mines sous-marines larguées par les Ukrainiens.

(Avec AFP)

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 18/08/2022 à 1:42
Signaler
L'ONU criminelle contribue au dérèglement climatique par l'élevage de masse d'africains à la natalité explosive notamment chez les musulmans qui refusent l'instruction aux jeunes filles dont les moyens de contraception telle que la méthode du cale...

à écrit le 17/08/2022 à 14:16
Signaler
Nos amis Ukrainiens qui après avoir miné leurs ports, vendu un tiers de leurs terres aux majors américaines de k'agri-business, qui exportent 2 x moins de céréales que la Russie ont du mal à écouler leur daubasse au risque de mettre en péril le narra...

à écrit le 16/08/2022 à 23:51
Signaler
En résumé la qualité du grain ukrainien n'est même pas mangeable par les bestiaux mais pour l'aide alimentaire en Afrique... oui... c'est assez représentatif du monde occidental non ? Les africains diront merci j'espère à cette " gracieuse aide human...

le 18/08/2022 à 1:49
Signaler
Mieux vaut consommer de la semoule de blé ukrainien que le sable du désert pour peu de disposer de suffisamment d'eau pour la cuire. Parce que vous croyez que semoule, compote et autres produits alimentaires sont réalisés à partir de denrée de 1...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.