Chine : l'immobilier et le manque de matières premières grippent la croissance

Les déboires des géants de l'immobilier, qui freinent le secteur de la construction en Chine, mais aussi les pénuries d'électricité au moment où la demande des entreprises est forte, pénalisent la croissance chinoise. Celle-ci n'est que de 4,9% au deuxième trimestre, selon le Bureau national des statistiques, loin du rythme effréné des périodes précédentes.

3 mn

Officiellement, le gouvernement chinois vise un objectif de croissance d'au moins 6% cette année. Le Fonds monétaire international (FMI) table quant à lui sur une hausse de 8% du PIB de la seconde économie mondiale.
Officiellement, le gouvernement chinois vise un objectif de croissance d'au moins 6% cette année. Le Fonds monétaire international (FMI) table quant à lui sur une hausse de 8% du PIB de la seconde économie mondiale. (Crédits : Thomas Peter)

L'économie chinoise montre des signes de net ralentissement. Au troisième trimestre, le PIB de l'ex empire du Milieu a augmenté de 4,9% sur un an, selon les chiffres du Bureau national des statistiques (BNS). C'est très inférieur au rebond du 1er trimestre 2021 (+18,3% sur un an, mais la Chine était encore fortement pénalisée par le Covid à cette période), et plus faible que les 7,9% au précédent trimestre.

Officiellement, le gouvernement chinois vise un objectif de croissance d'au moins 6% cette année. Le Fonds monétaire international (FMI) table quant à lui sur une hausse de 8% du PIB de la seconde économie mondiale.

Forte demande de charbon

Parmi les causes du ralentissement, la Chine voit sa reprise menacée par la forte hausse du coût des matières premières, en particulier du charbon, dont le pays est très dépendant pour alimenter ses centrales électriques.

La Chine a besoin de cette source d'énergie pour assurer son indépendance énergétique. Près de 60% de l'électricité en Chine est produite à partir de cette matière. Il faut également noter que la hausse de la demande mondiale d'électricité est largement tirée par la Chine où celle-ci a progressé de 14% au premier semestre 2021.

Résultat, faute de matières premières, les centrales tournent au ralenti, malgré une forte demande, et l'électricité est rationnée, ce qui a fait bondir les coûts de production pour les entreprises.

En septembre, la production industrielle a ainsi progressé de 3,1% seulement sur un an, un rythme bien inférieur à  celui enregistré un mois plus tôt (5,3%). Les analystes tablaient certes sur un ralentissement, mais plus modéré (4,5%). Autre indicateur en baisse, l'investissement en capital fixe connaît une croissance plus faible, à 7,3%.

Seul l'indicateur des ventes en détail - clé pour suivre l'économie chinoise et la capacité des Chinois à consommer - a progressé sur le deuxième trimestre. Il est en hausse de 4,4% sur un an en septembre, contre 2,5% en août. Il s'agit d'un niveau bien supérieur aux prévisions d'analystes (3,3%).

Le risque de faillite d'Evergrande toujours surveillé


Le dossier immobilier Evergrande inquiète également l'économie chinoise, et par ricochet celle mondiale. Une contagion de la crise immobilière au reste de l'économie pourrait coûter "dans le pire scénario" un à deux points de croissance à la Chine, a prévenu la banque UBS.

Le géant de l'immobilier, proche de la faillite ces dernières semaines, incapable d'honorer certaines de ses échéances financières, doit en effet faire face à un mur de dette de 260 milliards d'euros. L'entreprise a même suspendu ses cotations, soufflant un vent de panique sur la Bourse chinoise. Mais après avoir gardé le silence, la banque centrale chinoise, a toutefois estimé vendredi 15 octobre que la situation était certes délicate, mais "gérable". Ainsi, le système financier du pays ne devrait pas souffrir de la situation du géant de l'immobilier.

Un autre promoteur est cerné par les difficultés. Il s'agit du groupe Fantasia Holdings qui totalise 205,7 millions de dollars (177 millions d'euros) d'impayés, d'après les informations annoncées le 4 octobre.

Les défaillances de ces grands groupes immobiliers traduisent les difficultés du secteur du bâtiment en Chine, jusqu'ici une des locomotives de l'économie chinois grâce à la construction de millions de logements. Toutefois, les difficultés de ces géants du secteur sont aussi liées en partie aux nouvelles régulations chinoises, qui imposent à ces groupes une meilleure solvabilité.

Enfin, les autorités ont lancé ces derniers mois une campagne afin de freiner ce qu'elles considèrent comme un développement "désordonné" de l'économie. Plusieurs secteurs dynamiques (numérique, showbiz, cours de soutien scolaire...) ont été visés, faisant perdre aux firmes dans le collimateur des dizaines de milliards d'euros de valeur boursière.

3 mn

Replay I Forum zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 18/10/2021 à 10:24
Signaler
Evergrande est le sommet de l'iceberg voire celui de la chaîne de Ponzy initiée par le PCC Staliniste. Une manière pour lui de garder la main sur les affaires chinoises.

à écrit le 18/10/2021 à 9:40
Signaler
Les militaires Chinois sont derrière cette pandémie. Quand nous ( humains ) faisons du mal à l’humanité, la nature reprend le dessus . L’obstination n’est pas toujours la clé vers le paradis .

le 18/10/2021 à 19:27
Signaler
qui vous a souffle cela ! parler pour ne rien dire ou pour salir...comparez donc le buget Américain de la défense et celui de la Chine ou taisez vous ! La Chine est cent fois moins belliqueuse que les states... arrêtez votre propagande insi...

à écrit le 18/10/2021 à 8:03
Signaler
L'oligarchie mondiale ne sait plus comment freiner la croissance vu que nous savons parfaitement que les cours des énergies telles qu'elles soient sont copieusement manipulés. Leur façon à eux de lutter contre la pollution mondiale dirons nous tout e...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.