Comment le plagiat est devenu une habitude chez Trump

 |   |  1030  mots
Après les faits alternatifs, Donald Trump pratique également le copié-collé pour assurer sa communication politique.
Après les "faits alternatifs", Donald Trump pratique également le copié-collé pour assurer sa communication politique. (Crédits : YURI GRIPAS)
La Maison Blanche a plagié un communiqué d'ExxonMobile, l'une des plus grandes sociétés pétrolières au monde alors que son ex-PDG Rex Tillerson est devenu secrétaire d'Etat, un poste hautement stratégique dans l'administration américaine. Avec ce dernier exemple, Trump et son entourage alimentent encore les soupçons de conflits d'intérêts qui pèsent sur le gouvernement.

Le copié-collé est entrain de devenir une habitude dans l'entourage de Donald Trump. Après avoir fait la promotion de "faits alternatifs" et bobards, la Maison Blanche vient d'être pris en flagrant délit de plagiat lundi 6 mars. Le journaliste du Washington Post Christopher Ingraham est celui qui a découvert en premier la pratique de l'équipe des chargés de communication du président :

"Le communiqué de la Maison Blanche (à gauche) contient un paragraphe entier du verbatim provenant d'un communiqué de presse d'ExxonMobil (à droite)."

>> Lire aussi : Depuis un mois, les mensonges à la pelle de l'administration Trump

Du mot pour mot

La Maison Blanche a publié un communiqué à 15h45 dans la journée du 6 mars pour féliciter la société ExxonMobil pour son programme d'investissements et l'embauche de 45.000 personnes dans le secteur de la construction et de l'industrie. "Le président Trump a fait la promesse de faire revenir des emplois aux Etats-Unis. L'esprit d'optimisme qui se propage dans le pays est déjà entrain  d'accélérer la création d'emplois, et ce n'est seulement que le début." Le paragraphe du communiqué de la Maison Blanche traduit en français indique (les parties surlignées en jaune mettent en exergue les mots copiés-collés du communiqué d'ExxonMobil, sachant que les auteurs du communiqué n'ont pas mis de guillemets dans le document, ce qui aurait pu montrer une citation) :

"Exxon Mobil va investir stratégiquement dans des nouveaux projets de raffineries et dans le secteur de la chimie dans la région de la côte du Golfe des Etats-Unis pour développer ses capacités d'export et de production. Le programme de développement de la compagnie intitulé "Faire croître le Golfe" consiste en 11 projets en Chimie, raffinage,lubrifiant et gaz naturels liquéfiés à de nouveaux endroits proposés et déjà existants au long de la côte du Texas et de la Louisiane. Les investissements ont commencé en 2013 et devraient se poursuivre jusqu'en 2022".

Quelques minutes auparavant, la compagnie gazière et pétrolière ExonnMobil a également mis en ligne sur le site de l'entreprise un autre communiqué qui annonce les plans d'investissements de la société pour la période se déroulant entre 2013 et 2022. Voici la version traduite en français :

"ExxonMobil va investir stratégiquement dans des nouveaux projets de raffineries et dans le secteur de la chimie dans la région de la côte du Golfe des E-U pour développer ses capacités d'export et de production. Le programme de développement de la compagnie intitulé "Faire croître le Golfe" consiste en 11 projets en Chimie, raffinage, lubrifiant et gaz naturels liquéfiés à de nouveaux endroits proposés et déjà existants au long de la côte du Texas et de la Louisiane. Les investissements ont commencé en 2013 et devraient se poursuivre jusqu'en 2022".

Les deux versions sont quasiment similaires hormis le fait qu'un membre de l'administration Trump a écrit "Etats-Unis" en toutes lettres au lieu de garder l'abréviation. Par ailleurs, le communiqué de la Maison Blanche omet de préciser que ce n'est pas une nouveauté. En effet, le plan d'investissements était prévu dès 2013 et n'a donc pas de rapport avec l'élection du magnat de l'immobilier. Associated Press rappelait d'ailleurs il y a quelques jours :

"Plusieurs annonces résultent de décisions qui précèdent l'élection de Donald Trump, rendant improbable que son administration soit la seule ou même la raison première des ces embauches potentielles."

>> Lire aussi : Donald Trump a-t-il vraiment incité les entreprises à revenir aux Etats-Unis ?

Les connexions de la Maison Blanche et du pétrole

Au delà de la pratique du plagiat par la Maison Blanche, cette initiative pose la question des connexions entre l'administration américaine et les grandes compagnies pétrolières. En effet, le nouveau secrétaire d'Etat et chef de la diplomatie Rex Tillerson est l'ancien PDG d'ExxonMobil. Il a d'ailleurs fait toute sa carrière au sein de la firme pétrolière et en a profité pour tisser des liens très importants avec la Russie de Vladimir Poutine. Ce dernier a d'ailleurs décoré Rex Tillerson en 2013. Ce qui avait provoqué des critiques de la part de nombreux élus républicains.

>> Lire aussi : Si, si le PDG d'ExxonMobil sera bien le prochain chef de la diplomatie américaine

Une pratique régulière dans le camp de Trump

Ce n'est pas la première fois que Donald Trump ou son entourage sont accusés de plagiat depuis la campagne présidentielle. Lors d'une convention républicaine de Cleveland à l'été 2016, Melania Trump a prononcé un discours en soutien à son mari. Sauf que des passages entiers avaient été déjà prononcés en 2008 par Michelle Obama lors d'une convention démocrate pour honorer la récente élection de son époux Barack Obama comme le rappelle Arrêts sur Images. Fortement critiquée, l'équipe de campagne de Donald Trump avait décidé de faire porter la responsabilité à des proches de l'ancien présentateur de TV réalité.

Plus récemment, le président américain s'est inspiré du cinéma américain pour prononcer son discours lors de la cérémonie d'investiture. Il avait prononcé une grande partie du discours de Bane, le personnage qui incarne le méchant dans le film The Dark Knight Rises. Il avait notamment déclaré comme l'a relevé France Info :

"Aujourd'hui nous ne transférons pas le pouvoir d'une administration à une autre ou d'un parti à un autre, mais nous prenons le pouvoir de Washington et nous vous le rendons à vous, le peuple".

Ce qui avait suscité réactions et moqueries sur Twitter :

 >>Lire aussi : Qui est Kellyanne Conway, la conseillère de Trump à l'origine des "faits alternatifs" ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2017 à 18:24 :
Trump sait comment manipuler les simplets. Toutes les ficelles sont bonnes pour détourner l'info et l'utiliser à son profit. Quand l'information ne lui est pas favorable, c'est une fake news et un complot contre lui....
Primaire et malhonnête comme tactique mais très businessman américain et finalement efficace pour arriver à ses fins: la preuve il est président.
Et chez nous le FN a décidé de faire pareil
Réponse de le 07/03/2017 à 21:57 :
Faudrait remettre les choses en place. Les extrémistes (comme le FN ou Trump) n'arrivent pas au pouvoir par leur efficacité ou leur tricheries. Mais à cause et par la fautes des autres candidats qui ne font pas leur travaillent correctement et pour leur citoyens et les dégoutent de la situation. Ces votes ne sont pas destiné à faire changer les chose "aujourd'hui" mais cherchent à permettre un "vrai choix" la prochaine fois. Donc si le moi prochain Le Pen ou Mélanchon sont au pouvoir c'est tous les autres, tous aussi nul, menteurs et tricheurs les uns que les autres, qui sont fautifs ! D’ailleurs tous ceux qui ont été au pouvoir les 22 dernières années peuvent se sentir concerné !!!
a écrit le 07/03/2017 à 15:17 :
existe-t-il un observatoire de toutes les critiques(négatives) possibles à faire quotidiennement sur le compte de Trump chez les journalistes français ?
C'est vrai que le personnage s'y prête bien, mais ça commence un peu à être lourdingue, et pas seulement sur la tribune !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :